PUBLICIDAD

Marruecos

Opinion

Pourquoi le régime iranien a-t-il peur de négocier avec les États-Unis ?

Alí Jamenei

Après trois mois, le président Biden, dans le but de freiner l'expansion du programme nucléaire du régime iranien dans le cadre du JCPOA, a commencé, indirectement par l'intermédiaire de ses partenaires européens, à négocier avec les représentants iraniens à Vienne, en Autriche. Bien que les représentants de l'Iran aient ostensiblement déclaré qu'ils ne négocieront pas directement ou indirectement avec les États-Unis avant la levée des sanctions par ces derniers, il est clair pour les observateurs que la réunion de Vienne a été une sorte de négociation entre les deux pays. 

La réunion a même provoqué quelques réactions de la part des opposants aux négociations avec les États-Unis en Iran, et plusieurs représentants de la faction dite fondamentaliste, ainsi que le chef du pouvoir judiciaire du régime iranien, Ibrahim Raeisi, ont protesté contre la participation de représentants du ministère iranien des Affaires étrangères à cette réunion.

C'est une manifestation du désaccord au sein du régime iranien sur les négociations avec les États-Unis. D'une part, Hassan Rohani, qui vit les derniers jours de son second mandat et n'a aucune chance d'être réélu, cherche désespérément un accord avec les États-Unis pour revenir au JCPOA avant la fin de son mandat en juin, et pour lever les sanctions imposées par Trump afin de donner de l'air au régime. 

Parce que ces sanctions, ainsi que la corruption généralisée du régime en place, ont conduit l'économie iranienne au bord de l'effondrement, de sorte que l'économie iranienne s'est contractée d'environ 8,2 % par rapport à l'année dernière et que l'inflation a atteint plus de 65 %, de sorte que plus de 60 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et que près de 35 millions de personnes vivent dans des conditions déplorables dans des bidonvilles en raison de leur incapacité à se payer un logement dans les villes.

La haine et l'antipathie de la population à l'égard de cette situation se manifestent quotidiennement par des rassemblements et des protestations de différents segments de la population contre les mauvaises conditions économiques, le non-paiement des salaires, les prix élevés et le manque de nombreux produits de base tels que l'huile de cuisson, les œufs, le poulet... partout en Iran. 

Mais d'un autre côté, nous voyons que Khamenei a souligné que "l'Iran ne reviendra pas au JCPOA de 2015 avant que les États-Unis ne lèvent toutes les sanctions et que nous les vérifions, et nous ne déploierons pas seulement de nouvelles centrifugeuses (le JCPOA interdit à l'Iran d'en installer) mais nous continuerons à enrichir l'uranium à 20 % et à fabriquer de l'uranium métal." La question est de savoir pourquoi Khamenei, qui, il y a deux ans, a vu les Iraniens descendre dans les rues de près de 200 villes pour protester contre le triplement du prix de l'essence, brûlant presque toutes les banques et stations-service au point de l'obliger à réprimer les manifestants et à ordonner à ses forces de sécurité de tirer directement sur 1 500 personnes et d'en arrêter plus de 12 000 pour étouffer la révolte, est si obstiné à négocier et ne veut faire aucune concession.

Le fait est que Khamenei est dans une position très faible et qu'il a peur des négociations car il sait qu'il doit faire de nombreuses concessions maintenant et 2021 est qualitativement différent de 2015 et le nouvel équilibre des pouvoirs n'a laissé aucune place à Khamenei. Khamenei est bien conscient du mécontentement du peuple, mais ce qu'il craint le plus, c'est l'imminence d'un soulèvement et il sait que si un autre soulèvement comme celui de novembre 2019 se reproduit, cette fois il ne pourra pas le contrôler facilement et il pourra renverser son régime. 
Depuis le début, la survie du régime de Khamenei repose sur la répression interne et l'exportation de crises dans les pays de la région par le biais de ses forces mandataires et du terrorisme. Plus tard, Khamenei a tenté d'assurer sa survie en se dotant d'une arme nucléaire, qu'il a été contraint d'abandonner, du moins temporairement, depuis que la résistance iranienne a révélé son programme nucléaire secret.  Ainsi, Khamenei s'appuie sur deux leviers : la répression interne et l'ingérence dans les pays de la région. 

Mais Khamenei est maintenant confronté à une situation qui le place dans un isolement total dans la région. D'une part, il a perdu une grande partie de son ancienne puissance financière pour soutenir ses forces mandataires en Irak, en Syrie, au Yémen et au Liban, et d'autre part, avec l'assassinat de Qassem Soleimani, son influence dans la région a été considérablement réduite et les populations de Syrie, d'Irak et du Liban accusent le régime iranien de tous leurs malheurs et exigent que l'Iran n'interfère pas dans leurs pays. Khamenei sait que la négociation avec les États-Unis entraînera d'autres exigences, telles que le contrôle des programmes de missiles et la non-ingérence du régime dans la région. 

La perte de l'un de ces leviers sera un coup fatal et le régime perdra son équilibre et, de plus, en conjonction avec le mécontentement de la population à l'intérieur de l'Iran, rendra son régime chancelant beaucoup plus instable et susceptible d'être renversé.

Pour mieux négocier, il a accepté de faire de nombreuses concessions aux Chinois en concluant un accord de 25 ans avec eux pour renforcer sa position vis-à-vis de l'Occident. Cette décision a bien sûr été largement contestée en Iran, et la plupart des gens considèrent qu'il s'agit d'un accord déloyal et de la vente et du transfert de l'Iran à la Chine.

Il appartient maintenant à l'administration Biden de reconnaître l'état d'affaiblissement du régime et de souligner la nécessité d'une politique décisive et de ne pas faire de concessions à Khamenei. La démonstration de force de Khamenei est un bluff, et tôt ou tard, sous la pression intérieure, Khamenei sera contraint d'accepter les conditions de l'Occident pour la levée des sanctions. En tout état de cause, quelle que soit la voie empruntée par le régime iranien, on peut s'attendre à un changement de régime en Iran dans un avenir proche.

Cyrus Yaqubi est un analyste de recherche et un commentateur des affaires étrangères iraniennes. Il effectue des recherches sur les questions sociales et l'économie des pays du Moyen-Orient en général et de l'Iran en particulier.