PUBLICIDAD

Iberdrola

État islamique-Khorasan : la menace sécuritaire afghane

À la suite des attaques terroristes, l'Afghanistan entre dans une nouvelle phase qui pourrait conduire à une guerre interne dans le pays entre les différentes factions djihadistes
misiles-arsenal-terroristas

AFP/ NOORULLAH SHIRZADA /  -   Des responsables de la sécurité afghane inspectent les armes saisies près d'une maison endommagée d'où un groupe de Daesh a tiré des obus de mortier alors qu'un autre groupe prenait d'assaut une prison, à Jalalabad, le 4 août 2020

A proximité de l'aéroport de Kaboul, une explosion a retenti à l'une des entrées, plus précisément à la porte Abbey, plongeant la population à l'intérieur de l'aéroport dans une panique absolue. Par la suite, une deuxième explosion a retenti juste à l'extérieur de l'aéroport, près de l'hôtel Baron, faisant des dizaines de blessés et de morts sur le coup.

Dans un premier temps, il était presque impossible de chiffrer le nombre de morts et de blessés causés par les explosions. En fait, près de 24 heures plus tard, le nombre de morts continue à augmenter et les hôpitaux de Kaboul reçoivent toujours des patients. Des pays comme les États-Unis, l'Australie, le Royaume-Uni et l'Allemagne avaient déjà mis en garde contre le danger d'une éventuelle attaque imminente à l'aéroport international de Kaboul et avaient demandé à la population afghane de ne pas se rendre dans ces installations. 

heridos-kabul-ataques-terroristas
AFP/WAKIL KOHSAR - Des volontaires et du personnel médical transportent un homme blessé pour le soigner après deux puissantes explosions, devant l'aéroport de Kaboul, le 26 août 2021.

Cependant, le désespoir humain de quitter l'Afghanistan, désormais sous la domination des talibans, et l'incertitude ont conduit des foules de personnes à continuer de se presser, tentant de fuir le chaos. Comme le rapportent les services de renseignement de plusieurs pays, les attaques ont eu lieu : deux immolations quasi instantanées, c'est-à-dire un modus operandi exécuté à de multiples reprises par Daesh. Cependant, les différentes puissances hésitent encore à attribuer la responsabilité officielle des attentats.

Quelques heures plus tard, l'État islamique-Khorasan, un affilié de Daesh basé sur le sol afghan et ennemi farouche des talibans, a revendiqué les attentats. Cette branche de Daesh est dirigée par Shahab al Muhajir, également connu sous le nom de Sanaullah, un expert en guérilla urbaine et le cerveau de certaines des plus importantes opérations menées par le groupe, comme le rapporte Europa Press. 

armas-taliban-afganistan
AFP/ NOORULLAH SHIRZADA - Plus de 225 militants de l'État islamique (EI), y compris leurs familles, 190 femmes et 208 enfants, se sont rendus au gouvernement au cours des deux dernières semaines.

Les origines du groupe remontent à 2015, lorsque Abou Bakr al-Baghadi dirigeait l'organisation terroriste. L'organisation a été fondée dans la région montagneuse d'Achin, dans la province de Nangarhar, dans l'est de l'Afghanistan, et est la seule à avoir réussi à établir une présence stable, ainsi que dans la région voisine de Kunar.

Dans le même ordre d'idées, l'État islamique du Khorasan a commencé à se renforcer en s'appuyant sur les talibans désenchantés d'Afghanistan et du Pakistan.

En 2016, l'apogée du groupe terroriste, on estime qu'entre 2 500 et 8 500 combattants étaient regroupés. Cependant, les opérations antiterroristes en cours menées par l'armée afghane, avec le soutien des États-Unis, ont ramené ce nombre à seulement 2 000 en 2019. En outre, au cours de la période 2015-2019, ISIL-J a perdu six de ses dirigeants, dont quatre dans des attentats à la bombe et les deux derniers après leur arrestation.  

terrorismo-daesh
AFP/ NOORULLAH SHIRZADA - Dans cette photo d'archive prise le 10 avril 2019, des membres des forces de sécurité afghanes se tiennent derrière des combattants présumés de l'État islamique présentés aux médias à Jalalabad, après leur arrestation.

Selon le dernier rapport de l'équipe de surveillance et d'analyse des sanctions contre Al-Qaida et l'État islamique des Nations unies, l'affilié de Daesh "s'est déplacé dans d'autres provinces, dont le Nuristan, le Badghis, Sari Pul, Baghlan, Badakhsan, Kunduz et Kaboul, où les combattants ont formé des cellules dormantes".

Le rapport note que le groupe terroriste "a renforcé ses positions à Kaboul et dans ses environs, où il commet la plupart de ses attaques, visant les minorités, les militants, les employés du gouvernement et le personnel des forces de défense et de sécurité nationales afghanes". 

Compte tenu de cette situation, que pouvons-nous attendre du nouveau scénario en Afghanistan après l'émergence d'ISIL-J ? Luis de la Corte, professeur à l'Université autonome de Madrid et directeur du Centre d'études et d'intelligence stratégiques, présente à ce magazine une série de scénarios plausibles qui pourraient se produire en fonction de la direction prise par le pays. 

atentados-afganistan
AP/RAHMAT GUL - Sur cette photo de fichier du mercredi 31 mai 2017, les forces de sécurité se tiennent à côté d'un cratère créé par une explosion massive, qui a tué plus de 150 personnes selon le président afghan, à l'extérieur de l'ambassade d'Allemagne à Kaboul, Afghanistan.

Selon le directeur, "les conséquences des attaques terroristes peuvent être le début d'une campagne de terreur plus prolongée". "Daesh ne peut pas se permettre de laisser les talibans proclamer un émirat qui ne reconnaît pas le califat que défend l'État islamique", dit-il.

"L'action terroriste de Daesh peut donner aux talibans une certaine légitimité, avec tout ce que cela implique (...) si les attaques de l'État islamique se poursuivent, la communauté internationale peut accorder un certain crédit aux talibans. Maintenant, les Talibans n'ont plus aucun moyen de revenir en arrière", souligne-t-il. 

Si l'Afghanistan devient un théâtre d'affrontement entre les groupes djihadistes, "les Talibans peuvent demander de l'aide à Al-Qaïda, qui leur fournira des armes et des opérations, mais le groupe d'insurgés ne devrait pas commettre d'attentats car alors l'opinion publique, ainsi que la position de certains pays à leur égard, iraient à leur encontre". 

daesh-terroristas-yihadismo
AFP/ NOORULLAH SHIRZADA - Des militants de l'État islamique détenus par le gouvernement afghan sont présentés aux médias à Kaboul, en Afghanistan, samedi 21 décembre 2019.

En ce qui concerne les dernières déclarations de Biden, M. de La Corte explique que "l'on pense qu'il sera possible de mener des actions très spécifiques contre des cibles terroristes très bien étudiées et contrôlées (...) il est très peu probable que les États-Unis redéploient leurs troupes".

D'autre part, il indique que la stratégie adoptée répond à "une stratégie du chaos", "ce qu'ils poursuivent, c'est de semer le chaos et d'accentuer ainsi la dimension interne du conflit". Un scénario possible est qu'il s'agisse d'une guerre civile entre groupes djihadistes", comme c'était le cas avant le retrait soviétique, "les Talibans, afin de conserver le soutien international, ne voudront pas commettre d'attaques contre la population et dans les zones urbaines, contrairement à Daesh".  Il affirme également que ces attaques montrent que les talibans "ne contrôlent pas bien Kaboul".

D'autre part, le fait qu'il existe des cellules dormantes de Daesh peut amener "des djihadistes d'autres régions du monde à se mobiliser et à venir en Afghanistan pour rejoindre leurs rangs (...) il y a des cellules dormantes, nous ne savons pas encore combien". 

yihadistas-afganistan-terrorismo
AFP/ NOORULLAH SHIRZADA - Sur cette photo prise le 17 novembre 2019, des membres du groupe État islamique (EI) se rassemblent après s'être rendus au gouvernement afghan à Jalalabad, capitale de la province de Nangarhar.

L'Afghanistan est donc confronté à un nouveau scénario qui rappelle les temps passés. Adopter une stratégie de chaos pour répandre la terreur profite à la fois aux talibans et aux djihadistes de Daesh. L'État islamique-Khorasan tentera de renverser le nouveau pouvoir afghan par des attentats qui ne seront probablement pas les derniers. Les talibans, quant à eux, profiteront de leur position pour gagner en crédibilité auprès du public en adoptant éventuellement des stratégies très éloignées de celles de Da'esh. En effet, les dernières attaques terroristes ont été ardemment condamnées par les talibans, qui s'éloignent ainsi de leur stratégie.

Si Daesh se réveille davantage dans le pays, des personnes d'autres pays rejoindront leurs rangs, comme cela s'est déjà produit lors de la guerre en Syrie, prenant ainsi une plus grande ampleur et représentant un danger pour la sécurité des pays occidentaux en étant capables de commettre des actes terroristes en dehors de leurs frontières.

Quels que soient les combats entre djihadistes, les civils seront une fois de plus les principales victimes d'un nouveau scénario de violence et de chaos qui ne fait que commencer.