25 ans de Dayton et l'avenir des Balkans occidentaux

Plusieurs pays, tels que la Turquie, ont une forte influence dans la région
Acuerdos de Dyton

AFP/ARCHIVO  -   Accords de Dayton ou Protocole de Paris, traité de paix signé en 1995

La désintégration de la Yougoslavie

Crise économique, crise de la dette, chute du PIB, crise identitaire, crise politique, chute du bloc socialiste.   

Cet ensemble, commun à tous les États des Balkans, répond, fondamentalement, à deux facteurs, un premier facteur de nature internationale, la chute des systèmes socialistes et de l'URSS et la crise économique dans toute l'Europe depuis le milieu des années 70, s'accentuant en Allemagne, dérivée de la réunification du pays à la fin des années 80. Un deuxième facteur, dérivé de l'instabilité générée dans toute l'Europe par la chute du bloc soviétique, est la montée de leaderships charismatiques en Yougoslavie et l'excitation des différences nationales, culturelles et religieuses, un facteur de différenciation qui n'est pas étranger au récit nationaliste au sein de chaque Etat. Ce phénomène n'est pas exclusif à la Yougoslavie ; il est également présent au début de la dernière décennie du XXe siècle en Arménie, en Azerbaïdjan et en Géorgie.


La chute du bloc de l'Est à la fin des années 80 n'a pas affecté directement la Yougoslavie, car elle avait rompu avec l'URSS, n'était pas membre du COMECOM et bénéficiait à la fois d'accords d'association avec la Communauté européenne et d'une sorte de libre circulation des citoyens yougoslaves sur le continent. La crise en Allemagne au début des années 1990, incapable de faire face à l'intégration économique, sociale et politique de la RDA dans sa propre structure sociopolitique, après avoir assumé le coût de la réunification du pays Dans ce contexte, la nécessité d'ouvrir des marchés pour ses exportations semblait vitale pour la survie du projet allemand.  

C'est là qu'intervient le facteur yougoslave, où l'Allemagne cherche à étendre sa zone d'influence politique et économique, et pour qui une Yougoslavie atomisée est plus intéressante, tant en termes de chiffre d'affaires qu'en termes d'imposition des règles du jeu. Le reste des partenaires européens n'étaient pas intéressés par la question yougoslave.  
 

milosevic Tudjman
AFP / GERARD JULIEN - Le président serbe Slobodan Milosevic et le président croate Franjo Tudjman, ainsi que celle du président bosniaque Alija Izetbegovic, le président des Etats-Unis Bill Clinton, le Président français Jacques Chirac, le Chancelier allemand Helmut Kohl et le Premier ministre britannique John Major.

Lorsque la tempête a éclaté, ils n'ont pu que regarder impuissants en spectateurs, l'inévitable.  

Sur le plan interne, la préparation de la succession de Tito a généré un problème de personnalités. Milosevic, Tudjman et Izetbegovic ont émergé avec des leaderships charismatiques au pire moment de la tempête. La mort de Tito comme déclencheur de la tempête à venir.  

Le discours de Milosevic dans le Gazimestan en 1989 est le point culminant de la destruction du concept de Bratstvo i jedinstvo, Fraternité et Unité et de la construction du mythe de Milosevic comme père de la Grande Serbie. Le rôle joué par les présidents de Bosnie et de Croatie dans le conflit yougoslave, en instrumentalisant les facteurs nationalistes et religieux, est au moins aussi important que celui de Milosevic, à la fois en raison du leadership assumé, personnellement, par les nouveaux pères du pays, et en raison de la transcendance de leurs décisions. Dans ses mémoires, l'ambassadeur Holbrooke raconte, avec désespoir, les objections continuelles d'Izetbegovic à Dayton après avoir conclu des accords et avoir accepté les projets de paix successifs pour la Bosnie.  

Malgré l'étiquette de l'État multiculturel, qui a toujours été une ressource ou une excuse pour essayer de comprendre les particularités du pays sans trop s'immiscer dans le contexte yougoslave, on observe depuis les années 70 une effervescence de mouvements culturels et nationalistes, soutenus par différentes manifestations sociales, tant en Croatie qu'en Serbie. Le football en est un bon exemple : les supporters du Hajduk Split et du Dinamo Zagreb ont comparé les matchs de leurs équipes contre l'Etoile Rouge ou le Partizan à des batailles où la Croatie a battu la Serbie et s'est libérée du joug de Belgrade. Dans des villes comme Sarajevo, aujourd'hui encore, en termes de confrontation culturelle et nationale, la rivalité entre le FK bosniaque de Sarajevo et le Zelejnicar serbe. La tempête parfaite se terminerait par la désintégration de la Yougoslavie et sa destruction, en tant que nation et concept sociopolitique alternatif aux deux blocs opposés. La "damnatio memoriae" de la Yougoslavie, était nécessaire dans le sens où elle accentuait le sentiment d'être une nation, une culture, à la recherche du contraire, au-delà de l'antagonisme avec la Serbie, qui apparaît toujours, dans le récit du reste des Républiques, comme l'ennemi oppresseur. Détruire le concept de Yougoslavie en raison de la nécessité de construire une identité propre, comme c'est actuellement le cas en Macédoine.
 

soldados bosnios
AP/DANKO BANDIC - Des soldats du gouvernement bosniaque chargent un obus de 130 mm depuis leur position d'artillerie près de la ville serbe de Sanski Most, à environ 60 miles au nord-ouest de Sarajevo, en Bosnie
La démocratie et la stabilité

Autocrates et autocraties. Erdogan, miroir de Vucic en Serbie ou de Hasim Thaçi dans la région autonome du Kosovo, confronté en permanence à ses premiers ministres en quête d'accroître les attributions et les pouvoirs du président, sa dernière victime, Albin Kurti. En Bosnie, Dodik et Itzetbegovic L'ancien Premier ministre Nikola Gruevski en Macédoine, réfugié en Hongrie, protégé par Victor Orban. La Bulgarie, où l'européiste Bojko Borisov, en échange d'un soutien à la réforme de la constitution, s'est engagé auprès de l'extrême droite à étudier l'imposition d'un vote de censure basé sur des critères de travail et la création de zones d'établissement des minorités ethniques. En Albanie, outre la confrontation ouverte entre Edi Rama et le président Ilir Meta, une situation apparemment inhérente au caractère albanais, il existe certaines caractéristiques qui, selon le BIEPAG (Balkans in Europe Policy Advisory Group) dans "The Crisis of Democracy in the Western Balkans", sont typiques des gouvernements autocratiques, Le manque de participation du public dans la prise de décision, le clientélisme et les niveaux élevés de corruption, en plus d'un système judiciaire sans garanties et d'une liberté d'expression et de presse limitée, comme l'a déclaré le BIRN (Balkan Investigative Reporting Network) dans l'article "Albania Anti-Defamation Laws Condemned as 'Censorship Package'".

En Bosnie, Bakir Izetbegovic, président du SDA, est non seulement conseillé et soutenu par l'AKP turc, mais il a également été soutenu par de puissantes campagnes d'information dans les médias et agences turcs et locaux. Il a définitivement lié les médias et leurs propriétaires à la figure d'Izetbegovic et du SDA, tentant sérieusement de porter atteinte à l'indépendance des médias et renforçant la présence politique de la Turquie en Bosnie. Le clientélisme et les médias, afin d'exercer une sorte de coercition sur eux. Le clientélisme est un autre des facteurs les plus dommageables identifiés par l'UE dans les Balkans occidentaux, un aspect qui est également mis en évidence par l'Albanie, un pays que Bruxelles a sérieusement mis en garde. Faiblesse des sociétés balkaniques, qui doivent mettre en place un système de garantie, avec une société civile forte, solidaire et une modernisation urgente. La solution est complexe, non seulement en raison de la structure des États eux-mêmes, mais aussi en raison de leurs lacunes. En Albanie, le renouvellement du système judiciaire est un processus kafkaïen qu'il est impossible d'affronter, du moins à court terme, étant donné l'absence de remplacement de ses membres. Il n'y a tout simplement pas de juges formés.
 

tropas bosnias
AP/DANKO BANDIC - Une ligne de troupes du gouvernement bosniaque se dirige vers la ligne de front près de Mrkonjic Grad, à 120 km au nord-ouest de Sarajevo, en Bosnie
L'impact du TPIY

Au cours de ces 25 années depuis la signature des accords de Dayton, il est complexe de ne pas se demander quel a été l'impact du TPIY et le contexte dans lequel il a été créé. Il est certainement difficile de réfléchir, de contextualiser et d'analyser les problèmes liés aux crimes de guerre pendant les guerres des Balkans des années 1990 sans une lueur de viscéralité. Sarajevo, Srebrenica, Gorazde, Visegrad, la Krajina, Staro Gracko, Mitrovica, Vukovar, la bourse de Bihac ou Mostar, pour n'en citer que quelques-unes, sont des lieux qui seront toujours marqués de façon indélébile par ce qui s'est passé pendant les guerres de désintégration de la Yougoslavie.

La création et la mise en place du TPIY était une condition nécessaire pour que les États soient tenus responsables, soit qu'ils soient impuissants à juger les crimes de guerre commis pendant les conflits qui ont conduit à la désintégration de la Yougoslavie, soit que ce soient les mêmes dirigeants qui aient ordonné ou consenti, qui aient dirigé les gouvernements d'après-guerre, comme dans le cas de Karadzic en Bosnie. Non seulement ces dirigeants n'allaient pas admettre que n'importe quel tribunal les jugerait, mais ils ont normalisé la construction d'un compte-rendu dans lequel de tels événements ne se sont pas produits. Légitimer et normaliser le déni de la responsabilité de protéger les victimes Outre sa légitimité, son efficacité a été mise en doute en exonérant Ante Gotovina de crimes de guerre dans la Krajina ou en condamnant de manière très laxiste Naser Oric pour avoir défendu Srebrenica lors de la campagne de l'armée de la Drina en Bosnie orientale, en donnant toute la responsabilité aux militaires et aux civils serbes. La non-collaboration des tierces parties concernées avec le TPIY est un autre aspect qui a entravé son fonctionnement, comme cela s'est produit tout au long de cette année avec Hasim Thaçi, président du Kosovo et ancien commandant de l'UCK, qui a reçu une offre des États-Unis pour promouvoir la négociation d'un accord de paix avec la Serbie garanti par les États-Unis en échange d'un soutien au démantèlement du TPIY et du TPI (Cour pénale internationale), un organe non reconnu par les États-Unis, qui réclame également Thaçi pour crimes contre l'humanité depuis 2014. Le Conseil de l'Europe, dans le document 12462 du 7 janvier 2011 "Traitement inhumain des personnes et trafic illicite d'organes humains au Kosovo", tient Thaçi, chef de l'UCK, responsable de violations répétées du droit international humanitaire, de trafic de drogue, de détention illégale, de traitement dégradant et d'assassinat sélectif de prisonniers serbes et de trafic d'organes et de personnes entre 1998 et 2000. Aussi d'avoir ordonné le massacre de Staro Gracko en 1999 par l'UCK, alors que la guerre était déjà terminée. Les États qui étaient censés soutenir, légitimer et fournir des capacités au TPIY sont les mêmes qui aujourd'hui refusent de reconnaître son autorité, ou limitent son efficacité. Paradoxal.
 

Cronología balcanes
AFP/AFP - Chronologie de la guerre des Balkans
L'ethnopolis 

Dans les sociétés actuelles, il y a une insistance, plus dans le paradigme néocapitaliste et post-moderne, sur la prépondérance de l'individu sur le collectif. La théorie de l'ethnopolis présuppose une série d'aspects nuisibles, qui ne sont pas consubstantiels à un système politique basé sur la ségrégation ethnique, reliant ce type de société à l'autarcie économique et à la corruption. La corruption ou la ségrégation par classe sociale sont des aspects que l'on retrouve aujourd'hui dans toute démocratie libérale moderne.  

Face à l'individualisme et à la faiblesse des structures sociales, il faut une société civile forte, qui assimile effectivement les citoyens à des devoirs et des droits, mais où chaque sous-groupe religieux, ethnique, culturel qui constitue la structure de la société civile est reconnu et protégé dans sa spécificité. Peut-être, aussi paradoxal que cela puisse paraître, le modèle de la société civile était celui de la Yougoslavie, malgré les analyses et les analystes qui, se fondant uniquement sur l'antagonisme historique des différents groupes ethniques, religieux ou culturels qui composaient l'État, considéraient que le ciment qui maintenait la cohésion sociale était la brutalité du système socialiste.  Sur la façon dont le système a fait un bond dans les années 70 et les causes dont nous avons déjà parlé, et encore une fois, cela nécessiterait une analyse plus approfondie que ce que donne cette réflexion.

Des sociétés telles que les pays nordiques ou la Suisse pourraient être des exemples de sociétés civiles fortes et cohésives et constitueraient probablement le modèle sur lequel on pourrait construire des sociétés plus fortes et plus cohésives, mais, sur le plan ethnique et culturel, ces sociétés exemplaires sont également très homogènes, ce qui fait une nette différence par rapport aux sociétés présentant des caractéristiques aussi nettement différentes que celles qui composent les pays de l'ex-Yougoslavie. Des sociétés fondées sur la mobilisation, où les organisations civiques et sociales ont un poids spécifique en tant que garantes des devoirs et des droits des citoyens.

Dans les Balkans, les systèmes basés sur la différenciation ethnique/religieuse prédominent, en Serbie nous trouvons des zones à majorité musulmane, comme le Sanjacado, des zones multiethniques, comme la Voïvodine, et à part cela il y a la question du Kosovo, avec un développement historique et socio-politique très complexe. L'exemple de la Bosnie ajoute encore plus de complexité à l'équation, et à laquelle il faut ajouter la situation des Roms, les Tsiganes, commune à d'autres régions comme la Macédoine. Dans ce pays, nous trouvons également la minorité albanaise, avec une part de pouvoir assez importante au sein du gouvernement de Zoran Zaev et une large reconnaissance de ses droits, des écoles en langue albanaise, la co-officialité des Albanais dans les régions où ils sont majoritaires, qui sont un exemple dans la région. Ce processus n'a certainement pas été exempt d'épisodes violents, de pogroms anti-albanais à Orhrid, Bitola et Prilep et d'affrontements armés avec l'UCK au début de ce siècle. La représentation politique des groupes ethniques minoritaires se retrouve également dans un système aussi complexe que celui de la Bulgarie, où le parti turc est la charnière du gouvernement Borisov. Enfin, en Albanie, où la division entre Ghegs et Tosks devient de plus en plus diffuse mais qui reste un élément différenciateur au sein de la société albanaise.
 

Presidente yugoslavo Tito
AFP/ARCHIVO - Le président yougoslave Marshall Josip Broz Tito. 
Périphérie. L'atlantisme. Néo-Ottomanisme

Ces dernières années, l'UE a mené une politique timide à l'égard des Balkans occidentaux, plus encore en ce moment, où l'avenir de l'Union est au cœur du débat. Ce que l'UE devrait être et ce que nous voulons qu'elle soit. Le fossé entre Paris et Berlin se creuse alors que les dirigeants des deux pays se regardent avec mépris et avec de faux sourires.  

Comme l'a récemment déclaré le célèbre universitaire et balkaniste Miguel Roan, l'UE doit-elle aspirer à devenir un empire ou un "multiplex unitas" ?  

Dans ses relations avec les Balkans occidentaux, l'UE a maintenu une politique erratique, ralentissant les processus d'adhésion et cédant du terrain aux puissances mondiales qui considèrent cette région abandonnée de la Méditerranée orientale comme un pari plein de possibilités. Bruxelles soutient que sa volonté est d'influencer et de prendre du poids dans une région qu'elle considère comme la périphérie, ce qui à court terme présente plus de problèmes que d'avantages, sans considérer que la force d'un empire se mesure aussi à la force de sa périphérie. L'ABC de la géopolitique.  
 

milosevic
AP/DARKO VOJINOVIC - Photo d'archive de 1997, ancien président yougoslave Slobodan Milosevic

L'Albanie est le paradigme de la périphérie européenne, un allié stratégique de la France dans la région. Ses relations historiques remontent à la naissance de l'Albanie en tant qu'État-nation au début du XXe siècle. Mais les relations, en raison de la candidature de l'Albanie à l'adhésion et du refus de la France, avec les Pays-Bas, d'intégrer l'Albanie et la Macédoine, ont fini par dynamiser ces relations historiques.  Les niveaux de perception du pays adriatique sont très faibles en France, en raison de deux facteurs. Premièrement, le rejet de l'arrivée d'immigrants, 30 % pour l'immigration en provenance de l'extérieur de l'UE et 35 % pour l'immigration au sein de l'UE, selon l'Eurobaromètre 2019. Ensuite, la perception de la corruption et de la criminalité dans la société française, qui pèse sur l'Albanie comme une dalle de marbre blanc de Sivec.  

L'Allemagne joue deux cartes : d'une part, le gouvernement s'engage en faveur de l'intégration, les Balkans sont sa zone d'expansion naturelle ; d'autre part, la même chose se produit pour la société allemande que pour la société française, les niveaux de rejet de l'immigration sont très élevés. Et à l'immigration albanaise en particulier, car c'est celle qui a le plus augmenté en Allemagne au cours de la dernière décennie.  
En fin de compte, les positions politiques de la France et de l'Allemagne ne seront pas si éloignées, ou du moins leurs citoyens le sont.
 

Bostia Herzegovina
AFP/ARCHIVO - Alija Izetbegovic, président de la République de Bosnie-Herzégovine et Franjo Tudjman (R), président de la République de Croatie, et Slobodan Milosevic, président de la Yougoslavie fédérale (Serbie et Monténégro)

Et puis il y a le Kosovo, un pays qui regarde éminemment de l'autre côté de l'Atlantique, comme nous venons de le voir avec le récent cycle de négociations entre Pristina et Belgrade approuvé par Washington. Tout au long de cette année, nous avons vu comment Hasim Thaçi, considéré comme un homme des États-Unis, a manœuvré contre l'ancien Premier ministre Albin Kurti, le faisant sortir du jeu politique du Kosovo. Il a deux intentions claires : accroître les pouvoirs du président et faire avancer les négociations avec la Serbie avec le soutien des États-Unis, avant d'hypothétiques pourparlers sous l'égide de l'UE. En outre, dans ce sens, Thaçi a condamné à plusieurs reprises l'élection du nouveau représentant de Bruxelles à Pristina, l'ancien Premier ministre slovaque Miroslav Lajčák, parce que la Slovaquie ne reconnaît pas le Kosovo.  

Devant toutes les puissances qui tentent d'influencer les Balkans, au-dessus de la Russie et de la Chine, de l'UE et des États-Unis, l'acteur le plus décisif en ce moment est la Turquie.

La Russie s'est repositionnée comme un acteur mondial. Dans les Balkans, son allié traditionnel est la Serbie, mais son influence est actuellement limitée ou du moins inférieure à celle de la Turquie, qui a fait de la région l'un des piliers de sa politique étrangère à tous les niveaux. La Russie continue de coopérer avec la Serbie, notamment en matière de défense ; des manœuvres conjointes, mais elle n'est plus le principal partenaire économique de la Serbie, qui est devenue la Turquie, soutenue par l'accord de libre-échange de 2009 et l'accord de libre transit. Les investissements turcs ont atteint un peu plus d'un trillion d'euros en 2019. La Russie est la puissance à laquelle la population serbe du nord de Mitrovica s'identifie, la Russie qui est le porte-drapeau de la pan-esclavagisme, qui cependant n'est pas en compétition pour la région, mais qui collabore plutôt avec la Turquie, la puissance la plus fermement établie dans la région. Pour la Russie, les Balkans étaient sa zone d'expansion naturelle, tant pour des raisons ethniques, culturelles et religieuses que pour des raisons économiques et stratégiques. L'influence turque, une fois de plus opposée à celle de la Russie, atteint des régions périphériques comme la Moldavie, car l'harmonie entre les présidents Dodon et Erdogan a conduit la Moldavie à un rapprochement avec la Turquie. Elle a réagi en renforçant la coopération en matière d'économie et de sécurité. Et Igor Dodon a répondu en extradant vers la Turquie sept membres de la confrérie Fethulah Gülen qui sont réfugiés à Chisinau. L'adhésion de pays comme la Macédoine à l'OTAN ces dernières années, dans l'ancienne arrière-cour russe, est pour l'instant le seul point de friction, ou du moins le plus important, entre Moscou et Ankara dans la région.
 

presidente kosovar
AFP PHOTO / ELVIS BARUKCIC - Le président du Kosovo Hasim Thaci, le membre bosniaque de la présidence tripartite Bakir Izetbegovic, le président slovène Borut Pahor, le président croate Kolinda Grabar-Kitarovic.

Au Kosovo, la vocation atlantiste irrationnelle de la société kosovare et la proximité entre Thaçi et l'administration Trump, dont nous avons longuement parlé dans cet article, ont conduit Belgrade et Pristina à des négociations sous l'égide de Washington.  Ils étaient plus intéressés par l'intégration de la Serbie dans le cirque organisé du Moyen-Orient avec Israël et les pays arabes que par la recherche d'une solution viable à la question kosovare. Thaçi, soucieux d'accroître sa part de pouvoir au sein du gouvernement et d'éviter les tribunaux civils ou pénaux qui cherchent à le juger pour des crimes de guerre, a trouvé un partenaire parfait aux États-Unis, qui veulent devenir tout aussi diplomatiques au Kosovo, ou plutôt un double partenaire. Résoudre la question du Kosovo en même temps que la Serbie devenait le premier pays européen à reconnaître le statut d'Israël selon les conditions décidées unilatéralement par l'administration Trump. Une absurdité qui n'a mené nulle part. Les États-Unis ont depuis longtemps abandonné non seulement la région mais aussi leurs intérêts en Europe de l'Est, et cet espace n'a pas été laissé vide.

La Chine, par son style, sa diplomatie discrète, son positionnement clandestin patient, contraste avec le style du sultan, qui a crié aux quatre vents que les Balkans sont la Turquie, et en ce sens il a agi. Dans l'article " China's Footprint in Southeast Europe : Constructing the Balkan Silk Road ", le détail des investissements chinois jusqu'en 2017, à la fois en Macédoine et en Bosnie, est considérablement plus faible que le volume de projets financés par la Turquie en 2020. Ces projets comprennent des infrastructures critiques, notamment dans le domaine des communications, tant pour la gestion que pour la construction de nouvelles infrastructures. Cependant, l'une des stratégies chinoises les plus reconnaissables est la recherche d'influence par l'intervention dans les systèmes économiques en achetant des dettes, ce qui, dans des pays qui ont tant besoin de financement, offre une opportunité imbattable pour le géant asiatique.
 

Erdogan en Kosovo
PHOTO/ Service de presse présidentiel via AP - Le président turc Recep Tayyip Erdogan, au centre, et Bakir Izetbegovic, président du parti SDA et fils de feu le président bosniaque Alija Izetbegovic.

Mais le grand marionnettiste de la région, c'est la Turquie.  Sa politique étrangère agressive, le néo-Ottomanisme, envisage différents niveaux d'intervention dans les différentes régions où elle opère. Dans ce cas dans les Balkans, en renforçant l'influence politique et même en exerçant une sorte de paternalisme avec une grande partie des dirigeants des Balkans, Izetbegovic en Bosnie, Edi Rama en Albanie, Hasim Thaçi au Kosovo, et Vucic en Serbie. La stratégie politique comprend la création et le financement de partis politiques pro-turcs dans des pays tels que l'Albanie, la Macédoine, la Bulgarie ou le Kosovo et la médiation entre les différents États, comme cela s'est produit lors du récent différend sur les tarifs entre le Kosovo, la Serbie et la Bosnie. Un autre niveau, peut-être celui qui a donné les meilleurs résultats à Ankara, est l'identification culturelle et religieuse de la Turquie ou d'Erdogan avec les pays qui composent les Balkans, ce qui a permis d'exercer une énorme influence sur les minorités musulmanes du Monténégro ou de la Serbie.

La coopération économique, pierre angulaire d'une stratégie saine dans la région, a conduit la Turquie à établir des accords de libre-échange et de circulation distincts avec chacun des pays de la région et à réaliser des investissements substantiels dans les infrastructures essentielles par l'intermédiaire de la Direction générale des affaires religieuses, Diyanet, et de la Direction générale de la coopération, TIKA, dans la plupart des pays. Bosnie et Serbie, projet d'autoroute Sarajevo-Belgrade, en plus de l'inclusion de la Serbie dans le Turkish Stream et l'inclusion plus que probable de la Bosnie. Le financement d'hôpitaux en Bosnie, des projets de géomining et de développement des télécommunications au Kosovo, le financement et la gestion d'installations aéroportuaires au Kosovo et en Macédoine, la reconstruction du patrimoine en Albanie, ainsi que l'aide et le financement de la reconstruction après le tremblement de terre de Dürres en Albanie, ne sont que quelques-uns des projets auxquels la Turquie participe dans les Balkans. Enfin, la coopération en matière de sécurité a fait des Balkans occidentaux une région centrale dans la croisade d'Ankara contre Fëto, l'organisation de Fethulah Gülen.  
 

Soldados unión europea
AFP/ARMEND NIMANI - Les soldats de la mission "État de droit" de l'Union européenne (EULEX) au Kosovo mènent des opérations spéciales au domicile de l'ancien président du Parlement du Kosovo et ancien porte-parole de l'Armée de libération du Kosovo (UCK), Jakup Krasniqi.

Et enfin l'UE, qui continue d'insister sur la nécessité de réformes visant à renforcer l'intégration économique de la région afin de rapprocher les économies du système du marché unique de l'UE en renforçant l'EER (Espace économique régional). La Commission s'est engagée, sans définir de date, à présenter un plan économique et d'investissement pour la région visant à stimuler les économies locales. Il met l'accent sur les réformes que chaque pays doit mener pour intégrer ses systèmes politiques et économiques dans l'UE, comme la réduction des niveaux de corruption, le renforcement de l'État de droit, la liberté d'expression, la limitation des migrations vers les pays de l'UE, la réforme des systèmes judiciaires et l'alignement sur la politique étrangère de l'UE. Les politiques erratiques de Bruxelles ont cédé le protagonisme à des tiers et, par conséquent, les positions des différents gouvernements cèdent aux sceptiques, qui sont favorables à l'approche de ces nouveaux acteurs. Il semble clair que le désintérêt et l'ennui de l'UE à entamer les négociations d'adhésion poussent les candidats à considérer la commodité de l'appartenance à l'UE. Et c'est l'UE elle-même qui a établi des groupes et des niveaux lors de l'admission ou de l'ouverture des négociations d'adhésion, avec l'Albanie qui attend des réformes politiques structurelles, la Serbie avec la question du Kosovo, ou la Macédoine il y a un an avec le différend sur le nom avec la Grèce.  Une fois de plus, nous devons insister, l'Europe doit être une construction fondée sur la solidarité et la transversalité entre partenaires et candidats, sinon ce ne sera rien, ni la Russie, ni la Turquie, ni la Chine, ni Visegrad.