PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Un PIB mondial ne dépassant pas 5%

fmi

Si 2021 était l'année de la reprise, après le ralentissement de la production et de l'économie provoqué par les confinements massifs et les quarantaines un an plus tôt, avec un PIB mondial qui, selon l'OCDE, aurait pu rebondir à 6,8 %, en 2022, le scénario sur lequel s'accordent l'OCDE, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale est un PIB mondial ne dépassant pas 5 %.
 
De nombreuses questions restent en suspens pour que l'économie retrouve le rythme qu'elle avait avant la pandémie : les chaînes d'approvisionnement de plusieurs matières premières non seulement nécessaires au secteur primaire de la production n'ont pas été entièrement rétablies, mais il y a aussi des biens intermédiaires qui n'arrivent pas aussi rapidement que d'habitude, ce qui affecte des secteurs clés comme l'industrie automobile. 
    
Dans le même temps, le marché du travail n'a pas totalement retrouvé les niveaux d'emploi et d'activité d'avant la pandémie. L'Organisation internationale du travail (OIT) estime que la destruction d'emplois avoisine les 125 millions de postes perdus. 

L'OIT indique qu'il est essentiel de stimuler l'économie et l'emploi par une politique fiscale active, une politique monétaire flexible et l'octroi de prêts et d'aides financières à des secteurs spécifiques, dont celui de la santé. La capacité et la résilience des organisations d'employeurs et de travailleurs doivent être renforcées

Le rebondissement de l'année dernière, en forme de V, a permis de passer à une phase où l'économie cherchera une croissance plus stable. Pour ce faire, elle doit surmonter la phase de pandémie, de sorte que 2022 sera une année de PIB plus faible, selon les estimations des principales organisations internationales. 

Même la Chine ne sera pas épargnée par le ralentissement ; le géant asiatique a besoin d'une croissance de plus de 8 % pour soutenir son expansion économique. Au niveau mondial, seule l'Inde devrait atteindre un PIB qui pourrait osciller entre 7,5 % selon la Banque mondiale et 8,5 % selon le FMI. Pour la Chine, en revanche, le PIB devrait se situer entre 5,1% selon l'OCDE et 5,6%, selon le FMI.

Les prévisions du PIB mondial vont dans le même sens : 4,3 % selon la Banque mondiale ; 4,5 % dans les notes de l'OCDE et 4,9 % pour les analystes du FMI. 

La performance américaine présente les prévisions les plus discordantes, beaucoup dépend de l'effet immédiat des plans de relance et d'infrastructure de 1,2 trillion de dollars et du résultat des élections législatives qui mettront à l'épreuve le parti démocrate du président Joe Biden, qui achèvera sa première année de mandat avec une usure politique, électorale et physique marquée

Sur le sujet

Les perspectives pour l'économie américaine varient entre les prévisions de 3,7 % de l'OCDE, 4,2 % de la Banque mondiale et 5,2 % du FMI. Une attention particulière sera accordée aux mouvements des taux d'intérêt de la Réserve fédérale. 

Dans le cas de l'Europe, la zone euro a des estimations plus concordantes de 4,3% selon le FMI et l'OCDE ou de 4,4% selon la Banque mondiale. L'Espagne présente les meilleures prévisions, à environ 5,5 %, voire 6,4 %, ce qui est bien supérieur aux estimations pour l'Allemagne et la France. Alors que le Royaume-Uni pourrait atteindre 5%, selon le FMI.

En Amérique latine, le Mexique et le Brésil sont les principales économies pour de nombreux investisseurs étrangers qui cherchent dans la région des opportunités d'achat d'entreprises touchées par la pandémie.

Pour le Mexique, les prévisions de croissance vont de 3 % selon la Banque mondiale ou 3,3 % selon l'OCDE à 4 %, selon les chiffres du FMI, et la CEPALC, qui est une organisation régionale, la situe à 3,2 %, soit près de la moitié du PIB en 2021. Le pays aztèque connaîtra des élections pour plusieurs postes de gouverneur dans six États : Aguascalientes, Durango, Hidalgo, Oaxaca, Quintana Roo et Tamaulipas. 

Au Brésil, il y aura des élections présidentielles, ainsi que des élections pour les représentants législatifs, l'instabilité et l'incertitude ajoutées par les élections sont un facteur de pression sur les estimations économiques en plus du coup d'effet que la mauvaise gestion de l'urgence sanitaire a eu et a dans le pays Carioca. Le président Jair Bolsonaro envisage de se représenter aux élections, tandis que le gauchiste Lula da Silva, pour le Parti des travailleurs, a déjà exprimé son intention de se présenter. 

Le processus électoral aura un premier tour le 3 octobre et un second tour le 30 octobre. Les estimations du PIB sont marginales : l'OCDE avance le chiffre de 1,4 %, le FMI celui de 1,5 % et la Banque mondiale est plus prometteuse avec 2,5 %.  La CEPALC prévoit 2,2 %, ce qui est également inférieur au PIB préliminaire de 5,2 % en 2021.