Opinion

Message erroné d'Al Jazeera sur la Grèce

Mensaje equivocado de Al Jazeera sobre Grecia

Il y a quelques jours, la célèbre chaîne de télévision pro-Erdogan Al Jazeera TV au Qatar a montré et mis en ligne sur YouTube un pauvre « reportage » de Glenn Ellis sur la « minorité nationale turque » de la Thrace grecque (Thrace occidentale, espace litigieux : les Turcs du nord-est de la Grèce) dans la série People & Power, criant à des kilomètres de distance, ce qui était un ordre de la Turquie. 
Les trois membres de l'équipe n'étaient pas autorisés à filmer en extérieur, n'avaient pas l'intention d'utiliser un drone, enregistraient les visages et les plaques d'immatriculation des policiers et étaient généralement indifférents à toute déontologie. Chaque scène et chaque attentat ont été préparés pour « corroborer » la propagande erdoganiste pour la région grecque et nous ne mentionnerons que les actes illégaux les plus évidents de la série.
Premièrement, même un chrétien grec et un député élu de la minorité musulmane ne se sont pas exprimés dans le reportage.

Tant de députés, maires et conseillers municipaux, actuels et anciens (on en a même vu sur les plans de l'émission) mais personne n'a été interrogé sur la situation actuelle en Thrace grecque ! Seuls ont pris la parole ceux qui ont contractuellement assumé le rôle d'accusateur de la Grèce - généralement à l'étranger - et ceux qui agissent pour les intérêts turcs dans notre région : les gens des syndicats turcs qui opèrent illégalement, certains éditeurs-journalistes (disons, maintenant...), le président du parti politique turc KIEF, le calomniateur permanent de la Grèce par PEKEM, son « collègue » d'Allemagne et le mufti turc non reconnu Ibrahim Serif. Sans qu'un seul mot musulman ait un rôle institutionnel, une image totalement fausse d'une minorité marginalisée a été donnée. Il n'y a aucune trace des distinctions positives que l'Etat grec apporte aux musulmans de Thrace (études, travail...). Sauf, bien sûr, les demi-vérités et les mensonges entiers que les soi-disant menteurs ont servis.

Sans références historiques

Le spectacle commence en comparant l'image sereine d'un vieil homme dans un café d'un village minoritaire avec une autre de la réunion nocturne de l'Aube dorée (à Athènes !) avec des torches, des drapeaux, etc. Le message est immédiatement adressé aux Grecs d'extrême droite qui oppriment les Turcs pacifiques. Bien sûr, on garde secret le fait que Chrysi Avgi (insignifiant électoral en Thrace) n'a jamais touché les cheveux d'une minorité et que le seul qui est mort dans les émeutes ethniques il y a 40 ans était un chrétien (Angelos Solakidis en 1991).
Quant à la physionomie de la Thrace, il dit qu'elle est passée par de nombreux souverains, mais depuis 1300, les Ottomans qui sont partis il y a 100 ans ont dominé ! Pas un mot sur les milliers d'années d'intégration organique de la Thrace dans le monde grec, antique ou byzantin !
Pour les Pomaks et les Romains, il n'y a pas eu la moindre mention, en fait, tout en parlant constamment de la culture turque, il montre quelques costumes des Pomaks et parle des anciennes traditions, laissant entendre qu'elles sont aussi turques. Et bien sûr, il montre des groupes de danse avec des costumes, des danses et des objets apportés par la Turquie, complètement étrangers à la Thrace grecque. Ainsi, depuis que le mécanisme consulaire les a mis à notre place ces vingt dernières années...

Il fait référence aux 3 syndicats qui ont été abolis par les tribunaux grecs - essentiellement l'Union turque de Xanthi (TEX), qui l'appelle aussi une ONG ! - mais en 2008, ils ont obtenu une décision favorable devant les tribunaux européens. Cependant, il ne dit pas que ces syndicats ont simplement été privés de leur NIF et de leurs enregistrements, alors qu'autrement ils fonctionnent normalement, en fait ils invitent même les autorités locales à leurs événements ! En fait, Ahmetoglou, le président de TEX, a l'audace de parler du « problème de la Grèce avec ses minorités nationales » au pluriel !

Ici, bien sûr, la responsabilité incombe aux autorités grecques, qui ne scellent pas les nids de guêpes comme elles auraient dû le faire avec la loi. Le reportage de la chaîne sur les écoles des minorités est une désinformation encore plus lascive. Elle indique qu'ils en ont fermé cinq autres l'année dernière, portant le total à 65 au cours des huit dernières années (elle ne dit pas qu'ils ont doublé). Il cache le fait que des écoles ont été fermées dans tout le pays pour des raisons économiques (avec une limite de 9 élèves), mais il ne dit pas que ces enfants sont transférés dans des écoles de minorités aux dépens de l'État grec - plus grandes et clairement meilleures que les écoles à deux places qu'ils fréquentaient auparavant. Il ne parle que de l'absurdité de l'assimilation par l'éducation publique, où les enfants des villages musulmans sont censés de finir.

Mensaje equivocado de Al Jazeera sobre Grecia
 

Les muftis

Il présente ensuite Ibrahim Serif comme le mufti « choisi » de Komotini, après nous avoir dit que "traditionnellement" le mufti était choisi ici. En fait, messieurs, c'est une tradition qui est complètement ignorée par l'ensemble du monde musulman, et par la Turquie elle-même, mais elle ne s'applique que dans nos régions ! Brevet mondial, étrangère à l'Islam mais pratique pour Ankara ! A un certain moment, le rapport entre dans un contexte plus large et fait référence à la question chypriote comme une occasion de durcir l'attitude grecque envers la population minoritaire. Il parle des troubles intercommunautaires sur l'île qui ont conduit à l'invasion turque, alors que le coup d'État contre Makarios n'était pas d'une telle ampleur.

Il fait également référence aux événements de 1989 en Bulgarie avec la tentative de l'État de changer les noms musulmans dans ce pays, sans rapport avec tout ce qui est grec mais utile dans tout le climat pro-turc créé par le spectacle. Plus tard, dans l'émission, la rédactrice en chef du magazine Gudem, Choulia Emin, se plaint que son adversaire a exigé 1 000 000 d'euros, mais il n'est jamais dit qu'aucun autre journal de langue turque n'ait JAMAIS donné un seul euro, même si leurs convictions concernaient des citoyens concernés, souvent des minorités. De même, l'autre... indigeste rédacteur en chef, Genghis Omer du journal « Millet », parle d'une peine de 15 mois de prison, laissant l'impression qu'il est entré ou même qu'il a payé ! Et il parle de la liberté d'expression, qui, si la loi était appliquée, devrait être mise sur le banc après presque chaque numéro de son pamphlet fasciste !
Une autre arnaque a été l'apparition de Tsigdem Asafoglou, le président du Parti « turc » pour l'égalité, la paix et l'amitié (KIEF) créé par la Turquie en Thrace. En riant presque, il a parlé de menaces contre sa vie et sa famille, il est donc raisonnable de supposer qu'elles étaient ridicules ou difficiles à croire. Les a-t-il jamais signalées à la police grecque, a-t-on trouvé quelque chose ?
Puis sont venus les monuments culturels : en raison de l'incendie de la mosquée Bayazit à Didymoteicho, on a dit que la minorité ne croyait pas à la version officielle de l'accident. Pervin Chairoula a fait remarquer que sur les 3 000 monuments ottomans en Grèce, il n'en reste que 300 ( !!!) parce que la Grèce ne donne pas d'argent pour leur restauration et que des images sont apparues avec 1 ou 2 tombes musulmanes détruites à Alexandroupolis - des provocations habituelles, bien sûr. Non, ils n'ont rien montré sur les tombes chrétiennes et les églises vandalisées. Ni des mosquées rénovées, ni des mosquées nouvellement construites qui les décorent avec des drapeaux turcs ( !), ni des écoles de formation professionnelle...

Les réfugiés

Cependant, la ligne turque a été suivie par la chaîne de télévision Al Jazeera dans toute la Grèce. Même dans son rapport sur les récents événements à la frontière gréco-turque à Kastanies, elle parle de « réfugiés de Syrie » à qui les Grecs ont lancé des gaz lacrymogènes et de la fumée, et ce n'est qu'alors que les Turcs ont riposté ! En fait, les autorités turques ne les décriraient pas de manière aussi objective.
Et une dernière chose : les présentateurs de l'émission disent avoir été constamment surveillés par la police secrète grecque et avoir finalement été arrêtés pendant la nuit. Cependant, ils ne disent pas que cela ne s'est PAS produit en Thrace grecque mais sur... l'île de Kos, où ils sont également allés montrer d'autres « ethnies turques opprimées » mais ont été pris en train de photographier des endroits interdits !