PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

L'Europe en clair-obscur : santé et pandémie

COVID-19 UE

Lorsque cette situation a commencé, à laquelle personne n'était préparé, malgré le fait que certains indicateurs nous laissaient penser qu'une telle chose pouvait se produire, nous nous sommes rendu compte que le virus ne connaît pas de frontières, de sexe, d'âge ou de classes sociales. L'appartenance à des pays plus ou moins sains socialement ou financièrement semblait, selon l'optimisme affiché début 2020 par les ministres des 26, que nous étions préparés, que nous pourrions surmonter cela sans problèmes majeurs, que les systèmes de santé étaient si solides et efficaces que nous pouvions même nous permettre d'aider les pays moins développés…

Quelques mois plus tard, l'Europe subissait la plus grande crise sanitaire que nous ayons connue après les conflits de la guerre, l'un des plus grands défis que nous allions devoir relever, avec des hôpitaux effondrés, une population totalement confinée, un personnel de santé épuisé et une course effrénée, comme on n'en a jamais connu dans l'histoire, pour trouver en un temps record un traitement qui arrêterait la cascade de personnes atteintes et de morts, et un vaccin qui nous protégerait de cette petite particule 900 fois plus petite que le diamètre d'un cheveu humain, qui avait été capable d'altérer la vie du monde tel que nous le connaissions et qui avait démontré notre fragilité en tant qu'environnement et en tant qu'êtres humains et que l'histoire nous avait déjà appris comment des civilisations entières avaient été détruites ou avaient disparu par les pandémies précédentes. La réalité est qu'aujourd'hui, au siècle de la technologie et des avancées médicales les plus importantes de l'histoire de l'humanité, nous sommes encore vulnérables et nous devons encore réfléchir à ce que nous faisons de mal quand nous n'avons pas pu empêcher qu'une partie importante de nos populations meurent seules, sans aide et sans confort, et que leurs familles n'ont pas pu faire le deuil de ce qui était physiquement et psychologiquement nécessaire. 

COVID-19 EUROPA

Là-bas, au milieu de ce gigantesque défi, jamais connu auparavant par notre génération, nous avons réalisé que notre chère Europe, à quelques exceptions près, grâce à la myopie de certains dirigeants et au manque de prévoyance d'autres, avait baissé ses niveaux d'alerte, avait cessé de considérer la santé publique comme une priorité absolue, avait réduit le budget consacré à la santé, avait cessé de produire et de stocker suffisamment de produits de protection individuelle, de respirateurs et d'équipements d'urgence, et ce, avec des teintures plus populistes que scientifiques, se sont même permis de critiquer l'excès d'"alarmisme" des experts qui ont averti de ce qui pourrait arriver, en suivant une voie tracée à l'époque, depuis d'autres parties du monde, oubliant que la prise de décision dans une situation de ce type doit obéir exclusivement à des critères basés sur des preuves scientifiques offertes par les techniciens les plus qualifiés et non par certains qui se sont réveillés un jour oints par les dieux de la connaissance et ont décidé de prendre les mesures que leur ignorance couchée leur a fait considérer comme justes. Heureusement, en Europe, nous n'avons pas subi dans toute sa crudité ce fléau qu'ils ont subi sous d'autres latitudes, même si les performances de certains gouvernements étaient clairement améliorables.

Mais ce mélange d'incertitude, de précipitation et parfois d'incompétence, nous a mis à la merci d'un marché mondial où, comme s'il s'agissait d'un souk, celui qui arrivait le premier et avec un portefeuille prêt pouvait changer l'adresse de livraison d'un avion chargé de matériaux destinés à un pays, moyennant le paiement d'une somme d'argent plus importante que le destinataire initial, développant au passage et parfois de manière peu dissimulée, une véritable guerre géostratégique de suprématie entre puissances établies et puissances émergentes. 

COVID-19 EUROPA

Mais soyons justes. Tout ne peut être que critique, car une fois les déséquilibres initiaux surmontés, grâce à l'UE, nous avons pu recevoir les aides centralisées acquises dans tous les pays et, grâce au gigantesque effort économique de l'UE, il a été possible d'augmenter les ressources de recherche qui ont permis que certains vaccins soient développés, produits et distribués de manière égale entre tous les États membres. Une décision est en train d'être prise sur le meilleur moyen, le plus juste et le plus efficace de reconnaître les personnes vaccinées, au moyen d'un passeport européen de vaccination, également appelé certificat vert numérique. A mon avis, il ne s'agit pas du tout d'un facteur discriminatoire, comme cela a été dit dans certains milieux. La vaccination est actuellement le seul moyen de sortir de cette crise sanitaire, sociale et économique causée par la pandémie dans un délai raisonnable et il est juste de reconnaître et de faciliter le mouvement de ceux qui ont décidé solidairement de se faire vacciner, pour eux-mêmes et pour leurs concitoyens, surtout lorsque le vaccin est gratuit et disponible pour tous les citoyens de l'Union. 

Une autre chose différente est que la vitesse de l'administration varie d'un pays à l'autre et c'est un facteur de conditionnement que nous devons essayer de minimiser pour que l'égalité entre les Européens dont nous pouvons nous vanter devienne une réalité et non un souhait inassouvi.

Pour aller plus loin sur ce sujet, les passeports de vaccination existent depuis des années et personne ne s'en est jamais plaint, car ils évitaient la possibilité d'être touché par des maladies infectieuses endémiques, comme c'était le cas avec la variole, ou c'est encore le cas avec la fièvre jaune, avec des épidémies endémiques sporadiques, ou d'autres infections.  Ce serait également différent si la mobilité entre les pays inscrits dans les traités de l'UE était affectée parce qu'il y a des citoyens vaccinés et non vaccinés et que ces derniers étaient carrément empêchés de voyager. Ce n'est pas l'idée, ni la politique de l'UE, mais il semble raisonnable que ceux qui n'ont pas été vaccinés parce que ce n'était pas encore leur tour de recevoir le vaccin en raison de leur tranche d'âge ou parce qu'ils ont refusé de le recevoir soient soumis à certaines mesures restrictives très spécifiques, tout en préservant leurs droits, afin de protéger le reste des habitants du pays en question. 

COVID-19 EUROPA

Il ne fait aucun doute que le renforcement de la coopération entre les pays de l'UE et la promotion de la solidarité européenne peuvent être des éléments clés pour rassembler les citoyens des États membres et atteindre l'objectif commun de vaincre la pandémie. 

Il y a quelques leçons à tirer de cette pandémie, et elles peuvent être résumées en trois points clés. La première est que l'on ne peut jamais faire l'impasse sur la santé. Les conséquences de cette réduction sont payées en morts. Vous ne pouvez pas non plus réduire les possibilités d'éducation. Il est essentiel que les enfants et les adolescents de tous lieux et de toutes conditions économiques aient accès à une formation continue qui ne dépende pas des capacités techniques ou financières de leurs parents, et c'est ce que nous, auteurs d'un manifeste qui demande qu'Internet soit considéré comme un bien protégé à accès universel, avons voulu mettre en évidence. La troisième conclusion est que la recherche fondamentale et appliquée doit être encouragée de manière décisive et beaucoup plus significative. Il a été prouvé que les pays où la recherche est consolidée et où la contribution à leur PIB est importante sont ceux qui ont réussi à avancer plus vite et mieux. 

COVID-19 EUROPA

Chaque crise donne lieu à une opportunité. Espérons que celle-ci nous aidera, en tant que citoyens de l'Union européenne, à penser davantage et mieux au "nous" au niveau individuel et collectif, au lieu du "je" habituel.

José Ramón Calvo, docteur en médecine, président de l'Institut de coopération internationale de l'Académie royale européenne des médecins et membre du Conseil scientifique de Citoyens pour l'Europe.