PUBLICIDAD

Iberdrola

Opinion

Une Constitution qui divisera davantage le Chili

Gabriel Boric

J'aimerais que ce ne soit pas comme ça, mais il semble peu probable que la nouvelle Constitution chilienne trouve un soutien majoritaire et ne laisse aucune place au doute parmi les 15 millions d'électeurs qui sont obligés de voter pour elle le 4 septembre. 

En recevant le texte des mains de la Convention constitutionnelle, le président Gabriel Boric a voulu solenniser l'importance du texte en proclamant qu'"une fois de plus, ce sera le peuple qui aura le dernier mot sur son destin", décrétant également que "le Chili commence une nouvelle ère". 

La lecture des 388 articles et des 57 règles transitoires, qui font de ce texte l'une des constitutions les plus étendues au monde, révèle une nette rupture avec les règles et les compétences des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire, une véritable révolution qui, selon les sondages, polarise encore plus le pays si possible. 

En fait, la composition même de la Constituante annonçait déjà un texte de rupture. Sur les 154 citoyens indépendants ou affiliés à des partis politiques qui composaient l'Assemblée constituante, plus d'une centaine se sont proclamés de gauche, avec une prépondérance des tendances les plus radicales, laissant le centre et la droite pratiquement sans possibilité de bloquer la rédaction finale du texte. Les 17 membres des peuples indigènes du Chili, en particulier les Mapuches, ont toutefois eu plus d'influence et ont réussi à faire en sorte que, dans le projet de nouvelle Constitution, le Chili soit défini non seulement comme un "État social et démocratique régi par l'État de droit", mais aussi comme "un État plurinational et interculturel qui reconnaît la coexistence de nations et de peuples divers". Ensuite, le texte reconnaît le plein exercice de leurs droits individuels, notamment celui de l'autonomie et de l'auto-gouvernement". Cette formulation a provoqué la liesse des nombreux participants et manifestants lors de la remise du document au président Boric, à tel point que la prolifération des drapeaux indigènes a éclipsé la présence minoritaire du drapeau national du Chili.  Outre la proclamation de la parité absolue, la perspective de genre est également une autre constante du projet de Constitution. Ainsi, elle énonce l'obligation de l'État de garantir "une société dans laquelle les femmes, les hommes, la diversité des genres et la dissidence des genres participent dans des conditions d'égalité substantielle".

Modification substantielle des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire

Le projet de loi rompt également avec la tradition américaine d'un pouvoir exécutif fort, incarné par des régimes au présidentialisme prononcé. Ses pouvoirs sont réduits, et une partie importante de ses compétences serait transférée aux gouvernements régionaux. Tant le président que les députés ne pourraient pas prolonger, a priori en tout cas, leur séjour en fonction au-delà de deux mandats, c'est-à-dire huit ans. 

Des deux chambres législatives actuelles, le Congrès des députés serait maintenu, mais pas le Sénat, qui céderait la place à une Chambre des régions, aux pouvoirs toutefois limités. 

Quant au pouvoir judiciaire, il serait divisé en deux : le Système de justice national, auquel serait soumise la majorité des citoyens, et le Système de justice des peuples autochtones, dans lequel les décisions de leurs autorités ancestrales auraient la même force coercitive que le premier. S'il est approuvé, le premier choc entre les deux légalités se produira lorsque les peuples autochtones demanderont la restitution de leurs territoires et de leurs ressources, en s'appuyant sur le texte constitutionnel qui reconnaît précisément la restitution des terres comme "le mécanisme privilégié de réparation" [des injustices passées]. 

Comme s'il avait déjà prévu la tempête qui allait se lever durant les deux mois précédant le référendum, le président Boric, qui, sous divers prétextes, n'était accompagné d'aucun de ses prédécesseurs à La Moneda, a appelé à "un débat intense sur le texte, mais sans se lancer dans des mensonges, des déformations ou des interprétations catastrophiques déconnectées de la réalité". Boric a réaffirmé son soutien au projet de Constitution, qui supprimerait ce qu'il considère comme le principal obstacle de l'actuelle Constitution de 1980 : empêcher toute réforme sociale de fond. 

Avec des sondages montrant 44% en faveur du "rejet" contre 25% en faveur de l'"approbation", et 40% d'indécis, à ce stade, il est difficile de croire que l'une des deux options l'emportera avec une majorité considérable. Si le projet devait gagner, même de justesse, il est concevable que Boric et sa coalition Frente Amplio-Partido Comunista acceptent une sorte de réforme de la réforme. Mais si le rejet l'emporte, comme le montrent actuellement les sondages, la réaction pourrait mettre le pays à feu et à sang, puisque l'actuelle Constitution de 1980, rédigée à l'époque sous l'œil vigilant et implacable du régime militaire, resterait en vigueur.