« La situation que nous, les Subsahariens, vivons au Maroc est très dure, nous ne savons pas quoi faire »

La crise du coronavirus frappe les travailleurs du secteur informel dans le pays voisin, en particulier les immigrants subsahariens
Image d'un citoyen d'origine subsaharienne au centre d'un Rabat désertique suite aux mesures de confinement décrétées pour lutter contre la COVID-19 au Maroc

PHOTO/REUBEN YEMOH ODOI  -   Image d'un citoyen d'origine subsaharienne au centre d'un Rabat désertique suite aux mesures de confinement décrétées pour lutter contre la COVID-19 au Maroc

« La vie que nous menons est très difficile, mais nous n'avons pas d'autre choix que de résister ». C'est le point de vue de la Congolaise Fifi Lembé, qui appelle Atalayar depuis la capitale marocaine, où elle vit avec ses trois enfants. Son mari est confiné au Bénin, où il est allé acheter du tissu qu'il comptait vendre au Maroc à son retour. Comme dans le cas de la famille Lembé, la crise du coronavirus frappe de manière particulière les populations qui vivent dans les secteurs informels de l'économie - qui représentent plus de 20 % du PIB marocain, plus de 60 % dans le domaine commercial -, parmi lesquelles les groupes provenant d'Afrique centrale et occidentale se distinguent par leur précarité. Rabat a décrété l'état d'urgence sanitaire - avec un confinement général strict - le 20 mars et doit être prolongé jusqu'au 20 avril.  

Entre 2014 et 2017, les autorités marocaines ont régularisé la situation de 50 000 personnes, dont une grande partie provenait d'autres pays africains. On estime qu'au moins la moitié des résidents ayant des racines subsahariennes travaillent dans l'économie informelle, ce qui rend leur situation extrêmement vulnérable. D'autres sources consultées suggèrent que plusieurs milliers d'autres vivent sur le sol marocain en situation irrégulière. Beaucoup de ces personnes vivent dans des emplois précaires et littéralement au quotidien. Ceux qui ont la chance de travailler légalement ont tendance à le faire dans des centres d'appel (cependant, au Maroc, près de 60 % des salariés n'ont pas de contrat, une réalité qui touche aussi bien les locaux que les étrangers).

La situation pour les autorités marocaines est particulièrement complexe, avec plusieurs millions de personnes travaillant dans l'économie informelle et donc sans protection sociale. Parmi les mesures prises par les autorités marocaines pour aider les groupes les plus défavorisés figure une allocation mensuelle de 120 dollars pour les familles dont le membre qui apporte la plus grande contribution financière au ménage est au chômage en raison de la pandémie.  

L'aide s'élève à 200 dollars par mois pour les employés des entreprises privées affiliées au système de sécurité sociale marocain. Dans un premier temps, les travailleurs en possession de la carte de santé nationale, qui ne peut être demandée que par des Marocains, peuvent bénéficier de l'aide. En outre, le gouvernement marocain hébergeait plus de 3 000 sans-abri dans des écoles et des stades pour les empêcher de dormir sur la voie publique pendant l'état d'urgence sanitaire.  

La secretaria general del Consejo de Migrantes Subsaharianos en Marruecos (CMSM) y presidenta de la Comunidad Congolesa de Marruecos, Aimee Lokake, posa en una imagen de archivo
PHOTO/AIMEE LOKAKE - La Secrétaire Générale du Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc (CMSM) et Présidente de la Communauté Congolaise du Maroc, Aimee Lokake, dans une image de archive

« Beaucoup de ces personnes sont complètement perdues. Ils ont perdu leur emploi, n'ont pas accès aux allocations et ne peuvent pas payer leur loyer ou l'électricité. Ils ne peuvent pas non plus quitter leur domicile. Ils n'ont rien à manger. Ils sont bloqués », explique à Atalayar la Congolaise Aimee Lokake, secrétaire générale du Conseil des migrants subsahariens au Maroc et responsable des relations extérieures de la Plateforme des associations et communautés subsahariennes au Maroc (ASCOMS).

M. Lokake souligne la situation particulièrement critique de 180 femmes célibataires et de 35 mineurs non accompagnés et orphelins - originaires de pays comme la Côte d'Ivoire, la Guinée, le Nigeria, la Sierra Leone et le Cameroun - qui sont assistés par l'association de soutien aux femmes et aux enfants au Maroc (SFE), qu'il préside également. « Ils sont enfermés à la maison, les enfants ne peuvent pas poursuivre leurs études en ligne parce qu'ils ne peuvent pas se permettre une connexion Internet. Ils n'ont pas de revenus. Elles travaillaient comme domestiques ou prostituées avant que la pandémie ne frappe », a déclaré Mme Lokake à cette publication lors d'une conversation téléphonique depuis la capitale marocaine, où elle vit avec ses deux enfants.  

L'association leur fournit des denrées alimentaires de base comme le riz, l'huile ou le sucre ou des médicaments de base provenant, selon Lokake, de l'Église catholique du pays du Maghreb ou de l'ONG marocaine Fondation Orient Occident. « La situation juridique de nombreuses personnes devient un autre problème, car sans contrat de location, elles ne peuvent pas renouveler leur permis de séjour », souligne-t-il. « Nous ne savons pas quoi faire, la situation est très difficile », déplore la Congolaise, qui réclame des fonds pour aider ces personnes.

Des témoignages dramatiques sont répétés. C'est le cas de Saddou Habi, un Guinéen de 30 ans qui vit au Maroc depuis deux ans. « J'ai dû aider mes quatre autres colocataires qui sont dans une situation financière pire que la mienne », a-t-il déclaré à Reuters. « Nous respectons toutes les mesures visant à arrêter la propagation du coronavirus, mais nous avons besoin d'une aide urgente pour sortir de ces temps difficiles », a-t-il ajouté. Habi, qui vit dans le quartier de Hay Nahda à Rabat - l'un des plus bas revenus de la capitale marocaine, au sud de la ville - attend un permis de séjour qui n'est pas encore arrivé.

Le Conseil national des droits de l'homme et l'Association marocaine des droits de l'homme ont demandé aux autorités d'accélérer l'aide à ces groupes particulièrement vulnérables, a fait écho à Reuters. Il faut rappeler qu'officiellement, la principale communauté étrangère d'origine africaine au Maroc est celle des Sénégalais (avec 6 066 personnes en situation régulière) suivie des Algériens (avec 5 710 personnes).  

« Pour ces gens, le Maroc n'est plus seulement un pays de passage, mais une destination », a déclaré le Sénégalais Diop Mountaga, président de l'organisation Kirikou, à Atalayar. L'organisation basée à Rabat travaille depuis 2013 sur l'intégration des immigrants d'autres pays africains dans la société et le marché du travail marocains. Elle le fait notamment par le biais d'un centre de jour interculturel, de la formation et de l'intégration des femmes et de l'aide aux mineurs isolés. Et ces jours-ci, elle s'attache à aider - en canalisant les dons matériels privés - les personnes en situation de nécessité.

« Nous transportons la nourriture de quartier en quartier, avec des gens de notre association dans chaque district, car les restrictions imposées par le confinement nous empêchent de transporter les produits d'une autre manière », explique Mountaga. « Une dynamique positive est en train de se créer ces dernières semaines. L'administration locale exhorte la population marocaine à être indulgente avec les immigrés. Le Croissant-Rouge marocain, où je travaille, a élaboré un plan d'aide humanitaire. Il s'agit d'une aide qui va être coordonnée avec le ministère de l'Intérieur, qui est chargé de la distribution aux populations vulnérables. Mais il faut faire plus. Le gros problème, à part la nourriture, c'est le loyer, il faut un moratoire sur les paiements », explique ce jeune homme qui vit au Maroc depuis 2012.

Dos ciudadanos de procedencia subsahariana residentes en Marruecos sostienen una bolsa con productos de primera necesidad en la sede de la asociación intercultural local Kirikou
PHOTO/ASSOCIATION KIRIKOU - Deux citoyens d'origine subsaharienne vivant au Maroc tiennent un sac de produits de première nécessité au siège de l'association interculturelle locale Kirikou
Obstacles multiples 

« La communauté des immigrants d'Afrique de l'Ouest et du Centre au Maroc est fragile pour de nombreuses raisons : discrimination, accès difficile aux soins de santé et à un logement décent, ainsi que difficultés d'accès à la formation et à l'aide sociale. Pendant cette période COVID-19, ils sont particulièrement vulnérables car ils survivent au quotidien et dépendent de la mobilité régulière dans les rues pour vivre de la mendicité, de la création d'entreprises informelles, etc. », explique le consultant ghanéen Reuben Yemoh Odoi, qui, depuis Rabat, a lancé une campagne de collecte de fonds par le biais de réseaux pour aider les migrants d'Afrique occidentale et centrale au Maroc.

Le Ghanéen - qui dirige l'association Yemoh & The Minority Globe, qui a débuté en 2009 et a aujourd'hui pour objectif principal d'aider les jeunes artistes africains au Maroc - est employé ces jours-ci à distribuer de la nourriture aux membres de ces communautés vivant à Casablanca pendant ces journées d'enfermement. « Nous utiliserons la méthode des bons d'alimentation en collaboration avec les supermarchés des quartiers à forte densité de migrants afin de limiter le risque de surpopulation ; l'idée est que chaque personne ou famille rapportera chez elle de la nourriture en fonction de ses besoins », explique l'artiste et photographe également à Atalayar de Rabat. « Cette méthode est recommandée par la plupart des ONG au Maroc, telles que Caritas et les plateformes de migrants. Ainsi, les bénéficiaires sont indépendants dans leurs achats et leurs déplacements, en présentant leurs coupons quand ils le souhaitent dans le supermarché de leur quartier », dit-il.

La barrière de la langue - puisque nous parlons de groupes anglophones - est l'un des principaux problèmes des immigrés au Maroc, car « ils n'ont pas accès à l'information », rappelle Odoi dans cette publication. « La plupart des immigrés francophones savent où aller en cas de besoin, mais ceux qui ne parlent pas cette langue sont invisibles pour les ONG », déplore l'artiste, arrivé au Maroc en 2005.

Ce ghanéen aux multiples facettes souligne la vulnérabilité particulière d'un sous-groupe : les femmes et les filles de l'État d'Edo au Nigeria : « La situation de ces femmes est extrêmement précaire. Elles sont presque toutes victimes de la traite des êtres humains et de l'exploitation sexuelle sur leur chemin vers le Maroc, où elles attendent une opportunité de rejoindre l'Europe. Malheureusement, ils arrivent au Maroc avec de nombreux traumatismes. Ils vivent de la mendicité, de la prostitution et du commerce de rue », explique Odoi.  

El activista y artista ghanés Reuben Yemoh Odoi, rodeado de sacos de alimentos en una fotografía de archivo
PHOTO/REUBEN YEMOH ODOI - Un groupe de personnes d'Afrique subsaharienne vivant au Maroc collecte de la nourriture et d'autres produits de première nécessité au plus fort de la pandémie de coronavirus

Il est clair que la catégorie des « immigrants subsahariens » ne forme pas un ensemble homogène, non seulement en raison de la diversité des pays d'origine, mais aussi en raison des différentes situations économiques, personnelles et éducatives de ces personnes. Dans une conversation avec Atalayar, Mehdi Alioua, professeur de sociologie à l'Université internationale de Rabat, distingue trois grands groupes en fonction de leur vulnérabilité à la COVID-19.  

« Il y a un premier groupe de personnes qui arrivent avec peu de moyens et d'argent et qui sont bloquées sans rien, vivant souvent dans les forêts, près des frontières de Ceuta et Melilla ; un deuxième groupe de personnes qui ont vécu dans d'autres pays avant d'arriver au Maroc, qui ont fait la migration internationale par étapes, certains sont des réfugiés, et qui s'en sortent en enchaînant des emplois peu qualifiés ; ces deux groupes sont particulièrement touchés par le coronavirus et se trouvent dans une situation précaire », explique Alioua.  

« Enfin, il y a un troisième groupe de personnes qui sont arrivées directement au Maroc avec l'idée dans de nombreux cas de passer en Espagne, mais pas nécessairement ; elles ont un mode de vie urbain, étudient et commencent à entrer dans la classe moyenne ; elles essaient d'améliorer leur condition sociale et font partie de la migration intra-continentale africaine », poursuit le professeur de Science Po Rabat. « Ce groupe a également été touché par le coronavirus, mais pas exactement de la même manière, ils s'en sortiront mieux car beaucoup d'entre eux continuent à travailler, sont en situation légale et maintiennent des liens avec leur famille ; leur réalité apparaît beaucoup moins à la télévision », poursuit-il.  

« Le premier groupe est dans une situation d'urgence absolue, ils ont de sérieux problèmes pour obtenir de la nourriture depuis trois semaines maintenant ; ils se dirigent maintenant vers les villes en pensant qu'ils seront aidés, mais à cause de l'enfermement les ONG ne pourront pas toujours les aider », prévient le sociologue marocain dans cette publication.  « La deuxième catégorie de personnes, celles qui vivent d'emplois peu qualifiés, par exemple le travail sur les chantiers ou dans le commerce de rue, se trouve dans une situation très difficile aussi parce que les mesures de confinement ont arrêté l'activité des secteurs dans lesquels elles travaillent et que leur économie est basée sur le contact social dans la rue », prévient Alioua.  

« Enfin, le troisième groupe est dans une situation moins urgente, mais si l'état d'urgence se prolonge, il deviendra de plus en plus problématique : beaucoup perdront leur emploi et, comme la plupart d'entre eux n'ont pas de contrat de travail, ils n'auront pas non plus accès aux prestations sociales. Dans de nombreux cas, leur permis de séjour expire également, ce qui signifie qu'ils ne peuvent pas obtenir d'aide ou même retirer de l'argent de la banque », rappelle la sociologue.   

Dos ciudadanos de origen subsahariano recogen alimentos de la sede de la organización Kirikou, con sede en Rabat
PHOTO/ASSOCIATION KIRIKOU - Deux citoyens d'origine subsaharienne collectent des denrées alimentaires au siège de l'organisation Kirikou, basée à Rabat
Solidarité marocaine 

Cependant, au milieu de l'adversité, il y a de la place pour l'espoir. « Les choses ont beaucoup changé au cours des six ou sept dernières années. En tant que Subsahariens, nous vivons une réalité très dure, mais nous ressentons de plus en plus la solidarité des Marocains », raconte Atalayar Fifi Lembé, arrivée enceinte au Maroc depuis sa République démocratique du Congo natale en 2013 après une odyssée à travers la Mauritanie, le Mali et l'Algérie. Aujourd'hui, elle vit dans le quartier populaire de Yacoub el Mansour, dans la capitale.  

La Congolaise travaille depuis 2015 avec l'association Kirikou, qui l'a aidée en lui offrant une formation scolaire dès son arrivée. Elle s'occupe maintenant des enfants d'origine subsaharienne et marocaine dans la crèche de l'association. « Dans notre crèche, les enfants de différents milieux vivent ensemble naturellement, et cela nous rend très heureux », avoue-t-elle. Elle donne également des ateliers d'éducation et de couture à des femmes venues d'autres régions d'Afrique dans ce pays du Maghreb. Mais la crise COVID-19 a porté un coup inattendu à tout ce travail.  

« Il a ressuscité l'amour entre l'étranger et le Marocain de nos jours. Nous verrons ce qui se passera quand la crise sera terminée. La société civile marocaine est de plus en plus forte, tout comme notre statut et notre considération. Dans les années 2000, la réalité des immigrés subsahariens était taboue », raconte le président de Kirikou, Diop Mountaga.  

Foto de archivo de una actividad de la asociación intercultural Kirikou, con sede en Rabat, con su presidente, Diop Muntaga, en el centro de la imagen
PHOTO/DIOP MOUNTAGA - Photo d'archive d'une activité de l'association interculturelle Kirikou, basée à Rabat, avec son président, Diop Mountaga, au centre de l'image
Une complexité accrue dans le nord du Maroc 

Dans les régions du nord du Maroc, en particulier dans les zones proches de Ceuta et Melilla, la situation est encore plus complexe pour ces groupes, qui attendent leur chance d'atteindre le sol européen. Beaucoup d'entre eux se réfugient dans les zones boisées et montagneuses des provinces de Tétouan ou de Nador, qui bordent les villes autonomes espagnoles. « Les personnes ici au nord qui ont tenté de traverser le détroit ces semaines et qui ont été secourues portent un fardeau supplémentaire ; leur situation est beaucoup plus précaire en ces moments de crise à cause du coronavirus. Le protocole les maintient en quarantaine et dans certains cas, les autorités les envoient dans d'autres régions éloignées du Maroc sans pouvoir utiliser les transports publics », explique Cynthia Gonsalez, chercheuse américaine de l'Université du Michigan, de Tanger à Atalayar.  

« Je pense que les ONG sont équipées pour gérer l'aide à de nombreux immigrants, leur capacité est limitée. En attendant, il y a une mobilisation des communautés étrangères elles-mêmes pour aider leurs membres », explique M. Gonsalez, qui travaille sur la réalité de l'immigration dans la ville du détroit.   

Sans quitter Tanger, le Camerounais Sedrick Royal raconte à Atalayar la situation dans l'ancienne ville internationale des membres de la communauté subsaharienne. « Ils continuent à sortir, malgré l'enfermement, sans masque, sur les grandes avenues et les ronds-points, où ils se livrent à la mendicité. Ce sont les classes moyennes marocaines qui, avec leur aide, les aident à survivre », explique ce juriste arrivé au Maroc en 2009.  

Si son rêve était de traverser un jour le détroit et de vivre en Europe, son destin, confie-t-elle à cette publication, est d'« être au service de sa communauté » à Tanger, où elle donne des conseils juridiques à des personnes venant de différents pays africains. Royal souligne qu'il faut plus d'organisation dans la distribution de l'aide et une meilleure évaluation des besoins. Il souligne que toute contribution est faible car « la demande est toujours supérieure à ce qui peut être fourni ». « Entre 40 et 60 % de ces personnes vivent avec ce qu'elles reçoivent chaque jour. N'oublions pas qu'ils sont les plus exposés à l'infection par les coronavirus », prévient Royal.  

La vérité est que la crise du COVID-19 n'arrête pas les bateaux dans le détroit ni les tentatives d'accès au territoire espagnol. Le 15 mars, la Garde civile de Ceuta a intercepté un bateau de plaisance avec dix immigrants, en l'occurrence des Marocains, se dirigeant vers la côte de Cadix et a arrêté deux personnes qui étaient des capitaines, tous deux de nationalité espagnole, a rapporté à l'époque l'agence Efe. 

Imagen de varios kits con productos alimentarios destinados a personas especialmente golpeadas por la crisis del coronavirus en la sede de la entidad marroquí Kirikou
PHOTO/ASOCIACIÓN KIRIKOU - Image de plusieurs kits contenant des produits alimentaires pour les personnes particulièrement touchées par la crise du coronavirus au siège de l'entité marocaine Kirikou

Selon des sources de l'institut armé, l'intervention a eu lieu lorsque les agents du service maritime ont averti de la navigation d'un bateau traversant les eaux du détroit. Les deux capitaines du bateau seront accusés d'un crime contre les droits des citoyens étrangers.

Plus récemment, le 6 avril, plus de 300 personnes d'origine subsaharienne ont tenté de pénétrer sur le territoire de la ville de Melilla. Une cinquantaine d'entre eux ont pu sauter par-dessus la clôture, comme le cite Efe dans le digital marocain H24info. Selon l'agence espagnole, c'est l'une des tentatives d'entrée les plus violentes des migrants depuis des mois. Les personnes qui ont réussi à entrer se sont rendues au Centre de séjour temporaire de Melilla. 

Et du nord au sud, car à cette occasion, la plus grande tragédie a eu lieu dans les eaux du sud du Maroc. Le 3 avril, un bateau a coulé au large des côtes de Tan-tan, tuant deux immigrants par noyade et faisant disparaître 19 autres, selon les informations du service espagnol de sauvetage maritime (Efe). Deux jours plus tôt, deux bateaux avec 54 immigrants d'origine subsaharienne à bord, dont sept enfants, étaient arrivés aux petites heures du matin à Gran Canaria et à Tenerife, selon l'agence espagnole, citant des sources de la Croix-Rouge et du 112. 

En outre, la Marine royale marocaine a intercepté le vendredi 3 avril un groupe de 32 immigrants de différents pays d'Afrique subsaharienne alors qu'ils voyageaient à bord d'un bateau de pêche à destination des îles Canaries, selon des sources de sécurité citées par l'agence d'État MAP. Le sauvetage a eu lieu à une centaine de kilomètres au sud de la ville de Dakhla. La crise des coronavirus semble réactiver le flux vers l'archipel.  

Pendant ce temps, la pandémie de COVID-19 se poursuit au Maroc. Le nombre d'infections a déjà dépassé les deux mille. Au moment où nous écrivons ces lignes, 2 251 infections et 128 décès ont été enregistrés.