Opinion

Sur les prévisions de prix des métaux précieux pour 2021

Degussa

Le 1er avril 2021, le séminaire en ligne de la LBMA intitulé "Examen des prévisions de prix pour 2021" a eu lieu. Le modérateur Frederic Panizzutti (MKS Switzerland) a accueilli Rhona O'Connell (Stone X), René Hochreiter (Sieberana Research) et Thorsten Polleit (Degussa) pour discuter des principaux moteurs et facteurs qui sous-tendent leurs prévisions de prix des métaux précieux pour 2021. 

Dans ce contexte, nous aimerions ajouter quelques observations sur la relation entre les prix de l'or et les taux d'intérêt. En général, on s'attend à une relation négative entre les deux. Autrement dit, si les taux d'intérêt augmentent (baissent), le prix de l'or devrait baisser (augmenter). La raison en est que les taux d'intérêt représentent (en quelque sorte) des coûts d'opportunité : lorsque vous détenez de l'or, vous renoncez aux revenus que vous pourriez obtenir en détenant des titres porteurs de coupons. Dans un monde où les gens ne sont pas dupes de l'"illusion de l'argent", les taux d'intérêt réels (c'est-à-dire corrigés de l'inflation) comptent davantage que les taux d'intérêt nominaux. 

Parce que ce qui intéresse les gens, c'est le revenu réel, pas le revenu nominal. Si le taux d'intérêt est, par exemple, de 10 % et que l'inflation des prix est de 20 %, le taux d'intérêt réel est négatif de 10 % ; en revanche, si le taux d'intérêt est, par exemple, de 2 % et que l'inflation des prix est de 0,5 %, le taux d'intérêt réel est de 1,5 %.

Si vous possédez de l'or : les taux d'intérêt à court ou à long terme (en termes réels) sont-ils importants ? Si vous considérez l'or comme un substitut aux dépôts bancaires à court terme (en tant que substitut monétaire), les taux à court terme plutôt qu'à long terme devraient représenter ses coûts d'opportunité pertinents. Qu'en est-il de l'argument selon lequel l'or est un "jeu à long terme", et que ses coûts d'opportunité pertinents sont représentés par les rendements à long terme (en termes réels) ?

Supposons que le rendement nominal actuel des obligations d'État à dix ans soit, disons, de 2 %. L'inflation actuelle de l'IPC est, disons, de 1,5 %, de sorte que le rendement réel de l'obligation est de 0,5 %. Cela signifie-t-il que vous obtenez un rendement réel de 0,5 par an si vous achetez l'obligation aujourd'hui ? La réponse est non. Car cette hypothèse implique en fait que vous pouvez réinvestir tous les paiements de coupon à un taux réel de 0,5 %.

Mais est-ce une hypothèse raisonnable ? Non, ça ne l'est pas. Parce que l'inflation de l'IPC pourrait augmenter au cours des prochaines années, ce qui réduirait votre taux de rendement réel, et pourrait même le transformer en un rendement réel négatif. Dans ce contexte également, on peut avoir de sérieux doutes sur le fait que l'IPC soit la "bonne" mesure de la baisse du pouvoir d'achat de la monnaie. En effet, par exemple, l'IPC n'inclut pas les prix des actifs et ignore donc l'inflation des prix des actifs, qui contribue à l'érosion du pouvoir d'achat de la monnaie.

Degussa

En outre, la Banque centrale peut ne pas fixer son taux d'intérêt à court terme à l'avenir comme prévu aujourd'hui. Elle peut faire baisser le taux d'intérêt à court terme, ou ne pas le porter au niveau impliqué par les rendements obligataires nominaux d'aujourd'hui. Il en résulterait également un taux d'intérêt réel ex post qui serait peut-être (beaucoup, beaucoup) plus bas que ce qu'impliquent les rendements obligataires d'aujourd'hui. En d'autres termes, il est conseillé de remettre en question les taux d'intérêt au comptant d'aujourd'hui en tant que prédicteur non biaisé des futurs taux d'intérêt à long terme (réels).

L'expérience de ces dernières années a montré que les marchés obligataires ont pratiquement toujours surestimé le niveau des taux d'intérêt à court terme de la Fed : alors que les marchés s'attendaient à une hausse des taux d'intérêt à court terme, la Fed les avait en fait réduits. Cela dit, on peut s'attendre à ce que les investisseurs en obligations aient été largement déçus en termes de rendement réel ex post. La réalité peut même leur avoir procuré des rendements réels négatifs.

Nous soutenons qu'il existe de bonnes raisons pour que les investisseurs en métaux précieux se concentrent sur les taux d'intérêt réels à court terme comme facteur pertinent, leur "véritable" coût d'opportunité. Les rendements réels à court terme aux États-Unis, calculés sur la base de l'IPC, ont été en moyenne de moins 0,40 % sur la période allant de janvier 2000 à février 2021. D'août 2008 à aujourd'hui, la moyenne a été de moins 1,2 %.

Compte tenu des graves problèmes de l'architecture financière internationale et du système économique, les taux d'intérêt à court terme en termes réels resteront très probablement négatifs ou tomberont encore en territoire négatif.

C'est donc un argument de poids pour détenir de l'or et de l'argent physiques dans votre portefeuille. Aux prix actuels, la possession d'or et d'argent physiques est un excellent moyen de réduire les risques de votre portefeuille tout en contribuant à en augmenter le rendement.

Thorsten Polleit, économiste en chef chez Degussa