Opinion

L'or n'est pas en territoire de bulle

Degussa Or

"Il ressemble à un canard, il marche comme un canard, il charlatanise comme un canard - c'est peut-être un canard ?" Ce dicton me vient à l'esprit lorsque je regarde les marchés financiers de nos jours.

Par exemple, la valorisation des marchés des obligations d'État est ridiculement élevée. Les obligations du Trésor américain à dix ans ont actuellement un rendement de 1,13 %, ce qui correspond à un ratio cours/bénéfices de 88. En d'autres termes, si vous achetiez l'obligation maintenant, vous devriez attendre 88 ans pour récupérer votre investissement en recevant des paiements de coupon. Dans la zone euro, les obligations d'État à long terme dans leur ensemble se négocient à un rendement négatif, une situation plutôt grotesque.

Les multiples des actions sont également très élevés, en grande partie en raison du faible niveau des taux d'intérêt créé par les banques centrales. Les bénéfices futurs attendus sont actualisés à un taux d'intérêt assez bas, ce qui augmente la valeur actuelle des entreprises et donc le prix de leurs actions. En outre, des taux d'intérêt bas réduisent le coût de la dette et profitent donc aux bénéfices des entreprises, ce qui contribue à la hausse du prix des actions. Dans un contexte de faibles rendements, les investisseurs recherchent de plus en plus l'"amélioration des rendements", se précipitent sur le marché boursier et font grimper le prix des actions.

Il est juste de supposer que les marchés des obligations et des actions se trouvent en "territoire de bulle". Mais, comme l'expérience le montre, les bulles peuvent persister pendant un certain temps. (Ils n'ont pas besoin d'éclater au moment où ils sont détectés !) En fait, une correction du marché semble relativement peu probable à ce stade. Pourquoi ? La réponse est que les banques centrales ont resserré leur emprise sur les marchés du crédit en fixant des taux d'intérêt à des niveaux très bas.

S'ils ne relèvent pas les taux d'intérêt, il est difficile de voir comment la correction des prix peut ou va se faire. Si les banques centrales poursuivent leur politique de taux d'intérêt bas et d'assouplissement monétaire - ce qui nous semble probable - les attentes selon lesquelles les effets inflationnistes continueront à faire augmenter les prix à la consommation et les prix des actifs semblent justifiées. En particulier, les prix de la bourse et du logement devraient continuer à augmenter dans la période à venir.

De plus, il est raisonnable de douter que les banques centrales augmentent nécessairement les taux d'intérêt une fois que l'inflation des prix à la consommation aura atteint son niveau le plus élevé. Une raison importante de cette hypothèse est que les gouvernements favorisent une inflation plus élevée : avec des taux d'intérêt fermement supprimés, une inflation plus élevée signifie des rendements financiers réels négatifs.

Les banques centrales hésiteront à abandonner trop tôt leur politique monétaire extrêmement expansionniste. Car, si elles le font, la pyramide de la dette s'effondrera très probablement, ce qui pourrait déclencher une récession et un chômage massif à grande échelle. La Réserve fédérale américaine (Fed) a déjà modifié son objectif d'inflation en conséquence.

En août 2020, la Fed a annoncé qu'elle viserait désormais une inflation "moyenne" de 2 %, plutôt que de maintenir 2 % comme objectif fixe. Avec cette évaluation en toile de fond, au moins deux risques majeurs pour les investisseurs deviennent apparents. Premièrement, la politique monétaire inflationniste actuelle continuera à alimenter l'inflation des prix à la consommation et/ou des prix des actifs, en particulier en poussant les évaluations des actifs en territoire de bulle. En d'autres termes : le pouvoir d'achat de l'argent va diminuer. Deuxièmement, la bulle a éclaté plus tôt que prévu, ce qui a fait baisser la valeur des actifs et a entraîné l'effondrement des économies.

Ces deux risques sont sans aucun doute difficiles à gérer du point de vue d'un investisseur. Posséder de l'or (dans le cadre de la liquidité du portefeuille) pourrait faire partie de la solution. À moyen et long terme, le pouvoir d'achat de l'or ne peut être dévalorisé par les banques centrales qui exploitent des presses électroniques. De plus, l'or ne comporte pas de risque de défaillance (contrairement, par exemple, aux dépôts bancaires), une caractéristique importante, surtout dans le cas d'un scénario d'"éclatement de la bulle".

En l'état actuel des choses, nous pensons que l'or n'est pas en territoire de bulle. À son prix actuel, nous considérons que l'or est un "achat", offrant un potentiel de hausse considérable pour les investisseurs avec un horizon d'investissement de, disons, trois à cinq ans ; le métal jaune a un profil risque-récompense attrayant, selon nous, qui devient encore plus intéressant si le prix de l'or subit un recul à court terme.

Thorsten Polleit, économiste en chef chez Degussa