Opinion

Pourquoi le mouvement indépendantiste élargit son avance en Catalogne

Elecciones en Cataluña con una alta abstención

    Les élections en Catalogne vont une fois de plus surprendre les Européens et les analystes du monde entier. Après dix ans de processus pro-indépendance, avec un référendum illégal et une condamnation pour sédition comme jalons, les citoyens continuent à donner une majorité confortable aux partis politiques qui ont ruiné cette région espagnole d'un point de vue moral, mais surtout économique et l'avenir de ses prochaines générations. Les médias, qui ont eu tant de mal à corriger leur impression qu'il n'y a pas de répression contre les idées en Espagne mais une persécution des crimes commis, assistent une fois de plus à la victoire et à la présomption de formations politiques qui, dans les pays de notre environnement le plus proche, demanderaient à être légalisées pour défendre la destruction du pays dans lequel elles participent aux processus électoraux. Ils voient comment le constitutionnalisme et le syndicalisme ne convainquent pas la majorité des votants, car rester chez soi pendant que le mouvement indépendantiste se mobilise pour obtenir un nouveau triomphe ne peut être considéré comme une excuse. 
    La joie de Junqueras et Puigdemont est aujourd'hui la même que celle de Poutine, qui a tant contribué de la part de son gouvernement à déstabiliser la démocratie espagnole en répandant de fausses nouvelles dans les moments les plus exacerbés du nationalisme anti-espagnol. La nouvelle est cependant de mauvais augure pour l'UE, qui voit élection après élection comment un phénomène dépassé, datant de près d'un siècle, renaît dans de petits territoires pour menacer la normalité institutionnelle d'un projet européen de liberté et de progrès dans lequel le séparatisme devrait être banni. 
Les élections régionales de dimanche en Espagne montrent également que le manque de responsabilités en politique se paie, surtout lorsque la situation délicate rend plus judicieux de prendre l'initiative et d'occuper des espaces qui seraient autrement occupés par vos adversaires. La candidature de Ciudadanos a perdu trente sièges au parlement régional et est passée de leader à avant-dernier, car ses jambes ont tremblé au moment où il était le plus nécessaire de faire preuve de détermination, contrairement à ce que le vainqueur vient d'annoncer, à savoir qu'il ira à l'investiture, même s'il perd. La responsabilité du nouveau chef de ce parti aujourd'hui est la même que celle de son prédécesseur lorsqu'elle a pris la décision d'abandonner un projet qu'elle avait conduit au désastre absolu. Comme dans ce massacre de la Saint-Valentin, sa défaite est extensible à celle du Parti Populaire, un acronyme complètement déconnecté de la réalité catalane, écrasé par le nouveau parti Vox avec lequel le leader du PP a rompu les liens il y a moins de trois mois. La fracture infantile et récalcitrante de la droite espagnole promet de nombreuses années de gouvernements de gauche, modérés et extrêmes.
    Les vainqueurs des élections pourraient ne pas gouverner. Avec les mêmes voix obtenues par l'actuel ministre Iceta en 2017, le Parti socialiste est passé de 17 à 33 sièges, pour remporter les élections au scrutin populaire et contester la victoire des sièges à la première force indépendantiste. La stratégie consistant à faire en sorte que l'aspirant au gouvernement catalan parie confortablement sur la popularité que lui apportera le fait d'être la plus haute autorité sanitaire dans une pandémie mortelle et dévastatrice s'est avérée fructueuse en termes partisans. Sánchez a triomphé en premier lieu lors de ces élections, mais sa très courte victoire sera vraiment mesurable lorsque le gouvernement sera formé : si le candidat Illa n'est pas président et que l'ERC préfère alimenter le bloc rupturiste, comme il semble le faire, cette victoire sera amère et pourrait également entraîner une instabilité pour le gouvernement central.