PUBLICIDAD

Iberdrola

Albares obtient le soutien de l'UE et se dit ouvert au dialogue avec l'Algérie

La mission algérienne à Bruxelles se rétracte et assure que la suspension des échanges n'affecte pas l'accord d'association avec l'Union européenne
José Manuel Albares

PHOTO/MFA  -   Le ministre des Affaires étrangères, de l'Union européenne et de la Coopération, José Manuel Albares, répond aux questions des médias à Bruxelles

La crise diplomatique entre Madrid et Alger a pris un tour européen vendredi. La décision de la présidence algérienne de mettre fin au traité d'amitié et de bon voisinage avec l'Espagne signé en 2002, suite au changement de position du gouvernement de Pedro Sánchez sur le conflit du Sahara occidental, a obligé le chef de la diplomatie espagnole à se rendre à Bruxelles pour obtenir le soutien de l'exécutif européen.

Et c'est ce qui s'est passé. Après une réunion d'une demi-heure entre le ministre des affaires étrangères, José Manuel Albares, le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, et le commissaire au commerce, Valdis Dombrovskis, la Commission européenne a publié une déclaration commune qualifiant l'action d'Alger de "préoccupante" car "elle semble d'emblée violer l'accord d'association UE-Algérie, en particulier dans le domaine du commerce et des investissements".

Bruxelles entérine sa position, exposée quelques minutes après l'annonce faite jeudi, lorsqu'elle a exigé des autorités algériennes qu'elles fassent "marche arrière" et reconstruisent un accord qui garantit, entre autres, une coopération bilatérale dans les domaines militaire, politique, économique et de la lutte contre le terrorisme. Mais la décision, prise à la résidence présidentielle d'El Mouradia, est une réponse à la volte-face confirmée par le président du gouvernement, Pedro Sánchez, devant le Congrès des députés.

Du haut de la tribune, le leader socialiste a revendiqué le plan d'autonomie sous souveraineté marocaine pour le Sahara occidental comme la base "la plus sérieuse, la plus crédible et la plus réaliste" pour la résolution du différend, dans un discours qui a suscité des critiques de tout l'éventail parlementaire, n'a pas satisfait ses partenaires gouvernementaux et a irrité le gouvernement algérien dirigé par Abdelmadjid Tebboune, qui menaçait de prendre des mesures de représailles depuis mars dernier.

Elle l'a fait en suspendant l'accord de coopération en vigueur depuis deux décennies, qui a jusqu'à présent favorisé les contacts entre les secteurs productifs des deux pays, les projets d'investissement et les institutions communes. Dans le même temps, l'Association algérienne des banques et établissements financiers a annoncé le gel des prélèvements automatiques pour les opérations de commerce extérieur à destination et en provenance d'Espagne, ce qui signifie que les exportations et les importations de produits ont été annulées.

Nicolás Maduro Abdelmajid Tebboune
PHOTO/Algeria presidency  -   Le président algérien Abdelmadjid Tebboune reçoit le président vénézuélien Nicolás Maduro à Alger, le 9 juin 2022

"Ils savent que la suspension de l'accord d'amitié signifie que la coopération dans la plupart des domaines peut être réduite au plus bas niveau possible, il est donc probable que tous les produits 'made in Spain' seront boycottés", explique l'expert économique algérien Ishak Kherchi à Atalayar. "Nous avons commencé à entendre des rumeurs selon lesquelles certains importateurs n'ont pas obtenu de licences pour importer d'Espagne, et ces rumeurs pourraient se vérifier dans les prochains jours.

"Je pense que le geste des autorités algériennes en a surpris plus d'un, mais il est intervenu après un ensemble de mesures de rétorsion", explique à Atalayar Zine Labidine Ghebouli, chercheur à l'université de Glasgow, faisant référence, entre autres, au rappel par l'Algérie de son ambassadeur en Espagne pour consultations. "Dans ce sens, Alger a vu le silence de Madrid comme une confirmation de son alliance avec Rabat et tente maintenant de reprendre le contrôle de la situation".

"Pour l'instant, Alger est susceptible de faire pression sur Madrid pour une 'discussion sérieuse' sur la question du Sahara occidental, mais à long terme, les choses pourraient se compliquer", note Ghebouli.

M. Albares, qui est arrivé au ministère en remplacement de l'ancienne ministre Arancha González Laya dans le but de reconstruire les relations avec le Maroc, a été témoin d'un nouveau clivage diplomatique. Cette fois avec un partenaire stratégique de la taille de l'Algérie, dont le volume des échanges avec l'Espagne s'élève à 1,8 milliard d'euros. À cette occasion, le chef de la diplomatie espagnole a porté la crise bilatérale au niveau européen, tout en soulignant que le gouvernement est ouvert au dialogue et ne donnera "aucune excuse pour une escalade".

À l'issue de la réunion avec les vice-présidents de la Commission, MM. Borrel et Dombrovskis, le ministre des Affaires étrangères a déclaré que "la mesure unilatérale viole l'accord d'association entre l'Union européenne et ce pays et, par conséquent, bien qu'elle vise l'Espagne, elle affecte le marché unique et les relations économiques et commerciales de l'Algérie". Cette appréciation est partagée dans le communiqué de l'exécutif européen : "Les relations bilatérales des pays tiers avec les différents États membres de l'UE font partie de leurs relations avec l'UE".

L'Algérie, pour sa part, a dénoncé le soutien hâtif de Bruxelles à l'Espagne après avoir assuré dans une lettre que la mesure prise par Alger n'affecte pas l'accord avec l'UE. "La Commission européenne a réagi sans consultation ni vérification préalables auprès du gouvernement algérien à la suspension par l'Algérie d'un accord politique bilatéral avec un partenaire européen, en l'occurrence l'Espagne, sans s'assurer que cette mesure n'affecte pas directement l'un ou l'autre ou indirectement leurs engagements contenus dans l'accord d'association Algérie-UE", peut-on lire dans le communiqué.

L'accord d'association de l'UE paraphé avec l'Algérie contient une voie juridique permettant de résoudre le différend, mais sa mise en œuvre pourrait prendre des mois. En cas de non-conformité, Bruxelles dispose d'une marge de manœuvre pour adopter des mesures de protection qui porteraient préjudice au pays d'Afrique du Nord. Cependant, la Commission s'engage à dialoguer malgré l'existence d'une autre violation grave du contrat par l'Algérie, qui impose des restrictions à certaines importations européennes depuis 2015.

José Manuel Albares
PHOTO/MFA  -   Le chef de la diplomatie espagnole, José Manuel Albares, lors d'une conférence de presse à Bruxelles

"Nous sommes en contact étroit avec le gouvernement espagnol et en contact avec les autorités algériennes pour clarifier rapidement la situation", ajoute la déclaration conjointe signée par Josep Borrel et Valdis Dombrovskis, qui reconnaît l'Algérie comme "un partenaire important de l'Union européenne en Méditerranée et un acteur clé pour la stabilité régionale". "Nous sommes convaincus que, au nom de notre partenariat solide et durable, une solution rapide sera trouvée pour rétablir pleinement les relations en matière de commerce et d'investissement", conclut le communiqué.

Le Service européen d'action extérieure, le service diplomatique autonome de l'UE, est en contact avec les parties depuis le début de la crise bilatérale dans le but de trouver une solution négociée. M. Albares a insisté sur le fait que le gouvernement espagnol prône un retour "le plus rapidement possible au dialogue, à l'amitié que le peuple espagnol entretient avec le peuple algérien" et au rétablissement de liens économiques "normaux" entre l'Espagne et l'Algérie, entre l'Union européenne et l'Algérie.

Les autorités algériennes ont également menacé de couper l'approvisionnement en gaz. En 2021, 41 % des importations de gaz de l'Espagne provenaient d'Algérie, mais ce volume est tombé à 23 % en raison de la crise énergétique. En ce sens, Albares et le reste du gouvernement ont été confiants quant à la permanence de l'offre. Je peux vous assurer que la fourniture de gaz naturel de l'Algérie à l'Espagne sera maintenue au même montant convenu jusqu'à la fin du contrat", déclare M. Kherchi, "après quoi, s'il n'y a pas de consensus politique entre les deux pays, je m'attends à ce qu'il n'y ait pas de renouvellement du contrat de fourniture de gaz.

L'économiste algérien assure que "l'Algérie est un partenaire fiable et respecte les accords. Il est important de noter que les problèmes ne peuvent survenir que si l'Espagne manque à ses obligations en vertu du contrat, par exemple en exportant du gaz vers un autre pays. Quant au gaz naturel liquéfié, toutes les possibilités restent ouvertes, puisqu'il n'existe aucune restriction ni obligation entre le vendeur et l'acheteur.

La mission algérienne auprès de l'Union européenne a précisé dans le communiqué que, en ce qui concerne l'éventuelle interruption de l'approvisionnement en gaz, la décision revient en dernier ressort aux entreprises privées, qui devront "assumer tous leurs engagements contractuels".