Opinion

Peur des représailles : l'État palestinien n'est toujours pas reconnu 

¿Miedo a las represalias?: el Estado palestino sigue sin ser reconocido 

Cesser de fermer les yeux sur les illégalités et le mépris des droits de l'homme, ouvrir les projecteurs bien au-delà de la violence du Hamas, est une étape obligatoire au niveau international, mais une étape compliquée.

La violation des limites de la frontière établie par les Nations Unies en 1947 entre Israël et la Palestine est constante à ce jour. L'instabilité est telle que, bien que l'indépendance de la Palestine ait été consacrée en 1988, seuls 139 des 193 pays qui composent la planète ont reconnu sa souveraineté. Pendant ce temps, l'avancée de la puissance coloniale continue d'être autorisée au niveau international.

AFP/ MAHMUD HAMS  -   Los palestinos evalúan los daños causados por los ataques aéreos israelíes, en Beit Hanun, en el norte de la Franja de Gaza, el 14 de mayo de 2021
AFP/ MAHMUD HAMS  -   Des Palestiniens évaluent les dégâts causés par les frappes aériennes israéliennes, à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, le 14 mai 2021.

Une fois que l'OLP (Organisation de libération de la Palestine) a été consacrée en 1974 comme le représentant du peuple palestinien devant l'ONU, même par Israël, l'avancée vers sa reconnaissance internationale en tant qu'État souverain a été et reste compliquée, influencée par des complots et la crainte d'éventuelles représailles parmi les alliés. C'est pour cette raison que l'Espagne n'a pas reconnu officiellement la souveraineté palestinienne, bien qu'elle ait manifesté son initiative à d'innombrables reprises. Toutefois, à ce jour, seuls 9 des 27 pays qui composent l'Union européenne ont franchi le pas.

C'est en 2011 que la Palestine a demandé à l'ONU de devenir un État membre, ce qui a fait monter les enchères avant le refus des États-Unis et le complot mené de concert avec Israël pour convaincre d'autres États de voter contre, obtenant le soutien du Canada, de l'Italie et de l'Allemagne. La pression américaine a atteint le point de menacer de supprimer l'aide à la Cisjordanie, en plus de demander à l'ONU de retirer le financement de l'aide à la Palestine.

PHOTO/ONU/LOEY FELIPE - Fotografía de archivo de una reunión del Consejo de Seguridad sobre la situación en Siria, 28 de febrero de 2020
PHOTO/ONU/LOEY FELIPE - Photo d'archive d'une réunion du Conseil de sécurité sur la situation en Syrie, le 28 février 2020.

En 2012, sous la campagne "Palestine 194", a été effectué le vote pour l'adhésion, étant seulement 9 États contre et 41 s'abstenir, la Palestine à consolider comme "État observateur non membre", un petit pas qui a encouragé la reconnaissance par de nombreux pays. 

Comme l'a déclaré Mahmud Abbas, président de l'Autorité nationale palestinienne, membre du parti Fatah, son initiative "ne vise pas à délégitimer Israël mais à légitimer la Palestine", c'est-à-dire que tout refus de le reconnaître ne fait que révéler des intérêts entre alliances.

Dans le cas de l'Espagne, le PP et le PSOE ont tous deux défendu et soutenu l'idée de la coexistence de deux États. Malgré cela, ému par les normes européennes et l'influence des États-Unis, il ne reconnaît toujours pas officiellement l'État palestinien.

PHOTO/MAHMOUD AJJOUR vía ZUMA  -   El líder de Hamás, Ismail Haniyeh
PHOTO/MAHMOUD AJJOUR vía ZUMA  -   El líder de Hamás, Ismail Haniyeh

La pression diplomatique qui se cache derrière ce fait est évidente ; dans le cas de l'Allemagne, reconnaître la Palestine signifierait, non seulement la détérioration des liens avec Israël et même les États-Unis et donc ses alliés, mais aussi être la cible d'accusations qui évoquent son passé fasciste, de la même manière que cela se produirait avec l'Espagne ou l'Italie. 

Les Etats-Unis étant le principal soutien d'Israël, les autres puissances, notamment l'Union européenne, sont dans les cordes. 

Aux difficultés diplomatiques s'ajoute le grave effet que le Hamas a eu sur la Palestine, qui contrôle Gaza depuis 2007 et qui, à une date antérieure, a entraîné le blocus international de la zone. Cette organisation terroriste a fait en sorte que la voie politique qu'empruntait la région a été remplacée par la voie violente. L'action menée par le Hamas est devenue, à des fins médiatiques, la "voix officielle" de la Palestine, ternissant l'image et la juste revendication de son peuple. Comme on peut le constater avec tous les types de radicalisation, notamment dans le cas de l'ETA ou des manifestations radicales de rue de l'extrême gauche, la violence ne fait que souiller le message ou l'objectif défendu, perdant toute légitimité, ce qui s'applique également à Israël.

AP/MAHMUD HAMS  -   En esta foto de archivo del sábado 15 de mayo de 2021, una bomba aérea alcanza el edificio que alberga varios medios de comunicación internacionales, entre ellos The Associated Press, en la ciudad de Gaza
AP/MAHMUD HAMS  -   Sur cette photo d'archive du samedi 15 mai 2021, une bombe aérienne frappe le bâtiment qui abrite plusieurs médias internationaux, dont l'Associated Press, dans la ville de Gaza.

Dès ses débuts, le Hamas a joué contre "son peuple", soit par l'image violente qu'il donne à la Palestine, laissant les vraies victimes sous une connotation terroriste, en plus de transformer un conflit colonial en un conflit, apparemment, religieux. Alors que le Fatah conserve son caractère laïc, le Hamas se consolide en tant qu'organisation islamiste, trouvant ses moyens de diffusion et de recrutement dans les mosquées et les cercles religieux.

Ce caractère religieux que le Hamas a injustement et inconséquemment donné au conflit a profité au discours des organisations djihadistes telles que Daesh, leur donnant une raison supplémentaire de mettre en avant les attaques des États-Unis et de l'Occident contre l'Islam. En fait, le manque de soutien et de reconnaissance de l'État de Palestine incite davantage à cette réflexion : la communauté internationale a créé Israël sur la base de la coexistence de deux États, un fait accepté par la Palestine pour la paix, cependant, à ce jour, un seul État a été reconnu, qui jouit depuis lors d'une impunité totale, alors même que les violations des droits humains des Palestiniens se poursuivent et augmentent.

AFP/YOAV DUDKEVITCH  -   El primer ministro de Israel, Benjamin Netanyahu
AFP/YOAV DUDKEVITCH  -  Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou

Comment pouvons-nous lutter contre le terrorisme au niveau international si nous collaborons à son expansion ? Le rôle joué par l'Iran, l'un des principaux ennemis de l'Amérique, qui finance des organisations telles que le Hezbollah et le Hamas à hauteur de 30 millions de dollars par mois, est particulièrement important. Le 21 mai dernier, Ismail Haniye, chef du Hamas, a remercié l'Iran pour son aide dans les bombardements contre les forces israéliennes : "Nous remercions la République islamique d'Iran de n'avoir pas ménagé son aide à la résistance à Gaza", rappelant qu'il ne s'agit pas d'une aide à la Palestine, mais d'une aide à une organisation terroriste. Comme le dit Seth Frantzman : "L'attaque massive à la roquette lancée le 11 mai [par le Hamas], un barrage de feu sans précédent... semble faire partie d'un plan inspiré par l'Iran [...] L'Iran est impliqué dans les tirs de roquettes... Le Hamas, soutenu par l'Iran, donne le rythme, et ce rythme est peut-être observé et même guidé depuis l'Iran [...] Les Iraniens voient les Palestiniens comme une cause avec laquelle ils peuvent devenir très pertinents et rivaliser avec leurs principaux rivaux dans la région, les Saoudiens " .

AFP/ JAAFAR ASHTIYEH-Los palestinos de toda Cisjordania y del este de Jerusalén y de los distritos árabes de Israel se adhirieron hoy en gran medida a una huelga general en protesta contra la ocupación israelí y en apoyo de los habitantes de Gaza
AFP/ JAAFAR ASHTIYEH-Les Palestiniens de Cisjordanie, de Jérusalem-Est et des districts arabes d'Israël ont largement rejoint aujourd'hui une grève générale pour protester contre l'occupation israélienne et soutenir les habitants de Gaza.

Depuis que Donald Trump a rompu l'accord nucléaire avec l'Iran, la tension est encore montée en flèche, comme en témoignent les renforts en armes que les deux puissances ont donnés à leurs alliés, tant en Syrie qu'en Palestine. 

De l'autre côté, les États-Unis ont réalisé l'une des plus importantes consolidations diplomatiques de l'histoire : les accords d'Abraham. L'officialisation des relations entre Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn, des États arabes qui n'avaient jusqu'à présent pas reconnu Israël, mais qui ont finalement franchi le pas à l'été 2020. Parmi les différents intérêts monétaires que recèle cet accord, converge un autre point particulièrement pertinent : l'alliance contre l'Iran et le soutien mutuel en armement contre cette puissance. Ainsi, non seulement la Palestine est oubliée dans l'accord, mais le soutien qu'elle avait reçu jusque-là de ses compatriotes arabes du Golfe est exproprié.

AFP PHOTO/HO/KHAMENEI.IR - Cadetes del Cuerpo de la Guardia Revolucionaria Islámica de Irán (IRGC) durante una ceremonia de graduación en la Universidad Imam Hussein de Teherán
AFP PHOTO/HO/KHAMENEI.IR -Des cadets du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (IRGC) lors d'une cérémonie de remise des diplômes à l'université Imam Hussein de Téhéran.

Il a été plus que prouvé que ce conflit est guidé et soutenu par deux blocs historiques qui vont au-delà des Israéliens et des Palestiniens, avec l'intervention de diverses puissances mues par des intérêts économiques et géostratégiques.  

Le 21 mai, le président américain Joe Biden a déclaré : "Il n'y a aucun changement dans mon engagement envers la sécurité d'Israël, point final, aucun changement quel qu'il soit [...] il n'y aura pas de paix tant que la région ne reconnaîtra pas sans équivoque l'existence d'Israël en tant qu'État indépendant". M. Biden a fait valoir que pour parvenir à la paix, il était nécessaire de reconnaître les deux États, ce que l'Autorité palestinienne tente de réaliser depuis des années et que, précisément, les États-Unis ont freiné, tout en soutenant l'avancée coloniale sur ce qui devrait être l'État palestinien "nécessaire".

AFP PHOTO/HO/KHAMENEI.IR - Cadetes del Cuerpo de la Guardia Revolucionaria Islámica de Irán (IRGC) durante una ceremonia de graduación en la Universidad Imam Hussein de Teherán
REUTERS/TOM BRENNE  -   De gauche à droite, le ministre bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif Al Zayani, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis (EAU) Abdullah bin Zayed.

Sur le plan prospectif, en laissant de côté le point de vue historique, la reconnaissance de la Palestine par l'Espagne compromettrait les relations avec les États-Unis et leurs alliés, tout en adoucissant les relations avec le reste des pays arabes, et en ayant un effet potentiellement positif sur les organisations djihadistes. 

L'influence que le conflit a sur la radicalisation djihadiste est curieuse et compliquée, car si le conflit israélo-palestinien sert de base au reste des organisations terroristes, le discours djihadiste n'imprègne pas la société palestinienne, car il a un objectif fixe et clair : la libération du colonialisme. Ce fait montre qu'il ne s'agit pas d'un conflit religieux, mais d'un conflit colonial.

Cesser de fermer les yeux sur les illégalités et le mépris des droits de l'homme, ouvrir les projecteurs bien au-delà de la violence du Hamas, est une étape obligatoire au niveau international, mais compliquée du point de vue diplomatique. 

Références bibliographiques
  1. Mozgovaya, N. (31 de Agosto de 2011). U.S. Bill Aims to Cut Funds to pro-Palestinian UN Groups. Haaretz.
  2.   Caño, A. (30 de Noviembre de 2012). La ONU acepta a Palestina. EL PAÍS.
  3.   Reuters. (11 de Mayo de 2021). Iran Reportedly Agreed To Pay Hamas For Intelligence On Israeli Missiles. Iran International (iranintl).
  4.   europapress. (21 de Mayo de 2021). El líder de Hamás aplaude la "victoria" contra Israel y agradece a Irán la ayuda prestada. Europapress.
  5.   Navas, M. E. (22 de Mayo de 2021). Conflicto israelí-palestino: ¿a quién beneficia el último estallido de violencia en Medio Oriente? BBC News.
  6.   El Orden Mundial. (2021). ¿En qué consiste el acuerdo nuclear con Irán? El Orden Mundial.
  7.   Priego, A. (24 de Septiembre de 2020). El Acuerdo de Abraham sí es el ‘acuerdo del siglo’. Política Exterior.
  8.   El Mundo. (22 de Mayo de 2021). Biden apoya solución de dos Estados para conflicto palestino israelí. BW.