Opinion

Madrilènes : aux urnes !

Ayuso

La matrice est coulée. Tous les citoyens qui vivent dans la capitale du Royaume sont des Madrilènes. Et nous avons rendez-vous avec les urnes le 4 mai. Ce sont des élections que toute l'Espagne et une bonne partie de l'Europe observent en raison de la solution que la Communauté de Madrid a trouvée pour coexister avec la pandémie sans étouffer l'économie. 

Les données de l'EPA confirment que le gouvernement régional est celui qui a généré le plus d'emplois au cours du premier trimestre de l'année : environ 50 000 emplois. L'Espagne compte 1,25 million de familles sans revenu, 155 000 emplois détruits dans le secteur privé de janvier à mars, 340 000 chômeurs de plus en un an, 690 000 travailleurs dans les ERTE et un déficit impossible. Nous avons déjà dépassé les 5,2 millions de chômeurs et, face à cette "saignée de travail et d'hommes", le médecin-président affirme que "nous nous portons très bien et sommes sur le point de sortir de la crise". Heureusement, Felipe González lui a fait prendre conscience de la réalité. "Quand tout va mal, un "gars" (sic) arrive et dit que l'avenir est formidable. Et de préciser : " Mais écoutez, est-ce que vous vivez la réalité de la souffrance et de la crise que je vis ? " L'ancien président a exigé un projet au service des citoyens et non la résilience pour rester au pouvoir à tout prix. C'est la réponse la plus opportune à un César aux pouvoirs absolus depuis plus d'un an, incapable de prendre une décision politique - comme il l'a promis aux CA - qui laisse le gouvernail de l'État entre les mains des juges sous surveillance après la fin de l'état d'alerte le 9 mai. Un nouveau Pilate.

Au niveau national

Ces élections sont une impulsion directe entre la candidate du PP Isabel Natividad Díaz Ayuso '-"la fille de Zendal-", et le président du gouvernement Pedro Sánchez, qui depuis son mirador monclovite a maltraité les Madrilènes comme s'il était le propriétaire et le maître d'une plantation de coton avec des esclaves (de couleur) récemment arrivés d'Afrique au XVIe siècle. La stratégie imposée au candidat socialiste Ángel Gabilondo, du "non à Iglesias" au "Pablo, il nous reste 12 jours pour battre ceux de la photo de Colomb" en passant par le cordon sanitaire à Vox, confirme que le Sanchismo est le plus grand ennemi du PSOE. Le gouvernement et le parti se sont jetés dans les mains de Podemos. Une bande de radicaux : communistes, bolivariens et victimaires. Et il y a les sondages. Le débat de Telemadrid n'a servi à la gauche qu'à manipuler des données sur les morts et les vivants sans proposer d'alternatives à une droite qui gagne les élections et baisse les impôts depuis 25 ans. Combien de foyers avez-vous visités, M. Iglesias, lorsque vous étiez le seul responsable de la première vice-présidence ? Aucun, répondit Doña Isabel. Margarita Robles a souligné le lendemain que l'UEM est envoyée par la Défense, et non par WhatsApp, le chef de l'Agenda 2030. Un autre mensonge. 

Puis les paquets contenant les balles sont arrivés sans être détectés à la Poste et au ministère de l'Intérieur. Incompréhensible. Et le couteau peint en rouge au ministre Reyes Maroto. Le détecteur de son ministère du tourisme n'a pas non plus fonctionné. Et même en sachant qu'il était mentalement malade, il a continué à mentir dans une réunion sans expliquer la vérité. Comme s'il était Mme Lastra. Trois questions simples : pourquoi une lettre à Pablo Iglesias arrive-t-elle au ministère de Marlaska alors que tout le monde connaît l'adresse de son casoplón de Gal-a-pagar ? Celle de la directrice de la Garde civile, María Gámez, semble logique, car personne ne la connaît, si ce n'est pour son sectarisme, pour avoir rompu la neutralité de la Benemérita en participant à des rassemblements du parti socialiste et pour avoir toujours perdu les élections au conseil municipal de Malaga. Deuxième question : pourquoi voyez-vous sept coquillages sur la photo et non quatre ? Pourquoi le registre indique-t-il 22 abroil 2021 ? Abroil ? Un technicien ayant dix ans d'expérience à Barajas a confirmé à Trece TV que l'image sur l'écran est celle qui lui est montrée en pratique, mais qu'elle ne correspond pas à la réalité. 

Reyes Maroto

Nous sommes sans doute confrontés à une manipulation. Et une quatrième question : comment est-il possible que face aux défaillances du système, le président de Correos, Juan Manuel Serrano, ami proche de Sánchez, le deuxième poste le mieux payé de l'État (environ 220 000 euros par an) après la SEPI (235 000) ne soit pas apparu pour expliquer publiquement ces trous noirs dans notre sécurité. Et au fait, qu'il s'explique sur les votes des clients qui avaient simplement certifié une lettre. Un "poucherage" comme en 1931, 33, 34 et 1936 ?  Faisons confiance au service postal mais avec ces responsables, nous devons être très vigilants cette fois-ci dans le comptage des votes par correspondance.

Changer les règles

À l'ère des télécommunications, il n'est absolument pas logique que les délais de convocation des réunions soient prolongés de 54 jours. Et que, comme en Catalogne, elles se déroulent sur un jour de travail qui est toujours payé - jusqu'à 4 heures - par les employeurs. Il est urgent de modifier la loi afin de réduire ces 54 nuits à 30, de tenir les élections le dimanche le plus proche, de réduire la campagne électorale à une semaine, d'éliminer la propagande électorale qui arrive jusqu'au domicile des citoyens, les débats télévisés avec des propositions concrètes, les listes ouvertes et, en outre, d'interdire l'utilisation des médias institutionnels à des fins partisanes. Enfin, il est nécessaire d'éliminer de la loi électorale de 77, que les sondages ne peuvent être publiés que six jours avant le jour de la réflexion. Et surtout, quand vous pourrez les réaliser et les publier en Andorre. Bien entendu, il ne devrait pas non plus être interdit au CIS de les publier, s'ils sont partagés avec les parties concernées. Et si nous voulons changer l'avenir, le code pénal doit être modifié de manière à ce que les terroristes séparatistes, les putschistes, les violeurs et les corrompus soient disqualifiés pour se présenter aux élections. Le cas de Puigdemont est le plus humiliant. L'éthique, l'austérité, la transparence et la loyauté constitutionnelle doivent être les piliers de la régénération politique pour consolider une démocratie forte qui survit au cancer du totalitarisme. Pour changer le monde, nous devons nous changer nous-mêmes. Il nous appartient maintenant de rejeter la tyrannie d'un gouvernement socialo-communiste et de voter pour la décence et la liberté comme l'ont choisi Nicolás Redondo Terreros, Joaquín Leguina et Fernando Savater.

Sans programmes

Les balles, les couteaux, les disqualifications, les insultes et la polarisation - "il nous convient de fomenter la tension", selon les mots du maître ZP (2004), a été le dénominateur commun de cette campagne dont on ne retient que six mots : La liberté d'Ayuso, la protection de Monasterio, les fascistes d'Iglesias -pour lui nous sommes tous fascistes-, le "cordon sanitaire" de Gabilondo comme l'apartheid sud-africain, les mensonges du chômage et le faux curriculum de Mónica García de MM : ("Je suis communiste et je ne trouve aucune différence avec UP"), et l'appel inconsolable au centrisme du dernier "ange de l'enfer" Edmundo Bal.  

Après avoir perdu le débat télévisé et passé de la voiture officielle au taxi de son numéro 25 sur la liste Celso Gonzalez pour se rendre au rendez-vous télévisé, Iglesias Turrion a montré son histrion avec l'"espantá" programmé par Cadena SER. Un spectacle désespéré pour sauver les meubles. Il se plaint de l'enveloppe que le ministère lui a donnée pour écrire son tweet - comment est-il possible que cette preuve n'ait pas été conservée par la police pour l'enquête ultérieure ? - montre qu'il n'est pas exactement le courageux petit tailleur.  Comme il n'a pas fait son service militaire, son courage n'est même pas supposé. 

Pablo Iglesias

Nous avons appris avec Adolfo Suárez que le premier engagement d'un leader politique est d'admettre qu'il peut être assassiné ; sa bravoure le 23F, l'a confirmé avec Gutiérrez Mellado et Carrillo. Iglesias se donne en spectacle comme s'il avait été le premier menacé de l'histoire après avoir défendu ses amis de l'ETA qui n'ont pas menacé, ils ont tué des civils désarmés, des soldats et des honnêtes gens avec des balles dans la nuque, "comme un acte d'amour", disent-ils maintenant. Il faut être une crapule. 

Ayuso, après la menace catalane, avec bon sens, a opté pour le silence. Même Rajoy et Aznar se sont comportés en gentlemen après les agressions et une attaque d'Eta-Batasuna. Personnellement, j'ai été menacé par le groupe terroriste basque de 1998 à 2000. J'ai suivi à la lettre les recommandations de la police et je leur en ai parlé lorsque ma responsabilité à RTVE a pris fin. 

Il y a quelques heures, nous avons appris qu'Iglesias - le politicien le plus toxique de toute la démocratie espagnole - a déclaré au Corriere della Sera qu'il quittait la politique et qu'il transférerait ses pouvoirs (en 23) à la ministre du travail, Yolanda Diaz, qui n'est même pas de Unidas Podemos. Il n'a même pas de respect pour la mère de ses enfants, ministre et porte-parole au Congrès, qui pourrait être inculpée pour avoir utilisé une charge numérique de son département comme nounou. Un imposteur qui sera la dernière force politique de l'Assemblée de Vallecas et finira comme agitateur universel de la Chine, de Cuba, du Venezuela et de la Corée du Nord, seul ou en compagnie de Roures.

VOX

La baisse des impôts par les partis conservateurs, auxquels le PSE-M s'est rallié, contraste avec le gouvernement de la Nation qui porte un Plan de relance à Bruxelles avec des hausses sidérales contre les programmes de Berlin, Rome, Paris, Athènes, Lisbonne et La Haye. Ayuso n'a même pas été capable de rappeler aux citoyens que son gouvernement n'a pas augmenté son salaire depuis 5 ans et qu'il ne le fera pas tant que le chômage ne descendra pas en dessous de 9,9%, comme le propose le Groupe de Réflexion Multidisciplinaire coordonné par Jesús Lizcano, professeur de l'Université Autonome de Madrid. Seul son courage de ne pas fermer les restaurants, les cinémas, les théâtres et les opéras lui a donné le soutien nécessaire pour remporter les élections. Et le voilà avec le conseil municipal qui promeut le Plan Norte de Chamartín et 15 000 logements sociaux. Lancer dans la dernière ligne droite de la campagne le nombre de partenaires du leader populaire est une vilenie machiste du secrétaire général socialiste, José Luis Ábalos. Il n'a toujours pas expliqué ses neuf mensonges sur les valises de Delcy Rodríguez. Où sont les féministes ? Calme comme "vulpes". 

De la candidate MM, nous savons seulement qu'elle est très verte et qu'elle veut démanteler le Zendal et augmenter davantage les impôts. Iglesias est contre tout ce qui signifie le progrès. Et son idée forte est de soutenir les manteros et les squatters.  Et Ciudadanos veut revenir à la vice-présidence dans laquelle s'est lancé Aguado. Nous insistons sur le fait que la seule chose progressiste est de créer des emplois et cela devrait être le premier pacte du lendemain.

Elecciones Madrid

Deux ans d'avance

Il est bon de rappeler que nous sommes arrivés jusqu'ici grâce aux motions de censure du Cs-PSOE et de l'UP, en Murcie (Communauté et Conseil municipal) et en CyL ; l'anticipation d'Ayuso pendant une demi-heure, a empêché un auto-coup d'État à l'Assemblée de Madrid, promu par la présidence de la Chambre aux mains des centristes. Maintenant, laissez le peuple parler. En liberté. Nous avons deux ans devant nous pour arrêter une gauche ancrée dans le passé. Je regarde les signataires du manifeste "Ahora sí" et ce sont toujours les mêmes. Le Bardem et l'indispensable maire de l'UCD Zaragoza. Je veux croire que César Antonio Molina l'a signé sans le lire. Assurer que "ce furent 26 années infernales d'attaques contre les droits et la dignité de la majorité des citoyens" est un mensonge comme le ballon du monde car la gauche a toujours été minoritaire ici. C'est un texte écrit par quelqu'un qui ne connaît ni la syntaxe ni la honte. Une continuation de la supériorité morale (et raciste). Tant pis pour ça. 

La formule de la peur, des émotions et des menaces conçue dans la Moncloa n'a pas fonctionné ni avec les interventions du secrétaire général du PSOE qui a disparu au combat ni avec les interventions du ministre Marlasca accusant le PP d'"organisation terroriste". Il a ensuite démenti mais la vidéo est toujours dans les réseaux. Un juge honnête aurait demandé pardon, d'autant plus qu'il est monté dans les cieux du CGPJ grâce au PP de Don Mariano.  Aujourd'hui, sans aucun crédit politique, c'est un type peu présentable et arrogant qui fait venir des terroristes de l'Eta au Pays Basque pour que le PNV puisse les mettre dans la rue et leur donner une pension à vie dans les prochains mois. Quel ministre honteux ! Quelle ignominie d'un juge (indigne) qui méprise les victimes de la violence terroriste après 70 ans de souffrance ! C'est le même ministre qui n'a pas soutenu au Sénat les Forces de Sécurité de l'Etat après la discrimination nazie de la Generalitat en refusant de les vacciner du Covid 19 comme il l'a fait avec les Mossos. Quelques bons juges ont restauré la dignité d'un collectif voué à servir tous les Espagnols. 

Fernando Grande Marlaska

Tous aux urnes

Dans ce voyage vers les urnes - 213 ans et deux jours après le célèbre 2 mai 1808 - l'enjeu est de taille. Liberté, démocratie et punir un gouvernement de la Nation qui a été contre nous tous. Un gouvernement social-communiste accroupi qui, le lendemain, peut commencer à accélérer les grâces aux putschistes catalans, y compris Puigdemónt et ses camarades de Waterloo ; un exécutif qui utilise le BOE pour attaquer l'opposition, phagocyter des institutions comme le CIS et Correos, et faciliter que les syndicats puissent arrêter le pays en toute impunité en dépénalisant la coercition les jours de grève ; un conseil de ministres qui va bientôt casser la Caja Única de la Seguridad Social pour la remettre à Urkullu ; une équipe d'irresponsables qui démantèlera à la mi-mai la Garde civile des routes de Navarre comme l'exige Otegi ; un gouvernement qui se tait quand un groupe terroriste catalan accroche sur les ponts des principales autoroutes les effigies des dirigeants qui ne promeuvent pas suffisamment l'indépendance ; un gouvernement qui, après avoir vendu huit fois la propagande du Plan de relance, l'approuve au dernier conseil des ministres et le cache aux citoyens. Ensuite, la bouche de la porte-parole Montero est pleine de transparence.

Quand vous votez, pensez à l'enfermement et aux 53 millions qui ont été donnés à Plus Ultra avec les mêmes gestionnaires qui ont coulé Air Madrid ; quand vous allez à votre bureau de vote, pensez à l'augmentation du déficit (8,4%) et à la dette obscène de 119%. Au moment de voter, n'oubliez pas que la ministre Nadia Calviño a déjà admis que dans le PGE récemment approuvé, il y a un " trou " de 36 000 millions d'euros. Et dans la loi Celaá et dans la loi sur l'euthanasie.  N'oubliez pas les généreux millions donnés aux syndicats et la dépénalisation de la désobéissance. N'oubliez pas que Sánchez a négligé ses responsabilités en matière d'immigration et de pandémie. Il a laissé les communautés autonomes sans outils pour lutter contre le coronavirus. Voter le 4, c'est visualiser le pouvoir judiciaire noué : " Je tourne le dos au fait qu'ils mettent la main sur le pouvoir judiciaire ", assurent-ils ; bien qu'ils n'aient pas eu le courage de dénoncer leur harcèlement et leur démolition ni au TC ni au Médiateur. Si c'est du progressisme, que Dieu descende et le voie.

Pedro Sánchez, presidente del Gobierno de España

Chers concitoyens de Madrid du monde entier, nous sommes à quelques heures de la journée de réflexion. Voter aujourd'hui, c'est faire un premier pas pour mettre fin à ce gouvernement Frankenstein qui nous a éloignés de l'UE et de l'Amérique latine. Un gouvernement qui ne dit jamais la vérité. Votez, sans crainte ; votez en toute liberté. La démocratie et les urnes chassent la haine d'une gauche (qui se dit progressiste) mais ne parle jamais des files d'attente du chômage ou de la solidarité de l'Église catholique et de Manos Unidas. Regardez les salaires, les pensions et les libertés du Venezuela et de Cuba. À Caracas et à La Havane, ils ont également dit que le communisme ne pouvait pas s'y produire. Comparez. Ce qui est en jeu, c'est le pilier de la Magna Carta, la Transition de 78 et la prospérité. 

Ces élections devraient être le premier pas pour que le centre, la droite et la social-démocratie travaillent ensemble pour renverser les prochaines élections générales lorsque le dieu mineur de La Moncloa décidera de les convoquer. Parce que la ruine du coronavirus ne peut servir à générer une violence universelle permanente protégée par des idéologies totalitaires (je recommande de lire dans ce pont Le diable dans l'histoire, (Stella Maris, 2015) de Vladimir Tisnaneaunu, un chercheur roumain qui a subi les Ceaucescu et enquêté sur Hitler et Staline). Deux projets fusionnés en un terme précis : le national-stalinisme, que Pablo Iglesias défend chaque jour avec tant d'ardeur qu'il a réussi à podemizar parallèlement à La Moncloa et Ferraz. 

"Nous sommes le coup terrible d'un cœur non résolu", nous a dépeint Gabriel Celaya. Nous avons l'obligation de ne pas fracturer davantage la société. "Nous, les démocrates", murmure Iglesias alors qu'il sait bien qu'un communiste (et un nationaliste) ne peut pas être un démocrate". Le leader podestat fait un effort de dernière minute pour aligner "ce qu'il fait avec ce qu'il croit et ce qu'il dit avec ce qu'il fait". Il appelle cela chevaucher entre les contradictions. Vulgo, tromper.  Si nous ne nous rendons pas en masse aux urnes ce mardi, nous courons le risque que la paix du conformisme éclate et que cette lâcheté nous mène tout droit au national-stalinisme.

Madrilènes : remplissez les urnes de liberté, de Constitution, d'unité de l'Espagne, de soutien au roi Felipe VI ; remplissez les urnes d'illusion, de coexistence, de progrès, de solidarité, d'emploi et de vie. Aux urnes ! Madrid est la maison de tous !

Fraile Beriáin

PS. In memoriam. - Je ne connaissais pas David Beriáin ou Roberto Fraile, mais j'ai suivi dans DMAX leurs dangereux documentaires sur les trafiquants de drogue colombiens ou les mafiosi albanais. Refroidissement. Du pur journalisme. Ils ont été exécutés au Burkina Faso alors qu'ils tentaient de dénoncer la chasse clandestine d'animaux en voie de disparition. Ils sont un exemple pour toute la profession et une source de fierté pour ceux d'entre nous qui croient au journalisme en tant que bannière de la Vérité. Le gouvernement décernera la médaille du mérite civil à David et Roberto. "Aucun rapport ne vaut une vie", a-t-il déclaré lors d'un discours à l'université de Navarre. Ils ont tout fait dans le journalisme. Nous sommes laissés avec leur exemple. Nous partageons la douleur avec leurs familles et leurs amis. La mort vit toujours en amour avec la vie. Nous prierons pour eux. Reposez en paix, camarades. 

Antonio Regalado dirige BAHÍA DE ÍTACA à : aregaladorodriguez.blogspot.com