Opinion

L'immigration ternit le plus beau 4 juillet de Joe Biden

Joe Biden

Le "jour de l'indépendance du virus" n'a pas été si important. En tout cas, pas autant que le président Joe Biden s'en est vanté il y a deux mois, prédisant qu'à cette date de célébration, les États-Unis seraient débarrassés de la contagion et que 70 % de la population serait vaccinée. Ni l'un ni l'autre : le risque de contracter la maladie n'a pas disparu, et les Américains n'ont pas encore atteint le pourcentage où l'immunité du troupeau est atteinte, ou du troupeau si l'on se laisse emporter par la terminologie du négationnisme, donnant aux masses un caractère manipulable et docile avéré dans cette crise sanitaire. Malgré tout cela, le pays tout entier s'est enflammé dans une sorte d'euphorie sociale en célébrant que "l'Amérique se rassemble à nouveau", le slogan choisi pour les festivités de la Maison Blanche afin de couvrir l'erreur de calcul du président. Sleepy Joe" commence déjà à prouver que tout n'est pas aussi facile qu'il n'y paraît, même être l'homme le plus puissant du monde. Il s'est appuyé pour pallier cet échec sur le chiffre magique de l'argent annoncé pour la reconstruction, les 1,9 milliards de dollars qui ont transformé les premières semaines du mandat en une sorte d'entéléchie avec le chéquier en main. Et dans le rebond impressionnant de l'emploi en juin, 850 000 emplois ont été créés grâce à ces mesures de relance et à la reprise de l'activité économique. 

Tout cela permet à Biden de maintenir une cote de popularité très acceptable au cours du premier été de son mandat. Les sondages les plus prestigieux des médias lui donnent un taux d'approbation pour son travail de président compris entre 50 et 56 %. Gallup situe la réussite/échec à 14 points. Battleground Poll et l'Institut de politique de Georgetown réduisent l'écart à sept, mais le plus éloquent est peut-être la distance que Fox News lui accorde en sa faveur : 13 points qui mettent en évidence la force d'attraction de l'image du politicien chevronné lors de son premier 4 juillet dans le bureau ovale. 

Les personnes interrogées ne lui donnent pas autant de points lorsqu'il s'agit d'évaluer la façon dont Biden traite la question de l'immigration. Peu de gens sont convaincus par le voyage du vice-président Harris au Mexique dans le cadre de la stratégie visant à freiner l'afflux de clandestins. Cinquante et un pour cent des personnes interrogées par ABC News et le Washington Post désapprouvent sa politique à l'égard des immigrants, qui n'est toujours pas définie, même s'ils ont maintenu la pression à la frontière et les refoulements appliqués par Trump. Le pire n'est pas là : seuls 33% les approuvent, avec 16 indécis sur une question capitale pour les Américains. Ces chiffres sont repris dans les études de CNN, CNBC ou Marist Poll. 

En général, les questions de politique intérieure sont le refuge de Biden en ce qui concerne l'opinion publique. Il bénéficie de très bons taux de soutien sur des questions telles que la politique environnementale (54 selon CNN), la lutte contre la pandémie (66), l'injustice raciale (54) ou l'économie (51). Mais sa cote de popularité chute brutalement lorsqu'on interroge les citoyens sur son rôle de commandant en chef ou dans les affaires étrangères. Même la tournée européenne ne l'a pas amélioré. 

En ce qui concerne l'une de ses promesses les plus mémorables dans ce discours sur les marches du Capitole le 20 janvier, à savoir unir un pays divisé en deux par la polarisation pour et contre Trump, le dernier sondage de l'Université Quinnipac donne l'impression que Biden fait plus pour unir le pays que pour le diviser (51-41). Il a suffisamment de crédit à cet égard pour le président, bien qu'il l'ait gaspillé sur une autre question intérieure qui préoccupe davantage les Européens que les Américains : la possession d'armes à feu. Cinquante et un pour cent désapprouvent sa gestion de cette question ancrée dans les traditions et la culture américaines (CNN).