Opinion

Renzi rompt avec la coalition et laisse le gouvernement en plan

Matteo Renzi

Finalement, ce qui s'est passé est ce qui était attendu il y a plus d'un mois : Matteo Renzi a rompu avec la coalition gouvernementale actuelle et a laissé la "maggioranza" dans l'air. Quelque chose que, connaissant le caractère de Renzi, plus d'un a vu venir, mais que beaucoup d'autres n'ont pas voulu accepter. Le sénateur et premier ministre toscan n'est pas un politicien typique : soit il accepte ce qu'il voit, soit il claque la porte sans grandes complications. Et que d'autres soient chargés de le réparer. 

En fait, tout cela a son point de départ dans un peu plus d'un mois. Le Premier ministre Conte, qui était jusqu'alors essentiellement un "homme des institutions", n'a pas trouvé de meilleure idée que de concevoir une administration des fonds provenant du soi-disant "Fonds de relance" (209 000 millions d'euros, plus d'autres montants à ajouter à partir d'autres fonds) sans compter sur le parti qui a donné la "maggioranza" au gouvernement actuel, qui n'était autre que Italia Viva de Matteo Renzi. C'est une grave erreur, parce que Renzi n'est pas le genre de personne qui peut simplement remettre les choses à leur place, et encore moins si la personne qui a pris la décision est quelqu'un pour qui il n'a pas le moindre respect, comme c'est le cas du Premier ministre Conte, une vieille connaissance à lui car, lorsque Renzi était maire de Florence, Conte enseignait le droit privé à l'université de cette même ville. 

Le "premier" encore le plus jeune de l'histoire de la première République italienne (39 ans au moment de son accession à la présidence du Conseil des ministres) s'est toujours montré une personne de forte personnalité. Cela l'a conduit, en moins d'une décennie, à affronter l'ensemble de la direction du parti avec lequel il a commencé sa carrière politique (le PD, fondé en octobre 2007), ayant du mal avec ceux qui avaient tout à gagner (Pier Luigi Bersani, ministre dans plusieurs gouvernements de centre-gauche) ; Cela l'a conduit à se présenter à nouveau aux primaires du PD en mai 2017, bien qu'il ait perdu un "référendum" constitutionnel et qu'il ait cessé d'être premier ministre ; ce qui l'a finalement amené à rompre avec le PD (septembre 2019) pour fonder son propre parti, Italia Viva. 

Renzi, qui a une base électorale réduite depuis des mois (il n'est pas capable de dépasser 3 %, bien que lors des élections pour le gouvernement de sept régions en septembre 2020, il ait pu dépasser 5 % de soutien électoral) ne pouvait accepter d'être exclu de la conception du "Fonds de relance" en aucune façon : il aurait été en mesure de soutenir une coalition, pendant un minimum de deux ans, dans laquelle son parti aurait été complètement dilué. Il n'a donc pas eu d'autre choix que de piquer une colère, transformant cette affaire en un combat personnel avec le Premier ministre Conte, que Renzi avait déjà décidé de renvoyer enseigner le droit privé à Florence. 

Il faut garder à l'esprit que, malgré la confrontation ouverte entre Conte et Renzi, la coalition a continué à fonctionner comme si de rien n'était. Tous ont voté en faveur de la loi sur le budget de l'État pour 2021, et, à son tour, le ministre de la santé (Roberto Speranza) a pu commencer la campagne de vaccination sans obstacles majeurs. Même la conception du soi-disant "Fonds de relance" a finalement été approuvée dans la nuit du 12 décembre, bien que les deux ministres du parti de Renzi qui étaient présents dans le gouvernement actuel se soient abstenus. Cela signifie que tous deux ont démissionné le lendemain, laissant le gouvernement en minorité plus importante que jamais : si sous Renzi, ils n'étaient plus en mesure d'obtenir la majorité absolue, ils étaient loin d'obtenir la majorité simple. 

Giuseppe Conte
Giuseppe Conte

Les dirigeants du PD, qui connaissent très bien Renzi depuis toutes les années qu'ils sont ensemble, ont déjà averti le Mouvement des Cinque Stèles du risque qu'ils courraient si Renzi quittait la coalition : ils savaient que le jeune politicien toscan en était capable, et plus encore. C'est pourquoi ils ont essayé jusqu'au dernier moment de maintenir Italia Viva au sein de la coalition, mais la situation n'avait pas d'issue possible : Renzi voulait déjà la tête de Conte, et Cinque Stelle a refusé parce que c'était le seul rempart qui lui restait, son processus de décomposition s'accélérant à chaque instant. Et Renzi a su donner à Conte ce qui lui faisait le plus mal : exiger le "feu vert" pour le MES ou mécanisme de "sauvetage de l'État", que Renzi réclamait à grands cris parce que cela signifiait une injection automatique de 36 milliards, mais que Conte a continué à refuser parce que c'était quelque chose sur lequel sa formation déjà complètement floue avait laissé sa marque. 

La "trattiva" (négociation) pour parvenir à un "intessa" (pacte) a duré plus d'un mois, mais a complètement échoué : Renzi, ses ministres et ses 18 sénateurs décisifs (dont Renzi, qui est pour la Toscane) quittent définitivement la coalition. C'est maintenant au tour de Conte de présenter une motion de confiance, où le problème principal n'est pas de sauver sa tête, ce qu'il peut faire, mais de forger une nouvelle "maggioranza" qui ne peut venir que du Groupe mixte (de plus en plus peuplé) ou des sénateurs qui quittent leur parti d'origine. Quelque chose de très difficile à réaliser, si l'on considère ce que signifie un système de listes fermées (dans lequel tous les parlementaires doivent obéir à leur chef s'ils veulent être réélus), mais pas impossible : nous verrons dans les prochains jours. 

Bien sûr, il reste à voir ce que pense le président de la République, Sergio Mattarella, devenu l'homme décisif. S'il constate que Conte continue à gouverner avec une majorité plus que faible, il retirera sa confiance (c'est-à-dire qu'il exigera sa démission) et mettra en place un gouvernement apolitique : qu'il soit présidé par celui que tous souhaitent (le prestigieux ancien président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi), ou par d'autres personnalités, (Marta Cartabia, Ignazio Visco, etc.), il s'agira fondamentalement d'un gouvernement dans lequel son "premier ministre" et les personnes qui dominent l'espace économique n'appartiennent à aucun parti politique. Cela signifierait un échec complet de la classe politique qui, comme pendant le gouvernement Monti (2011-2013), se résignerait à voter tout ce que le nouveau Premier ministre lui demanderait et à laisser ses problèmes pour une autre fois. 

Nous verrons ce qui se passera dans les semaines à venir, mais ce qui s'est passé ne devrait surprendre personne. Renzi a toujours méprisé Conte, et celui-ci, qui n'a pas d'ascendant sur la classe politique et qui n'est qu'un professeur d'université gris, n'a pas eu de meilleure idée que de laisser de côté ceux qui lui ont permis de gouverner. C'est le énième revers pour un parti, le Mouvement des cinq étoiles, qui est par nature incompétent, né d'un mécontentement évident de la classe politique mais qui a rendu le pays encore plus ingouvernable. La réalité est que tout le monde est perdant, mais le moindre est Matteo Renzi, qui était déjà plongé dans l'inanité politique : maintenant, grâce à Conte, il aura la possibilité d'aller là où il veut être depuis des années, c'est-à-dire près du centre-droit.

Car Renzi a été dès le début un démocrate-chrétien à l'ancienne, successeur d'Alcide de Gasperi, d'Amintore Fanfani (un Toscan comme lui) ou d'Aldo Moro. Et maintenant, en dehors de cette coalition, il se sentira plus à l'aise que jamais. La question est de savoir comment un pays sortira de la pertinence de l'Italie (la troisième économie de l'Union européenne) dans cette situation. Heureusement, une fois de plus, tout est laissé à moins d'un homme politique et juriste du prestige de Sergio Mattarella, l'un des plus prestigieux présidents de la Première République italienne. La solution à tout cela, en quelques jours ou semaines. 

Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est docteur en histoire contemporaine et auteur du livre "Italie, 2013-2018". Del chaos a la esperanza" (Usine de la liberté, 2018)