Adieu à le compositeur et interprète algérien Idir, la voix des Berbères

Il est décédé samedi dernier à Paris à l'âge de 70 ans. Il a réussi à faire connaître la musique Kabylie dans le monde entier et à y unir les peuples du Maghreb
Photo d'archive du chanteur algérien Idir, considéré comme la voix des Berbères, décédé le 2 mai dernier à Paris à l'âge de 70 ans

AFP/RIC CABANIS  -   Photo d'archive du chanteur algérien Idir, considéré comme la voix des Berbères, décédé le 2 mai dernier à Paris à l'âge de 70 ans

Avec la mort du compositeur et interprète algérien Idir, l'un des grands mythes de la musique du Maghreb et de la Kabylie disparaît. La voix des Berbères. Hamid Cheriet - de son vrai nom - est décédé samedi dernier dans un hôpital parisien à l'âge de 70 ans, victime d'une fibrose pulmonaire, mais sa silhouette avait depuis longtemps dépassé le cadre strictement musical. Avec sa musique, Idir a su unir les peuples de tout le Maghreb, pas toujours dans un esprit de fraternité et d'harmonie, et porter les sons de la Kabylie - région historique du nord de l'Algérie - à travers le monde. Bien que ses disciples aient été informés de sa grave maladie - qui l'avait tenu à l'écart de la vie publique pendant des mois - la nouvelle de sa mort, survenue à un moment difficile pour tous, a déclenché une vague de consternation et de deuil des deux côtés de la Méditerranée et d'un bout de l'Ouest arabe et nord-africain. « Nous avons perdu une légende et un homme qui a fait voyager la chanson algérienne d'expression kabyle à travers de nombreux pays du monde. Il restera toujours vivant dans nos cœurs », a déclaré un ami proche du défunt au quotidien algérien El Watan.  

Né dans la ville d'Ait Lahcene - à un peu plus de 35 kilomètres de Tizi Uzu, capitale de la Grande Kabylie - et fils de berger, Hamid Cheriet était en passe de devenir géologue. Mais un remplacement inattendu à Radio Alger en 1973 croise son chemin. Devant les micros de la station, il a interprété sa chanson « A Vava Inouva », une berceuse qui l'a emmené, après son service militaire, à Paris et l'a catapulté vers la gloire. « La chanson m'avait choisi, mais toujours avec la valise prête à partir dans ma tête », déclarerait-il des années plus tard. En 1976, l'artiste algérien a sorti l'album « A Vava Inouva » avec le label Pathé Marconi. Traduit en 15 langues et diffusé dans 77 pays, il a été le plus grand succès de sa carrière, rappelle le journal Le Monde. Et le premier succès international de la chanson maghrébine et amazighe.  

Imagen de archivo del cantante argelino Idir durante la 10.ª edición del festival internacional de música Mawazine de Rabat (Marruecos) en mayo de 2011
AFP/FADEL SENNA - Image d'archive du chanteur algérien Idir lors du 10e festival international de musique Mawazine à Rabat (Maroc) en mai 2011

Après son deuxième disque, « Ay arrac nney » (1979), il laisse la musique de côté pendant une décennie. En 1999, dans l'effervescence de ses compatriotes Cheb Mami et Khaled, il présente un nouveau disque, « Identités », un appel au dialogue et à la fraternité entre les peuples avec des artistes tels que Khalida Toumi, Karen Matheson, Manu Chao, l'Orchestre national de Barbès, Gnawa Diffusion et Zebda. En 2002, il a présenté « Deux rives » avec la collaboration spéciale de Jean-Jacques Goldman. En 2007, il a présenté le disque « La France des couleurs ». Et dix ans plus tard, en 2017, elle sort « Ici et ailleurs », des adaptations en langue berbère de grands succès de la chanson française, enregistrées avec des artistes comme Charles Aznavour, Bernard Lavilliers et Francis Cabrel. Idir n'a publié que sept albums studio durant toute sa carrière.  

Ses amis et connaissances proches soulignent en ces heures son caractère affable et sa simplicité. Il s'est attribué le mérite de sa brillante carrière. « Je suis venu au bon moment avec les bonnes chansons », disait-il dans une interview en 2013. « Il a su rester humble, simple, facilement accessible, un agglutinateur », affirme son ami Rabah Mazouane, ancien programmateur musical à l'Institut du monde arabe à Paris, dans une déclaration au Monde. « Grâce à lui, nous sommes connus et reconnus dans le monde en termes d'art et d'identité. Nous avons perdu un grand homme plein de sagesse et d'humilité », a déclaré dimanche à El Watan un responsable culturel de la commune d'Ath Yenni en Kabylie algérienne. Après une absence de 38 ans due à des divergences politiques avec le régime algérien, Idir est retourné dans son pays pour se produire à nouveau en 2018. Un an plus tard, il a publiquement exprimé son soutien aux protestations qui ont conduit au départ du général Bouteflika de la scène politique.  

El cantautor argelino Idir, uno de los máximos exponentes de la música cabilia, actúa durante la 32.ª edición del Paléo Festival de Nyon, Suiza
PHOTO/KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI - L'auteur-compositeur-interprète algérien Idir, l'un des principaux représentants de la musique kabyle, se produit au 32e Paléo Festival de Nyon, en Suisse 

Les réactions de deuil ont été nombreuses. Le président algérien lui-même, Abdelmadjid Tebboune, a publiquement déploré la disparition de l'artiste sur son compte Twitter : « J'ai accueilli la nouvelle de sa mort avec une immense tristesse ». « Avec sa disparition, l'Algérie a perdu un de ses monuments ». De France, son pays d'adoption depuis près d'un demi-siècle, le président Emmanuel Macron a rendu hommage à l'auteur-compositeur-interprète sur les réseaux sociaux : « Une voix unique s'est éteinte. Idir a chanté ses racines kabyles avec la mélancolie de l'exil et la fraternité du peuple avec l'espoir d'un humaniste. La poésie de ses chansons résonnera longtemps d'un côté à l'autre de la Méditerranée ». Bien avant Tebboune et Macron, le sociologue Pierre Bordieu parlait de lui : « Ce n'est pas un chanteur comme les autres. Il est membre de chaque famille ».  

Les réseaux sociaux - tant algériens que marocains - ont été inondés ce dimanche de messages de douleur et de gratitude envers ce mythe de la culture berbère, qui continue à fleurir dans le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Libye, le Mali et le Niger d'aujourd'hui. « L'art est triste. Un artiste, vrai et authentique, a été perdu. Un poète et un virtuose de la musique. Un ambassadeur de la chanson d'Algérie et de Kabylie », résume un jeune adepte sur Facebook. « Hamid Cheriet est mort, mais Idir (un nom qui signifie « vivra ») est immortel », a déclaré dimanche dernier un ami d'enfance de sa ville natale.