Opinion

Pourquoi Ebrahim Raisi a décidé de ne pas assister au sommet sur le changement climatique en Écosse

Ebrahim Raisi

Depuis la mi-juin, les médias iraniens annoncent avec enthousiasme qu'Ebrahim Raisi a été officiellement invité à participer au 26e sommet des Nations unies sur le changement climatique (COP26), qui se tiendra du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow, en Écosse. Toutefois, aucun de ces rapports n'indiquait que Raisi ne participerait pas au sommet. 

Après l'annonce de la participation d'Ebrahim Raisi à la COP26, le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), la principale opposition organisée aux mollahs, a lancé une grande campagne pour empêcher Raisi de participer au sommet. Ils ont demandé l'arrestation et le jugement d'Ebrahim Raisi pour son rôle en tant que procureur adjoint de Téhéran et membre du comité de la mort lors du massacre de 1988 et en tant que chef du pouvoir judiciaire responsable de la mort de 1 500 personnes lors de la manifestation pacifique de novembre 2019. 

La campagne du CNRI, qui comprenait de vastes manifestations et actions de protestation en Amérique du Nord et en Europe, a coïncidé avec le procès d'un autre accusé du massacre de 1988, Hamid Nouri, en Suède. Hamid Nouri, qui travaillait comme assistant de Raisi dans la prison de Gohardasht, dans la ville de Karaj, au moment du massacre de 1988, a été directement impliqué dans le meurtre de prisonniers politiques. Nouri avait l'impression que personne ne poursuivrait l'affaire 32 ans après le massacre de 1988, et que personne ne le reconnaîtrait. Il a donc décidé de se rendre en Suède en novembre 2019.

Toutefois, certains survivants du massacre qui ont entendu parler de sa visite ont pu porter plainte contre lui auprès de la justice suédoise. Le bureau du procureur suédois, en vertu de la compétence universelle dans un pays étranger qui permet à la justice de n'importe quel pays de poursuivre l'auteur d'un crime, indépendamment de la nationalité de l'accusé et des victimes, ainsi que du lieu où le crime a eu lieu, a d'abord pu le détenir pendant un mois. Après une première enquête et la confirmation de son rôle dans le massacre, sa détention a été prolongée pour meurtre avec préméditation, crimes contre l'humanité, torture et génocide. Il n'a pas fallu longtemps pour que la nouvelle fasse la une de tous les médias suédois. À la suite de l'arrestation de Nouri, Agnès Kalamard, ancien rapporteur spécial des Nations unies sur les exécutions extrajudiciaires et actuelle secrétaire générale d'Amnesty International, a déclaré : "Il s'agit d'un premier pas important vers la justice pour les exécutions de 1988.

Le régime iranien savait parfaitement que le procès de Nouri serait considéré comme un procès par contumace de plusieurs dirigeants du régime, car Nouri recevait des ordres de ses supérieurs, ce qui les rendait responsables de tous les meurtres.  

Pour libérer Nouri, le régime iranien s'est donné le maximum et a même condamné à mort un citoyen suédois, Ahmad Reza Jalali, médecin et chercheur irano-suédois, qui avait été arrêté pour espionnage en Iran, dans l'espoir de l'échanger contre Hamid Nouri.

Toutefois, la justice suédoise n'a pas succombé au chantage du régime iranien, et le procès de Hamid Nouri a débuté le 10 août 2021 au tribunal de district de Stockholm et se poursuit actuellement. 

Récemment, la Cour pénale internationale de La Haye a annoncé qu'elle avait ouvert un dossier contre le président philippin Rodrigo Duterte afin d'enquêter sur les allégations portées contre lui dans le cadre de la guerre contre la drogue, car il est accusé de l'exécution arbitraire de nombreux trafiquants de drogue. 

Ces mandats d'arrêt ont conduit Ebrahim Raisi à être très prudent lors de ses déplacements à l'étranger et à ne pas se rendre dans des pays où il risque d'être arrêté. Il s'est rendu au Tadjikistan pour assister au sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) en septembre, mais a refusé de prendre le risque d'assister à la session annuelle de l'Assemblée générale des Nations unies, évitant New York sous prétexte de la pandémie de coronavirus et de la surcharge de travail en Iran.  

Aujourd'hui, après avoir fait beaucoup de bruit autour de l'invitation d'Ebrahim Raisi à participer à la COP26 en Écosse, Saeed Khatib Zadeh, porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères, a déclaré lors d'une conférence de presse hebdomadaire le 11 octobre : "Le président ne participera pas à la COP26 en Écosse". Sur la raison de l'absence de Raisi, il a déclaré : "L'Iran n'est pas un membre à part entière de ce traité, et le processus de ratification est en cours dans le pays, mais une délégation iranienne y participe". 

Mais si Ebrahim Raisi a décidé de ne pas participer au sommet, ce n'est pas parce que l'Iran n'est pas partie au traité, mais précisément en raison des conséquences juridiques et d'un éventuel scandale international. Raisi et son mentor, Khamenei, souhaitaient tous deux faire une apparition lors d'une conférence internationale aussi importante pour rencontrer les dirigeants d'autres pays, mais le risque était trop élevé pour le régime, et Raisi a donc reçu l'ordre de rester chez lui. 

Cyrus Yaqubi est un analyste de recherche et un commentateur des affaires étrangères iraniennes qui effectue des recherches sur les questions sociales et l'économie des pays du Moyen-Orient en général et de l'Iran en particulier.