PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

L'Ukraine et l'OTAN lancent un missile Eurovision contre la Russie

La victoire de l'Ukraine au concours Eurovision de la chanson

L'Ukraine a remporté une immense victoire sur la Russie, qui la balaie en utilisant une arme sans précédent, hypersonique et létale grâce à ses mégatonnes de popularité universelle. Au-delà de la qualité musicale de la chanson "Stefania", interprétée par le groupe Kalush Orchestra, son triomphe au Concours Eurovision de la chanson consacre la victoire morale déjà incontestable de l'Ukraine et du peuple ukrainien sur leur brutal agresseur russe. 

Il était prévu que le vote populaire, celui du public de tout le continent plus l'Australie, qui a également participé, aurait une influence décisive sur le résultat final. Le système mis en place par l'Union européenne de radio-télévision (UER) accorde un poids égal aux votes des jurys professionnels nationaux et du public. Grâce au poids du vote populaire, l'Ukraine a obtenu un verdict écrasant de 631 points, devançant de loin le Britannique Sam Ryder et son "Space Man" (466 points) et l'Espagnole Chanel, qui a donné une interprétation magistrale de "SloMo" (459 points). 

Personne n'a osé contester le verdict, qui a immédiatement mis à jour les lectures plus politiques d'un événement qui s'est toujours vanté d'être au-dessus des heurts et des rivalités des pays qui composent la très ancienne carte guerrière de l'Europe. L'OTAN, par la bouche de son secrétaire général adjoint, Mircea Geoana, a profité de l'occasion pour souligner "l'immense soutien public provenant de tous les coins de l'Europe" pour un pays, l'Ukraine, qui subit "la guerre la plus brutale et la plus cynique lancée [par la Russie] depuis la Seconde Guerre mondiale". 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson ne s'est pas non plus empressé de se joindre au procès. Il s'est empressé de sauter dans tout débat qui pourrait lui faire oublier qu'il pourrait encore être contraint de démissionner pour avoir prétendument caché la vérité au Parlement sur son comportement dans l'affaire dite du "partygate". Quoi qu'il en soit, M. Johnson, qui a très tôt soutenu l'adhésion immédiate de la Finlande et de la Suède à l'OTAN, a qualifié la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision de "reflet clair du talent de ses représentants, mais surtout du soutien indestructible de l'Europe au peuple ukrainien". Presque au même moment, le président du Conseil européen, le Belge Charles Michel, a exprimé son souhait que la prochaine édition du concours Eurovision de la chanson en 2023 "se déroule à Kiev, dans une Ukraine libre et unie". 

Messages et promesses du président Zelensky

Et, comme on pouvait s'y attendre, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a fait remarquer que "cette victoire augure que le triomphe final contre l'ennemi [russe] n'est pas loin non plus", terminant par une proclamation typique de la future politique d'après-guerre : "Je promets qu'un jour le concours Eurovision de la chanson aura lieu dans une Marioupol libre, pacifique et reconstruite". 

L'opération visant à triompher dans la "bataille" de l'Eurovision a été méticuleusement préparée, notamment le choix même du groupe Kalush Orchestra pour y parvenir. Ses six membres, tous appelés sous les drapeaux, ont pu y assister grâce à un congé spécial accordé par le président ukrainien lui-même, congé qui se transformera en retour au front dès qu'ils reviendront à Kiev munis du microphone en cristal de l'Eurovision qui certifie leur victoire. 

Le leader et chanteur du groupe, Oleh Psiuk, a fait fi des règles strictes habituelles de l'UER, qui interdisent toute allusion politique de quelque nature que ce soit, tant sur scène que lors d'apparitions publiques dans le cadre du festival. Le chanteur ne s'est pas laissé décourager et a demandé à l'ensemble du public - estimé à plus de 200 millions de téléspectateurs - d'"aider l'Ukraine, Mariupol, Azovstal", la dernière redoute de résistance de la ville martyre au bord de la mer d'Azov, où les derniers combattants semblent déterminés à tenir sans eau, sans nourriture et sans munitions jusqu'à la mort plutôt que de se rendre. 

Avec une grande maîtrise de la scène, Oleh Psiuk a accentué son côté politique en proclamant également peu après son triomphe que son souhait est d'"accueillir les concurrents du prochain Concours Eurovision de la chanson dans une Ukraine nouvelle, intégrée, développée et florissante". 

Pendant ce temps, la Russie, exclue du festival, poursuivait son offensive dans les Dombas, tandis qu'à Kiev, une délégation du Sénat américain conduite par le leader républicain Mitch MacConnell s'engageait à soutenir pleinement le président Zelenski dans l'octroi immédiat d'une aide militaire supplémentaire de 40 milliards de dollars.