Opinion

Tirer avec la poudre à canon du roi

bombilla

Tirer (ou tirer) avec la poudre du roi" est une expression ancienne et fréquemment utilisée, principalement dans la sphère politique. C'est une expression qui était et qui est toujours utilisée lorsque, sans hésitation et sans scrupules, on utilise beaucoup de ressources d'autrui pour couvrir n'importe quel besoin social, presque toujours à la recherche d'un gain politique, et surtout, si la dépense est faite même s'il s'agit d'une grosse allocation.

Il est très fréquent et relativement facile de constater que de nombreux fonctionnaires utilisent ces dépenses extraordinaires, qui ne sont pas les leurs, dans de nouvelles initiatives coûteuses ou pour couvrir des demandes imprévues. Des dépenses qui ne peuvent même pas provenir de l'excédent budgétaire et pour lesquelles, pour les payer, il est nécessaire de recourir aux biens d'autrui avec le coût et le risque qui en découlent pour ceux qui doivent finalement les payer.

Je suppose qu'étymologiquement, cette expression est entrée dans le langage populaire parce que, dans l'Antiquité, les rois européens passaient le plus clair de leur temps à se battre pour la notoriété, l'envie, pour couvrir des ambitions personnelles, pour chercher à étendre leurs territoires ou simplement pour se distraire ; sans se soucier du fait que les guerres elles-mêmes, ainsi que l'emploi ou l'entretien des troupes pendant et après celles-ci, n'ont jamais été bon marché et qu'il pouvait arriver que des personnes non averties pensent que c'était le Roi qui les payait de ses coffres personnels, sans se rendre compte que c'était toujours les gens du peuple qui, au prix de grands efforts et de sacrifices personnels, devaient renflouer ces coffres lorsqu'ils étaient trop souvent vides.

Cette tradition et la fausse attente de tout résoudre en grand, très utilisé dans le passé et, malheureusement, traîné à nos jours, bien qu'il ne soit pas combattu avec une telle fréquence et l'intensité, est utilisé plus fréquemment, par les gouvernements de gauche, diverses coalitions ou associations de pays que par contagion ou de ne pas être laissé derrière, prendre des engagements sans l'aide de véritables experts pour en évaluer les coûts réels et sans estimation minimale de la portée des décisions économiques, sociales et industrielles qui, séparément ou en coalition, sont adoptées avec une joie relative et qui bientôt, vu leur intensité ou leur gravité, se retournent contre la politique adoptée comme un gros et dangereux boomerang.

C'est le cas de la joie inhabituelle manifestée, surtout en Europe, pour l'adoption de mesures drastiques et sanglantes - surtout pour la poche du contribuable - en référence aux actions individuelles et collectives nécessaires et obligatoires pour "faire face ou éviter les désastres causés par le changement climatique nuisible et croissant dû à l'action abusive de l'homme", principalement en ce qui concerne l'importante réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2).

Traditionnellement, les grands producteurs de ce composant chimique, tels que la Chine, la Russie, l'Inde et les États-Unis, et quelques autres plus petits, ont résisté à l'impulsion enivrante du reste du monde d'accepter les engagements qui ont été traînés avec insistance lors des précédents sommets sur le changement climatique à Kyoto, Madrid et Paris et quelques autres.

Bien que certains aient quelque peu changé d'attitude, beaucoup ne cèdent pas encore complètement, étant donné que l'alternative à l'utilisation du charbon ou du gaz - dans un monde où il semble très beau et pro-écologique de déclarer "non au nucléaire" et de fermer les quelques centrales restantes de ce type, même s'il s'agit d'une énergie très "propre" - est vraiment très chère ; dépendantes de facteurs climatiques variables et incontrôlés (vent, soleil et pluie) ; clairement insuffisantes pour couvrir l'ensemble des besoins, même si elles fonctionnent toutes à l'unisson et à pleine capacité - ce qui n'arrive jamais - elles sont donc incapables de fournir avec des garanties tout ce qui est généré par les éléments à fermer.

Sur le vieux continent, la toute jeune et inexpérimentée Europe, avec l'Allemagne de Merkel en tête, tire depuis des années sur la corde verte (peut-être pour éviter que l'opposition ne mange la tartine de son parti au moment de la retraite), en fermant une grande partie de ses centrales nucléaires (ce qui n'est pas le cas de la France) et en donnant une date d'expiration anticipée aux centrales restantes du même type. L'Espagne, comme toujours, bien qu'elle ne produise pas sa propre énergie et qu'il n'y ait aucune cause politique à cela, a été entraînée par le mode allemand.

Une impulsion initiale que les Allemands commencent déjà à regretter ou à réfléchir à deux fois ; car, en bons calculateurs qu'ils sont, ils ont fait le calcul et commencent à trembler à l'idée de ce qu'ils devront bientôt payer pour l'énergie en raison du paiement du CO2 émis selon la réglementation européenne ; même si, pour éviter d'entrer dans une spirale des prix comme en Espagne, en Italie ou au Portugal, ils ont pris certaines mesures pour réduire les grandes taxes nationales qui la rendent plus chère.

Entre-temps, et dans l'attente d'une autre alternative en gestation, comme les centrales à fission nucléaire, certains pays maintiennent encore l'utilisation pernicieuse et coûteuse du charbon pour éviter leur forte dépendance à l'égard des importations fluctuantes de gaz russe ou algérien, tant en quantité qu'en prix, pour refroidir leurs stations touristiques chaudes ou chauffer leurs maisons froides et faire tourner leur industrie moyenne et lourde.

En Espagne, pays où l'on est habitué à l'improvisation, au replâtrage fondamentalement médiatique, donc irréfléchi ou improvisé, et à faire trop souvent les choses mal, nous nous trouvons dans une situation de chaos et de crise totale à cet égard.

Une situation qui constitue un handicap pour un gouvernement qui a passé de nombreuses années dans l'opposition à critiquer son prédécesseur parce que sa politique énergétique était un grand malentendu avec la société après avoir augmenté les prix d'un faible pourcentage à l'époque, et qui était fatigué de faire des promesses vides pour les corriger sérieusement et protéger les plus démunis de ces excès.

Des promesses qu'il a essayé de tenir dès son arrivée au pouvoir et qu'il a complètement oubliées en moins de deux ans. A ce jour, et au moins dans la Communauté de Madrid, des dizaines de milliers de familles ne reçoivent toujours pas en 2021 l'une des aides promises par le gouvernement de Pedro Sánchez, le Bono Social Térmico.

En conséquence de ce qui précède, le prix de l'électricité, poussé par divers facteurs endogènes et exogènes, est aujourd'hui quatre fois plus cher que lorsqu'ils ont promis l'arcadie de l'énergie (ces jours-ci le mégawatt atteindra 200 euros, et en hausse, dans son heure de pointe), la lumière se lève à tous également et ne respecte ni les citoyens qui vivent avec un petit salaire, une subvention ou une pension, ni les petites ou moyennes entreprises, ni les grandes fortunes ou les grandes industries qui consomment de grandes quantités d'énergie ; Par conséquent, des augmentations aussi importantes que celles que nous connaissons actuellement entraînent une hausse de leurs prix de production difficile à absorber au détriment de leurs bénéfices qui ne cessent de diminuer.

Comme si cela ne suffisait pas, aux coûts plus élevés mentionnés ci-dessus, il faut ajouter la forte augmentation du prix des dérivés du pétrole (liquide et gazeux), ce qui signifie une augmentation directe du prix de la production d'électricité et se répercute sur le transport des produits, le maintien du cycle du froid, leur stockage et la distribution elle-même. Par conséquent, l'IPC augmente proportionnellement à ce qui précède, ce qui influence directement la capacité et le niveau de consommation des citoyens et, à court terme, les engagements pris par le gouvernement pour maintenir le pouvoir d'achat des salaires minimums et des pensions lors des futures révisions.

Nous souffrons d'un gouvernement qui, bien qu'il s'avoue socialiste et communiste jusqu'à la moelle, vit de, par et pour les impôts. Partout où l'on entrevoit une faille permettant de soutirer un centime au citoyen et au petit ou grand entrepreneur, ils sont à l'affût, manquant ainsi à leur promesse de ne taxer que ceux qui ont le plus ; aujourd'hui, nous souffrons tous de leur tourbillon de collecte d'impôts et de leurs griffes successives.

C'est précisément dans le prix à payer pour l'énergie (sur toute facture d'électricité, le Trésor perçoit près de 60% de son montant) et le carburant, et non pour sa valeur réelle, que le gouvernement a trouvé l'un de ses plus grands récifs de recettes. Certaines de ces taxes sont héritées, d'autres sont nouvelles, et la plupart sont le résultat de concessions ou de paiements au titre d'offres antérieures visant à imposer certains changements dans la façon d'obtenir l'énergie.

Malgré l'énorme ponction qui entre ainsi dans les caisses de l'État, et au lieu de les ramener à des limites plus raisonnables, le gouvernement, après moult pressions et marchandages, a opté pour un double jeu ; en les baissant temporairement - au maximum jusqu'en avril prochain, puis en les récupérant à nouveau après cette date - et en retirant aux compagnies d'électricité une série de revenus (peut-être aussi temporairement) qui, soit dit en passant, avaient été convenus avec elles il y a des années en échange de divers investissements coûteux et de modifications du réseau pour le rendre plus compétitif en le modernisant et en le rendant plus efficace. 

Comme tout ce que le gouvernement et, surtout, son président, nous vend habituellement, ce n'est pas seulement un mensonge, c'est presque toujours provisoire, c'est habituellement rectifié et s'inscrit dans les paramètres de ce que l'on appelle "le pain pour aujourd'hui, mais la faim pour demain" car, comme son application est temporaire, le retour aux mêmes paramètres, après un certain temps, est simplement un transfert du problème sans l'avoir résolu.

D'autre part, toute mesure drastique et blessante adoptée à l'encontre de lobbies ou d'entreprises multimillionnaires, liés à des investisseurs puissants ou à d'importantes entités bancaires basées dans différents territoires ayant une tendance à l'indépendance ou à l'autosuffisance ; légiférée de manière précipitée, populiste, drastique, à chaud et sans écouter toutes les parties concernées, aura sans aucun doute des répercussions immédiates ou à court terme sur la stabilité économique, la sécurité juridique future et même la stabilité parlementaire.

En ce qui concerne ce dernier point, il ne faut pas oublier que ces territoires et les partis politiques nationalistes ou séparatistes qui les gouvernent sont opposés à l'intérêt général de l'État, très méfiants à l'égard de l'immunité des entreprises qui y sont installées et, comme dans le cas présent, constituent une partie substantielle du cadre sur lequel le gouvernement national s'appuie pour poursuivre son mandat ou approuver ses besoins législatifs.

Le décret hâtif approuvé cette semaine par l'exécutif signifie un coup dur pour les entreprises électriques en réduisant leurs bénéfices de 4 000 millions d'euros et en laissant les caisses du Trésor public sans recevoir 2 000 millions d'euros, et bien qu'il soit provisoire, il a eu une réponse boursière rapide dans les deux premiers jours depuis sa publication, au cours desquels ces entreprises ont perdu plus de 7 500 millions d'euros dans le cours de leurs actions. 

Tous les gouvernements populistes, qui dépensent à tour de bras de l'argent qu'ils n'ont pas et l'utilisent comme ils le faisaient avec la poudre du roi, finissent par trouver là leur talon d'Achille, de sorte que tôt ou tard, l'époque insouciante et heureuse du "pain et du cirque" se retourne contre eux, parce que le peuple, aussi paresseux, acheté ou stupide soit-il, demande de plus en plus de pain et aime de moins en moins le cirque.