PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Quatre années infinies

pedro-sanchez

Nous avions toujours cru que les choses intéressantes se passaient loin de chez nous ; nous avions tort. Le régime de Sanchez, en moins de 1 500 jours -pandémie pendant son mandat- a changé nos vies et nos patrimoines. À la recherche du temps perdu, -que Proust nous assiste-, nous trouvons des blessures sur tous les fronts. Au cours de ce quadriennat "meganegro", presque toutes les agences d'État ont été touchées et certaines se sont effondrées.

Le coronavirus a fait 140 000 victimes. Que Dieu ait leurs âmes. Le procureur Navajas, avant de prendre sa retraite, a rendu un grand service à Lola Delgado et à son patron direct, le président Sánchez. Tous les membres de l'exécutif ont été exonérés de toute responsabilité pendant et après la tragédie

Un océan de mensonges

Au détour d'un décret-loi, la coalition socialo-communiste a gouverné comme s'il n'y avait pas de lendemain. La Haute Cour a déclaré inconstitutionnels les deux états d'alarme, le transfert de compétences aux Cours supérieures de justice des Communautés autonomes - "le pouvoir judiciaire ne co-gouverne pas", et la fermeture du Congrès des députés neutralisant toute l'opposition. Malgré les coups de la télévision bolivarienne qu'il nous a fait subir au déjeuner et au dîner, le médecin a été incapable de nous dire une seule vérité. Le porte-parole officiel Fernando Simón - "en Espagne, il y aura tout au plus un ou deux cas de COVID" - après deux cents mensonges consécutifs, a dû admettre cent cinquante nuits plus tard que le conseil consultatif qui dictait les mesures techniques au gouvernement n'avait jamais existé. 

pedro-sanchez-yolanda-diaz

Pour le leader, les quatre années de gestion après la motion de censure peuvent se résumer en deux mots : l'Espagne avance. Le locataire de la Moncloa peut voir du ciel "un gouvernement exemplaire qui respecte la décision des pouvoirs et donne du prestige aux institutions". C'est une vraie batteuse ! Sans doute vit-il dans un autre pays. C'est pourquoi il ne peut même pas sortir pour acheter du pain.

Depuis qu'il est tombé amoureux d'Iglesias, il n'a été fidèle qu'à sa propagande. Et en squattant précisément les institutions. Tous. Il y a les exemples de RTVE, le bureau du procureur général, le bureau du procureur de l'État, le CGPJ, la Cour des comptes, le T.C., le médiateur, l'armée, la garde civile, la police nationale, la FEMP, le bureau de poste, la FEF, les m.c.s. publics et privés, les ONG, l'Académie royale espagnole de la langue, les ordres professionnels... Avec un énorme exécutif, Moncloa est devenu le plus grand bureau d'emploi de la démocratie. Sánchez a placé tous ses amis - avec ou sans diplôme de bachelor -, et sans limite de salaire.

Sánchez Pérez-Castejón a décrit ses ministres et ses partenaires parlementaires comme une "équipe 10". Sans aucun doute. Nous avons déjà vu la division avec l'OTAN, avec l'invasion de l'Ukraine par Poutine, avec la loi sur l'audiovisuel ou avec le Sahara occidental. Sa dépendance à l'égard d'ERC, de Just, du PNV, des errejonistas et de Bildu explique comment et à quel point il a plié dès la première minute pour conserver le pouvoir et la mangeoire. Une soumission médiévale.

Des ministres comme Marlaska ou Robles ont été les plus grands bourreaux des victimes du terrorisme et des agents du CNI. Pegasus a montré que ces deux juges sont des laquais à l'âme d'esclaves, comme nous l'a appris Marcelino Camacho.  Alors que le premier a défenestré la direction de Benemérita et du PN et laissé sans défense les agents de Ceuta, Melilla et du Campo de Gibraltar, Mme Roblespierre a impitoyablement décapité le fonctionnaire exemplaire Paz Esteban. Mais c'est Sánchez lui-même, après un silence prolongé, qui a exécuté le chef des espions, invoquant des failles dans la sécurité qui correspondent à son valido préféré Félix Bolaños. "Les grâces ont été accordées pour une plus grande cause", a souligné ce serviteur monclovite après avoir été humilié à la Generalitat lorsqu'il est allé s'excuser pour les écoutes. Y a-t-il une plus grande cause que le respect de la loi ?

pedro-sanchez-regalado

C'est une victoire de plus pour l'indépendance et pour les héritiers de l'ETA. L'évêque Junqueras a pris la parole, le journal officiel de Moncloa a diffusé le slogan, Puigdemont et Aragonés se sont mis en colère séparément, et notre courageux président s'est rendu sans condition, rejetant la faute sur le juge de la Cour suprême qui a autorisé le Centre national de renseignement à prendre des mesures motivées. Il mérite une médaille de retraite pour son héroïsme. La réponse a été immédiate : "Les juges de contrôle du CNI ne fixent pas les cibles à enquêter et ne sont pas informés de l'espionnage". C'est à vous de juger.

Voleurs

La partie la plus vertueuse de son apparition au Congrès est sans doute la concession qu'il a faite à Rufián : "Votre Honneur, j'ai aussi été espionné". Quel dommage, dirait Sabina.  Sánchez est un caméléon comme le Zelig de Woody Allen.  Il ne savait rien des écoutes des putschistes. Il était temps de se transformer en agneau pour que les loups séparatistes et pro-ETA continuent à voter pour lui pour le reste de la législature et ainsi augmenter le niveau de chantage. Au lieu de démanteler le complot ourdi à Barcelone et à Toronto, il s'est contenté d'attaquer l'opposition, la traitant d'"escrocs". 

onda-cero-regalado

Il a qualifié de "piolines" les policiers qui ont défendu la Magna Carta en Catalogne lors de la déclaration d'indépendance. Personne n'insulte comme le secrétaire général du PSOE. Mais en même temps, il se présente comme le champion du dialogue. Il parle de monologue.

Car en décidant de l'entrée illégale du Ghali en Espagne ou de la lettre clandestine à Mohammed VI, il n'a consulté ni son gouvernement ni ses ministres des Affaires étrangères. Il n'a pas non plus consulté le Parlement. Bien sûr, seul notre propre Klemens von Metternich pouvait penser à dire à Zelenski à Kiev - gloire à lui pour ses 100 jours de lutte contre l'envahisseur russe - que l'Espagne venait d'envoyer "un navire avec des armes en Pologne pour aider le peuple ukrainien". Et il a donné le nom du bateau et l'heure d'arrivée au port. Un stratège.

Maintenant que ses podémites poutiniens veulent boycotter le sommet de l'OTAN à Madrid, il pourrait exiger de ses partenaires atlantiques qu'en étendant le parapluie de défense au Sahel, ils incluent les villes de Ceuta et Melilla. Ce serait du patriotisme constitutionnaliste ; voyons si ses compagnons de route vont enfin quitter le gouvernement. Il n'a pas choisi les ministres de Podemos et ne peut pas non plus les démettre. Un président pieds et poings liés.

regalado-politica

Désobéissance catalane

Vingt-quatre heures avant le quatrième anniversaire, le gouvernement catalan a publié un décret (Ley Habilitante) pour annuler la décision du TSJC exigeant que 25% des classes soient enseignées en espagnol, avec le consentement du PSC de Salvador Illa. Avec le consentement du CSP de Salvador Illa, quelle a été la réponse du gouvernement ? Aucun. Sánchez regardera ailleurs, il a promis de ne porter aucune décision d'ERC/Junts devant la Cour constitutionnelle et le ministre de l'éducation, soutenu par l'église catalane, -qu'ils brûlent en enfer-, s'est enhardi en disant que ce n'était pas un pas en arrière. Comment vont-ils nous respecter en Europe si nous ne respectons pas nos lois ? Espérons qu'un jour des hommes de bien changeront les peines de prison que personne ne respecte, pour une simple loi organique qui consacre la déchéance politique et économique permanente de toute fonction publique qui ne promet pas la Grande Charte ou s'attaque à l'unité de la Nation.

La désobéissance dans l'accomplissement de la loi est le plus grand crime en démocratie. Et Sánchez mène depuis longtemps le coup d'État en Catalogne. À vrai dire, Sánchez, avec son visage de marbre, a toujours manqué du coup ultime. Et quand il partira, il laissera le procés pire que lorsqu'il l'a trouvé. L'apartheid nationaliste, véritable terreur dans les classes et dans la société civile, empêchera le sanchezisme de poursuivre Puigdemont pour sa possible relation avec le Kremlin et ses pourparlers pour créer une République démocratique catalane avec des crypto-monnaies et beaucoup de mafia de l'Est. Ce putschiste lâche et traître a appelé dans le sud de la France pour lutter contre "l'État oppresseur" (l'Espagne) qui lui verse 114 000 euros en tant qu'ex-président, escorte et secrétaires. Nous n'avons pas encore appris que Rome ne paie pas les traîtres.

Andalousie

Nous n'avons pas oublié le scandale des valises de Delcy/Ábalos ou le pacte avec Otegui, lui cédant la Navarre et soutenant les héritiers de l'ETA pour expulser le PNV afin de co-gouverner le Pays basque. C'est la démocratie armée de la propagande et du fervent républicanisme de Largo Caballero pour établir la Troisième République une fois que Juan Carlos Ier est parti et que le chef de l'État, Felipe VI, a été poussé à l'inutilité. Surtout parce que le peuple se lie avec le Roi et la Reine. Le but est de tuer la Transition. Et ils sont toujours là.

C'est le gouvernement le plus opaque. Il a plus de 1 200 fois transgressé la loi sur la transparence. L'Espagne a régressé en matière de liberté de la presse. Il a même proposé à la Guardia Civil de protéger l'image du régime de Sanchez afin d'effacer son image insaisissable de COVID-19. C'est là que je le laisse.

Les Andalous ont rendez-vous aux urnes le 19-J. Sanchez et Lastra y sont allés pour accuser le PP de corruption. Il faut avoir du cran pour parler de cette question depuis Despeñaperros vers le bas, alors que deux présidents du PSOE (Chaves et Griñán) sont en prison et attendent une peine peu édifiante pour avoir détourné l'argent des chômeurs, en compagnie de l'UGT et des CCOO qui se gavaient de fruits de mer. Et il y a encore plusieurs affaires devant les tribunaux (Ports de Majorque, Francina Armengol et la famille Ximo Puig, etc.).

pedro-sanchez

Le doberman de la droite et de l'extrême droite n'étant plus valable, VOX est maintenant accusé de recevoir de l'or de Moscou. C'est la même chose. Les éleveurs de bétail, les agriculteurs, les chauffeurs de taxi, les chauffeurs de camion, les chasseurs et les travailleurs indépendants en ont assez que Sanchismo ait piétiné leurs rêves. Les sondages - même le CIS de Tezanos - prévoient une très large majorité pour le PP et VOX. Le candidat Juan Espadas risque de se retrouver derrière Susana Diaz en termes de voix et de sièges. Le PSOE andalou va subir les politiques sectaires de l'économiste Sánchez.

Juanma Moreno et Macarena Olona sont condamnées à changer ce cycle social-communiste. L'Andalousie est une répétition générale pour les élections régionales, locales et générales de 2023. Avec une coalition brisée, soudée par le feu et le népotisme, notre héros se réfugie dans l'UE.

Les urnes vont précipiter l'érosion d'un dirigeant qui vit le dos à la réalité. La chute sera plus dure, même si elle nous entraîne au fond de l'abîme.

Réarmement moral

Si l'environnement politique reste au point mort, l'économie espagnole battra des records d'incertitude. Données : depuis janvier, 37 000 entreprises ont disparu dans notre pays. Ils sont asphyxiés par la hausse des coûts.  Le déficit de la sécurité sociale (68 milliards) est insoutenable. La dette est proche de 130% du PIB (1,5 trillion d'euros). La croissance est ralentie. Maintenir les pensions liées à l'inflation (8,4 %) est un suicide. Les dépenses publiques augmentent de 210 millions par jour. Gaspillage. Vous n'avez jamais entendu cette troupe gouvernementale parler de maîtrise des dépenses publiques. Si la ruine économique nous guette de l'autre côté de l'été, dans le domaine de l'éthique, nous sommes plus mal en point que jamais. Nous dépendons des sanchistas, des incompétents, des ruffians, des errejones, des oteguis, des monteros (mj et irene), des belarras et des nadiuskas calvinistes pour respirer.    

politica-antonio-regalado

La vice-présidente nous a menti dans le budget et n'explique toujours pas l'exécution des fonds européens, cette manne de 144 000 millions dont seul le commissaire de son mari sait où ils sont passés. Renforçant la méchanceté de son leader, Calviño a accusé VOX au Parlement de vouloir distribuer des armes aux citoyens après le massacre d'Uvalde, (Texas, USA). C'était un mensonge, mais tout est permis. Ils mentent inutilement. Dans cette attitude agressive, Yolanda Díaz, attaque la Banque d'Espagne et Feijó avec disproportion et sans raison à cause des ERTES et des travailleurs à durée déterminée. Alors qu'elle ne sait même pas ce qu'est un ERE. Et ce luminaire est l'espoir blanc transversal de la gauche.

Ces quatre années ont été interminables. Les lois sur le genre - qui consacrent l'inégalité de tous les Espagnols - ont abouti à la grâce de deux femmes (Juana Rivas et María Sevilla), condamnées pour avoir enlevé et maltraité leurs enfants, et à la modification des peines des juges. L'inculpation de Monica Oltra pour avoir couvert les viols de son mari est un autre exemple des doubles standards des communistes et des socialistes. Le détournement des salles de classe s'intensifie avec les nouveaux textes de LOMLOE, véritable lavage de cerveau des adolescents. Ayuso est déjà allé au tribunal. Excellent. La charge idéologique podemite est typique du léninisme révolutionnaire. Un exemple : la pleine démocratie en Espagne est représentée par les photos de Sánchez, Oltra et Albert Rivera. Je ne dis rien de plus. À la crise économique s'ajoute une crise morale et des valeurs sans précédent dans notre histoire. On ne peut pas signer de pactes d'État avec Sánchez et ses associés car la régression politique nous a déjà ramenés quatre-vingt-dix ans en arrière. 

rafa-nadal

Le réarmement moral est urgent. Et sans une bataille idéologique et culturelle, il ne sera pas atteint. Il suffit de dire que cette semaine, le PSOE présentera au Congrès une initiative-piège pour que le PP vote un cordon sanitaire contre le parti de Santiago Abascal. La seule chose qui manque est l'inclusion d'une étoile de David verte sur le bras gauche du voxeros.  Les socialistes voient la tache dans l'œil d'autrui, mais pas la bûche dans le leur (Saint Matthieu, 7, 3-5 et Don Quichotte (II 43).

 real-madrid

J'insiste : quatre années infinies dans le désert de Sanchista avec deux lueurs d'espoir qui ont assailli le ciel de Paris : les 14 Coupes d'Europe du Real Madrid de Florentino et les 14/22 de Rafa Nadal. Le Roi était là. Marca España.
    
Antonio REGALADO met en scène BAHIA DE ITACA : aregaladorodriguez.blogspot.com