Alarme à l'aéroport Hassan I à Laayoune alors que la variante Omicron entre en Espagne

L'atterrissage du dernier vol international jusqu'à dans deux semaines, lance une mesure préventive sans précédent à l'aéroport Hassan I, dans la région de Laayoune au Sahara occidental
Des panneaux et des écrans géants rappellent la pandémie de COVID-19 à l'aéroport marocain

PHOTO/AP  -   Des panneaux et des écrans géants rappellent la pandémie de COVID-19 à l'aéroport marocain

Après l'annonce de la suspension de tous les vols internationaux le dimanche 28 mars et l'entrée en vigueur de la mesure le mardi à 00h00, le Royaume du Maroc a concentré ses efforts sur le renforcement des mécanismes de prévention sanitaire pour faire face à la nouvelle variante Omicron du COVID-19. Le pays alaouite, qui a réussi à maintenir depuis plusieurs semaines ses plus bas niveaux d'infection depuis le début de la pandémie, maintiendra l'interdiction de vol pour une période de 15 jours, mais évaluera régulièrement la situation pour procéder à des "ajustements, si nécessaire", a indiqué le Comité interministériel de suivi du COVID dans un communiqué. 

"En raison de la propagation rapide de la nouvelle variante du virus COVID-19, Omicron (B.1.1.529), notamment en Europe et en Afrique, et afin de préserver les acquis du Maroc dans la lutte contre la pandémie et de protéger la santé des citoyens, il a été décidé de suspendre tous les vols passagers directs à destination du Royaume du Maroc, pour une période de 2 semaines, à compter du lundi 29 novembre 2021 à 11h59", précise le communiqué. 

El aeropuerto internacional Mohamed V de Casablanca, Marruecos
PHOTO/AP - Aéroport international du Maroc

Ainsi, l'arrivée - lundi dernier - du dernier vol international prévu pour les deux prochaines semaines, a signifié pour le pays un déploiement "sans précédent" de dispositifs de sécurité et de mécanismes de surveillance stricte à l'aéroport international Laayoun Hassan I à Laayoune, la plus grande ville du Sahara occidental, qui est sous contrôle marocain. Les voyageurs du vol, en provenance de l'île de Las Palmas aux Canaries, ont dû subir des tests de laboratoire très précis pour le COVID-19. Selon les déclarations faites par une source officielle à rue20.com, "plus de 130 passagers marocains" du vol ont été testés, et tous "se sont révélés négatifs".

Les autorités et les forces de l'ordre ont déclaré que ces précautions ne s'appliquent pas seulement aux vols internationaux, mais que, dorénavant, les départs et les arrivées des voyageurs sur les vols à l'intérieur du territoire marocain continueront à être surveillés. Le pays continuera à travailler au renforcement des contrôles sanitaires pertinents afin d'empêcher l'entrée de la variante Omicron, dont on pense qu'elle est plusieurs fois plus transmissible que les autres souches, et pour laquelle il n'y a pas encore beaucoup d'informations. Comme l'a prévenu l'Organisation mondiale de la santé (OMS) il y a quelques jours, la connaissance des mutations de cette variante nécessitera encore "plusieurs semaines".

El aeropuerto internacional Mohamed V de Casablanca, Marruecos
PHOTO/AP - Aéroport du Maroc

Depuis la détection de la nouvelle souche par un groupe de scientifiques sud-africains il y a une dizaine de jours, plusieurs pays dans le monde ont pris des mesures de précaution restrictives. Du moins jusqu'à ce que les implications réelles de cette nouvelle variante soient connues. La souche "omicron", comme l'a surnommée l'OMS, présente 32 mutations par rapport aux variantes précédentes, dont certaines sont soupçonnées d'augmenter considérablement le risque de réinfection. 

Le Royaume du Maroc a pris des mesures dès le début, en restreignant d'abord l'entrée des voyageurs en provenance d'Afrique du Sud et de certains pays d'Afrique australe - tels que le Botswana, la Namibie, le Lesotho, le Swaziland, le Mozambique et le Zimbabwe - puis en suspendant les vols à destination et en provenance de la France, où les infections ont augmenté de façon spectaculaire. Aujourd'hui, afin de maintenir ses faibles chiffres d'incidence et d'empêcher une nouvelle vague sur son territoire, le pays alaouite se protège en limitant les liaisons aériennes internationales.