Opinion

Solution pour la coalition gouvernementale italienne : "rimpasto", gouvernement apolitique ou élections anticipées ?

Italie

La coalition gouvernementale actuelle reste profondément impliquée dans la controverse interne sur la manière de mettre en œuvre le "Fonds de relance" ou "Fonds européen de reconstruction". Une controverse qui, outre qu'elle laisse perplexe la majorité des Italiens, est certainement très compliquée à expliquer, et la manière d'en sortir est encore plus incertaine. Face à cela, nombreux sont ceux qui se demandent s'il faut nommer un nouveau gouvernement (ce qu'on appelle le "rimpasto"), si le président de la République doit prendre la situation en main et opter pour un gouvernement apolitique qui appliquerait tous les fonds européens, et s'il n'y a pas d'autre solution que de convoquer des élections anticipées compte tenu des affrontements constants entre les partis qui composent la coalition. 

Le plus frappant dans tout cela est que les hostilités ont été lancées précisément par le Premier ministre Conte, avec le "feu vert" (en pratique) du Parti démocratique (et probablement aussi de LeU), et visaient Matteo Renzi et son petit parti, appelé Italia Viva. Renzi a constaté que son parti avait été exclu de la structure créée par le "premier ministre" pour mettre en œuvre les fonds européens, et sa réaction n'aurait pas pu être plus fâchée : lors d'une séance plénière du Sénat, en présence de toute l'opposition, Renzi a accusé son premier ministre (qu'il soutient lui-même par ses votes) d'avoir transformé le gouvernement en une sorte de "task force" et d'avoir complètement ignoré le pouvoir législatif, ce qui a conduit au débat parlementaire nécessaire. 

Dès lors, Conte n'a eu d'autre choix que d'entamer des consultations pour voir si la "maggioranza" du gouvernement existait encore : en d'autres termes, pour voir si le gouvernement qu'il préside depuis septembre 2019 disposait des voix nécessaires pour aller de l'avant. Et déjà dans ces consultations, le degré de confrontation entre Conte et Renzi pouvait être vu : alors que pour le dialogue avec le Mouvement des Cinq Étoiles et le PD, le "premier ministre" voulait consacrer jusqu'à deux heures, dans la conversation avec le parti de Renzi (reportée de plusieurs jours, avec de longues périodes entre les deux parties) il a investi ... seulement 40 minutes. Cette semaine, il y aura encore d'autres réunions entre le Premier ministre et les différentes formations de la coalition. La force de la coalition sera testée au cours des deux dernières semaines de l'année à l'occasion du vote du budget général de l'État (PGE) dans les deux chambres. En principe, les budgets doivent aller de l'avant, car il n'y a guère eu de controverse entre les membres de la coalition sur les chapitres de dépenses, mais la question est de savoir ce qui va se passer ensuite : concrètement, dans la première moitié de janvier.

Le plus incompréhensible de tout cela n'est certainement pas seulement l'inopportunité de ce conflit, avec un pays qui se trouve dans la "troisième vague" de coronavirus et qui a le plus grand nombre de morts de tout le continent européen, mais aussi celui qui a été "abattu" le premier : Conte, le Premier ministre, l'a fait contre Renzi, qui, en plus d'être quelqu'un à affronter est très dangereux, dirige un parti dont les 18 sénateurs sont la clé de la prise de position du gouvernement. Imaginons que la somme des membres de la Chambre haute des trois autres partis (Cinq Étoiles, PD et LeU) n'atteigne que 132 membres, ni plus ni moins que 30 de la majorité absolue requise au Sénat. Et que, à leur tour, les trois forces de centre-droit rassemblent un total de 136 membres, soit trois de plus que la somme des Cinq Étoiles, du PD et du LeU. Il suffirait que le centre-droit dépose une motion de censure contre le gouvernement, et que le centre-droit s'abstienne et même vote en faveur de la motion d'Italia Viva (avec un Renzi qui, au fond, se sent plus proche idéologiquement du centre-droit que du centre-gauche), pour que le gouvernement tombe automatiquement.  

Il est vrai que Conte est conscient de deux réalités. La première est que le parti de Renzi est toujours loin derrière dans les sondages, avec le risque permanent d'être exclu du Parlement en cas d'élections anticipées. Et, également, qu'il y a une incongruité très évidente de la part de Renzi lorsque, d'une part, il parle et, d'autre part, il agit : il demande à pouvoir participer à l'articulation du " Recovery Fund ", et en somme à la prise de décision pour la reconstruction du pays, mais dans la pratique il continue à être complètement libre. Ainsi, alors que le PD, avec 35 sénateurs, compte la moitié des ministres du gouvernement actuel (détenant des portefeuilles aussi importants que l'économie et les finances ou les infrastructures et les transports), l'Italia Viva de Renzi, avec la moitié des représentants à la Chambre haute, ne compte que deux femmes ministres (dont une sans portefeuille) et une sous-secrétaire aux affaires étrangères, et tout cela en raison de sa volonté expresse.

Une solution possible pour sortir de ce conflit serait donc de former un nouveau gouvernement dans lequel Renzi lui-même aurait sûrement son portefeuille, afin d'impliquer pleinement son parti dans le destin de la coalition. Avec plus de deux ans devant nous (les élections devraient avoir lieu en février ou mars 2023), il est nécessaire de planifier ensemble la reconstruction du pays, et Conte aurait raison de dire que Renzi ne peut pas continuer à faire cavalier seul : s'il n'entre pas dans le nouveau gouvernement, au moins un plus grand nombre de membres de son parti le feront. Il ne faut donc pas s'étonner que de tout ce conflit émerge un "Conte-ter" (pour être son troisième gouvernement consécutif) avec les quatre parties formant une majorité beaucoup plus compacte que l'actuelle.

Bien sûr, une autre issue, et plus d'un devrait s'en rendre compte, sachant comment le vétéran de la politique sicilienne (nous parlons de Sergio Mattarella, président de la République) la dépense, est que le chef de l'État, très irrité par ce type de conflit, décide de se jeter à la rue et de nommer un gouvernement apolitique, ce qui serait un échec total pour la classe politique actuelle. À cet égard, il convient de rappeler que des circonstances similaires se sont déjà présentées dans le passé et que la solution consistait précisément à nommer un gouvernement apolitique : ce fut le cas du gouvernement Dini lors de la législature 1994-96, et ce fut également le cas du gouvernement Monti entre 2011 et 2013. Il ne faut pas oublier que le gouvernement Ciampi (1993-94) était déjà une première ébauche de gouvernement apolitique : la plupart des ministres appartenaient à la classe politique, mais le premier ministre (l'ancien gouverneur de la Banque d'Italie et futur président de la République Ciampi) n'était pas un politicien mais un économiste sans affiliation idéologique.  

Le problème ici est que, avec des partis dirigés par d'anciens premiers ministres (Berlusconi pour Forza Italia et Renzi pour Italia Viva), d'anciens vice-premiers ministres (Salvini pour la Ligue et en pratique Di Maio pour Five Stars) ou d'anciens ministres (Meloni pour Frères d'Italie), seul Mario Draghi a assez de force pour s'imposer à tous, et Draghi ne doit sûrement pas avoir le moindre intérêt à devenir premier ministre alors qu'il est à un peu plus d'un an de sa nomination quasi certaine à la présidence de la République. Cependant, dans le cas d'un gouvernement apolitique, tout ne se résume pas à Draghi (pensez à l'ex-économiste en chef du FMI Cottarelli ou au gouverneur de la Banque d'Italie, Ignazio Visco) et Mattarella sait que l'on ne peut plus perdre de temps dans des guerres internes au sein de la coalition.

Ce qui est exclu comme solution possible, du moins pour l'instant, c'est une élection générale anticipée. Le pays est toujours en pleine "urgence sanitaire", ce qui va durer longtemps dans les circonstances actuelles, et appeler à une campagne et à un vote, c'est comme demander aux Italiens d'aller dans une "boucherie", ce qui est clairement inutile. Ainsi, lorsque certains dans les rangs du PD parlent de la possibilité de voter, tout le monde sait que ce n'est qu'un stratagème pour contrarier le "dissident" Renzi, mais c'est la première personne qui sait que les circonstances n'existent pas pour déclencher des élections générales anticipées. Et ce d'autant plus que l'élection du nouveau président de la République est à mi-parcours, puisque le mandat de Mattarella expire fin janvier 2022 : on ne peut pas répéter le ridicule du printemps 2013, où il a fallu demander au président sortant (Napolitano) de revalider son mandat alors qu'il n'était qu'à quelques semaines d'avoir 88 ans, simplement parce que les principales forces politiques n'arrivaient pas à se mettre d'accord sur un nouveau chef d'État.

Nous verrons comment tout cela se termine, mais il n'est pas facile de le savoir, vu à quel point Conte et Renzi se détestent, de vieilles connaissances car le premier était déjà professeur à l'université de Florence lorsque le second en était le maire (nous parlons des années 2009-14). Il semble que les deux se soient compris après que Renzi à l'époque ait appelé Conte "la fausse nouvelle de piu clame", mais la réalité n'est pas comme ça. Et, encore une fois, le président de la République "in campo" (bien qu'il le fasse avec l'énorme discrétion qui le caractérise) pour résoudre un conflit aussi effiloché qu'inopportun. La solution à tout cela, en quelques jours ou, peut-être, en quelques semaines. 

Pablo Martín de Santa Olalla Saludes est docteur en histoire contemporaine et auteur du livre Italia, 2013-2018. Du chaos à l'espoir (Liber Factory, 2018).