Afrique : la simplification est parfois le masque de l'ignorance

Le développement de l'Afrique est impératif étant donné que des millions de personnes hier et des milliers aujourd'hui ne peuvent pas vivre dans le même espace de la même manière
Atalayar_Africa Subsahariana

PHOTO/TANYA BINDRA/UNICEF via AP  -   Un estudiante repasa los apuntes de la pizarra para una clase de preparación para emergencias en una escuela de Baigai, Camerún

Il existe des lectures afro-optimistes et afro-pessimistes du continent africain.

Au cours de la dernière décennie, l'Afrique subsaharienne est devenue la région la plus réformiste du monde. Aujourd'hui, un entrepreneur peut enregistrer une société en 20 jours dans 26 des 48 économies subsahariennes, alors qu'il y a 10 ans, cela n'était possible que dans trois pays1. Toutefois, en toute objectivité, faire des affaires en Afrique comporte encore de nombreux obstacles administratifs, fonctionnels et institutionnels. La seule réalité est que le continent a encore beaucoup de chemin à parcourir pour être à la hauteur de ses plus de 30 millions de kilomètres carrés.

L'Afrique, pour diverses raisons, concentre plus que tout autre espace géographique de cette taille les représentations caricaturales, qui se reflètent dans les lectures afro-optimistes et afro-pessimistes. Chacune de ces façons de dire et de penser le continent reflète des positions variées, plus ou moins bien intentionnées. Ainsi, l'afro-optimisme récent, lorsqu'il est exprimé dans une certaine presse économique, s'inscrit dans une méthode Coué2 qui se veut auto-réalisatrice : " Si l'Afrique est le continent de demain, il est urgent d'y investir ". D'autre part, l'approche afro-pessimiste, qui s'inscrit parfois dans une lecture tiers-mondiste interprétant tous les malheurs du continent à travers la longue histoire de ses relations dominées avec le monde extérieur, tend à occulter à la fois l'autonomie des acteurs africains et leur part de responsabilité. Le point commun de ces deux approches est qu'elles nous empêchent de comprendre la complexité de la réalité africaine. L'Afrique a des représentations plus caricaturales que les autres continents qui gomment ses spécificités internes. En Afrique, bien qu'avec une intensité moindre, trois aspects mortels prédominent encore : les guerres, la faim et les épidémies.

Tous ces stéréotypes africains ont-ils évolué ?

Les représentations dominantes oscillent aujourd'hui entre un afro-pessimisme (défini comme la perte de foi dans le développement du continent africain) d'une Afrique marginalisée et déchirée par les conflits3, un afro-optimisme d'une Afrique qui émerge et qui peut devenir une nouvelle frontière au sein de l'économie mondiale et cette Afrique (celle que je préfère) avec une plus grande dose d'afro-réalisme dans laquelle certaines de ses économies produisent un meilleur développement durable dans le temps sans oublier leurs déficiences structurelles. Un afro-réalisme qui consiste à ne pas tomber dans le piège du continent émergent ou du continent condamné. L'Afrique n'est pas un pays, nous ne pouvons pas accrocher une étiquette à 54 pays. Ne simplifions pas, sachant qu'il y a des pays qui excellent et font mieux et d'autres qui se répètent à la fin de l'année. J'ai déjà eu l'occasion de le mentionner dans des analyses précédentes. 

Atalayar_Africa Subsahariana

"Le premier appel que je lance du haut de cette tribune est un appel au respect des spécificités de chaque pays dans son itinéraire national. Aujourd'hui, les États (ceux du Nord) n'ont pas le droit d'exiger des pays du Sud un changement radical et rapide selon un schéma étranger à leur culture, à leurs principes et à leurs attributs propres ; comme si le développement ne pouvait se faire que dans le halo d'un seul modèle : le modèle occidental"4 .

Peut-on parler d'une dynamique commune à l'échelle du continent ? L'insertion dans la mondialisation conduit-elle à une plus grande division du continent ou favorise-t-elle son unité ?

  • Les premières lignes de démarcation font référence à l'espace africain lui-même. L'ouverture méditerranéenne, l'immensité des espaces sahraouis, la présence de la forêt équatoriale ou l'inscription sur les côtes de l'océan Indien peuvent être déterminants, sans être déterministes, pour définir certaines zones du continent.
  • Cependant, c'est dans la géographie humaine que nous trouvons les éléments les plus frappants d'unité et de diversité. Aux régions à très faible densité, comme l'espace sahraoui, ou les zones de forêt équatoriale, s'opposent les fortes densités des États riverains du Golfe de Guinée ou de la région des Grands Lacs. Le continent dans son ensemble a connu et continue de connaître une croissance démographique importante qui le différencie des autres régions du monde, avec un taux de près de 5 % par an en Afrique subsaharienne. La démographie marque ainsi les différences de développement sur le continent.
  • Une autre distinction pertinente est celle entre l'Afrique urbaine et l'Afrique rurale. Si l'Afrique est le continent où la population rurale est la plus importante, avec 60 % du total, ses principales métropoles connaissent un réel dynamisme et une croissance démographique très importante, qui les placera probablement au sommet de la hiérarchie urbaine mondiale d'ici 2050.
  • L'autre caractéristique de l'Afrique est qu'elle est constituée d'une mosaïque de peuples ou de groupes ethniques. On estime qu'il en existe près de 2 000, répartis en six grands groupes linguistiques. (Voir la carte) 
Atalayar_Africa Subsahariana

La place de l'Afrique dans le monde a considérablement changé, elle est devenue plus forte et plus importante au cours des 20 dernières années5. Le continent a muté et s'est transformé peu à peu, même s'il est encore attendu sur de nombreux points. La faute en revient en partie à d'autres économies qui ont placé leurs intérêts en Afrique. Des exemples tels que la Chine, le Brésil, la Turquie, le Maroc et l'Inde ont contribué et, qu'ils le veuillent ou non, ont encouragé l'essor du continent et son importance dans des aspects aussi importants que la croissance, le développement et l'investissement, ainsi que les aspects géostratégiques, entre autres. L'Afrique a toujours été dépendante du monde extérieur, même si les efforts pour retarder ce phénomène sont importants. Cependant, un continent de cette ampleur, avec la combinaison de ressources qu'il possède et en même temps avec les déficiences structurelles dont il souffre, a besoin d'une coopération importante et d'investissements extérieurs directs pour son développement.

On en trouve des exemples dans de nombreux domaines, tels que le commerce, les infrastructures, l'énergie, le financement, l'emploi, les institutions, etc. Pour tout cela, les Africains eux-mêmes sont nécessaires.

Ils doivent donc être considérés, en termes d'importance et de manière générale, comme des défis prioritaires :

Le marché intérieur (ce futur marché continental africain de libre-échange et les espoirs placés en lui. L'Afrique sera-t-elle capable de produire un véritable marché intérieur ?

Alors que l'économie mondiale est en pleine tourmente en raison de la pandémie de COVID-19, la création du vaste marché régional de l'Accord de libre-échange africain est une excellente occasion d'aider les pays africains à diversifier leurs exportations, à accélérer leur croissance et à attirer les investissements étrangers directs. Le champ d'application de l'AfCFTA est vaste. L'accord réduira les droits de douane entre les pays membres et couvrira des domaines politiques tels que la facilitation des échanges et les services, ainsi que des mesures réglementaires telles que les normes sanitaires et les obstacles techniques au commerce. Il complétera les communautés économiques sous-régionales et les accords commerciaux existant en Afrique en fournissant un cadre réglementaire à l'échelle du continent et en réglementant des domaines politiques tels que la protection des investissements et des droits de propriété intellectuelle qui, jusqu'à présent, n'ont pas été couverts par la plupart des accords sous-régionaux en Afrique. L'AfCFTA stimulerait considérablement le commerce africain, notamment le commerce intrarégional de produits manufacturés. En 2035, le volume des exportations totales augmenterait de près de 29 % par rapport au statu quo. Les exportations intercontinentales augmenteraient de plus de 81 %, tandis que les exportations vers les pays non africains augmenteraient de 19 %. Cela créerait de nouvelles opportunités pour les fabricants et les travailleurs africains. Ces gains proviendraient, en partie, de la réduction des droits de douane, qui restent obstinément élevés dans de nombreux pays de la région. Aujourd'hui, n'oublions pas que c'est le monde dans son ensemble qui commerce plus avec l'Afrique que l'Afrique ne commerce avec elle-même.

Atalayar_Africa Subsahariana
AFP/ TONY KARUMBA - Un agriculteur cueille des baies sur des caféiers, le 2 août 2019, dans la plantation de l'agriculteur kényan Josphat Muchiri
Une économie en mutation qui conçoit sa propre trajectoire de développement.

L'Afrique connaît une croissance rapide, mais se transforme lentement6.

La capacité de l'Afrique à rebondir en 2021 dépendra de la reprise mondiale, de l'ampleur de la déstabilisation économique et de la mobilisation de l'aide internationale pour accompagner les économies africaines. À plus long terme, bien qu'un début de solution ait été trouvé, la reprise nécessitera de fortes doses de transformation structurelle.

La plupart des sociétés africaines ont d'énormes difficultés à mettre en œuvre des stratégies de développement à long terme : 

  • Assurer la transformation des économies de revenu en économies de production, diversifiées et créatrices de richesses et d'emplois.
  • Permettre la création d'avantages concurrentiels sur le marché mondial.
  • Générer les ressources publiques nécessaires aux fonctions souveraines de l'Union européenne.
  • Les fonctions régaliennes de l'État en matière d'infrastructures et de dépenses sociales.

Dans le cas africain, tout cela nécessite sans doute d'inventer de nouveaux modèles de développement.

Prenons l'exemple de l'agriculture : l'économie de l'Afrique repose toujours sur son agriculture, qui emploie plus de la moitié de la population active du continent, et son importance dépendra de son évolution et de son développement. Le nombre de personnes employées dans l'agriculture continue de croître, notamment en raison de l'augmentation exponentielle de la population. Cependant, sa contribution à la richesse est inférieure à 15% du PIB africain, de sorte que la différence entre l'importance du secteur dans l'emploi et le peu de poids de celui-ci dans la production de richesse n'est que le reflet d'une production limitée. Cependant, il faut reconnaître les efforts de modernisation, étant donné qu'il s'agit d'une agriculture familiale et pas encore développée technologiquement. En Afrique, agriculture (production agricole), démographie et sécurité alimentaire vont de pair. N'oublions pas que le continent importe 14% de ses besoins alimentaires et qu'il pourrait en importer 25% d'ici 2025 (selon l'AFD, l'Agence française de développement). Quelle révolution agricole serait idéale pour le continent ? Les spécificités structurelles du continent - le maintien d'une démographie rurale intense et la fragilité des ressources naturelles - nécessitent une transformation progressive telle que la mécanisation, l'irrigation décentralisée, le développement de systèmes de production agro-écologiques, etc.

L'augmentation de la production agricole sera environ 3 fois plus efficace pour réduire la pauvreté que la croissance dans d'autres secteurs.

Les liens économiques avec le reste du monde

La première question que nous devons nous poser est de savoir quelle place occupe l'Afrique dans l'architecture mondiale. L'Afrique n'est pas au centre des économies du monde, ni une charnière entre l'Occident et l'Orient, comme pourrait l'être le Moyen-Orient. L'Afrique a longtemps joué, et joue encore aujourd'hui, un rôle de réserve de main-d'œuvre et de matières premières pour les économies du reste du monde. Les Européens l'ont traitée comme une terre vide qu'ils ont divisée en fonction de leurs intérêts. Le panorama n'a pas beaucoup changé malgré l'indépendance de leurs pays. Aujourd'hui, d'autres sont entrés sur le continent, leur apparence est différente et leurs manières sont différentes, mais au fond, leur objectif est également dicté par leurs intérêts comme les Européens l'ont fait à l'époque. Certes, l'Afrique a été intégrée aux grandes organisations internationales des Nations unies et appartient à diverses organisations multilatérales, mais son poids au sein du FMI et de la Banque mondiale, ainsi que de l'OMC, reste relatif à celui des autres nations. Cela dit, il faut noter qu'au début du XXIe siècle, un reclassement géopolitique s'est opéré pour le continent, qui a été invité et désiré par d'autres acteurs internationaux, principalement en raison de sa sécurité, de son accès aux ressources naturelles (minéraux et hydrocarbures), aux terres, aux forêts, de son poids démographique, de ses perspectives de croissance, de ses taux de démocratie plus élevés, etc. Tout cela fait aujourd'hui de l'Afrique, même si elle a encore un long chemin à parcourir, un acteur en pleine croissance au niveau mondial et certains pensent qu'elle est l'avenir de l'humanité.

Amélioration progressive de la gouvernance économique et publique

Un certain nombre d'indicateurs ont été développés pour évaluer les niveaux de corruption en Afrique. Certaines de ces mesures, notamment l'indice de perception de la corruption, les indicateurs de gouvernance de la Banque mondiale, l'indice Mo Ibrahim de gouvernance africaine et l'Afro-baromètre, ont une autorité analytique car elles informent la politique étrangère, les décisions d'investissement, l'allocation de l'aide et l'analyse des risques des pays du continent. La corruption est en effet l'un des principaux obstacles à la transformation structurelle du continent, un phénomène étroitement lié à la mauvaise gouvernance, et il a souligné que ce mal n'est pas uniquement africain. Le manque d'institutions est reconnu comme l'un des déterminants les plus importants de la corruption. C'est pourquoi les différentes institutions gouvernementales doivent s'efforcer de faire appliquer les lois et les normes anti-corruption et de promouvoir la bonne gouvernance et les bonnes pratiques. Renforcer les principes de lutte contre la corruption, notamment la transparence, la participation, la responsabilité et l'intégrité. Plusieurs conditions sont nécessaires pour que la transformation structurelle ait lieu. L'application et la mise en œuvre des principes de bonne gouvernance jouent un rôle central, car elles déterminent les relations réciproques entre les acteurs du secteur public et ceux des autres secteurs. Il est intéressant de noter que plusieurs études ont montré qu'il existe une dépendance et une interrelation entre la croissance économique et le niveau de bonne ou de mauvaise gouvernance7.

Classement 2020 de l'indice Mo Ibrahim (je recommande de le lire)
  1. Mauritanie 77,2 -0,5.
  2. Cap-Vert 73,1 +0,2.
  3. Seychelles 72,3 +7,8.
  4. Tunisie 70,4 +8,2.
  5. Botswana 66,9 +0,8.
  6.  Afrique du Sud 65,8 -0,9.
  7. Namibie 65,1 +3,4.
  8. Ghana 64,3 +0,1. 
  9. Sénégal 63,2 +3,3.
  10. Maroc 61,0 +5,3.
  11. Rwanda 60,5 +3,7.
Un traitement orthodoxe de ses ressources et de son implication importante dans l'environnement
Atalayar_Africa Subsahariana
AFP/ ISSOUF SANOGO - Des femmes membres d'une coopérative agricole de cacao mettent des fèves de cacao à sécher, le 17 avril 2019, dans une ferme près d'Adzope, dans le sud de la Côte d'Ivoire

L'Afrique est sans doute le continent le mieux doté en ressources naturelles. Avec une superficie d'environ 30,3 millions de kilomètres carrés, y compris les zones insulaires, le continent couvre environ 6 % des terres émergées du monde et un cinquième de la surface terrestre de la planète. Aujourd'hui, elle abrite quelque 1,2 milliard d'habitants, soit 17 % de la population mondiale, répartis de manière inégale entre 54 États.

Dans l'ensemble, la densité de population est moyenne, avec environ 35 habitants par kilomètre carré, contre 47 % au niveau mondial. Cette moyenne est quatre fois inférieure à celle de l'Union européenne, par exemple. Toutefois, la croissance démographique moyenne est très élevée et la population devrait doubler d'ici 2050. La richesse de l'Afrique réside dans son sol. En effet, elle possède 24 % des terres arables du monde mais ne génère que 9 % de la production agricole mondiale. Lorsque nous parlons de ressources en Afrique, nous parlons de nombreux invités à la table et certains ont une politique d'extraction vorace sans se soucier de l'environnement, facilitée par les locaux eux-mêmes qui ne voient pas les conséquences que cela a sur l'économie et sur la nature. Les ressources naturelles de l'Afrique offrent une opportunité unique de développement humain et économique. Toutefois, l'Afrique souffre du paradoxe de l'abondance, à savoir que l'abondance ne se traduit pas par des niveaux équivalents de prospérité, de développement à grande échelle et d'industrialisation liés aux ressources. Et comme nous l'avons répété à d'autres occasions, l'un des principaux obstacles empêchant les pays africains de réaliser ce potentiel réside dans la mauvaise gouvernance de leurs dirigeants.

Il faut toutefois reconnaître que, sous la pression de la rue qui réclame une plus grande équité dans la répartition des richesses, et des exigences de premier plan pour une plus grande transparence dans la gestion des revenus et des contrats, il sera de plus en plus difficile pour les gouvernements de justifier la stagnation économique et sociale qui sévit dans leur pays. Et il y en a qui sont allés de l'avant pour mettre en œuvre d'importants programmes de transformation économique afin que leurs pays puissent sortir de la spirale infernale du sous-développement. Les piliers de ces programmes sont basés sur l'industrialisation, en utilisant les atouts naturels de l'agriculture et des minéraux. Le Ghana, la Côte d'Ivoire, le Congo ou la Tanzanie favorisent les plans de développement en encourageant les filiales industrielles et agricoles qui donnent une valeur ajoutée aux matières premières.

La gestion durable de l'environnement doit commencer par des actions locales et une éducation environnementale de base. Les questions sont sur la table : comment assurer une transition énergétique dans un contexte de forte instabilité des énergies fossiles et de pays dont une grande partie est exportatrice nette d'hydrocarbures ? Comment amener les populations rurales et urbaines à avoir un comportement citoyen vis-à-vis du traitement des déchets ? Et comment éviter que les fonds verts ne servent qu'à alimenter les conférences internationales sur l'environnement ? 

Atalayar_Africa Subsahariana
PHOTO/AFP - Des employés de la société Congo bio végétal préparent les feuilles de manioc sur lesquelles est roulé le "chikwangue" à Kinshasa
Et comment relever le défi de l'éducation en profondeur

Après un déclin de 1 % dans les années 1980 et de 0,5 % dans les années 1990, l'ASS connaît depuis 2000 une croissance économique annuelle soutenue de 2,5 %, ce qui est particulièrement favorable au développement de l'éducation. Cette amélioration ne s'est toutefois pas accompagnée d'une réduction de la pauvreté, qui reste un obstacle majeur à l'éducation. Entre 1990 et 2010, le pourcentage d'individus vivant avec moins de 1,25 USD par jour est passé de 56 % à 48 %. Dans le même temps, la région se distingue du reste du monde en termes de tendances démographiques, avec le pourcentage le plus élevé au monde d'enfants âgés de 5 à 14 ans (27 %) et un taux de fécondité moyen de 4,9 enfants par femme, soit plus du double de la moyenne mondiale de 2,4 enfants. Pour toutes ces raisons, les efforts déployés pour réaliser l'éducation pour tous en Afrique subsaharienne après 2000 ont été inégaux.

Il est vrai que les progrès régionaux vers l'éducation primaire universelle se sont accélérés par rapport aux années 1990 et que le taux de scolarisation ajusté est passé de 59 % à 79 % entre 1999 et 2012, mais de nombreux pays sont encore très en retard et des objectifs tels que l'éducation et la protection des enfants, l'apprentissage des jeunes et des adultes, l'alphabétisation des adultes et la qualité de l'éducation n'ont pas reçu l'attention nécessaire. La région compte encore quelque 30 millions d'enfants en âge de fréquenter l'école primaire qui ne sont pas scolarisés.

En ce qui concerne l'enseignement préprimaire, en 2012, les effectifs en ASS étaient deux fois et demie plus élevés qu'en 1999, mais le taux brut de scolarisation (TBS) moyen restait très faible (20 % seulement). L'écart entre les pays est toutefois très important. D'un TBS de moins de 2 % au Mali à près de 100 % au Ghana, à Maurice et aux Seychelles. De nombreux pays comme l'Afrique du Sud, l'Angola, le Cameroun, le Ghana, la Guinée équatoriale et le Lesotho ont investi dans ce domaine et ont réalisé des progrès considérables. Les enseignants sont les premiers responsables de la qualité de l'éducation, mais leur nombre et leur niveau de formation sont souvent insuffisants. En 2012, la moitié des pays d'ASS ont consacré environ 5 % de leur PIB à l'éducation, mais les pourcentages varient selon les pays.

Moins de 2 % en République centrafricaine, en République démocratique du Congo et au Zimbabwe et 10 % au Botswana, par exemple. L'aide à l'éducation de base en ASS a diminué en termes relatifs en raison d'une mauvaise coordination mondiale et nationale, car elle n'a pas été dirigée vers les pays qui en avaient le plus besoin. 

D'autre part, une éducation élitiste persiste encore dans certains régimes ; un système éducatif visant à former les élites locales ("seuls les meilleurs vont à l'école") et les enseignants n'enseignent que ou de préférence aux meilleurs.

Conclusions

Le développement de l'Afrique est impératif étant donné que des millions de personnes hier et des milliers aujourd'hui ne peuvent pas vivre dans le même espace de la même manière. J'insiste, l'Afrique n'est pas uniforme et il existe de réelles différences entre les pays. Mais même au sein d'un même pays, la côte et l'intérieur ont un développement différent et nous pouvons distinguer des zones de jungle, de déserts, de montagnes, qu'elles soient fertiles ou non, peuplées ou non, accessibles ou fermées, chrétiennes ou musulmanes, etc. Nombre de ses états peuvent encore être considérés comme non structurés ou défaillants8

Atalayar_Africa Subsahariana

Pour toutes ces raisons, l'Afrique mérite une attention particulière, ainsi qu'une analyse approfondie de ce qui est africain et de ne pas en rester à la surface simpliste, comme cela se produit malheureusement dans de nombreux milieux. Il n'est pas du tout facile de décrire l'Afrique, c'est un vaste continent. Nous disons Afrique, mais il s'agit d'une simplification superficielle et confortable. Et comme le disait Ryszard Kapuscinski dans son œuvre "Ebène" : "En réalité, à part la notion géographique, l'Afrique n'existe pas".

Références bibliographiques
  1. Un exemple récent : le Togo, petit pays d'Afrique de l'Ouest connu pour ses précieuses réserves de phosphate et ses plages de sable, vient de se hisser parmi les dix pays les plus réformateurs dans le rapport Doing Business 2020 du groupe de la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires. Le pays a fait un bond impressionnant de 30 places dans le classement pour ce qui est de faciliter la création d'entreprise, l'obtention de permis de construire, le paiement des impôts, l'accès au crédit et l'enregistrement des terrains. Ces améliorations et d'autres ont contribué au classement du Togo à la 97e place sur 190 pays dans le monde en termes de facilité à faire des affaires au Togo.
  2. La méthode Coué consiste à suggérer l'esprit par la répétition quotidienne de la phrase suivante : "Chaque jour, à tous points de vue, je me sens mieux, de mieux en mieux".
  3. Cet afro-pessimisme s'expliquait par l'accumulation de catastrophes qui s'abattaient sur l'Afrique car, comme le dit le proverbe africain : "L'arbre qui tombe fait beaucoup plus de bruit que la jungle qu'il pousse". En mai 2000, The Economist titrait : "L'Afrique, un continent sans espoir", "L'Afrique a perdu la bataille du développement".
  4. Discours de Mohammed VI, roi du Maroc, lu à la tribune de l'ONU le 25 septembre 2014.
  5. La trajectoire de croissance de l'Afrique au cours de ces 20 dernières années a été de 5,5% par an ; la taille de l'économie africaine sera en 2050, selon certaines sources, 75% supérieure à celle de la France.
  6. Carlos Lopes : L'Afrique en transformation ed. Catarata et Casa Africa
  7. https://mo.ibrahim.foundation/sites/default/files/2020-11/2020-index-report.pdf pag.21 gouvernance globale 
  8. La défaillance de l'État peut se produire à différents niveaux, au niveau politique, à travers ses institutions, par l'émergence de crises internes profondes, par l'absence de séparation des pouvoirs, par le manque de démocratie et de liberté d'expression. Elle peut se manifester par un faible niveau de sécurité, par la faiblesse des dispositifs de sécurité, entraînant l'incapacité des forces de l'État à lutter contre la propagation de la criminalité et du terrorisme et, de manière générale, par l'incapacité à contrôler correctement la sécurité.