PUBLICIDAD

Iberdrola

Abdel Fattah Mourou quitte la politique

Une nouvelle controverse surgit autour du parti tunisien Ennahda et de son éventuelle division interne
Photo d'archive du vice-président du parti islamiste Ennahda, Abdel Fattah Mourou, lors d'une réunion avec les membres de son parti à Tunis

AP/HASSENE DRIDI  -   Photo d'archive du vice-président du parti islamiste Ennahda, Abdel Fattah Mourou, lors d'une réunion avec les membres de son parti à Tunis

Abdel Fattah Mourou, vice-président d'Ennahda (Parti de la renaissance tunisienne) et son candidat aux élections présidentielles de l'année dernière, a officiellement annoncé son retrait de la formation et de la politique active.

Mourou, avocat de profession qui occupait auparavant le poste de vice-président du parlement tunisien, a annoncé son départ « définitif » de la politique, soulignant qu'il avait « déchiré le billet de la politique ». Cette situation creuse le fossé qui s'est creusé au sein d'Ennahda, le principal groupement islamiste du pays, avec de sérieuses divergences d'opinion à la veille de la onzième conférence du parti.  Dans un scénario où le parti a perdu son hégémonie parlementaire au cours des dernières années, notamment à la suite du dernier processus électoral.  

Lors de manifestations dans les médias du pays nord-africain, Mourou a indiqué qu'il avait brisé le « ticket de la politique » et que, désormais, il n'occuperait plus aucun poste ou fonction au sein du parti dit de la Renaissance.   

La détermination de Mourou intervient au moment où un document secret, diffusé par les médias d'Arabi21, a été distribué aux dirigeants d'Ennahda et intitulé « Le groupe d'unité et de renouveau », appelant à la tenue de la onzième conférence du groupement politique au plus tard à la fin de cette année.

Le texte souligne la position remarquable de Rached Ghannouchi, membre fondateur d'Ennahdaet de son président, et président de l'Assemblée des représentants du peuple de Tunisie : « L'importance du rôle du leader du mouvement, M. Rached Ghannouchi, est d'accompagner activement la nouvelle situation de leadership en vue de la 11e conférence, tout en veillant à ce qu'il réussisse dans sa mission à la tête de l'Assemblée du peuple, et dans sa position de leadership du pays dans le présent et dans l'avenir ». Le document appelle également à une rotation pacifique de la direction d'Ennahda, ce qui signifierait de ne pas changer ses règles pour permettre à Ghannouchi de renouveler sa présidence dans la formation.

El presidente del partido islamista Ennahda, Rached Ghannouchi
AP/HASSENE DRIDI - Le président du parti islamiste Ennahda, Rached Ghannouchi

« Il s'agit d'un document interne et nous considérons que son contenu est une affaire interne. Je l'ai souligné et nous ne discuterons pas des détails avec les médias », a confirmé Nour Eddine Arbaoui, responsable des relations politiques d'Ennahda et l'un des signataires du document, dans une déclaration publiée par le Middle East Monitor.  

Arbaoui a déclaré que « celui qui a divulgué cette question ne veut rien de bon pour le groupe et veut déformer son image » et que « c'est une question légitime au sein du groupe », puisqu'il « cherche l'unité du mouvement ».

« M. Ghannouchi est pleinement conscient du document, contrairement aux rumeurs selon lesquelles il serait en colère à son sujet. Le chef du mouvement le respecte et il est parti depuis plus de deux mois, depuis le 16 mars », a expliqué M. Arbaoui. 

Dans le même ordre d'idées, le président du conseil consultatif d'Ennahda, Abdel Karim Harouni , a noté que « le document est une question interne qui ne doit pas être discutée dans les médias » et que « c'est pourquoi il n'a pas été publié, car il s'agit d'une contribution au dialogue au sein d'Ennahda avant la 11e conférence du mouvement ». « En fait, il est plus proche d'une déclaration de principes pour fournir les conditions de la réussite de la conférence d'une manière qui favorise l'unité du mouvement, dans le cadre du respect de sa loi fondamentale et en donnant la priorité à la conférence et aux règles démocratiques, pour assurer la tenue de la conférence en 2020 et la rotation de la direction, tout en définissant la position et le rôle du leader du mouvement, M. Rached Ghannouchi », a déclaré M. Harouni.

Harouni a également souligné que « le dialogue interne est ouvert à différentes opinions, de sorte que la conférence est le point culminant du consensus au sein du mouvement et de la nécessité d'un renouvellement substantiel, structurel et de leadership », rejetant ainsi la position de « tous ceux qui parieraient sur la division ou la confusion du mouvement en divulguant ce document ». 

Tout cela intervient à un moment de doute au sein d'Ennahda et de questions obscures liées au leader Rached Ghannouchi, dont la richesse est mise en doute. Les militants tunisiens ont déjà lancé une campagne pour faire surveiller les avoirs du leader d'Ennahda. De nombreux chiffres sont avancés sur la richesse accumulée par Ghannouchi, mais les médias comme Al Ain News estiment qu'elle se situe entre un et huit milliards de dollars, d'origine douteuse. Selon divers médias, ce chiffre a connu une croissance exponentielle après son retour d'exil en 2011, lorsque la dernière dictature de Zine al-Abidine Ben Ali a pris fin.  

Abdel Fattah Mourou, izquierda, da la mano a Rached Ghannouchi, en el Parlamento de Túnez
PHOTO/AP - Abdel Fattah Mourou, à gauche, serre la main de Rached Ghannouchi, au Parlement tunisien

Cette approche rejoint les liens commentés entre Ghannouchi, écrivain de profession, et les Frères musulmans, un groupe islamiste radical à tendance salafiste (branche rigide et stricte de l'Islam) considéré comme terroriste par plusieurs pays, comme les Etats-Unis ou l'Egypte.  

Par le biais de ce type de formation, des sommes d'argent importantes arrivent, comme dans le cas tunisien, selon divers médias tels que Al Ain News. Ainsi, le militant Mourad Nouri a souligné que de grosses sommes d'argent sont arrivées en Tunisie, principalement du Qatar et de la Turquie, pour financer l'activité des Frères musulmans. La plupart de ces transactions sont déguisées en envois de fonds destinés à financer des organismes dédiés à la charité ou à l'enseignement du Coran. Zubair al-Shahoudi, ancien secrétaire général des Frères musulmans en Tunisie, a accusé Ghannouchi et sa famille de s'enrichir en détournant ces fonds. Les transferts de capitaux importants en provenance d'organisations caritatives sont une procédure typique pour ceux qui financent des groupes islamistes. 

À cet égard, le Qatar a longtemps été un pays suspect. Déjà en 2017, des pays comme l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l'Égypte et le Bahreïn ont imposé un blocus diplomatique et économique au pays du Golfe en l'accusant de soutenir le terrorisme transfrontalier, ce que nie le pays dirigé par l'émir Tamim bin Hamad al-Thani. Ce coup dur financier a obligé l'État qatari à chercher d'autres partenaires au niveau international comme l'Iran et la Turquie pour développer son activité commerciale.