PUBLICIDAD

Iberdrola

2022 Israël-Liban : accord sur le gaz entre Israël et le Liban

Un modèle de coopération économique sans accord de paix
AFP/ JACK GUEZ - La directora política del Ministerio de Asuntos Exteriores de Israel, Aliza Bin Noun, hace una declaración en el paso fronterizo tras la firma de un acuerdo sobre la frontera marítima

AFP/ JACK GUEZ  -   La directrice politique du ministère israélien des affaires étrangères, Aliza Bin Noun, fait une déclaration au poste frontière après la signature d'un accord sur la frontière maritime

Après des décennies de différends concernant les gisements de gaz naturel offshore et de menaces de guerre à leur sujet, le Liban et Israël sont enfin parvenus à un accord sur leurs frontières maritimes. L'accord est qualifié d'historique. Après près de deux ans d'intenses négociations trilatérales entre Israël et le Liban, sous la médiation des États-Unis, les trois parties ont annoncé le 10 octobre 2022 qu'un accord avait été trouvé sur la démarcation de frontières maritimes "temporaires" entre le Liban et Israël, permettant aux deux pays d'exploiter les réserves de gaz en Méditerranée. Amos J. Hochstein, ancien conseiller du président américain pour la sécurité énergétique, a personnellement dirigé les pourparlers directs entre les deux pays, qui ne se reconnaissent toujours pas et sont officiellement en guerre. 
 
Les États-Unis ont réussi à convaincre les gouvernements libanais et israélien d'accepter l'accord sur la délimitation d'une zone économique exclusive, après y avoir apporté quelques modifications. Les deux pays ont déclaré que la dernière formule "répond à toutes les exigences". S'il est signé et ratifié, l'accord constituera une victoire pour les trois parties - le Liban, Israël et les États-Unis. Il s'agira également d'une étape importante dans le processus de gestion des conflits régionaux mis en place par Washington, qui repose sur le principe selon lequel il n'y a pas de perdants et tout le monde est gagnant. Plus précisément, sur la base du scénario "gagnant-gagnant". 
 
Les deux pays ont convenu d'établir qui a des droits sur les gisements de gaz naturel dans leurs zones économiques maritimes dans cette partie de la Méditerranée orientale. Le nouvel accord ne porte pas sur les frontières maritimes entre les deux pays, qui comprennent une zone d'environ 860 km2 dans une "zone économique exclusive (ZEE)". La situation est restée figée jusqu'en 2020, date à laquelle Israël a commencé à préparer l'exploitation du champ gazier de Karish, situé dans la zone disputée par le Liban. Selon les cartes israéliennes, cette zone, qui totalise entre 860 et 1430 kilomètres carrés, se trouve dans la ZEE israélienne, tandis que le Liban, en revanche, affirme que cette zone se trouve dans sa zone, qui comprend le champ de gaz connu sous le nom de "Qana". Le différend menaçait d'empêcher les travaux israéliens dans le champ gazier de Karish et, dans le même temps, d'empêcher le Liban d'attirer des compagnies pétrolières pour travailler dans le champ gazier de Qana.

 AFP/AFP - Mapa que muestra la frontera marítima acordada entre Israel y Líbano con la mediación de Estados Unidos
AFP/AFP - Carte montrant la frontière maritime convenue entre Israël et le Liban, avec la médiation des États-Unis

Projet d'accord
 

L'accord prévoit un statu quo à proximité de la côte, ainsi que le long de la ligne de bouée contestée. "Les deux parties ont l'intention de résoudre tous les différends liés à l'interprétation et à la mise en œuvre de l'accord par des pourparlers, sous la médiation des États-Unis", ce qui signifie que Washington conserve le rôle de garant, selon le projet. 
 
L'accord souligne que le Liban et Israël peuvent renégocier leurs frontières maritimes si des négociations sont organisées sur les frontières terrestres, qui séparent les deux pays et n'ont pas été résolues depuis la création d'Israël en 1948. Israël recevra 17 % des revenus du champ gazier libanais de "Qana-Sidon", une fois l'exploitation commencée.
 
Bien que l'accord ait une portée limitée, il représente une solution aux tensions entre les deux pays, qui avaient même été au bord de la guerre ouverte ces derniers mois, ouvre une voie pour l'exploration des sources d'énergie en mer Méditerranée et permet d'entamer une coopération économique après sept décennies de conflit. 
 
Toutefois, des doutes subsistent quant à la mise en œuvre de l'accord et à son application pratique, étant donné qu'aucun gouvernement n'a été élu, ni au Liban ni en Israël.  Bien que le président libanais Michel Aoun ait annoncé qu'il quitterait ses fonctions début novembre, le parlement libanais n'a pas encore réussi à élire un nouveau président. 
 
Dans le même temps, Israël organise des élections générales le 1er novembre 2022, qui pourraient aboutir à la création d'un gouvernement dirigé définitivement par le chef de l'opposition Benjamin Netanyahu, qui a explicitement annoncé son rejet de l'accord et promis de le "neutraliser" une fois au pouvoir, faute de quoi la crise politique de quatre ans se poursuivrait. En d'autres termes, comme des coalitions fragiles et instables ont été créées, les gouvernements établis ne sont restés au pouvoir que pendant des périodes assez courtes, ne dépassant pas un an.  

PHOTO/AFP - El mediador estadounidense Amos Hochstein y la embajadora estadounidense Dorothy Shea posan para una foto con el presidente del Parlamento libanés, Nabih Berri, durante su reunión en Beirut
PHOTO/AFP - Le médiateur américain Amos Hochstein et l'ambassadeur américain Dorothy Shea posent pour une photo avec le président du Parlement libanais Nabih Berri lors de leur rencontre à Beyrouth

Défis du côté israélien 
 

Les obstacles pourraient être bien plus importants, à commencer par le différend concernant l'autorité du gouvernement israélien dirigé par le Premier ministre Yair Lapid pour signer l'accord par lequel Israël accepte de céder une zone sous sa souveraineté à un autre pays. Plus précisément, les opposants estiment que le gouvernement doit obtenir le soutien d'une majorité des deux tiers du parlement israélien (Knesset) pour l'adoption d'un tel accord ou que le gouvernement doit organiser un référendum populaire à ce sujet. D'autre part, il existe également un point de vue différent, selon lequel ces dispositions s'appliquent aux accords internationaux, alors que l'accord qu'Israël a négocié avec le Liban sous la médiation des États-Unis ne sera pas cosigné. Il sera organisé sous la forme d'un échange de lettres entre les États-Unis, en tant que médiateur, et chacun des pays (Israël et Liban), indiquant que chacune des parties a accepté la proposition américaine contenant les termes des accords dans les documents que les deux pays ont fournis à l'ONU. Par conséquent, cet accord n'est pas considéré comme un accord traditionnel et, à ce titre, il ne nécessite pas le soutien d'une majorité des deux tiers à la Knesset.
 
Le Premier ministre israélien est convaincu que l'accord "renforcera la sécurité d'Israël" et garantira des milliards de dollars de recettes pour l'économie israélienne, ainsi que la stabilité des frontières nord de l'État (vis-à-vis du Hezbollah), bien que les frontières terrestres n'aient pas encore été marquées. Cette percée est le deuxième succès diplomatique remporté par le Premier ministre Yair Lapid en un mois, après la relance du Conseil d'association UE-Israël et la réunion qui s'est tenue le 3 octobre 2022 après une interruption de dix ans.

Défis du côté libanais
 
Il semble que les obstacles à l'accord soient moins nombreux du côté libanais que du côté israélien, car aucun parti politique, y compris le Hezbollah pro-iranien, n'ose discuter d'un accord qui pourrait rapporter des milliards de dollars au trésor national vide, alors que le pays est au bord de la faillite et traverse une grave crise économique. Cependant, la crainte d'un préjudice et les frustrations du peuple libanais persistent, car de grands espoirs ont été placés dans la découverte de réserves de gaz naturel qui ne sont pas encore réalistes. Certains experts affirment que le champ gazier libanais de "Qana" pourrait ne jamais devenir un important gisement de gaz naturel comme prévu. 
 
D'autre part, les déclarations du Premier ministre israélien Yair Lapid selon lesquelles, en vertu de l'accord, Israël obtiendra 17 % des revenus du champ gazier de "Qana", en plus de continuer à gérer son champ gazier de Karish, indiquent que des milliards de dollars supplémentaires seront versés dans le budget israélien au cours des prochaines années. Ces déclarations de la partie israélienne pourraient " stimuler " les opposants à l'accord au Liban, qui s'opposent à ce que le Liban cède à Israël une partie des revenus de la vente du gaz naturel du gisement libanais. La question est de savoir dans combien de temps le champ gazier de "Qana" pourra être opérationnel et apporter des avantages économiques. Pour l'instant, ni les compagnies pétrolières, ni la société française Total, n'ont de réponse. 
 
Succès diplomatique des États-Unis
 

Le succès de la diplomatie américaine au Moyen-Orient fait suite à son échec majeur à convaincre l'Arabie saoudite d'augmenter sa production de pétrole pour compenser les pénuries d'approvisionnement causées par les sanctions américaines et européennes contre la Russie. Au lieu de cela, le groupe OPEP Plus, qui comprend l'Arabie saoudite et la Russie, a décidé de réduire la production quotidienne de pétrole de deux millions de barils par jour à partir du début du mois prochain, ce qui a provoqué de vives réactions. Le président américain Joe Biden a exprimé sa déception à l'égard de la politique pétrolière saoudienne.

PHOTO/Energean/Handout vía REUTERS - La unidad de producción flotante de Energean, FPSO, frente a la costa de Israel, en el Mediterráneo oriental, el 10 de junio de 2022
PHOTO/Energean/Handout vía REUTERS - L'unité flottante de production (FPSO) d'Energean au large des côtes d'Israël, en Méditerranée orientale, le 10 juin 2022

 
L'Union européenne
 

Il y a quatre décennies, le président américain Ronald Reagan s'est rendu à Bonn et a rencontré le chancelier allemand Helmut Schmidt le 20 mai 1981. Au cours de cette visite, il a averti l'Europe en général, et l'Allemagne en particulier, de ne pas dépendre du gaz naturel russe. À l'époque, il avait préconisé le recours à d'autres fournisseurs de gaz, notamment la Norvège et l'Algérie. Les Européens ont développé les ressources norvégiennes, mais ont fait valoir que les fournisseurs tels que l'Algérie n'étaient pas plus fiables que ceux qui fournissent le gaz naturel soviétique. 
 
Vingt ans après les recommandations de Reagan, la Méditerranée orientale a suscité l'intérêt d'une région riche en pétrole et en gaz naturel. Un rapport de 2010 de l'US Geological Survey estime qu'il existe un gisement de 3 455 trillions de mètres cubes de gaz naturel et de 1,7 milliard de barils de pétrole dans la région. 
 
L'UE devrait poursuivre le projet de gazoduc de la Méditerranée orientale (EastMed) et y inclure la Turquie, le Liban et éventuellement la Libye. En 2013, la construction d'EastMed a été réglementée par le règlement n° 347/2013 de la Commission européenne en tant que projet d'intérêt commun.  Entre 2015 et 2018, la Commission européenne a affecté plus de 34,5 millions d'euros à la réalisation des études techniques, économiques et environnementales du projet.
 
Le projet a été bloqué après que les États-Unis, début 2022, ont retiré leur soutien au projet, qui avait l'appui de l'administration précédente dirigée par le président Donald Trump.
 
Modèle de coopération et de paix - Accord sur le gaz et Washington

 
On peut soutenir que l'un des objectifs à long terme de l'accord sur la démarcation des frontières maritimes entre le Liban et Israël peut représenter un modèle de "paix économique", qu'Israël cherche à mettre en œuvre en faisant des impulsions économiques une alternative à la reconnaissance mutuelle et un moyen de réduire les tensions mutuelles entre les deux États. L'accord avec le Liban peut être un modèle réussi de paix économique qui permet de surmonter l'idéologie, les hostilités et les barrières psychologiques entre les peuples, qui conduisent à des confrontations continues entre les deux pays, et qui peut ensuite être appliqué au cas palestinien également. Si l'accord entre le Liban et Israël devient durable et surmonte les obstacles actuels et futurs, l'idée de remplacer le conflit militaire par une paix économique - par le biais d'accords économiques et commerciaux, ainsi que d'une coopération bilatérale et régionale qui poursuit les intérêts de toutes les parties concernées - peut servir de modèle de coopération. Ce modèle peut être appliqué à des États qui entretiennent des relations politiques non résolues similaires, à savoir Israël et la Syrie, l'Inde et le Pakistan dans la région du Cachemire, la Corée du Sud et la Corée du Nord, le Maroc et l'Algérie au Sahara occidental, la Serbie et le Kosovo, etc. 
 
Un accord similaire est l'accord de Washington du 4 septembre 2020, qui représente un modèle de "l'accord sur le gaz" que la Serbie et le Kosovo ont signé en tant qu'accords séparés (comme Israël et le Liban) avec les États-Unis sur la "normalisation économique". L'accord de Washington ne touche pas au dialogue existant, qui se déroule entre les autorités de Belgrade et de Pristina sous la médiation de l'UE. L'accord de Washington reflète une nouvelle réalité politique, non seulement pour le Kosovo et la Serbie, mais aussi pour toute la région des Balkans occidentaux, et même pour l'UE elle-même. L'accord prévoit la poursuite de la coopération entre la Serbie et le Kosovo sans leur reconnaissance mutuelle. 
 
 
IFIMES - L'Institut international d'études sur le Moyen-Orient et les Balkans (IFIMES), situé à Ljubljana, en Slovénie, bénéficie du statut consultatif spécial auprès du Conseil économique et social (ECOSOC)/ONU depuis 2018.