PUBLICIDAD

Marruecos

Abir Moussi promeut un projet classant les Frères musulmans comme organisation terroriste

L'opposition en Tunisie continue de dénoncer les liens dangereux d'Ennahda et de son leader, Rached Ghannouchi, avec la Confrérie et avec la Turquie et le Qatar
Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre (PDL)

PHOTO/AP  -   Abir Moussi, présidente du Parti destourien libre (PDL)

Abir Moussi, leader du Parti destourien libre (PDL), a annoncé la décision de son bloc parlementaire de présenter un nouveau projet de résolution visant à classer les Frères musulmans comme « une organisation terroriste » et un mouvement considéré comme « hostile à l'État civil », a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse à l'Assemblée des représentants du peuple tunisien. C'est une manœuvre qui dresserait à nouveau la formation anti-islamiste contre le parti Ennahda et son leader, le président de l'Assemblée des représentants du peuple lui-même, Rached Ghannouchi.  

La présidente du PDL a exhorté le gouvernement à procéder à cette classification officiellement. Elle a également appelé à la poursuite de toute personne physique ou morale tunisienne ayant des liens avec cette organisation, se référant à la loi anti-terroriste adoptée en 2015. « Lorsque je consulte les proclamations d'Ennahda appelant à la loyauté des islamistes à la doctrine des Frères musulmans, nous voyons qu'il est temps pour nous de soumettre un projet de motion classant les Frères musulmans comme une organisation terroriste », a déclaré Abir Moussi.  

De même, le PDL a demandé le retrait de la confiance du président du Parlement, Rached Ghannouchi, pour avoir outrepassé ses prérogatives parlementaires et s'être aligné sur une seule partie dans la guerre en Libye et ne pas avoir eu recours à une position ferme de neutralité diplomatique, pour laquelle la Tunisie a toujours plaidé.  

El presidente de la Asamblea de Túnez, Rached Ghannouchi, asiste a una sesión plenaria del Parlamento en la capital de Túnez
AFP/FETHI BELAID - Le président de l'Assemblée tunisienne, Rached Ghannouchi, assiste à une session plénière du Parlement dans la capitale tunisienne

La lutte se poursuit entre ces deux courants politiques, l'islamiste Ennahda et l'anti-islamiste PDL, pour dominer la scène politique dans ce pays d'Afrique du Nord. Tout cela avec le soutien de la Turquie et du Qatar et des Frères musulmans au mouvement dirigé par Rached Ghannouchi ; et, d'autre part, de l'autre côté de l'Islam de l'Arabie Saoudite, des Emirats Arabes Unis et de l'Egypte à l'opposition incarnée dans la formation politique de Moussi. Confrontation qui s'est accentuée en Tunisie à la suite de la guerre en Libye voisine.

Mercredi dernier, la session tenue au Parlement et convoquée par l'opposition pour remettre en question les contacts internationaux douteux du président du Parlement, Rached Ghannouchi, avait déjà provoqué des tensions. Dans une Chambre fragmentée après les dernières élections de 2019, où Ennahda a perdu une bonne partie de sa masse de voix, la majorité parlementaire a qualifié les contacts développés par Ghannouchi de diplomatie « parallèle », après qu'il ait félicité le premier ministre du gouvernement d'unité nationale libyen (GNA), Fayez Sarraj, soutenu par le soutien militaire de la Turquie et du Qatar, après une victoire militaire dans le conflit qui l'oppose à l'Armée nationale libyenne (ANL) dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, qui représente l'autre exécutif oriental de

Tobrouk et est soutenue par l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l'Égypte, la France et la Russie.  
Au cours d'une séance de 20 heures, au milieu de cris, d'insultes et d'accusations croisées, les différents groupes ont interprété le rôle du président de l'Assemblée comme une « ingérence » dans la diplomatie tunisienne, qui jusqu'à présent se caractérise par sa neutralité dans les conflits de la région. Bien que Ghannouchi lui-même ait récemment fait valoir que son mouvement politique soutient la paix dans la guerre en Libye. Sur la confrontation civile armée libyenne, Ghannouchi avait clairement exprimé sa position : « Nous pensons que la solution en Libye ne peut être que politique, car la guerre ne peut pas apporter la stabilité, mais creusera le fossé entre nos frères libyens. Elle exige que les parties libyennes au conflit se réunissent à la table des négociations et fassent des concessions mutuelles afin d'arriver à une feuille de route qui maintiendra l'unité du pays dans le cadre des valeurs démocratiques, de la liberté et de la coexistence pacifique, loin des rivalités, de la guerre civile, des coups d'État sanglants et de tout ce qui alimente les conflits tribaux. « Nos solides relations avec nos frères libyens ne nous permettent pas de les laisser de côté », a souligné le dirigeant d'Ennahda.

Les hostilités à la Chambre, fragmentée en une vingtaine de partis et une douzaine d'indépendants suite aux élections législatives d'octobre, se sont intensifiées le 19 mai après que la conversation téléphonique avec Fayez Sarraj sur la conquête de la base aérienne d'Al-Watiya, un des points clés du siège de Tripoli aux mains du maréchal Khalifa Haftar, ait été mise en lumière, qui, depuis le 4 avril dernier, mène une opération militaire pour prendre le contrôle de la capitale tripolitaine, dernier bastion majeur du GNA dans le cadre du conflit dans ce pays d'Afrique du Nord, sous prétexte qu'elle abrite des éléments du terrorisme djihadiste qu'il faut éliminer pour unifier le pays et concrétiser ensuite un processus démocratique. Pendant ce temps, le Premier ministre Sarraj estime que l'action de Haftar et de ses troupes est un coup d'État rebelle contre un pouvoir légitime reconnu internationalement, notamment par les Nations unies (ONU) depuis 2016, et un gouvernement qui reçoit le soutien de la Turquie.  

Los diputados tunecinos asisten a una sesión plenaria dedicada a debatir una moción presentada por el PDL y la situación en Libia, el 3 de junio de 2020
AFP/FETHI BELAID - Les députés tunisiens assistent à une session plénière pour discuter d'une motion déposée par le PDL et de la situation en Libye le 3 juin 2020

La proposition parlementaire de mercredi dernier du parti conservateur PDL n'a pas obtenu les votes nécessaires (elle a été laissée en suspens pendant une quinzaine de jours) pour adopter une motion visant à rejeter l'ingérence étrangère en Libye et son opposition à ce que la Tunisie devienne une base logistique pour la Turquie.

La présidente du PDL, Abir Moussi, connue pour sa position anti-islamique mais tout aussi conservatrice, a menacé de déposer une motion de censure contre le président pour qu'il élise son successeur, proposition qui devait être débattue par 73 députés et approuvée par 109 (sur 217). « Nous sommes en train de devenir une partie du champ de bataille libyen », a déploré Ghannouchi à la fin des discours, visiblement fatigué (il faut rappeler que l'homme politique et écrivain a presque 80 ans), tout en remerciant les critiques, dont il a dit qu'il ferait une « auto-évaluation ». 

Ennahda reste la principale force parlementaire avec 54 sièges et est depuis longtemps controversée pour ses relations avec la Turquie et le Qatar et avec les Frères musulmans, une organisation décrite comme terroriste par plusieurs pays et qui fait l'objet d'enquêtes dans les pays occidentaux pour ses liens avec le djihadisme radical ; cependant, plusieurs dirigeants d'Al-Qaïda ont été très actifs en leur temps avec ce mouvement, qui défend une des versions les plus radicales et les plus rigides de l'Islam. Ghannouchi a déjà été distingué il y a un mois pour avoir donné la priorité à deux projets de loi tels que l'ouverture du bureau du Fonds de développement du Qatar et le soutien aux investissements avec la Turquie avant d'autres textes, dont le délai légal avait précédemment expiré. Un fait qui lui a valu l'accusation d'imposer l'agenda politique des Frères musulmans en faveur des intérêts du pays eurasien et de la monarchie du Golfe. Ennahda a également été accusé d'avoir des liens avec les courants salafistes extrémistes (liés à la Confrérie), qui ont fait de la Tunisie un foyer de militants, amenant la jeunesse tunisienne à se battre dans les zones de conflit, notamment en Syrie et en Libye.

Banderas de la Hermandad Musulmana
PHOTO/AFP - Drapeaux des Frères musulmans

Ce sont précisément ces nations qui se méfient fortement de leur activité belligérante internationale. Le pays turc présidé par Recep Tayyip Erdogan veut être beaucoup plus présent en Méditerranée et intervient avec force dans les guerres en Libye et en Syrie, en utilisant des mercenaires payés liés à d'anciennes filiales d'organisations terroristes comme Al-Qaïda et Daech, comme l'ont rapporté divers médias ; alors que le pays du Golfe, sous la direction de l'émir Tamim bin Hamad al-Thani, est soumis depuis 2017 à un blocus politique et économique imposé par l'Arabie saoudite, l'Égypte, les Émirats et Bahreïn, qui ont accusé l'État qatari de soutenir le terrorisme transfrontalier.  

Ces dernières semaines, une campagne dans les réseaux sociaux, promue par différents groupes du spectre politique, invite les citoyens à manifester devant le siège de l'Assemblée des représentants du peuple à partir du 13 juin prochain, date à laquelle il est prévu de mettre fin au confinement causé par le coronavirus, pour demander la dissolution du Parlement et, même, pour modifier le régime politique.

Les liens avec la Turquie sont clairs. Au début de l'année, Ghannouchi, qui a été exilé jusqu'en 2011 pendant les deux décennies du régime de Zine al-Abidine Ben Ali, a rencontré le président turc Recep Tayyip Erdogan à Istanbul (la deuxième rencontre en trois mois seulement), ce qui a suscité des critiques de la part de l'opposition. 

Rached Ghannouchi est également confronté à des divisions internes au sein d'Ennahda, comme en témoignent le départ d'Abdel Fattah Mourou, qui était vice-président du parlement tunisien et du parti islamiste lui-même, et la fuite d'un document interne concernant le 11e congrès du parti à venir, qui est censé être valable pour chercher un successeur à Ghannouchi, ce qui n'est pas clair car certaines voix craignent que le chef vétéran ne se lance dans un troisième mandat, ce qui est interdit par le règlement intérieur de l'organisation.