Opinion

Les saucisses de la discorde

Brexit

On attribue à Bismarck la phrase "Les lois sont comme les saucisses. Il est préférable de ne pas voir comment ils sont fabriqués". L'approbation sans victoire de l'accord de divorce du Brexit comportait beaucoup de charcuterie parlementaire et, par une ironie du sort, c'est précisément le marketing de la saucisse qui a mis le Royaume-Uni au bord d'une guerre commerciale avec l'Union européenne. 

La question remonte à la décision de Boris Johnson d'accepter l'introduction d'une frontière douanière entre l'Irlande du Nord et le reste de l'Union européenne, revenant sur son propre avis défavorable quelques mois plus tôt. Cet arrangement permet l'application de l'accord du Vendredi Saint, qui interdit strictement l'existence de toute forme de frontière entre les deux Irlandes. En pratique, cela signifie que la République d'Irlande et l'Irlande du Nord font partie du marché unique, mais que le Royaume-Uni est, à des fins commerciales, un pays tiers par rapport à une partie de l'État lui-même. 

Conscient - mais pas conscient - des implications de cette situation, Londres a demandé à Bruxelles un délai de grâce exemptant temporairement le Royaume-Uni de l'application stricte des règles de l'Organisation mondiale du commerce en ce qui concerne l'Irlande du Nord. Cette période expire le 30 juin, et la réalité de ce que Johnson s'est vanté d'avoir signé est soudainement devenue claire.  Le problème réside essentiellement dans le fait que la réglementation de l'UE en matière de sécurité alimentaire n'autorise que la viande congelée à entrer sur le marché unique, interdisant explicitement l'importation de produits à base de viande réfrigérée en provenance de pays extérieurs au marché unique. En conséquence, le Lincolnshire ne peut pas vendre ses saucisses fraîches à l'Ulster. 

Il serait frivole de prendre les implications politiques de ce problème au premier degré, comme une question non sophistiquée. Si le Brexit a montré quelque chose, c'est à quel point il est facile de faire de la démagogie avec des harengs et des saucisses, même si les élites cosmopolites ne comprennent pas le puissant attrait du récit arcadien dans le monde urbain. Les membres du Parlement sont toutefois parfaitement conscients de la puissance de ces mythes nostalgiques auprès des électeurs, pour une raison élémentaire : au Royaume-Uni, le siège se gagne littéralement de porte à porte, et chacun, du conseiller au Premier ministre, doit s'efforcer de séduire les électeurs personnellement, et de confronter les opinions du fils ou de la fille de chaque voisin. 

Il n'est donc pas surprenant que le cabinet de Boris Johnson ait intensifié sa rhétorique chauvine à l'encontre de l'Europe avant et pendant la réunion du G7, menaçant même d'invoquer l'article 16 de l'accord de sortie de l'UE, ce qui reviendrait à déterrer la hache de la guerre commerciale, comme l'a rapidement confirmé Mme Von der Leyen.

Cet état de fait démontre clairement les limites du " glocalisme diffus " avec lequel les think tanks pro-Brexit ont articulé le discours de la rupture avec l'Union européenne. Tout simplement, n'étant plus une puissance impériale, le Royaume-Uni n'est pas en mesure d'imposer ses us et coutumes mercantiles au reste du monde, et découvre avec incrédulité comment un saint est déshabillé quand un autre est habillé.  Preuve de cette frustration, les propos du ministre britannique David Frost, qui a introduit le concept novateur de "purisme légaliste" appliqué au droit international pour accuser l'Union européenne de dogmatisme et de manque de retenue pour ne pas compromettre l'intégrité du marché unique afin de résoudre les contradictions internes irrésolues de la structure territoriale britannique. À présent, même les plus fervents défenseurs du Brexit savent en leur for intérieur que leurs rêveries ont transformé le célèbre dilemme du prisonnier en cauchemar, et que pour chaque porte ouverte, une autre se ferme.