Opinion

L'Union européenne face à la pandémie : aspects sanitaires et socio-économiques

Atalayar_Unión Europea

Nous entamons une nouvelle série d'articles sur les problèmes qui, selon nous, doivent être soulevés lors de la Conférence sur l'avenir de l'Europe, cette fois sur les défis que la pandémie nous a lancés dans les domaines sanitaire et socio-économique. Cette fois encore, nous disposons de contributions d'éminents spécialistes, tous en première ligne de l'action, dont les réflexions peuvent nous aider à tirer des conclusions utiles dans le contexte de la conférence.

Il est indiscutable que, face à la pandémie, il faut réagir et prendre des décisions à la fois préventives et correctives, mais on peut se demander si les décisions prises sont les plus appropriées et, surtout, si elles tiennent compte de la juste pondération des droits en jeu. Les États, les organisations internationales, l'Union européenne, ne font pas toujours preuve d'une bonne coordination qui tienne compte des différentes variables et qui, en même temps, nous donne une certaine sécurité en tant que citoyens pour savoir où nous en sommes.

Atalayar_Europa Teresa Freixes

Nous étions habitués à un monde globalisé, à la libre circulation et au séjour dans l'Union européenne, aux droits dans le cadre de la santé et de la protection sociale et économique et, soudain, il semble que, comme un château de cartes, ce monde s'écroule sur nous. Nous ne sommes pas confrontés au même scénario, mais le malaise qui envahissait Stefan Zweig dans "Le monde d'hier", lorsque la vie à laquelle nous étions habitués se diluait comme un morceau de sucre dans l'eau, nous envahit également aujourd'hui, lorsque nous voyons des interdictions, des contrôles et des mesures coercitives, qui ne sont souvent pas suffisamment coordonnés, et encore moins expliqués.

Dans les États membres de l'UE, nous nous sommes tournés vers ces institutions, la Commission, le Parlement et le Conseil, ainsi que les agences spécialisées, dans l'espoir qu'elles nous apportent lumière, conseils et aide. Il leur a été difficile de réagir au début de la pandémie, comme l'ont constaté tous les experts consultés. Et maintenant que nous surmontons la "deuxième vague", ils notent que l'action de l'UE ne peut se limiter à être une simple source de financement pour atténuer les conséquences de la pandémie. Ils ont des compétences qui doivent être exercées avec toutes les conséquences et ils ont la capacité de faire des propositions d'élargissement dans de nombreux domaines sans qu'il soit nécessaire de procéder à une réforme des traités, ce qui serait compliqué et prendrait du temps. Il suffirait d'être plus proactifs dans les compétences que nous avons déjà, surtout dans le cadre de la coordination, parce qu'il est difficile de comprendre que chaque État membre se ridiculise et que, dans certains cas, le ridicule soit à nouveau réparti entre les collectivités territoriales infra-étatiques sans une ligne claire d'action coordonnée qui, sans aucun doute, multiplierait les effets positifs de ce qui est fait.

Atalayar_Europa Teresa Freixes

On dit souvent, et c'est vrai, que c'est la première fois que l'UE doit faire face à une crise telle que celle qui a provoqué la pandémie. Mais, comme nous le rappelle à juste titre Gari Durán, l'histoire nous montre des exemples du passé (épidémies de fièvre jaune, pestes) dont nous aurions peut-être dû tirer des leçons qui nous feraient améliorer les protocoles de prévention, de détection et de traitement, car il semble parfois que nous ne fassions rien de plus que ce qui se faisait il y a des siècles (confinements, couvre-feux, contrôles des déplacements, isolement social en somme) alors que les moyens actuels pourraient nous permettre un autre type d'approche ou, du moins, la compléter.

Il est également vrai que les systèmes de santé des États membres de l'Union ont fait preuve d'un haut degré d'efficacité et ont été mis à rude épreuve lorsqu'ils ont dû faire face à une situation inattendue. Antonio González souligne que cela a mis en évidence les différences qui devraient être abordées si tous les citoyens de l'UE devaient avoir le droit de recevoir tout type de soins de santé dans n'importe quel État membre. Il se demande, nous nous demandons, ce que nous pourrions faire pour nous améliorer à cet égard, sur la base de l'expérience, notamment en unifiant les critères et les procédures. Nous le constatons également dans ce qu'a coûté l'organisation de la vaccination de millions de personnes et dans les problèmes qui se sont posés pour accéder à des informations scientifiques de qualité. 

Atalayar_Europa Teresa Freixes

Mais, bien sûr, comme le souligne José Ramón Calvo, dans notre chère Europe, la santé publique avait cessé d'être considérée comme une priorité absolue, les budgets qui lui étaient consacrés avaient été réduits et nous n'avions pas pris la peine de produire et de stocker des produits de protection individuelle tels que les respirateurs et les équipements d'urgence. Il ne faut donc pas s'étonner si nous sommes à la merci d'un marché mondial difficile à appréhender sous de bonnes coordonnées. Heureusement, certains progrès sont réalisés sur des questions "clés", telles que les passeports de vaccination. Certaines voix les ont jugées discriminatoires alors qu'elles ont toujours existé et qu'en outre, elles ne peuvent être discriminatoires dans la mesure où elles facilitent l'exercice de droits fondés sur un fait indiscutable : être vacciné n'est pas la même chose que ne pas l'être, il n'y a donc pas de discrimination lorsque des situations différentes sont traitées différemment.

En termes de santé, les mesures qui peuvent être prises dans les situations qui entraînent des menaces transfrontalières sont également d'une grande importance. Julián Domínguez a déploré l'avarice des souverainetés nationales qui rendent impossible toute action collective supranationale. Il serait donc nécessaire d'étendre les compétences de l'Union européenne, afin qu'une autorité sanitaire puisse diriger les réponses et qu'il n'y ait plus d'inquiétude quant à savoir si tous les vaccins ont la même efficacité ou si les brevets peuvent être assouplis pour que chacun puisse y avoir accès. 

Atalayar_Europa Teresa Freixes

Cette pandémie n'est donc pas la première, et elle ne sera pas la dernière. Ricardo Ruiz-López nous prévient que les experts en épidémiologie et en santé publique estiment qu'elles seront récurrentes à moyen et long terme. Nous devons donc être prêts, compenser les lacunes constatées, par exemple, dans la non-coordination institutionnelle, le manque de leadership politique et le manque de transparence dont nous souffrons, surtout dans la première phase. Les modèles de soins de santé doivent être revus, par exemple en ce qui concerne ce qui devrait être des soins complets pour les personnes âgées ou la garantie de soins interdisciplinaires pour les situations individuelles. Il est nécessaire d'appliquer les mesures insérées dans la Bioéthique afin que l'intervention en santé publique réponde aux principes de base dans ce domaine tels que ceux d'efficacité, de proportionnalité, d'interférence minimale intrusive et de justification des mesures.

Pour que tout cela puisse être traité avec succès, il serait donc nécessaire d'étendre les compétences de l'UE en matière de santé. Nous avons constaté que ceux qui existent ont permis d'atténuer les situations limites et que nous améliorons les protocoles de soins et de prévention. Mais cela ne suffit pas, surtout lorsqu'il est prévu que nous soyons soumis à ce type de situation à l'avenir.

Atalayar_Europa Teresa Freixes

C'est dans le domaine socio-économique, c'est-à-dire dans les prévisions de traitement des conséquences sociales et économiques de la crise sanitaire, que l'UE a eu le plus de possibilités d'action, puisque cela relève des compétences qui lui sont actuellement attribuées. Rappelons que l'UE ne dispose que des compétences qui lui sont attribuées par les États membres. Et bien qu'ils soient importants dans ce domaine, il serait également important de faire des progrès dans ce domaine, car les défis sont immenses.

C'est ce que nous rappelle Miguel Candel qui, constatant l'effort réalisé, considère que la pandémie a ouvert une fenêtre d'opportunité qui doit permettre d'utiliser les fonds européens avec une efficacité maximale en termes de bien-être et de solidarité, afin que les populations dont le tissu économique et social a été négativement affecté par la crise puissent faire l'objet de projets bénéfiques qui incluent des critères d'équité sociale dans leur distribution. L'UE doit dépasser les limites purement mercantiles d'antan, qui semblent parfois refaire surface et auxquelles il faut opposer une unité qui nécessite une harmonisation et un équilibre dans de nombreux domaines. Cela permettrait également d'améliorer la perception de l'Union par les citoyens.

Atalayar_Europa Teresa Freixes

Si l'ensemble de la population est la cible des mesures qui peuvent être prises pour surmonter la crise, il est nécessaire de prendre en compte l'effort et le talent de toutes les personnes, en s'attaquant, comme le suggère Mirian Izquierdo, à l'écart entre les sexes dans les organisations. Les femmes ont subi des répercussions spécifiques dans ce domaine, qu'il convient de surmonter en favorisant l'autonomisation des femmes en matière de pouvoir économique et de prise de décision. En Europe, la majorité des entreprises féminines sont des micro-PME et, dans de nombreux pays, il existe une dualité sur le marché du travail qui doit également être surmontée. Il est nécessaire de renforcer l'internationalisation, d'améliorer l'accès au crédit et de créer des programmes qui favorisent la création d'entreprises technologiques par les femmes. Cela pourrait conduire à des entreprises plus compétitives et à une Union européenne plus durable.

Cette réflexion pourrait également porter sur ce que demande Mariam Camarero, compléter l'Union économique et monétaire, en allant au-delà de ce qui a été mis en place pendant la crise qui a débuté en 2007 et qui a changé la gouvernance économique avec le Pacte de stabilité et de croissance, car cela est insuffisant pour faire face à la crise actuelle. À cet égard, il serait nécessaire d'insister sur la mutualisation des risques à l'aide de fonds communs, de progresser vers une union fiscale avec de nouvelles règles et une meilleure coordination, ainsi que d'introduire des mécanismes de gestion et d'évolution des crises. Penser à un budget de sept ans, ainsi qu'au plan de relance de l'Europe qui se concentre sur les institutions et pas seulement sur le niveau intergouvernemental, est un pas en avant qui doit peut-être être transféré au niveau institutionnel et aux traités.

Atalayar_Europa Teresa Freixes

Cette Europe, pour reprendre les termes de Gonzalo de Mendoza, est donc une Europe qui se réforme. Il le fait depuis sa création, car c'est un instrument qui évolue, parfois plus lentement que nous le souhaiterions, en fonction des nouveaux besoins. La pandémie les a mis en lumière et il a fallu lancer des appels d'offres au niveau européen pour les équipements de santé, créer des corridors verts pour la libre circulation des équipements de santé, ainsi que pour l'approvisionnement en nourriture et en médicaments, rapatrier des milliers d'Européens isolés dans des pays tiers, organiser l'achat et la distribution de vaccins et, enfin, prendre des mesures économiques très importantes : la suspension des critères de dette et de déficit, l'achat d'obligations par la BCE, les nouvelles aides d'État, les crédits aux PME de la Banque européenne d'investissement, le SURE qui permet entre autres de verser les fonds ERTE ou MEDE constitués de crédits pour les États qui en ont besoin et qui optent pour ce financement. Penser que nous avons également un budget organisé pour sept ans et qu'un Fonds européen de sauvetage est également envisagé, ouvre également d'autres fenêtres d'opportunité et d'espoir. 

Teresa Freixes, professeur Jean Monnet ad personam et vice-présidente de l'Académie royale européenne des médecins.