Opinion

Records d'une année pandémique en Amérique, en Afrique et en Asie

Atalayar_Joe Biden

En novembre 2020, Timothy Snyder, professeur à l'université de Yale, a publié une analyse approfondie intitulée "La politique de la douleur", dans laquelle il souligne que Donald Trump n'est pas un populiste mais un "sado-populiste" et un chef de tribu. Snyder s'est demandé pourquoi le gouvernement américain a agi d'une manière qui a laissé plus de 200 000 citoyens du pays morts ? L'universitaire a établi que le coronavirus avait tué plus d'Américains que n'importe quel ennemi sur le champ de bataille. "Tous les quelques jours, nous subissons l'équivalent d'un 11 septembre. Cette fois, cependant, certains Américains ont pris (ou omis de prendre) des décisions qui ont tué un nombre choquant d'autres Américains. Comme les famines, les pestes sont politiques. Celui-ci est, avant tout, tribal." C'est un bon résumé de ce qu'a été la gestion de la pandémie par le président Donald Trump.

Joe Biden, qui avait promis d'administrer 100 millions de doses de vaccins au cours des 100 premiers jours de son mandat, a adopté une approche totalement différente de celle de son prédécesseur. En fait, ayant atteint son objectif plus tôt que prévu, il a fait une nouvelle promesse : vacciner tous les adultes des États-Unis d'ici la fin du mois de mai. Le rythme actuel de vaccination dépasse les 2 millions de doses par jour. Début mars, plus de 54 millions de personnes avaient reçu au moins une dose (de l'un des vaccins) et près de 28 millions étaient totalement immunisées. À cette date, le gouvernement fédéral avait distribué 109,9 millions de vaccins aux États, aux territoires et aux agences fédérales, et si ce rythme se poursuit, l'immunité collective sera atteinte en août. Ce n'est pas un mince exploit si l'on considère que les États-Unis sont le pays le plus touché au monde, en termes absolus, par le coronavirus. Il y a eu 28 millions d'infections et un demi-million de décès dans ce pays. Un mois après l'investiture de Joe Biden, plus d'un demi-million de personnes étaient mortes du COVID-19 aux États-Unis : "Plus d'Américains sont morts dans cette pandémie que pendant la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale et la guerre du Vietnam réunies", a déclaré le président fin février. 

Atalayar_Marruecos presidente

Si l'on regarde vers l'Afrique, il faut dire que le Maroc a eu une gestion remarquable de la crise sanitaire, non seulement au niveau africain, mais aussi au niveau mondial. En effet, il a été remarqué pour son efficacité, son efficience et sa vigueur. La gestion de crise du Maroc a été bien supérieure à celle de plusieurs pays européens, maghrébins, africains et de la plupart des pays d'Amérique latine. Il convient également de souligner l'exemplarité du chef de l'État, tant par ses actions et son comportement, qui pourraient influencer et inciter les citoyens à les imiter, que par sa diligence en ce qui concerne les mesures d'endiguement, la rapidité d'acquisition des vaccins et le début du processus d'immunisation ou de vaccination. Bien que l'économie se soit contractée de 7% en raison de l'urgence sanitaire au cours de l'année 2020, pour cette année les prévisions sont optimistes, le Maroc s'attend à une reprise et à une croissance d'environ 5,3%. Dans le contexte de la pandémie, au cours de l'année 2020, les Nations unies ont observé et documenté dans le rapport de l'administration Biden sur la situation des droits de l'homme dans le pays, que les forces de sécurité "ont fait un usage excessif de la force" pour obliger les gens à se conformer au confinement et aux couvre-feux. "Selon un rapport d'Amnesty International publié en juin, un total de 91 623 personnes ont été poursuivies entre mars et mai pour avoir violé l'état d'urgence. Au moins 588 personnes restaient en détention pour avoir violé l'état d'urgence." L'application des mesures, dispositions et restrictions reste stricte et sévère au Maroc. Par exemple, le samedi 10 avril, la Gendarmerie royale marocaine a arrêté Mekki El Hannoudi, président de la commune de Louta, près d'Al Hoceima, qui aurait suggéré d'ignorer le couvre-feu nocturne qui s'étend pendant le Ramadan, a documenté Morocco World News.

Certaines mesures internationales ont mis en évidence en 2020 que, globalement, parmi les pays ayant une économie d'un certain niveau, la pire gestion de crise a eu lieu en Afrique du Sud, en Colombie et au Mexique, selon Bloomberg, et en Colombie, au Mexique et au Brésil, selon le think tank australien Lowy Institute. Dans le cas du Mexique, on parle depuis des mois d'une sous-déclaration officielle des décès dus au coronavirus et d'une surmortalité au Mexique qui dépasse largement le nombre de décès déclarés comme étant des décès dus au COVID-19. Le Brésil et le Mexique ont le deuxième et le troisième plus grand nombre de décès dans le monde dus à la pandémie. Le premier, comme indiqué ci-dessus, est celui des États-Unis. Le gouvernement mexicain et plus particulièrement le sous-secrétaire à la santé, Hugo López-Gatell Ramírez, ont été accusés de "gestion criminelle" de la pandémie. Cette situation est documentée dans "Un dommage irréparable : la gestion criminelle de la pandémie au Mexique", un livre qui est sorti à l'aube de 2021. Son auteur, Laurie Ann Ximénez Fyvie, a été soutenue par des journalistes et des intellectuels mexicains, face aux disqualifications du régime et de ses partisans. Andrés Manuel López Obrador a été un piètre exemple pour les citoyens, faisant tout ce qu'il ne faut pas faire dans une situation d'urgence sanitaire. Plus d'un an après la déclaration de la pandémie, le président refuse toujours de porter un masque. 

Atalayar_Lopez obrador

La gestion de la crise sanitaire dans les pays d'Amérique latine, à quelques exceptions près (Uruguay, Costa Rica, Chili), se situe entre le mauvais, le minable et le pervers. Les registres des décès, le retard dans l'achat des vaccins et dans le démarrage des processus de vaccination (il faut ici mentionner la médiocrité et/ou la médiocrité du gouvernement colombien), peuvent donner une idée de ce qu'a été cette catastrophe sanitaire et humanitaire et de la gestion désastreuse de la crise. Les gouvernements de la Colombie et du Mexique n'ont pas seulement eu une gestion discutable de la pandémie, la gestion du gouvernement en elle-même est controversée, ils sont pleins de bévues et d'absurdités au niveau national, mais aussi en termes de politique étrangère. Un gouvernement populiste et autoritaire comme celui du président messianique Andrés Manuel López Obrador stigmatise les opposants, les critiques, les journalistes et les militantes féministes. Récemment, un certain Lopez Obrador, visiblement contrarié par le bilan indéfendable de son gouvernement en matière de droits de l'homme, a non seulement disqualifié le rapport du département d'État américain sur la situation des droits de l'homme au Mexique, mais a choisi de "ressusciter la doctrine caverneuse consistant à 'ne pas commenter' les violations des droits de l'homme dans d'autres pays". Comme l'a souligné José Miguel Vivanco, directeur pour les Amériques de Human Rights Watch (HRW), il s'agit d'un argument "typique des dictateurs".

En mars, le gouvernement Duque, par l'intermédiaire de son ambassadeur auprès des Nations unies à Genève, a prodigué des louanges et des éloges à la dictature du Parti communiste chinois, comme en témoigne l'ambassadrice Alicia Arango lors d'une session du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, faisant bien sûr l'éloge de la situation des droits de l'homme sous ce régime totalitaire. Le gouvernement colombien ne sait-il pas qu'il s'agit d'une dictature qui viole systématiquement les droits de l'homme ou, plutôt, le sait-il mais ne se prive pas d'accorder des flatteries et des louanges en échange de la vente de vaccins par le régime chinois, sachant que le gouvernement Duque est loin derrière les autres gouvernements de la région et du monde en matière d'acquisition et de fourniture de vaccins ? 

Atalayar_Pandemia mundo

La pandémie n'a pas seulement mis en évidence les lacunes et les limites de chaque pays, elle a aussi révélé la misère et la précarité à tous les niveaux, montré le pire de leurs régimes et de leurs gouvernements, à commencer, bien sûr, par les agissements du régime totalitaire chinois. La propagation du coronavirus ou COVID-19 dans le monde dépasse la crise sanitaire, c'est aussi une question de transparence, d'Etat de droit et de libertés. En un mot, la transparence est également essentielle pour éviter qu'une épidémie ne se transforme en pandémie, tout comme la lutte contre la corruption au niveau mondial nécessiterait des sanctions pour les responsables de la dissimulation d'informations d'intérêt général pendant plusieurs semaines et dans une situation extrêmement grave comme l'imminence d'une épidémie qui se transforme en pandémie. D'autre part, ceux qui ont essayé de prévenir de ce qui allait arriver ont été réduits au silence. Les dictatures ne s'excusent pas pour leurs abus, leur autoritarisme, leur arbitraire, leur corruption et leur obscurantisme. La Chine "a poussé l'humanité au bord de l'effondrement", a déclaré la journaliste Patricia Janiot il y a un an. Avec trois millions de morts dans le monde à cause du COVID-19, il est encore valable aujourd'hui d'insister pour demander : Y aura-t-il des conséquences pour Pékin ? Le gouvernement de Xi Jinping doit une explication au monde entier. Et plus encore : la communauté internationale devrait demander des explications à la Chine et ne pas favoriser l'impunité de l'un des membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies. Ce n'est pas un hasard si les pays qui présentent les meilleurs indicateurs en matière de transparence, de libertés (toutes les libertés) ou d'État de droit dans le monde sont les mêmes ou ne présentent que de légères variations. 

Clara Riveros est politologue, analyste politique et consultante sur les questions liées à l'Amérique latine et au Maroc. Auteure des livres "Diálogo transatlántico entre Marruecos e Iberoamérica" et "Diálogos transatlánticos, Marruecos hoy". Directrice de la plateforme CPLATAM qui promeut les idées libérales et le suivi de la situation politique dans les pays d'Amérique latine et du Maghreb.