PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Moderna appuie sur l'accélérateur

COVID-19

Le vaccin d'Oxford n'est pas le seul vaccin en cours d'essais cliniques. Selon Jarbas Barbosa, directeur adjoint de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS-OMS), il existe actuellement 150 projets de vaccins et de thérapies candidats pour traiter le SRAS-CoV-2. 

Au total, six essais sont les plus avancés pour parvenir à une immunisation efficace : 1) le vaccin d'Oxford avec un accord avec la société pharmaceutique britannique AstraZeneca ; 2) la société d'État chinoise China National Pharmaceutical Group Corp. connue sous le nom de Sinopharm, est en phase 3 en collaboration avec l'Institut de virologie de Wuhan et a entrepris de le tester également en dehors de ses frontières sur des volontaires aux Émirats arabes unis ; 3) la société américaine Moderna Therapeutics entrera en phase 3 de son vaccin à partir du lundi 27 juillet et commencera à le tester dans 30 000 personnes dans différentes parties de l'Union américaine ; 4) la société allemande BioNTech, avec un accord avec la société pharmaceutique américaine Pfizer, passera à la phase 3 avant la fin juillet et commencera les tests sur 30 000 volontaires ; 5) la société chinoise CanSino Biologics, en phase 2, injecte son vaccin aux soldats de son armée et l'Institut scientifique militaire y a participé ; 6) une autre société chinoise, Sinovac Biotech, est également sur le point de passer à la phase 3 et testera son immunisation à la fois localement et au Brésil.

La Russie a déclaré que son vaccin est tout aussi efficace, la presse russe cite le ministère de la défense et le ministère de la santé, affirmant qu'il a été développé en collaboration avec l'armée et le Centre national d'épidémiologie et de microbiologie Gamaleya ; les premiers à être injectés sont militaires. 

« Le projet de vaccin Gamaleya est basé sur l'adénovirus humain, un virus du rhume commun, mélangé à la protéine CoV-2 du SRAS pour stimuler une réponse immunitaire. Il présente certaines similitudes avec un vaccin développé par la société chinoise CanSino Biologics, qui est déjà en phase 2 des essais au Canada », a déclaré le ministère de la défense.

A son tour, Alexei Repik, directeur de R-Pharm, a confirmé que le pharmacien russe qu'il dirigeait récemment a signé un accord de collaboration avec la société britannique AstraZeneca afin qu'ils produisent le vaccin Oxford en Russie pour l'exporter vers les pays du Moyen-Orient et d'Asie. 

Pour sa part, le ministère américain de la santé et le ministère américain de la défense ont signé un accord avec Pfizer et BioNTech pour 1,95 milliard de dollars afin d'acheter 100 millions de doses du vaccin contre le coronavirus. 

Avec un tel nombre de projets de vaccins, combien y aura-t-il de vaccins contre les coronavirus ? Chaque pays pourra-t-il fournir le sien, ou existe-t-il des règles internationales à ce sujet ? Et qu'en est-il des pays qui ne font même pas de recherche sur la manière d'en obtenir un et qui n'ont que la possibilité de l'acheter à l'étranger ?

Lors de la dernière conférence de presse, j'ai demandé à Barbosa de connaître la position officielle de l'OMS-OPS, à laquelle il a répondu qu'il y avait beaucoup d'attentes dans le monde au sujet des vaccins et que, tout d'abord, « nous n'avons toujours pas le vaccin » ; c'est pourquoi, a répété le directeur, il est très important de poursuivre les mesures de prévention. 

Le vaccin doit prouver son innocuité et son efficacité tout au long des essais précliniques ; il est ensuite testé en phase 1, 2 et 3 chez l'homme et bien que la dernière phase soit définitive, cela peut prendre des mois car il doit être appliqué à des groupes de 30 000 à 50 000 personnes et voir, une à une, les réactions et les contre-indications générées.  

Mais il y aura des vaccins, il y en aura, selon Barbosa, car il y a des dizaines d'autres projets en phase 1 ou en phase 2 qui pourraient se dérouler en 2021 et qui offriront « de nombreuses opportunités », et puis il y a le défi de les « distribuer » de manière égale.

Une collation 

Je suis préoccupé par le fait que, ces derniers jours, plusieurs rapports ont fait état de pressions exercées par les sociétés pharmaceutiques sur leurs autorités sanitaires nationales et sur les principaux organismes mondiaux de réglementation des médicaments pour les tenir à l'écart de tout risque si les vaccins contre le SRAS-CoV-2 sont approuvés et provoquent des effets indésirables.  

Il convient de noter que cette ruée a déclenché une course pour le vaccin, de sorte qu'en quelques mois, il est prêt à être produit alors que dans des conditions normales, cela prendrait des années ; la science est faite d'essais et d'erreurs.  

Je crains qu'en fin de compte nous finissions tous par être des cobayes de laboratoire qui, il est vrai, sont au courant de l'urgence sanitaire, mais on ne peut nier qu'il y a un profond intérêt pécuniaire derrière tout cela. Allez-vous, mon ami lecteur, vous faire vacciner contre le coronavirus ?