Sarraj, pour rester au pouvoir, verse 12 milliards de dollars à Erdogan 

Le prix de l'intervention turque que le gouvernement Sarraj prend aux Libyens pour les déposer à Ankara
Sarraj, pour rester au pouvoir, verse 12 milliards de dollars à Erdogan 

 -  

Divers rapports publiés dimanche révèlent que 12 milliards de dollars ont été versés par le gouvernement de Fayez Sarraj au gouvernement turc pour obtenir son soutien militaire avec le déploiement de troupes et de mercenaires contre l'armée nationale libyenne, dirigée par le maréchal Jalifa Haftar.

Il est confirmé par les données révélées que la dépendance totale de la Turquie à l'égard du gouvernement de Sarraj et des milices alliées qui ont choisi d'accepter les conditions turques pour leur envoyer le soutien militaire dont elles avaient besoin pour rester au pouvoir à Tripoli s'accroît. 

Selon la Libya Review, le gouvernement de Sarraj a déposé 4 milliards de dollars à la Banque centrale de Turquie, ainsi que 8 milliards de dollars supplémentaires pour payer le coût de l'intervention militaire de la Turquie, avec diverses unités et systèmes d'armes turcs, des mercenaires et des terroristes syriens.

Il a été convenu de déposer ces montants lors de la visite d'une délégation turque conduite par le ministre des affaires étrangères Mevlüt Çavusoglu, le mercredi 17 juin à Tripoli, où il a rencontré Sarraj et ses collaborateurs.

En particulier, les deux parties ont discuté des moyens de mettre en œuvre l'accord militaire et de sécurité que la Turquie a signé avec le gouvernement de Sarraj en novembre, et Ankara y a vu la porte d'entrée pour une intervention militaire directe en Libye.

L'accord est lié à un autre accord sur les droits d'exploration en Méditerranée orientale, signé par les deux parties, qui a donné à la Turquie l'avantage de contrôler les sources d'énergie en Libye.

Sarraj, para mantenerse en el poder, paga 12.000 millones de dólares a Erdogan

La réunion de mercredi a également abordé la question du retour des entreprises turques en Libye, ainsi que la coopération et l'intégration entre les deux pays dans les domaines du pétrole, des banques et des infrastructures.

La composition de la délégation turque a indiqué l'objectif de la visite.  Outre Çavusoglu, la délégation comprenait notamment le ministre des finances Berat al-Bairaq et le chef des services de renseignement Haqan Fidan ainsi que plusieurs responsables de la présidence et du gouvernement turcs.

Selon diverses sources sur le terrain, la Turquie a déployé en Libye plus de 70 drones, pour un coût de 5 millions de dollars par avion, et des centaines de véhicules blindés, en plus des milliers de mercenaires syriens, qui facturent chacun environ 1 500 dollars par mois.

Plusieurs analystes ont commenté que le gouvernement de Sarraj paye maintenant à Recep Tayyip Erdogan le double du prix de l'intervention turque en Libye, ce qui sert à relancer le trésor public en Turquie, dont les finances publiques et l'économie sont clairement en déclin.

Mais ces sommes énormes ont été déduites de l'argent des Libyens qui ont besoin de ressources financières en raison de l'interruption de la production de pétrole, du conflit et enfin de la crise du coronavirus.

Sarraj, para mantenerse en el poder, paga 12.000 millones de dólares a Erdogan

Sur le terrain, la Turquie ne montre aucun intérêt à répondre aux appels à l'armistice, en particulier à l'initiative égyptienne, que le président Abdel Fattah al-Sisi a suivie en ordonnant à l'armée égyptienne d'être prête à intervenir en Libye.

TRT, une chaîne d'information turque, a cité hier le président turc Recep Tayyip Erdogan qui a déclaré que "nos réserves de devises étrangères dépassent maintenant les 93 billions de dollars". Au cours de l'année dernière, Ankara et Tripoli ont tenu plusieurs réunions sur les arrangements financiers avec l'opposition de plusieurs responsables de la Banque centrale de Libye.