Afghanistan : la nouvelle crise migratoire entre la Turquie et l'Europe

Les Afghans constituent déjà la deuxième plus grande population de réfugiés en Turquie après les Syriens
PHOTO/REUTERS - Refugiados Turquía

PHOTO/REUTERS  -   Réfugiés Turquie

L'avancée des talibans, stimulée par le départ des troupes américaines et de l'OTAN, provoque la fuite de milliers de civils à travers la mer Égée. Les réfugiés fuient un pays en guerre. Ils voyagent avec les seuls vêtements qu'ils ont sur le dos, à la recherche d'une vie meilleure en Europe, leur destination finale. De plus en plus d'Afghans fuient leurs maisons, et beaucoup d'entre eux se dirigent vers la Turquie. Si le flux continue à augmenter, il pourrait imiter la vague de réfugiés syriens fuyant la guerre civile. 

Alors que les pourparlers sont dans l'impasse et que la communauté internationale fait pression pour réduire la violence dans le pays, le gouvernement afghan tente de relancer les discussions et de négocier un cessez-le-feu. Alors que les forces internationales poursuivent le processus de retrait, que les États-Unis espèrent achever d'ici septembre, les négociations de paix intra-afghanes restent dans l'impasse malgré les indications des deux parties selon lesquelles elles sont disposées à dialoguer. Entre-temps, le flux de réfugiés a grimpé en flèche par crainte d'être bloqués en Iran, de nombreux réfugiés se dirigeant vers la Turquie dans l'espoir d'atteindre l'Europe.

PHOTO/DARIO PIGNATELLI  -   El presidente del Consejo Europeo, Charles Michel, y la presidenta de la Comisión Europea, Ursula von der Leyen, el presidente turco, Recep Tayyip Erdogan, y el ministro de Asuntos Exteriores turco, Mevlut Cavusoglu.
PHOTO/DARIO PIGNATELLI - Le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

L'Afghanistan est confronté à une grave crise humanitaire à la suite du retrait des troupes internationales. De plus en plus de personnes souffrent de l'escalade de la violence. Le nouvel afflux de réfugiés afghans en Turquie montre comment le retrait des troupes américaines d'Afghanistan a un impact dans toute la région. À l'approche de la date limite du 31 août fixée par le président Biden pour le retrait des troupes américaines du pays, les talibans se sont emparés de pans entiers de la campagne afghane et menacent certaines villes.

La plupart des ressortissants afghans se trouvent en Turquie, où ils constituent la deuxième population de réfugiés du pays après les Syriens. Selon les experts et les observateurs, les chiffres officiels ne reflètent guère la gravité réelle de la situation sur le terrain. L'agence des Nations unies pour les réfugiés, le HCR, a estimé le nombre de demandeurs d'asile afghans accueillis par la Turquie à 125 104 dans un rapport de 2020.

AFP/SAKIS MITROLIDIS - Esta foto tomada desde el lado griego de la frontera greco-turca cerca de Kastanies, muestra a los migrantes esperando en el lado turco el 2 de marzo de 2020
AFP/SAKIS MITROLIDIS - Cette photo prise du côté grec de la frontière gréco-turque, près de Kastanies, montre des migrants attendant du côté turc, le 2 mars 2020.

Selon Al-Monitor, Ankara craint désormais une éventuelle instabilité en Iran, qui sert de zone tampon pour le flux de réfugiés en provenance d'Afghanistan. Si l'Iran ne parvient pas à contrôler l'afflux à venir, le flux de ressortissants afghans vers la Turquie pourrait atteindre des niveaux sans précédent. Cependant, l'UE semble réticente à soutenir Ankara face au problème croissant de la migration irrégulière en provenance d'Afghanistan, ce qui laisse présager un nouveau chapitre dans le clivage sur les réfugiés entre Ankara et les capitales européennes dans la période à venir.

L'accord entre l'UE et la Turquie, qui a vu le jour lors de la crise des réfugiés de 2015 et 2016, lorsque quelque 1,9 million de personnes sont entrées sur le territoire européen, fuyant pour beaucoup la guerre en Syrie, bondit à nouveau sur la scène politique internationale. Les difficultés de l'UE à gérer l'afflux massif de migrants et de demandeurs d'asile ont mis à l'épreuve l'espace de libre circulation de Schengen et donné des ailes aux groupes eurosceptiques.

AFP/ BULENT KILIC - Los migrantes se manifiestan en la zona de amortiguación de la frontera entre Turquía y Grecia, cerca del paso fronterizo de Pazarkule en Edirne (Turquía), el 6 de marzo de 2020
AFP/ BULENT KILIC - Des migrants manifestent dans la zone tampon de la frontière entre la Turquie et la Grèce, près du poste frontière de Pazarkule à Edirne, en Turquie, le 6 mars 2020.

Le pacte est actuellement paralysé et son avenir est incertain. Le document supposait qu'Ankara contrôlerait les flux humains sur la route de la Méditerranée et de la mer Égée, l'une des plus fréquentées et des plus complexes au monde. Depuis le début de la crise européenne en 2015 et 2016, la Turquie, qui a toujours été un pays d'origine, de transit et de destination pour les demandeurs de protection internationale, est devenue l'un des lieux d'arrivée de la plupart des migrants, en grande partie en raison de sa proximité géographique avec les zones de conflit. 

En vertu de cet accord, le gouvernement d'Ankara s'est engagé à prendre en charge les personnes entrant en Europe via la Grèce et à organiser leur relocalisation dans un État membre de l'UE. En contrepartie, la Turquie bénéficierait d'une série de mesures, telles que le don de 6 milliards d'euros pour la révision et la réforme du système migratoire, la libéralisation des visas pour les citoyens turcs et, surtout, la reprise des négociations en vue de l'adhésion de la Turquie à l'UE.

AFP/ ARIS MESSINIS  -   Los refugiados y migrantes desembarcan en la isla griega de Lesbos el 2 de marzo de 2020
AFP/ ARIS MESSINIS - Des réfugiés et des migrants débarquent sur l'île grecque de Lesbos, le 2 mars 2020.

En février 2020, le pacte a traversé ce qui est peut-être sa plus grande crise, lorsque les autorités turques ont ouvert les frontières pendant plusieurs jours et ont permis à des milliers de migrants, principalement originaires d'Afghanistan, du Pakistan et d'Irak, d'entrer en Europe. Cependant, les chiffres officiels concernant le retour de ce pacte "un pour un" sont minuscules : en cinq ans, seules 2 139 personnes ont été renvoyées, dont 748 du Pakistan, 412 Syriens, 204 Algériens, 151 Afghans, 134 Irakiens et 105 Bangladais.

Depuis Ankara, Recep Tayyip Erdogan a critiqué l'accord, pratiquement depuis sa signature. Le président a accusé à plusieurs reprises les institutions européennes de ne pas appliquer les mesures convenues, ce que Bruxelles justifie par certaines décisions de l'exécutif turc, comme le rétablissement de la peine de mort après le coup d'État de 2016. Au cours des cinq dernières années, le chef d'État turc a changé de position à l'égard des institutions de l'UE, se tournant vers une grande méfiance et paralysant les négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne, qui a perdu tout intérêt politique pour lui.

AP/RAFIQ MAQBOOL - Un hombre agita una bandera afgana durante las celebraciones del Día de la Independencia en Kabul, Afganistán
AP/RAFIQ MAQBOOL - Un homme brandit un drapeau afghan lors des célébrations du jour de l'indépendance à Kaboul, en Afghanistan.

L'un des points les plus controversés du pacte est la considération de la Turquie comme un pays tiers sûr pour l'accueil des migrants. Dans une lettre ouverte publiée à l'occasion du cinquième anniversaire de l'accord sur les migrations, un groupe d'organisations, dont Amnesty International, Oxfam et Caritas Europa, dénonce la volonté de l'UE de maintenir le pacte avec la Turquie. Pourtant, le 8 juin, le gouvernement grec a approuvé une mesure qui considère la Turquie comme un État sûr pour accueillir les migrants en provenance de Somalie, du Pakistan, d'Afghanistan, de Syrie et du Bangladesh.

L'arrivée croissante de réfugiés afghans en Turquie ces dernières années a déclenché une crise de l'asile dans l'UE qui n'est toujours pas résolue. Une nouvelle vague de migrants pourrait être désastreuse pour un pays et des camps de réfugiés qui subissent les conséquences du coronavirus. Au milieu de cette guerre, il y a des milliers et des milliers de personnes dont le seul crime a été de rêver d'un avenir où la paix est possible.