48 derniers jours pour savoir qui sera le prochain président du Pérou

Le Pérou célèbre le second tour des élections présidentielles, ce dimanche 6 juin
Atalayar_Elecciones Peru

PHOTO/Cesar Bazan y Martin Mejia  -   Cette combinaison d'images créée le 03 juin 2021 montre une photo d'archive prise le 01 mai 2021 de la candidate à la présidence péruvienne, la droitière Keiko Fujimori (à gauche), prenant la parole lors d'un débat avec le gauchiste Pedro Castillo (hors cadre)

Les sondages au Pérou indiquent que les deux candidats sont très proches l'un de l'autre, ce sera une course très serrée. Pedro Castillo et Keiko Fujimori, se disputeront ce dimanche le second tour des élections au Pérou. Les derniers sondages ont déjà été publiés et les intentions de vote sont pratiquement divisées en deux. Au cours des derniers mois, Pedro Castillo était le grand favori des élections, Fujimori a réduit la distance et est proche d'une égalité technique, séparé par seulement un et deux points de son rival, mobilisant une partie des indécis vers le côté droit du vote.

Atalayar_Elecciones Peru
REUTERS/SEBASTIAN CASTANEDA - Les gens font la queue pour voter aux élections présidentielles et parlementaires dans un bureau de vote à Lima, au Pérou, le 11 avril 2021

Les Péruviens de diverses régions du pays se sont mobilisés pour rejeter la candidature de Fujimori, en scandant "Keiko no va", parmi eux les syndicats, les mouvements ouvriers, une partie des étudiants universitaires, et les parents des victimes des massacres de Barrios Altos et de La Cantuta, pour lesquels l'ancien président Alberto Fujimori, le père de Keiko, a été condamné à 25 ans de prison. Il faut rappeler que Pedro Castillo est issu du syndicalisme éducatif hors de la capitale et qu'il est sorti vainqueur du premier tour des élections présidentielles avec six points d'avance sur les autres candidats. Sachant que son rival direct serait Fujimori, il a radicalisé ses propositions économiques de gauche, exposant ses idées de conservatisme moral, à travers un discours contre les "élites de Lima". D'autre part, le candidat de gauche a déclaré, dans une émission de télévision, que Nicolás Maduro est un démocrate, une déclaration qui lui a valu de nombreuses critiques. 

Atalayar_Elecciones Per
REUTERS/LIZ TASA - Le candidat socialiste à la présidence du Pérou, Pedro Castillo, s'adresse à ses partisans lors de la dernière journée de campagne avant le second tour des élections

Quant à Fujimori, il a basé sa campagne sur le rétablissement de l'ordre au Pérou, une rhétorique qui semble fonctionner après l'attaque terroriste du Sentier lumineux de la semaine dernière dans les villes rurales. Mario Vargas Llosa, un intellectuel péruvien qui s'est opposé au père de Keiko lors des élections présidentielles de 1990, où il a été battu, soutient aujourd'hui le projet politique de la fille de son adversaire politique des années 90. La polarisation s'est intensifiée au cours des dernières semaines. Ce sont les électeurs indécis qui décideront de ces élections et les principaux bureaux de vote péruviens réalisent dans les derniers jours de la campagne ce que l'on appelle l'élection fictive, où l'on calcule le nombre de votes valides pour chacun des candidats, réduisant ainsi la marge d'erreur de %, qui gère les bureaux de vote. Entre le 21 et le 28 mai, Castillo a perdu deux points, tandis que Fujimori est passé de 47,4% à 49% des voix. Datum, l'un des plus importants instituts de sondage, a placé Castillo en tête de six points en une semaine et, lors du dernier sondage publié, la différence était réduite à seulement 0,5 point. 

Atalayar_Elecciones Peru
PHOTO/AP - La candidate à la présidence du parti Force populaire, Keiko Fujimori, salue ses partisans d'en haut lors de son meeting de clôture de campagne à Lima, au Pérou

Le 3 juin, la cérémonie de clôture de la campagne des deux candidats a eu lieu. Fujimori avait préparé son événement dans la ville de Lima, mais les autorités locales n'ont pas autorisé l'événement pour des raisons de santé et il a dû être déplacé à Villa Salvador. La candidate a mis l'accent sur ses propositions en matière d'éducation : "Face à la décision anti-démocratique du gouvernement de ne pas nous permettre d'organiser notre clôture de campagne dans le centre de Lima, nous irons de l'avant. Nous vous verrons demain après-midi à l'ovale de Las Palomas, dans le quartier prospère et entreprenant de Villa El Salvador", a déclaré Keiko. De son côté, le candidat Pedro Castillo, dans son discours de clôture de campagne, a souligné la douleur des victimes de l'ancien président Fujimori : "La douleur des victimes de stérilisations forcées est la mienne. Ma famille a souffert pendant le Fujimorisme. Je m'engage à faire justice, à effectuer des réparations intégrales, à ce que l'État reconnaisse sa responsabilité et demande pardon pour cette grande violation des droits de l'homme", a déclaré M. Castillo. 

Coordinateur pour l'Amérique latine : José Antonio Sierra.