Afrique : perspectives et réalité

Desafíos de África

 -  

"Si África puede definirse en singular, debe componerse y declinarse en plural. No creo equivocarme al afirmar que su pasado sigue siendo indefinido, su presente es menos que perfecto y su futuro es condicional" (Louis Sabourin, Un demi-siècle d'Independence en Afrique, Quebec, 2010).                                                                                       

Mapa áfrica antiguo
www.cartograf.fr
1. introduction

La Banque africaine de développement est une banque multilatérale créée en 1964 et compte actuellement 80 pays membres (54 régionaux et 26 non régionaux). Son principal objectif est de promouvoir une croissance économique durable et la réduction de la pauvreté en Afrique. Son siège est situé à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Le Nigérian Akinwumi A. Adesina, lors de son entrée en fonction en 2015, a défini les cinq priorités stratégiques de la banque pendant son mandat : "Les cinq grandes priorités".

Éclairer et alimenter l'Afrique ; nourrir l'Afrique ; industrialiser l'Afrique ; intégrer l'Afrique ; et améliorer la qualité de vie des populations africaines. Ces domaines d'intervention sont essentiels pour transformer la vie des populations africaines et sont donc conformes au programme des Nations unies sur les objectifs de développement durable (SDG)

Éclairer et électrifier l'Afrique ; nourrir l'Afrique ; industrialiser l'Afrique ; intégrer l'Afrique ; et améliorer la qualité de vie des populations africaines. Ces domaines d'intervention sont essentiels pour transformer la vie des populations africaines et sont donc conformes au programme des Nations unies sur les objectifs de développement durable (SDG).

Autour de ces cinq priorités se trouvent de nombreux autres facteurs qui façonnent le présent et l'avenir du continent. Ce document a pour but de les résumer sans cacher la réalité des différentes Afrique car, ne l'oublions pas, l'Afrique est un regroupement de pays présentant des différences ethniques, géographiques, politiques et économiques.

Les changements que ce continent a subis au fil des ans dans sa gestion du développement ont conduit à un passage d'un afro-pessimisme marqué à un afro-optimisme exagéré. Cette dernière, motivée par une croissance douteuse. Selon la BAD, entre 1981 et 2008, le PIB africain par habitant a diminué de 15 %, mais en 2015, la même agence a affirmé que l'Afrique était sur le point de connaître une véritable croissance économique avec un taux moyen supérieur à celui du reste du monde (3 % pour l'économie mondiale et 4,7 % pour l'Afrique en 2013). Cependant, la croissance africaine repose encore aujourd'hui sur le tripode des matières premières, de l'aide publique au développement et de l'allégement du fardeau de la dette extérieure pour un certain nombre de pays pauvres très endettés (croissance encore de mauvaise qualité, les Africains célèbrent le potentiel plutôt que les résultats). 

En Afrique, il existe de nombreux facteurs de toutes sortes : politiques, économiques, sociaux, financiers, géographiques, etc., qui englobent un puzzle de termes très étendu qui prendrait de nombreuses pages rien que pour traiter chacun d'entre eux, ce qui n'est pas l'objet de ce document.

Dans tous les cas, il est commode de les énumérer afin de comprendre ce que ce continent a à offrir lorsqu'il s'agit de l'analyser : ressources naturelles, transformation et industrialisation, diversification, espaces géographiques, commerce intra-régional, jeunesse, classe moyenne, démographie, urbanisme, agriculture, énergie, infrastructure, changement climatique, gouvernance, institutions, corruption, flux illicites, sécurité, transferts de fonds, conflits, risque pays, financement, convivialité pour les entreprises, Chine, aide publique au développement, investissements directs étrangers, ethnies, langues, pauvreté, maladies, dette extérieure, colonisation et décolonisation, zones économiques, PIB et PIB par habitant, Banque africaine de développement (BAD), Banque mondiale, etc.

Tous ces termes et bien d'autres encore sont l'ADN constant de cette région. Ce continent à lui seul donnerait "en soi" pour un diplôme d'économie complet dans n'importe quelle université. Il est vrai que, contrairement à il y a quelques années, l'Afrique est plus souvent mentionnée et apparaît beaucoup plus dans les médias spécialisés. Malheureusement, -sûrement parce qu'elle ne se vend pas-, ou par simple ignorance, d'autres médias continuent de montrer le continent comme une zone de risques et de conflits, oubliant d'autres aspects plus prometteurs qui sont également présents et qui devraient être reconnus, car ceux-ci inviteraient les entreprises et les gouvernements à concentrer leurs priorités stratégiques sur cette région du monde.

Quels seraient les principaux aspects sur lesquels l'Afrique devrait travailler pour parvenir à une trajectoire de développement durable dans le temps (et non les SDG adoptés par l'ONU en septembre 2015 dans le cadre de l'Agenda 2030 pour le développement durable) :
 

1. la bonne gouvernance et de meilleures institutions.

2. Développement de la gestion macroéconomique en fonction des caractéristiques du continent et de ses pays (Ne pas suivre inconditionnellement les messages des dirigeants et des institutions non africaines. Il existe toujours une tendance dominante à dire aux Africains comment faire les choses, et cela ne fonctionne toujours pas).

3. L'éducation et la formation (en mentionnant la population jeune).

Un meilleur traitement et une meilleure approche de ces trois points permettront à l'Afrique d'être une région de référence à l'avenir. Ces aspects sont ceux qui seront développés dans ce document.

2. La bonne gouvernance et le cadre institutionnel


La bonne gouvernance est l'assurance de l'investisseur. La bonne gouvernance rassure ceux qui initient un processus d'investissement, ainsi que ceux qui font du commerce. On sait déjà que plus le taux de bonne gouvernance est élevé, plus le flux d'investissements, qu'ils soient nationaux ou étrangers, est important. Quelles devraient être les principales caractéristiques de la bonne gouvernance et que se passe-t-il en Afrique à cet égard ? Daron Acemoglu et Jim Robinson, dans leur livre "Why Nations Fail", affirment textuellement que ce sont les institutions économiques et politiques qui sous-tendent le succès ou l'échec des pays.

Caractéristiques

Un cadre réglementaire solide, des garanties pour l'investissement, la transparence, la stabilité institutionnelle et politique, et un faible taux de corruption, principalement dans l'administration. 

Les pays sous-développés se caractérisent par un cadre institutionnel très interventionniste, principalement en termes de lois. Comme l'administration, en plus d'être inefficace, est corrompue, cela entrave non seulement la production et le développement, mais décourage également les investissements. Des institutions économiques médiocres permettent et facilitent un plus grand contrôle politique et le maintien des élites au pouvoir. En bref, ce qu'on appelle la "pauvreté institutionnelle" et cette pauvreté contribue directement à la pauvreté globale des pays. Cette dynamique institutionnelle a été la caractéristique de nombreux pays africains et l'est toujours dans certains d'entre eux, depuis l'indépendance.

"Dans la plupart des pays africains, immédiatement après l'indépendance, on est arrivé à une situation dans laquelle, pour garder le contrôle de l'appareil du pouvoir et de la création de richesses, les dirigeants politiques ont trouvé "moins cher" - une part moindre des rares ressources publiques - et plus sûr de distribuer des biens privés et d'utiliser des moyens coercitifs pour fournir des biens publics et obtenir un soutien électoral. 

(Carlos Sebastián : "Sous-développement et espoir en Afrique")

En Afrique, certains pays ont suivi les pratiques des régimes de contrôle depuis l'administration elle-même en ce qui concerne son intervention dans une variété de décisions économiques, allant de l'intervention dans les entreprises elles-mêmes en ce qui concerne la fixation des prix, à la distribution et à la commercialisation des produits, et à l'accès au crédit (seulement pour certains qui sont proches du pouvoir). Et ce sont les pays qui ont suivi ces pratiques dans lesquelles la croissance économique était plus faible, voire rare. Il est également vrai que ceux qui ont abandonné cette politique et amélioré leurs institutions à la fin du XXe siècle ont enregistré une plus grande accélération de leur taux de croissance, indépendamment des effets positifs de l'augmentation du prix de leurs ressources naturelles ou de leurs matières premières. Citons par exemple l'île Maurice, le Botswana, le Rwanda, le Ghana, l'Éthiopie, la Namibie, la Tanzanie et, plus récemment, la Côte d'Ivoire, des pays qui ne sont pas particulièrement dotés de ressources naturelles importantes.

Quand on parle de gouvernance et d'institutions, un des nombreux sages proverbes africains nous vient à l'esprit : "Quand les éléphants se battent entre eux, c'est l'herbe qui souffre le plus". 

Avec des partis politiques sans base idéologique, le jeu politique est une bataille de grands patrons, avec toutes les conséquences que cela implique. Cette bataille se fait au détriment de l'État de droit et avec un respect très versatile des règles constitutionnelles ; l'impératif dans ce cas est de rester au pouvoir. La prospérité relative due aux années de croissance depuis 2000 a donné naissance à une classe moyenne (à l'africaine, si vous voulez) et, si elle se maintient et s'étend au cours des prochaines décennies, on pourrait s'attendre à une gouvernance moins bricolée que celle que nous connaissons encore aujourd'hui. Peut-être une gouvernance plus efficace et plus moderne.

La bonne gouvernance promeut l'équité, la participation, le pluralisme, la transparence, la responsabilité et l'État de droit de manière efficace, efficiente et durable. En mettant ces principes en pratique, nous assisterons à des élections fréquentes, libres et équitables, à des parlements représentatifs qui élaborent des lois et en fournissent une vue d'ensemble, et à un système juridique indépendant pour interpréter ces lois.

La plus grande menace pour la bonne gouvernance vient de la corruption, de la violence et de la pauvreté, qui toutes sapent la transparence, la sécurité, la participation et les libertés fondamentales. La gouvernance démocratique favorise le développement, en consacrant son énergie à influencer des tâches telles que l'éradication de la pauvreté, la protection de l'environnement, la garantie de l'égalité des sexes et la fourniture de moyens de subsistance durables. Elle veille à ce que la société civile joue un rôle actif dans la définition des priorités et la sensibilisation aux besoins des secteurs les plus vulnérables de la société.

"En fait, les pays correctement gouvernés sont moins susceptibles de souffrir de la violence et de la pauvreté". (Fondation Mo Ibrahim)

La lutte pour la démocratie en Afrique a fait l'erreur de concentrer ses efforts sur la conquête des droits politiques et civils, c'est-à-dire sur l'élection des dirigeants au suffrage universel direct. Des élections libres et démocratiques ne devraient pas résumer tout ce qu'un système démocratique devrait contenir. En d'autres termes, la démocratie politique doit s'accompagner d'une démocratie économique. Sinon, tout se résume à un système avec de fausses apparences de pluralisme observé dans la liberté d'expression, dans la tenue d'élections démocratiques, parfois douteuses, alors que les centres de production qui soutiennent l'économie sont toujours sous le contrôle de l'élite locale et du pouvoir étranger. C'est au moins à ce niveau que se trouve toute la clé du débat sur la démocratie en Afrique.

Il est exact de dire que les pays en développement pourraient améliorer sensiblement leurs performances économiques en renforçant leurs institutions. Pour en rester à l'exemple africain, si la qualité moyenne des institutions africaines devait rattraper celle des pays asiatiques en développement, le revenu par habitant dans la région augmenterait de 80 %, passant d'une moyenne de 800 dollars à plus de 1 400 dollars, selon les estimations du FMI. 

En conclusion de ce chapitre, on peut affirmer que pour que les économies africaines continuent de croître, il est nécessaire que leurs citoyens disposent des incitations nécessaires qui leur permettent d'être plus productifs et efficaces, ces dernières étant directement conditionnées par un cadre institutionnel adéquat.

3. Développer la gestion macroéconomique en fonction des caractéristiques du continent et de ses pays
Pour revenir au point précédent, une bonne gestion macroéconomique exige une bonne gouvernance et des institutions adéquates. En Afrique, cela exige, entre autres, de ne pas gaspiller les énormes ressources naturelles dont elle dispose, et pour cela, il faut une vision, de la transparence et une capacité technique de gestion de l'économie. 

Quelles sont les perspectives économiques pour l'Afrique aujourd'hui ?  

L'Afrique subsaharienne continue de se redresser économiquement, selon le résumé économique du FMI d'avril 2019. Environ la moitié des pays de la région, en particulier ceux qui sont les plus pauvres en ressources naturelles, devraient connaître une croissance de 5 %. En revanche, les pays riches en ressources de ce type devraient connaître une croissance plus faible et beaucoup plus lente. Étant donné que ces pays, dont le Nigeria et l'Afrique du Sud, représentent environ deux tiers de la population de la région, il sera important de s'attacher à surmonter les incertitudes politiques qui freinent la croissance afin que leurs populations puissent bénéficier d'un meilleur niveau de vie. 

Avec un environnement extérieur plus faible, le FMI prévoit que le taux de croissance de l'Afrique subsaharienne passera de 3 % en 2018 à 3,5 % en 2019 et à 3,7 % en 2020 (voir graphique 1.6 FMI). Vingt et un pays, ceux dont l'économie est diversifiée, connaîtront une croissance de 5 % avec un PIB par habitant conforme à la bonne tendance observée depuis 2000 (pondéré par le PIB en PPA à parité de pouvoir d'achat, voir le graphique 1.1 du FMI).

 

Gráfico
FMI
Gráfico
FMI - Classification des groupes de pays en fonction des ressources et des revenus

En revanche, selon les prévisions de l'agence, la croissance sera anémique à court terme pour un autre groupe de 24 pays particulièrement dotés en ressources naturelles, parmi lesquels le Nigeria et l'Afrique du Sud sont au premier plan. En conséquence, le niveau de vie de leurs habitants s'améliorera plus lentement. 

En bref, selon ces données (et ce n'est pas nouveau), de nombreux pays africains connaissent une croissance très rapide, mais une croissance médiocre, une croissance qui n'est pas de qualité et qui est très dépendante du prix du marché de leurs ressources naturelles (pétrole, gaz, minéraux, etc.) et ce sont ceux qui n'ont pas diversifié leur économie qui sont les plus exposés aux fluctuations des prix à l'exportation de leurs produits. Ici, nous pourrions mettre en lumière de nombreux trous noirs de la croissance en Afrique. Comme le dit si bien Carlos Lopes dans son livre "Africa in Transformation" : 

"La croissance économique à elle seule s'est révélée insuffisante pour la transformation de l'Afrique. Malgré ses vastes ressources naturelles et humaines, la pauvreté et l'inégalité ont continué à persister alors que certains analystes se demandent si cette malédiction des ressources définit le continent".

Carlos Lopes (1960, Guinée Bissau) est actuellement professeur à la Mandela School of Public Governance de l'Université du Cap et professeur invité à Sciences Po à Paris. Auparavant, il a été secrétaire exécutif de la Commission économique pour l'Afrique, avec le rang de secrétaire général adjoint des Nations unies, en septembre 2012.

África 4

Selon lui, ce décollage africain doit donc être relativisé et les taux de croissance élevés du PIB, ainsi que d'autres indicateurs, ne sont que des instantanés partiels et instantanés. La transformation, c'est la clé, comme le suggère Lopes : "L'Afrique grandit très vite et se transforme très lentement".

Dans ce deuxième point, nous analyserons très brièvement certains aspects qui ont une influence très directe sur la gestion macroéconomique du continent : 

- La croissance : mythes et fantômes du PIB et de la diversification de l'économie.

- Processus d'intégration économique.

- Durabilité de la dette/du financement extérieur.

- Investissements étrangers directs et AOD

Quel est le plus grand défi de l'Afrique en matière de croissance ?

"La croissance est une bonne chose, mais pour réduire la pauvreté, il faut en changer la nature.  La croissance est une bonne chose, mais pour réduire la pauvreté, la nature de cette croissance doit être modifiée.

(Luc Christiansen, économiste en chef de la région Afrique à la Banque mondiale) 

Nous devons veiller à ce que ces taux de croissance soient effectivement dus à une économie dynamique et productive, c'est-à-dire qu'ils ne dépendent pas d'une bonne récolte ou d'une augmentation du prix des matières premières sur les marchés, mais de la connaissance, de la spécialisation et de la technologie. Si nous voulons avoir une vision réaliste de ce facteur, il y a trois éléments qu'il ne faut pas perdre de vue : 

1. La courbe de croissance africaine sur une longue période, 2003-2008, a été construite en conséquence de l'augmentation des prix (par définition fluctuants) des matières premières, cas du pétrole et du gaz, elle est donc fragile et surtout artificielle.

2. Cette croissance n'est pas homogène compte tenu des différences entre les pays producteurs de pétrole et de gaz et les autres. Les exemples d'études sont ceux de l'Algérie et du Nigeria : les hydrocarbures peuvent gonfler les courbes de croissance, mais ils n'empêchent pas l'échec économique et social de leurs peuples.

3. L'économie africaine - aujourd'hui moins - n'a pas connu de diversification ou d'industrialisation par la transformation de ses ressources et est donc moins inclusive.

Les raisons de la croissance économique sont diverses, mais parmi elles, le progrès technique, l'investissement et l'accumulation de capital, tant physique qu'humain, se distinguent. L'ouverture aux marchés étrangers compte également, et les caractéristiques de ce que l'on appelle le cadre institutionnel sont d'une importance capitale : en substance, le maintien des minimums essentiels en termes de sécurité physique et juridique, de paix et de liberté. Tout cela est encore en suspens dans de nombreux pays africains. Des exemples de croissance fragile seraient le Nigeria, l'Algérie, l'Angola, le Mozambique, la Guinée équatoriale, le Gabon, la République centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Zimbabwe et, peut-être, l'Afrique du Sud.

Notez qu'ils sont tous dotés d'importantes ressources naturelles, y compris les minéraux et l'agriculture. Les causes ont déjà été évoquées : fixation sur l'exploitation de leur produit principal (abus du mono-produit : gaz, pétrole, minéraux) sans prêter attention aux politiques de diversification, mauvaise gouvernance, fragilité des institutions, conflits politiques et sociaux, forte corruption, fuite des capitaux, etc.

Les gens pensaient-ils que les revenus du pétrole et des minéraux étaient éternels, ignorant la cyclicité du marché des matières premières ? Se pourrait-il qu'il y ait eu une croissance incontrôlée au cours des dix dernières années en Afrique, en particulier dans les pays producteurs de pétrole et de minéraux ? Cette croissance a-t-elle été un symptôme du développement de l'ensemble du continent ? Les réformes structurelles nécessaires de l'économie ont-elles été réalisées en tirant profit de cette période prolongée de croissance ? Une croissance inclusive a-t-elle lieu ? Toutes ces questions et d'autres ne sont pas nouvelles, de nombreux analystes les ont dénoncées ces dernières années, mais d'autres les ont oubliées. 

L'afro-pessimisme des années 1990 a été oublié, mais l'afro-optimisme a-t-il été péché contre ? Ou peut-être devons-nous assumer ce qu'est l'Afrique, une mosaïque de pays aux ressources et aux comportements inégaux, et commencer à réaliser que le terme le plus approprié pour le continent est l'afro-réalisme, c'est-à-dire jeter un regard honnête sur le continent, être conscient de son passé et de l'environnement mondial dans lequel il est plongé, ainsi que des énormes défis qui l'attendent. On pourrait conclure en disant que si les pays n'épargnent pas, et ne gèrent pas correctement leurs revenus pendant les périodes d'expansion, ils n'auront que peu de capacité à réagir lorsque les prix des matières premières baisseront et ils n'auront d'autre choix que l'austérité, ce qui freinera leur croissance.  

La recette : se diversifier pour minimiser les risques, car les produits de base représentent plus de 60 % des exportations de marchandises dans quelque 28 pays africains, selon un rapport du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement).  
D'autres pays du sous-continent - pas nécessairement dotés d'importantes ressources naturelles - donnent depuis des années l'exemple d'une gestion économique cohérente et plus durable, selon le livre "África es así / Instituciones o pobreza" (L'Afrique est ainsi / Les institutions ou la pauvreté) de José Ramón Ferrandis Muñoz (Unión Editorial). Ce sont les cas du Botswana, du Cap-Vert, de la Côte d'Ivoire, de l'Éthiopie, de l'île Maurice, du Kenya, de la Namibie, du Rwanda, de l'Afrique du Sud et de Djibouti, auxquels s'ajoute le Maroc en Afrique du Nord.
 

Gráficos BAfD

Principales economías de ÁFrica
FMI - Les plus grandes économies africaines en termes de PIB à prix courants en USD

D'autre part, il convient de souligner l'évolution technologique qui a permis à l'Afrique de sauter certaines étapes traditionnelles de développement. La téléphonie mobile a des taux de pénétration non loin de ceux des pays avancés, sans avoir à investir dans de coûteux réseaux fixes.

Tecnología África

D'ici 2025, la moitié de la population de l'Afrique subsaharienne aura souscrit aux services des opérateurs de téléphonie mobile. Fin 2018, l'Afrique subsaharienne comptait 456 millions d'abonnés uniques à la téléphonie mobile, soit une augmentation de 20 millions par rapport à l'année précédente, et un taux de pénétration de 44 %. Environ 239 millions de personnes, soit 23 % de la population, utilisent également l'internet mobile de manière régulière.

L'Afrique subsaharienne restera la région qui connaîtra le plus fort taux de croissance, avec un taux de croissance annuel composé de 4,6 % et 167 millions d'abonnés supplémentaires d'ici 2025. Cela portera le nombre total d'abonnés à un peu plus de 600 millions, soit environ la moitié de la population. D'ici 2025, le Nigeria et l'Éthiopie auront les taux de croissance les plus rapides, respectivement de 19 % et 11 %. Dans toute la région, le boom démographique va amener de nombreux jeunes à équiper leur téléphone portable pour la première fois. Ce segment de la population représentera la majorité des nouveaux abonnés à la téléphonie mobile et, en tant que "digital natives", aura un impact significatif sur la manière dont les différents services mobiles seront utilisés à l'avenir.

Processus d'intégration économique

La géographie, le commerce et les infrastructures sont étroitement liés lorsqu'on parle de l'Afrique. Dans de nombreux pays africains, la productivité est faible principalement en raison de la faible proximité géographique entre leurs agents économiques, et cette proximité défavorable a deux dimensions : d'une part, le manque de proximité entre les pays africains et les marchés internationaux ; d'autre part, la distance entre les différents agents économiques au sein de l'Afrique en raison d'une agglomération insuffisante de l'activité économique. La géographie africaine influence sans aucun doute la proximité et la productivité, ce qui se reflète dans les coûts de transport.

Pour comprendre cette géographie, il convient de souligner quelques données préliminaires : le continent africain compte aujourd'hui quelque 83 500 kilomètres de frontières terrestres politiques, tracées en un bref quart de siècle (1885-1909). Ces frontières de chancellerie ont été établies par l'Europe sur des cartes peu reconnaissables et, surtout, sans reconnaissance préalable du terrain. L'Afrique subsaharienne est aujourd'hui une mosaïque d'entités politiques avec de très grands espaces (République démocratique du Congo) et de très petits espaces (Burundi), très arides (Niger) ou trop enclavés (République centrafricaine) pour former des enclaves économiques cohérentes. Le continent africain est très complexe et ne peut être abordé comme s'il s'agissait d'un ensemble homogène. Il n'y a pas qu'une seule Afrique. La difficile géographie économique de l'Afrique représente un défi majeur pour le développement des infrastructures et du commerce dans la région. Certaines caractéristiques de cette géographie qui conditionnent inévitablement la viabilité des infrastructures sont :
 

- La faible densité de population globale, avec 36 habitants par kilomètre carré.

- Le taux d'urbanisation encore faible (35%).

- Un nombre important de pays de l'intérieur du continent, avec des économies très petites et avec encore peu de connectivité intra-régionale et peu de connexions transfrontalières favorables au commerce régional.

Un rapport de la Banque mondiale publié en avril 2012 intitulé "Africa's Fragmentation" a identifié les principaux obstacles au développement des échanges entre les différents groupements régionaux (Comesa, Cedeao, Uemoa, etc.). Selon cette organisation, ces obstacles étaient les coûts de transaction, les barrières non tarifaires et les différentes procédures d'immigration. À cela s'ajoute le nombre croissant d'échanges transfrontaliers informels (qui représentent plus de la moitié des flux officiels, principalement en Afrique de l'Ouest et de l'Est). 

L'épaisseur des frontières en Afrique rend les coûts commerciaux très élevés. Les coûts liés au transport, comme la logistique du déplacement des marchandises, font partie de cette épaisseur de frontière, et c'est précisément ce qui pèse sur la décision de s'établir dans une certaine région du continent. L'animation des frontières africaines se nourrit des échanges de produits de base, des trafics plus ou moins légaux et des flux frauduleux, ainsi que de la contrebande institutionnalisée.

Un monde entier vit de ces asymétries frontalières (commerçants, transporteurs, douaniers et militaires) et des dizaines de millions d'habitants vivent à ces frontières. Pour toutes ces raisons, il convient de s'interroger sur la véracité des statistiques officielles, si l'on considère l'économie telle qu'elle fonctionne et pas seulement l'économie formelle, car il existe de nombreux domaines où les échanges commerciaux se moquent des frontières.

Quelles réponses sont nécessaires pour remédier à cette situation ?

Premièrement, le rapprochement nécessaire entre les corridors de transit pour promouvoir le commerce intérieur et extérieur avec des services de logistique et de transport plus nombreux et de meilleure qualité. Ensuite, de plus grands efforts d'intégration régionale. Les réformes juridiques et réglementaires nécessaires, des engagements plus importants de l'administration et des institutions en général, une plus grande mise à disposition d'infrastructures qui permettent aux pays de l'intérieur de développer des services commerciaux multimodaux (rail, routes, transport aérien, etc.). La vérité est qu'aujourd'hui, l'Afrique commerce mieux avec le reste du monde qu'avec elle-même.

L'intégration régionale est une aspiration des différents États africains depuis l'époque des indépendances africaines. Cette nécessité d'intégration régionale est renforcée par le processus actuel de mondialisation où les blocs régionaux prédominent. Par conséquent, l'intégration, surtout dans son aspect le plus économique, est le vecteur nécessaire au développement de l'Afrique. 

La réalité actuelle est que l'intégration régionale est une question en suspens en Afrique, et les progrès réalisés au cours des 50 dernières années ont été très lents. L'Afrique représente environ 3 % du commerce mondial ; alors que le commerce entre les Européens atteint 70 %, celui des dragons asiatiques 50 % et celui de l'Amérique latine 21 %, ces chiffres tombent à 11 % lorsque l'on parle de l'Afrique, selon les données de la CNUCED à partir de 2013. La CNUCED est la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement, créée en 1964 pour les questions liées au commerce, à l'investissement et au développement, c'est le principal organe de l'Assemblée générale des Nations unies. 

“When African countries trade with themselves they exchange more manufactured and processed goods, have more knowledge transfer, and create more value” 

"Lorsque les pays africains font du commerce entre eux, ils échangent davantage de produits manufacturés et transformés, ont plus de transfert de connaissances et créent plus de valeur".

(Vera Songwe, secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique)

En 2018, les pays membres de l'Union africaine (44 sur 55) ont donné une impulsion majeure au commerce régional et à l'intégration économique en créant la Zone de libre-échange du continent africain ou Accord de libre-échange continental africain (ALCA), avec des engagements à abolir les droits de douane sur la plupart des produits, à libéraliser le commerce des services clés et à s'attaquer aux barrières non tarifaires qui freinent le commerce intra-régional. L'objectif était de créer un marché continental unique dans lequel la main-d'œuvre et les capitaux pourraient circuler librement. Il devrait entrer en vigueur cette année pour créer un marché de 1 200 personnes et 2,5 milliards de dollars de PIB accumulé. Il a déjà été ratifié par 22 pays, ce qui était le nombre requis.  

Il faut dire la réalité : l'intégration économique sous-continentale africaine est en cours d'élaboration, elle avance très lentement et non sans de grandes difficultés. La principale explication réside dans le manque d'intérêt de certaines élites africaines pour les pays membres, qui sont réticentes à changer le "statu quo" qui les favorise. Comme le souligne José Ramón Ferrandis dans son livre "L'Afrique est comme ça", le cas du Nigeria est très africain. En juillet 2018, le président de ce pays, Muhammadu Buhari, a finalement annoncé qu'il allait signer ledit traité de l'AfCTA. Sur son retard, il a dit qu'il lisait très lentement "peut-être à cause de son métier de soldat". "Je ne l'ai pas lu assez vite avant que mes conseillers ne voient que tout était bon à signer, alors je l'ai laissé sur la table", a-t-il ajouté. Ce traité est d'ailleurs très optimiste, surtout si l'on considère que la liste des produits (marchandises) et des engagements pris en termes de services qui devraient être négociés n'est pas encore connue, en plus des procédures déjà lentes en Afrique, selon M. Ferrandis.

Cela dit, il est vrai que le commerce intra-régional a évolué favorablement ces dernières années. En 2017, les trois quarts du commerce intra-régional se font dans le cadre des principales communautés sous-régionales. Il est à noter que, contrairement au reste du monde, ces flux sont plus diversifiés en termes de produits, avec une valeur ajoutée plus élevée et un poids important de produits manufacturés (automobiles et textiles, par exemple). En bref, il serait souhaitable de concentrer les efforts en premier lieu sur le dépassement des obstacles non tarifaires afin de parvenir à une intégration commerciale régionale valable avec projection, c'est-à-dire de surmonter la médiocrité de la logistique commerciale et le manque d'infrastructures.

Durabilité de la dette extérieure/du financement

Parmi les différentes caractéristiques économiques du sous-continent, il faut mentionner l'endettement extérieur croissant de la région et ses besoins de financement. Des niveaux d'endettement insoutenables sont-ils atteints ?

Deuda ÁFrica  

1. Dans les années 1970, l'Afrique en avait assez de sa dette extérieure 

Comme pour la plupart des pays en développement, la dette extérieure de l'Afrique subsaharienne s'est accumulée massivement au cours de ces années dans un contexte international favorable à l'endettement, les banques occidentales ayant à leur disposition une grande quantité de liquidités (pétrodollars) ainsi que des taux d'intérêt bas. Cela s'est accompagné d'une politique de relance dans les pays industrialisés, qui a facilité le crédit aux pays du Sud. Tout cela s'est combiné à une hausse du prix des matières premières, comme garantie suffisante pour le remboursement de la dette.

En conséquence, entre 1970 et 1980, la dette extérieure (dette contractée par l'État, par une entreprise publique ou par une entreprise privée avec une garantie de l'État) des pays en développement a été multipliée par huit, passant de 47 à 381 milliards de dollars. La dette de l'Afrique subsaharienne a augmenté presque au même rythme (41,9 milliards de dollars en 1980 contre 5,8 milliards dix ans plus tôt) avec des taux de croissance annuels de 20 à 30 %.

Cette offre massive de crédit s'est accompagnée en Afrique subsaharienne, comme dans d'autres pays, d'une corruption à grande échelle. En bref, c'était une fuite en avant vers les dettes. C'est l'ère dite des "éléphants blancs" et des "cathédrales dans le désert" : des projets fantasmagoriques, surdimensionnés et mal conçus, avec des coûts de mise en œuvre incontrôlés. Ces fantasmes et d'autres encore, comme la construction d'hôtels de luxe, de palais et de gratte-ciel qui finissent sans ascenseur, ont consommé les ressources obtenues en quelques années d'euphorie exportatrice et ont laissé de nombreux pays africains endettés, ruinés et prêts à tomber sous la tutelle du FMI. Des exemples de ces années fastueuses sont visibles chez les Bokassa, Mobuto, Idi Amin Dada, etc.

Gráfica

2. 1980. Le marasme et la décennie perdue

La crise de la pince (combinaison de la chute des prix des matières premières - pétrole, minéraux, café et cacao - et de la hausse des taux d'intérêt à l'échelle mondiale, similaire à ce qui se passe actuellement) a entraîné le continent dans une longue période de stagnation. 
a.    Le financement qui semblait être une solution miracle dans les années 1970 est devenu impossible dans les années 1980. 
b.    Le défaut de paiement du Mexique sur sa dette entraîne une réduction drastique du crédit en 1982.
c.     Le service croissant de la dette (le paiement des intérêts de la dette) a un impact évident sur les finances des États et détruit les budgets nationaux. 
d.    Les taux d'investissement chutent fortement de 20 à 15 %, entraînant une décapitalisation nette des économies africaines. La faiblesse des investissements ne suffit pas à compenser la grave détérioration des infrastructures, et l'aide au développement est de moins en moins orientée vers l'investissement. 

C'est à ce moment que les institutions de Bretton Woods émettent un diagnostic final. Face à la situation de crise des économies africaines, celles-ci ont été contraintes de se structurer et c'est dans ce but qu'ont été créés les fameux PAS : programmes d'ajustement structurel (libéralisation et dérégulation de l'économie et opposition à l'intervention de l'Etat). Ces institutions, influencées par le consensus néolibéral Thatcher-Reagan, ont défini la politique à suivre au cours de ces années, qui était finalement basée sur la recherche d'un budget équilibré, la réduction drastique des dépenses publiques même dans les secteurs sociaux, l'abandon de la bureaucratie redistributive, la cessation des pratiques de subvention des prix, la priorité donnée au remboursement de la dette extérieure et la privatisation des entreprises publiques. Il a fallu appliquer une thérapie de choc.

3. Les années 90. Afro-pessimisme, les années noires

Paradoxalement, la principale victime de la réunification allemande a été l'Afrique. Avec la chute du mur de Berlin, le continent a perdu son statut de terrain d'affrontement idéologique, économique et militaire entre les blocs capitaliste et socialiste. Dans ces années-là, la priorité était ailleurs, précisément en Europe de l'Est, et l'aide à l'Afrique a commencé à devenir des transferts et des dons de nature solidaire, qui ont été privatisés ou externalisés et pris en charge par les ONG alors en plein essor. 

Ce changement de registre a entraîné une baisse significative de l'APD (aide publique au développement), qui est passée de 34 dollars par habitant en 1990 à 21 en 2001. La réalité est que dans les années 1990, il y avait un manque d'engagement envers le continent et l'Afrique ne méritait que d'être prise en pitié. L'Afrique des années 1990 pourrait être définie en termes d'afro-pessimisme.

4. L'Afrique économique est entrée dans le XXIe siècle avec une injection majeure d'allégement de la dette publique.

Les pays africains ont bénéficié grâce à l'initiative du G7 en 1996, renforcée ensuite en 1999, d'une réduction significative de leur dette bilatérale et multilatérale. La stratégie conjointe et globale du FMI et de la Banque mondiale pour réduire la dette de l'Afrique visait à garantir qu'aucun pays pauvre ne devrait avoir un fardeau de la dette qu'il ne pourrait pas supporter.

À ce jour, dans le cadre de l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE), des plans de réduction de la dette ont été approuvés pour 36 pays, dont 30 en Afrique, ce qui représenterait à terme un allègement du service de la dette de 76,9 milliards de dollars et 42,4 milliards de dollars au titre de l'IADM (Initiative d'allègement de la dette multilatérale) en valeur actualisée en 2015.

Les initiatives PPTE et IADM et du Club de Paris ont permis de réduire considérablement la dette des pays qui ont atteint le point d'achèvement. Le Club de Paris est un espace de discussion et de négociation entre les créanciers officiels et les pays débiteurs. Sa fonction est de renégocier de manière coordonnée et conjointe les dettes extérieures des pays débiteurs ayant des difficultés de paiement.

Pour bénéficier d'un allégement complet et irrévocable de sa dette au titre de l'initiative PPTE, un pays doit

1. Établir un bilan de nouvelles bonnes performances dans le cadre des programmes soutenus par des prêts du FMI et de la Banque mondiale.

2. Mettre en œuvre avec succès les réformes clés convenues au point de décision.

3. Adopter et mettre en œuvre un document de stratégie de réduction de la pauvreté pendant au moins un an.

Une fois ces critères remplis, le pays peut atteindre son point d'achèvement, ce qui lui permet de bénéficier de l'intégralité de l'allégement de la dette promis au point de décision.

Attention toutefois à l'évolution de ce phénomène dans le temps. Certains pays PPTE ont eu recours à des niveaux d'endettement qui, pour la deuxième fois, les ont amenés à répudier leur dette. Ce qui est inquiétant, c'est que si elles sont à nouveau renflouées (celles qui rechutent), le programme d'allégement de la dette risque d'exploser.

Actuellement, la Banque mondiale (juin 2018) a indiqué que 40 % des pays pauvres ont une dette publique insoutenable ou un risque élevé de dette publique insoutenable. C'est grave. La dette publique a atteint 45 % du PIB en 2017 et, de plus, 11 de ses PMA (pays les moins avancés) sont gravement menacés par le surendettement. Les prix des produits de base n'ayant toujours pas connu de rebondissement net et l'APD étant sous examen, de nombreux pays africains ont eu recours à l'émission de dette. Comme la majeure partie de la dette est libellée en devises étrangères, toute dépréciation éventuelle de la monnaie locale (ce qui est toujours le cas) peut prolonger l'agonie du remboursement.
 

Gráficos

En outre, les flux de capitaux illicites restent, selon les estimations, massifs. En conséquence, l'Afrique a été un créancier net pour le reste du monde. Bien qu'il soit difficile de mesurer les flux de ressources illicites en provenance d'Afrique, diverses estimations suggèrent qu'ils se situent entre 50 et 60 milliards de dollars par an. Les sorties illicites de ressources sont rendues possibles par les défaillances de la gouvernance nationale et la corruption, ainsi que par les pratiques des multinationales qui se livrent à l'évasion fiscale et au transfert des bénéfices (CEA, 2015).

Sur le plan positif, on observe un mouvement croissant vers l'inversion des flux de ressources grâce à une combinaison d'améliorations de la gouvernance nationale, notamment des mesures de lutte contre la corruption, ainsi que de renforcement des capacités de l'administration fiscale et de la gestion des ressources.

La Chine, qui est le plus grand importateur global du continent, ne peut être laissée de côté dans cette section ; c'est important car sa demande détermine les prix de nombreux minéraux stratégiques. C'est-à-dire que si la demande de la Chine augmente, les prix augmentent et les exportateurs africains se réjouissent, mais si le contraire se produit...

África China

Ces dernières années, la Chine a également été le plus grand prêteur bilatéral en Afrique subsaharienne. La Chine occupe une place particulièrement importante dans le financement de divers projets d'infrastructure. Sur la base des données de l'Initiative de recherche Chine-Afrique (CARI), la Chine a engagé 125 milliards de dollars de prêts aux pays d'Afrique subsaharienne entre 2000 et 2017. Les prêts chinois à la région se sont accélérés depuis 2012, passant de 5 milliards de dollars en moyenne entre 2005 et 2010 à environ 10 milliards de dollars par an.

L'Angola a été le plus grand bénéficiaire des prêts chinois, représentant un tiers du total. L'Éthiopie et le Kenya complètent les trois premières destinations pour les prêts chinois, avec respectivement 11 % et 8 %. Lors du Forum sur la coopération sino-africaine de 2018, la Chine s'est engagée à fournir 60 milliards de dollars supplémentaires de financement africain au cours des trois prochaines années, principalement sous forme de prêts.

Malgré l'augmentation des prêts chinois à l'Afrique, la Chine n'est pas un détenteur majoritaire de la dette extérieure dans la plupart des pays. Selon une analyse récente des données de la CARI, la Chine détient la plus grande part de la dette extérieure dans seulement deux des pays qui sont en situation de surendettement ou qui risquent de l'être, à savoir la République du Congo et la Zambie (les prêts chinois dans ces deux pays s'élèvent à environ 14 milliards de dollars, ce qui représente un peu plus d'un dixième du total de ses prêts sur le continent).

À long terme, les résultats pour les pays africains (et non leurs dirigeants) sont et seront très négatifs, car leur dette envers la Chine dépasse de loin leur capacité de remboursement. Ces pays seraient hors du contrôle et des programmes macroéconomiques du FMI, de sorte que leurs prêts seraient entre les mains de la Chine avec la possibilité d'une augmentation des conditions pour les nouveaux prêts (qui seraient onéreuses).

Pour terminer sur ce point, la relation avec la Chine présente des avantages supplémentaires. Les entreprises chinoises ne sont pas soumises à des problèmes politiques, sociaux ou de corruption (elles sont dans leur élément). Il n'y a aucun organisme qui s'y intéresse également (peut-être l'OCDE à laquelle ils n'appartiennent pas), ce qui est très commode pour les décideurs africains. Les Chinois ont les coudées franches pour entrer dans la zone noire et, de plus, les entreprises chinoises n'ont pas à se soumettre à des restrictions environnementales.
 

Gráfico
@ECA_Official - Executive Secretary, U.N. Economic Commission for Africa
Investissement étranger direct (IED) et aide publique au développement (APD)

Il serait souhaitable d'approfondir la combinaison de la coopération et des investissements qui correspond mieux à la réalité africaine actuelle. Il n'y a pas un pays dans le monde globalisé d'aujourd'hui qui n'encourage pas les investissements étrangers dans son propre pays d'une manière ou d'une autre. En théorie, l'IDE est donc une aide au développement. Les investissements africains locaux ne peuvent à eux seuls assurer la croissance de leurs économies et les investissements en capitaux des investisseurs étrangers sont l'un des moyens les plus efficaces de construire les infrastructures dont l'Afrique a tant besoin.

Ces investisseurs étrangers et les investissements étrangers nécessitent de la main-d'œuvre ; c'est pourquoi les IDE, dans la grande majorité des cas, offrent des possibilités d'emploi aux habitants du pays, tout en transmettant des connaissances et du développement au pays d'accueil. Et pas seulement cela, mais d'un point de vue économique et social, le paiement d'impôts par les investisseurs étrangers et, par conséquent, leur contribution obligatoire aux budgets nationaux.

Cependant, tout cela ne serait efficace que s'il est correctement géré. Le développement n'est pas seulement une question d'argent ; si c'était le cas, l'Afrique aurait déjà résolu ses problèmes, puisque, depuis 1960, les pays de l'OCDE ont dépensé plus de 650 milliards de dollars pour le développement ou pour le développement du continent. Cependant, l'APD a augmenté en Afrique au même rythme que la pauvreté. Elle fausse les flux financiers internationaux et génère un aléa moral, c'est-à-dire la tendance d'une partie à prendre des risques parce que les coûts éventuels du risque de perte ne seront pas supportés par cette partie mais par les autres. (contribuables, déposants, autres créanciers, etc.). Nous devrions voir combien de crises bancaires ont dû être résolues par la relance payée par les contribuables. En matière de coopération et d'investissement, il n'existe pas de recettes définitives ; dans tous les cas, les deux sont nécessaires et chacun d'entre eux remplit une fonction.

Il y a des restructurations politiques, économiques, sociales et, bien sûr, culturelles qui doivent être réalisées, à commencer par le dépassement de la culture de la dépendance, et ce sont les Africains eux-mêmes qui le dénoncent. En tout cas, il ne faut pas oublier qu'aucun pays du tiers monde ne s'est développé sur la base de l'aide, et que celle-ci peut même être contre-productive si elle favorise la mauvaise gestion et la corruption des bénéficiaires ou le renforcement des dictatures locales, comme cela s'est produit au cours des décennies précédentes.

La position paternaliste européenne persiste encore sur le continent africain ; c'est une vision européenne de l'Afrique comme un fardeau humanitaire. L'une des caractéristiques les plus remarquables des investissements européens et de l'engagement de l'Europe en général envers l'Afrique, et plus spécifiquement envers l'Afrique subsaharienne, repose sur la conception de la région comme un fardeau économique. En conséquence, l'Europe se concentre davantage sur l'aide au développement du continent et s'engage moins dans le commerce et l'investissement. L'Europe a commencé à se rendre compte que ce n'est pas la voie à suivre.

Ce type d'engagement, aujourd'hui, au XXIe siècle et plus encore en Afrique subsaharienne, n'est tout simplement pas durable, car il crée des déséquilibres économiques et conduit de nombreuses économies africaines à dépendre des ONG et des gouvernements européens eux-mêmes. Pour être un partenaire économique, l'UE doit faire davantage pour réinvestir cette équation en se concentrant davantage sur le commerce et les investissements, car cela réduirait le besoin d'aide au développement de l'UE, des gouvernements européens et des ONG en Europe. L'Europe ne peut pas, par tradition, proximité et histoire, se permettre de perdre l'Afrique face à des concurrents tels que les Chinois, les Indiens, les Turcs, les Brésiliens, les Marocains, etc.

3. Éducation et formation (population jeune)

« Parmi toutes les régions, l’Afrique subsaharienne a les taux les plus élevés d’exclusion de l’éducation. Plus d’un cinquième des enfants âgés d’environ 6 à 11 ans n’est pas scolarisé, suivi par un tiers des enfants âgés d’environ 12 à 14 ans. Selon les données de l’ISU, près de 60 % des jeunes âgés d’environ 15 à 17 ans ne sont pas scolarisés.
Si des mesures urgentes ne sont pas prises, la situation empirera certainement, car la région fait face à une demande croissante d’éducation en raison de l’augmentation constante de sa population d’âge scolaire »
UNESCO 2019

ÁFrica formación

Le retard éducatif est une caractéristique très marquée de la réalité africaine et certainement une cause ou une conséquence du sous-développement de la région. Toutefois, le taux d'éducation a augmenté au cours des dernières décennies, car au moment de l'indépendance, le retard était assez remarquable. Aujourd'hui, les statistiques de la Banque mondiale, ainsi que celles de l'UNESCO, montrent une progression croissante des années de scolarité (années d'éducation) et une conséquence de cette évolution est un taux d'alphabétisation plus élevé. C'est ce que dit Carlos Sebastián dans "Underdevelopment and Hope in Africa" (Galaxia Gutenberg).

Gráfico
www.ourworldindata.org

Cela dit, il existe encore des pays africains qui présentent des écarts importants en matière d'éducation et un analphabétisme correspondant. Le taux net de scolarisation dans le primaire a augmenté globalement en Afrique de 12 points au cours des années 2000 pour atteindre 75 % en 2015. Le taux de scolarisation dans le secondaire a augmenté de 10 points pour atteindre 35 %. La scolarisation a augmenté de 31 % et l'Afrique consacre 5 % de son PIB et 20 % de son budget à l'éducation, mais malgré ces progrès quantitatifs, plus de 40 millions d'enfants africains ne sont toujours pas scolarisés, avec des écarts importants entre les sexes (9 %).

África trabajo no cualificado

Si l'on compare la réalité de l'éducation africaine avec celle du reste des continents et sous-continents, les pays d'Afrique noire se trouvent au bas de l'échelle, ce qui est un facteur déterminant. Le manque de capital humain qualifié, dans le monde technologique et exigeant en connaissances d'aujourd'hui, est une garantie d'échec. Cet analphabétisme a un impact très négatif sur la disponibilité du capital humain prêt à développer une activité économique autre que la survie.

Tous ces facteurs touchent la majorité de la population enfantine avec les conséquences futures que cela entraîne sur la jeunesse africaine, car n'oublions pas que l'Afrique est un jeune continent. Un tiers de la population mondiale a moins de 20 ans. Certains pays comptent plus de jeunes que d'autres. Dans une quarantaine de pays africains, environ 40 % de la population a moins de 20 ans. En revanche, dans 30 des pays les plus riches, moins de 20 % de la population a moins de 20 ans.

"L'Afrique doit cesser d'être un musée de la pauvreté. Son peuple est déterminé à inverser cette tendance. L'avenir des jeunes Africains n'est pas en Europe, leur destin n'est pas de périr en Méditerranée", a déclaré Akinwunmi Adesina, président de la Banque africaine de développement, aux journalistes lors de la 53e assemblée annuelle à Busan, en Corée du Sud, en juin dernier. 

Soixante pour cent des Africains ont moins de 24 ans. D'ici 2050, 35 % des jeunes du monde seront africains, contre 15 % en 2000. Cette spécificité est une donnée essentielle de l'avenir de ce continent qui est le plus jeune du monde. Cela pourrait en principe être une fenêtre d'opportunité démographique - comme le dit Serge Michailof, un des directeurs de la Banque mondiale et directeur des opérations de l'AFD française, dans son livre "Africanistan" - pour une croissance de la population active potentielle (entre 15 et 64 ans), mais pour bénéficier de ce dividende démographique, il est nécessaire que les jeunes qui arrivent et arriveront en masse sur le marché du travail puissent effectivement trouver un emploi décent et formel avec une productivité plus élevée que l'emploi actuel.

Si cette jeune force démographique ne parvient pas à entrer sur le marché du travail, nous nous retrouverons avec une énorme masse de personnes désespérément sous-employées, tant dans les zones rurales que dans les zones urbaines. Une fraction importante des jeunes Africains urbains est constituée de ce que l'on appelle communément "ni-nor" : ni en emploi, ni en recherche d'emploi, ni en formation. Et nous savons déjà ce que cette situation entraîne : des révoltes sociales et de nouveaux ressorts - en l'occurrence africains. Pour rappel, les jeunes représentent déjà 60 % de la population africaine au chômage.

Par exemple, la terre et les jeunes sont deux ressources très abondantes. Soixante pour cent des terres arables inutilisées se trouvent en Afrique, et pourtant de nombreux pays africains doivent importer des aliments de base. En outre, les jeunes ne considèrent pas l'agriculture comme un moyen de subsistance intéressant. En conséquence, l'âge moyen des agriculteurs kenyans est de 63 ans et celui des agriculteurs sud-africains de 62 ans.

La formation technique et professionnelle dans le secteur agricole pourrait fournir un emploi à des millions de jeunes Africains, leur permettre de rester dans les zones rurales au lieu de s'installer dans des villes déjà surpeuplées et, surtout, assurer la sécurité alimentaire. Mais les jeunes Africains sont surtout intéressés à devenir entrepreneurs ou à travailler dans le secteur des services, comme les banques et les télécommunications.

Bien que la politique en Afrique soit encore largement dominée par la vieille garde, ce qui est indéniable, c'est que le continent s'est engagé dans un processus de transition de leadership. Dans ce voyage, chaque pays devra fixer son propre rythme. Et il sera nécessaire de pousser les jeunes à occuper des postes de direction qui leur permettront de créer des emplois, de diriger des institutions et de concevoir, mettre en œuvre et gérer des politiques.

Pour que le processus de transition réussisse, les jeunes Africains devront en faire partie intégrante. L'histoire pré-coloniale de l'Afrique montre que, dans le passé, le continent avait quelques dirigeants importants. Le royaume du Mali, le royaume du Ghana et les civilisations éthiopienne et nubienne ont eu une influence. Aujourd'hui, les jeunes peuvent conduire l'Afrique à la prospérité pour tous au XXIe siècle.

Crecimiento ONU mapa

África agricultura
www.newafricanmagazine.com
L'Afrique dans les années à venir 

"Le soulèvement de l'Afrique portait sur les opportunités pour le marché mondial, et pas nécessairement sur les intérêts de l'Afrique elle-même."  [et il y en a encore beaucoup aujourd'hui]

("L'Afrique en transformation", Carlos Lopes).

Tout au long de ce document, les différents défis auxquels l'Afrique a été et est actuellement confrontée ont été décrits. L'Afrique est toujours en transit, un continent qui a été dirigé par les puissances colonisatrices se trouve depuis plus d'une décennie maintenant avec la possibilité réelle de diriger son propre destin. Son potentiel est énorme. L'Afrique doit croire en elle-même, ce sont les Africains eux-mêmes qui dirigent sa croissance, qui gèrent sa démographie croissante et qui jettent les bases nécessaires pour surmonter les énormes défis qui l'attendent.

Des défis tels que surmonter le manque d'infrastructures dans des secteurs aussi nécessaires que l'énergie et les transports, s'engager dans une agriculture technologiquement transformée, étant donné que c'est le secteur qui produit le plus de main-d'œuvre (l'Afrique dépense quelque 35 milliards de dollars par an pour importer des denrées alimentaires, dont une grande partie peut être produite sur le continent lui-même ; certains pays comme l'Éthiopie et le Rwanda y parviennent, mais la fragilité des infrastructures, les obstacles régionaux au commerce, ainsi que d'autres facteurs tels que le taux de change éloignent les agriculteurs africains du marché), investir dans l'éducation et former de nouveaux dirigeants africains, etc. Tout cela nécessite une volonté politique claire de la part des personnes au pouvoir, une vision intelligente et pratique de l'avenir afin de pouvoir au moins essayer de parvenir à un meilleur développement macroéconomique et social du continent. 

Les prochaines années seront bonnes selon que les conditions susmentionnées seront ou non remplies. Cela dit, et étant donné qu'il est toujours difficile de faire des prévisions, et plus encore dans le cas du continent africain (qui, en fin de compte, est un continent exposé à de nombreux autres facteurs externes tels que le climat, les éventuels conflits ethniques, les pandémies, la pauvreté et la malnutrition de ses habitants, la dépendance vis-à-vis des marchés étrangers, etc.), nous pouvons mettre en évidence les actions qui permettraient de canaliser ce territoire de plus de 30 millions de kilomètres carrés vers un avenir tout simplement plus durable. 

Tout d'abord, l'Afrique doit se développer sur une base durable et solidaire en augmentant la productivité dans tous les secteurs de l'économie et en créant des emplois de qualité. Pour ce faire, elle doit sans aucun doute transformer son économie et ce sont les Africains eux-mêmes qui doivent décider pour eux-mêmes et ne pas continuer à dépendre de la demande d'autres marchés matures ou émergents pour poursuivre leur croissance. Ils doivent participer beaucoup plus aux chaînes de valeur mondiales. Seuls 3 % du volume des exportations mondiales proviennent d'Afrique et 50 % des exportations africaines sont transformées en dehors du continent, ce qui les prive de cette valeur ajoutée supplémentaire (exportation de matières premières non transformées).  

On sait qu'un pourcentage des exportations mondiales de biens et de services est apporté par des pays tiers (cas de nombreux pays africains) puis exporté et donc comptabilisé deux fois dans le commerce mondial. L'Afrique est appauvrie en termes absolus à cet égard, et la tendance doit évoluer vers une plus grande transformation des exportations au sein de leurs pays respectifs.

Une chaîne de valeur signifie en fin de compte une succession de différentes étapes au cours desquelles une entreprise offre un produit ou un service depuis sa conception jusqu'à sa livraison finale au consommateur. Les chaînes de valeur mondiales offrent de nouvelles opportunités pour la transformation structurelle de l'Afrique. Ainsi, l'Afrique doit progressivement cesser d'être une source de matières premières pour de nombreuses chaînes de valeur mondiales et créer ses propres marques "made in Africa". 

Ensuite, elle doit s'industrialiser, car l'industrie est le moteur de la croissance et l'Afrique dispose d'une main-d'œuvre jeune et abondante, de ressources naturelles abondantes et, enfin, d'une offre destinée aux marchés émergents et matures, tels que les marchés asiatiques et européens principalement. L'avenir industriel de l'Afrique dépendra d'une transformation progressive de ses matières premières locales, ainsi que d'une industrie de base pouvant être exportée dans le reste du monde. 

Troisièmement, s'attaquer au manque important d'infrastructures. Les transports et l'électricité sont deux véritables charges sur une grande partie du territoire africain. La communication entre les villes, les lieux de production de biens et les centres de vente et de consommation doit être améliorée, car leur développement aurait un impact très positif sur les économies de ces pays.   

Quatrièmement, améliorer la qualité et la transparence des institutions publiques en rendant l'administration plus efficace. Bien que la qualité de la gouvernance se soit améliorée dans certains pays, le niveau de corruption reste élevé. Il y a des pays comme le Botswana, l'île Maurice, la Namibie, le Ghana, le Rwanda et l'Éthiopie qui obtiennent de meilleurs résultats et ne sont pas nécessairement dotés de ressources naturelles. D'autres, comme le Nigeria et l'Angola, qui ont la chance d'avoir des ressources, ont cependant une gouvernance de mauvaise qualité. 

Cinquièmement, l'éducation de base ne doit pas être oubliée, car l'Afrique, continent d'avenir, ne peut négliger cet aspect, surtout avec sa population essentiellement jeune. 
 

Conclusions 

Les conclusions pour l'Afrique sont tout sauf évidentes et difficiles à maintenir étant donné le potentiel et en même temps la dépendance de cette région vis-à-vis des marchés mondiaux. L'Afrique est un sujet complexe, même s'il est passionnant à étudier. Les héritages du passé dans certains pays pèsent encore sur une croissance qui, bien que réelle, est fragile, car elle ne génère pas assez d'emplois dans une population essentiellement jeune, la plus jeune de toutes les nations.

Une telle croissance exige de mieux se concentrer sur l'avenir. Un certain nombre de pays africains ont cependant pris leur envol avec des politiques plus cohérentes en faveur d'une plus grande libéralisation de leurs économies, avec des institutions plus fortes et une meilleure gouvernance. Des défis tels que la diversification de l'économie, l'amélioration des processus de fabrication, une plus grande participation aux chaînes de valeur mondiales, le comblement progressif du déficit chronique des infrastructures physiques, principalement dans le secteur de l'énergie, grâce à un financement plus important et à davantage d'innovation, sont les défis auxquels l'Afrique doit aspirer.

Tout cela, en outre, afin d'amortir la cyclicité du comportement économique mondial lorsqu'il est défavorable. Il est nécessaire de donner des ailes et de l'espace à cette énorme population africaine jeune au potentiel énorme qui exige un meilleur avenir et un meilleur débouché pour ses aspirations. Mais c'est l'Afrique elle-même qui doit contribuer à ce que cela se réalise. 
joueur Carte Afrique producteur d'images Carte Afrique producteur d'images Carte Afrique image