Opinion

Opportunités

Inés Arrimadas

Eh bien, quand le paysage politique a changé, d'un jour à l'autre, d'avant-hier à aujourd'hui, Pedro Sánchez a gagné et gouverne, et l'appareil du parti perd. Et nous voyons à nouveau comment le soleil brille sur les tôles d'acier. Le PP se berce dans ses problèmes et attend que les procès tombent, tous des cas isolés et anciens, selon eux. Et Podemos crie que nous devons sauver la patrie, comme autrefois. Sans eux, on pourrait penser n'importe quoi, mais ils ressemblent à VOX. Quant à Ciudadanos, ils marmonnent une chanson de Radio Futura ; il fait chaud, il fait chaud.....esta est l'école de la chaleur.

Pendant ce temps, les médias se frottent les mains car tout le monde devra à nouveau se concentrer sur eux et ils retrouveront le devant de la scène, car la pandémie a déjà été exploitée. 

Et ainsi l'année passe, entre querelles et craintes.

Mais je m'arrête à Ciudadanos. Jeune, libéral et sans préjugés, il cherche une niche dans le panorama pittoresque, réussit, foire et devient un vase chinois. Mais Inés, prend le relais et continue à chercher une niche. Avec la permission de VOX, qui est très occupé à faire la corrida à Pablo, à marcher sur son verger et à chanter Snowy Mountains, ce que Filomena lui a facilité. 

Et, comme je le disais, Inés essaie d'ouvrir la boîte. Il est possible qu'elle trouve la poignée, mais ce n'est pas une ouverture facile. Car entre les débats de l'un et de l'autre, l'intérêt de Podemos à nous sauver tous et à toucher le moral du PSOE, celui du PP à s'éclipser et celui du PSOE à se définir. Inés et ses garçons donnent l'impression qu'ils cherchent Macron avant qu'il ne commence à pleuvoir davantage. Mais maintenant que les journées s'allongent, ils doivent en tirer le meilleur parti et se mettre au travail. Resserrer les rangs, former des cadres, ouvrir les idées, rejeter les copies, changer les habitudes, parler clairement, expliquer leurs décisions et apprendre à gouverner. Ces dernières sont en train d'être prouvées. Car c'est sur les terrains en terre battue que l'équipe est bronzée, où la poussière et les coups de pied des rivaux, tempèrent l'esprit et renforcent l'esprit de groupe. Et où tomber est une garantie de broutage et où vous partez avec tellement de choses sur le corps que vous pouvez à peine mettre votre pantalon long après le match. Et cela forge le caractère.

Mais voyons ce que les gens en pensent, avec les réseaux sociaux enflammés, les télévisions qui répondent à des "tweets" et la presse qui cire le côté qui lui convient le mieux, personne ne devine ce que l'électeur va décider, ni en Catalogne, qui est un arcane comme un magasin de porcelaine, ni lors d'éventuelles élections anticipées. Car si Sánchez continue à avaler des crapauds et prend jusqu'à la fin de la législature, sans déclencher d'élections anticipées, le choc pourrait être énorme pour lui et pour le parti. Mais nous ne savons pas si le président est intéressé par le PSOE. De plus, comme chacun a son opinion, même contre le grand appareil politique et médiatique, cela pourrait ouvrir la porte à Ciudadanos et, peut-être, recruter à nouveau certains de ceux qui se sont échappés. Non pas tant pour leurs propres mérites, mais plutôt pour les désastres des autres. 

Parce que ce que les citoyens ordinaires semblent vouloir, c'est un ordre compréhensible, changeant, oui, mais pour le mieux et sérieusement. Sans sophisme, sans promesses non tenues, sans corruption et sans que les actes quotidiens ne changent trop ; la première communion de l'enfant, l'actualisation des salaires, des pensions, du chômage, de la santé, une gestion ordonnée de la pandémie et des fonds européens, etc. .... c'est-à-dire avec un principe de choix rationnel bien clair. Un peu impulsif, le désir, et peut-être pas trop élaboré, mais clair et emphatique dans son expression devant la cubata. C'est-à-dire une normalité variable, non pas idéologique, mais de gestion et transversale, peu importe qui a raison, mais que ce qui est bon pour la majorité soit fait. Pas de bons ou de méchants. L'État-providence le plus large possible comme objectif, en introduisant les variables nécessaires pour qu'il soit plausible, telles que : argent disponible, impôts raisonnables, dépenses productives, répartition de la richesse, etc. Des variables qui, bien qu'elles limitent l'exécution des tâches, peuvent être ajustées pour les rendre aussi larges que possible.

Ce n'est pas si difficile, les transformations qui ont eu lieu en ces années de crise et la douloureuse pandémie ont libéré les partis et les électeurs des liens. En outre, un niveau culturel plus élevé, plus de moyens d'interaction, plus de médias et une société plus ouverte donnent la possibilité à ceux qui n'ont pas de préjugés, mais plutôt des politiques et des discours réalistes, d'expliquer et de gagner la confiance de l'électorat. Mais attention à ne pas décevoir à nouveau, ce n'est pas le moment de faire des expériences.

Tout le reste, c'est de l'histoire, des boules de naphtaline ou une révolution en cours. En ces temps, et plus encore aujourd'hui, des réflexes, de la sincérité, de la propreté et du sérieux sont nécessaires. Si tout cela est capable de rassembler une partie ou une bonne partie de ces intérêts, cela peut amener le chat à l'eau. Et il semble, d'après les sondages publiés et les courants d'opinion existants, que ni la polarisation si productive en d'autres temps, ni les mensonges des partis classiques, répétés mille fois, n'ont d'effet sur l'électorat, sinon sur la croissance des nostalgiques. 

Ainsi, Inés, aujourd'hui avec moins de voix qu'au bon vieux temps, libérée de certains fardeaux au sein du parti et sans beaucoup à perdre, peut, si elle trouve les clés d'accès, retourner jouer sur le terrain avec les anciens. Voyons si elle peut réussir.