PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Pelosi et Bolivar

nancy-pelosi-taiwán-estados-unidos

Alors que la situation autour de Taïwan se complique de jour en jour, ici les gens habituels s'arrachent les cheveux parce que le roi d'Espagne n'a pas défendu l'épée de Simón Bolívar lors de la cérémonie au cours de laquelle Gustavo Petro est devenu président de la Colombie. Il est clair qu'ils n'ont pas d'idées claires ni d'autres choses plus importantes auxquelles consacrer leur précieuse attention.

Taiwan va mal. Les deux porte-avions chinois ont maintenant été rejoints par un autre porte-avions américain déterminé à faire respecter la liberté de navigation dans les eaux du détroit séparant l'île du continent, que Pékin revendique désormais comme sienne. Les Chinois lancent des vagues d'avions qui survolent la zone d'exclusion aérienne de Taïwan et l'île répond en lançant ses propres avions, ce qui augmente le risque d'un incident non désiré (ou non ?). Les Chinois lancent des missiles autour de l'île et certains - à haute altitude - survolent l'île et atterrissent dans les eaux de la Zone économique exclusive du Japon, comme s'ils invitaient ce dernier à se joindre à la fête, tandis que les Taïwanais répondent également par des tirs réels de leur artillerie côtière. Les Chinois, enfin, répètent un blocus complet de Taïwan, comme s'ils se préparaient pour l'avenir, bien que la navigation civile ne semble pas avoir été affectée. Un blocus qui nous priverait de semi-conducteurs (Taïwan est le plus grand producteur) provoquerait un chaos mondial qui toucherait également la Chine, qui en importe à grande échelle. Si cela va plus loin, cela pourrait devenir la guerre de Pelosi, car c'est la visite inutile de la présidente de la Chambre des représentants à Taïwan qui a donné à Pékin une excuse pour faire ce qu'il voulait probablement faire depuis longtemps : montrer sa poitrine et alimenter le nationalisme patriotique avant le 20e congrès à l'automne du parti communiste, le véritable arbitre de la politique chinoise. Personnellement, je crois pour l'instant que le sang ne coulera pas jusqu'à la rivière, mais j'avoue que je pensais la même chose quelques jours avant l'invasion de l'Ukraine, car je ne croyais pas que les Russes allaient lancer une guerre d'annexion au XXIe siècle dans le meilleur style du XIXe siècle. Comme le disait Nietzsche, les dieux eux-mêmes sont impuissants face à la bêtise humaine. Et c'est ainsi.

Il va sans dire que Nancy Pelosi peut aller où elle veut, mais elle ne pouvait pas ignorer que si elle se rendait à Taïwan, la Chine réagirait mal, et en ces temps d'inflation galopante, de guerre en Ukraine et de crise alimentaire mondiale, il ne semble pas que le moment soit le plus opportun pour provoquer qui que ce soit, et encore moins une grande puissance qui n'est pas satisfaite de la répartition actuelle du pouvoir dans le monde, qui date de 1945, et qui veut la modifier à sa convenance et en fonction des réalités de 2022. Et qui, pour couronner le tout, se comporte plutôt bien par rapport à ce qui se passe en Europe et ne donne pas d'armes à la Russie - pour autant que l'on sache - alors qu'elle a multiplié ses échanges avec Moscou depuis le début de l'invasion. Bien sûr, peut-être que la Chine finira par être le seul grand bénéficiaire de l'invasion russe, car elle divertira les Américains sur la scène européenne et videra ses arsenaux d'armes, tout comme elle vide ceux de l'Europe avec son aide matérielle massive à Kiev, nous complique la vie avec l'afflux massif de réfugiés, et nous plonge tous dans l'inflation et un hiver avec des restrictions prévisibles de gaz dans de nombreux pays, ce qui fera remonter à la surface les tensions dans la relation transatlantique en raison de la manière asymétrique dont elle nous affecte tous. La même unité européenne louable jusqu'à présent commence à montrer quelques fissures entre les pays du nord, qui sont en faveur d'un combat jusqu'à une victoire finale (impossible ?) de l'Ukraine, et les pays du sud, plus réalistes, qui pensent que puisque cela se terminera nécessairement par une négociation, ils préféreraient que cela se fasse le plus tôt possible et nous éviter ainsi des problèmes.

Au vu de ces crises à Taiwan et en Ukraine, l'épée de Bolivar est risible. Le Libérateur mérite tout le respect et son épée aussi. Mais son apparition ne figurait pas dans le programme officiel et il n'est pas un symbole de l'État colombien. Il me semble que les podemites qui ont organisé une joute oratoire sur ce sujet feraient mieux de donner l'exemple et de respecter les symboles patriotiques de leur propre pays, l'Espagne, tels que le drapeau, l'hymne, la Constitution et la monarchie elle-même, au lieu de chercher des problèmes là où il n'y en a pas. Ou bien faut-il seulement respecter les symboles des autres, même s'ils ne sont pas officiels, et ne pas respecter les siens ? En d'autres termes, à mon avis, ils doivent montrer l'exemple, ce qui n'est pas facile. Un minimum de cohérence intellectuelle serait souhaitable, et je suis bien conscient que j'en demande trop. C'est pourquoi je ne pense pas que Joe Biden doive se lever de son siège si Don Pedro Sánchez songe à sortir la Tizona ou le bras non corrompu de Sainte Thérèse dans un défilé. La même chose en Colombie.

Jorge Dezcallar, ambassadeur d'Espagne.