Alcoyano ne jouera pas en Superliga

L'élimination du Real Madrid contre une équipe de seconde B renforce l'idée d'une compétition exclusive
Zinedine Zidane, entraîneur du Real Madrid, pendant le match de football de la Copa del Rey entre Alcoyano et le Real Madrid au stade El Collao d'Alcoy, en Espagne, le mercredi 20 janvier 2021

AP/JOSE BRETON  -   Zinedine Zidane, entraîneur du Real Madrid, pendant le match de football de la Copa del Rey entre Alcoyano et le Real Madrid au stade El Collao d'Alcoy, en Espagne, le mercredi 20 janvier 2021

L'élimination contre Toledo en 2000, l'Alcorconazo en 2009 et l'Alcoyano en 2021. Plus de deux décennies et les mêmes problèmes. Et c'est la faute de l'équipe. Autrefois, c'était Del Bosque, puis Pellegrini et maintenant c'est le tour de Zidane. Les joueurs sont à blâmer pour ne pas avoir gagné contre une équipe de Segunda B qui termine le match avec dix joueurs. Ils n'ont pas montré leur niveau d'élite face à un rival qui fonctionne quand ils ne s'entraînent pas. Et ils travaillent plus qu'ils ne s'entraînent. Mais sont-ils prêts à gagner dans ces domaines face à ces rivaux ? Non.  

#LaCoupeKiffe

Le peuple voulait ce format de la Copa del Rey. Les grands clubs l'ont accepté à contrecœur parce qu'il allégeait leur emploi du temps. Ils ont parié sur une crise galopante si une équipe comme Alcoyano les battait au premier changement. Et c'est arrivé. Et la crise est venue pour le Real Madrid. Ce qui se passe avec Zidane ou avec les acteurs qui sont montrés du doigt est un détail par rapport à la crise de fond qui se profile. La flamme a été allumée depuis le trottoir opposé. Le feu qui a brûlé Bartomeu a définitivement fait fondre la glace qui refroidissait les clubs de la Super League. Florentino Perez a emmené le témoin devant ses garçons compromisarios et a jeté un peu plus de bois de chauffage. Non content, il est monté dans un avion à 73 ans et au milieu de la troisième vague de coronavirus en Espagne et s'est présenté à Turin pour acheter l'essence qui vend Agnelli.  

Jordán Sánchez, del Alcoyano, a la izquierda, disputa el balón con Lucas Vázquez, del Real Madrid, durante el partido de la Copa del Rey de fútbol entre el Alcoyano y el Real Madrid en el estadio El Collao de Alcoy
AP/JOSE BRETON - Jordan Sanchez d'Alcoyano, à gauche, dispute le ballon avec Lucas Vazquez du Real Madrid lors du match de la Copa del Rey entre Alcoyano et le Real Madrid au stade El Collao d'Alcoy.
#LaLigueEstDeTrop

Le Real Madrid et le Barcelone ont encore 70 % des matchs de la Liga, de la Copa del Rey et même de la Ligue des champions. Mais ceux-ci donnent de l'argent. Elle sait que son économie se trouve être dans l'élite et, surtout, parmi l'élite. La crème de la crème du football mondial. Un sport exclusif pour les équipes puissantes. Avec un sponsor solvable qui apporte beaucoup d'argent et une télévision qui a assuré les matchs des plus grandes équipes européennes. Telecinco se frotte les mains avec le temps supplémentaire du Real Madrid-Alcoyano et quelques minutes de publicité supplémentaires, mais meurt sur la rive lorsque le club blanc est éliminé et disparaît de sa grille jusqu'en 2022. Il fait plus d'affaires "Ne touche pas à mon pote" le samedi et le dimanche pendant 10 mois que 120 minutes du Real Madrid en 12. 

Jony Niguez, del Alcoyano, en el centro, disputa el balón con Federico Valverde, del Real Madrid, a la izquierda, e Isco, del Real Madrid, durante un partido de octavos de final de la Copa del Rey de fútbol entre el Alcoyano y el Real Madrid
AP/JOSE BRETON - Jony Niguez d'Alcoyano, au centre, se bat pour le ballon avec Federico Valverde du Real Madrid, à gauche, et Isco du Real Madrid lors d'un match de football des huitièmes de finale de la Copa del Rey entre Alcoyano et le Real Madrid.
#EuroFloren

Les dernières années de Florentino Perez en tant que président du Real Madrid seront celles du retournement du football tel que nous le connaissons. Il devra trouver un équilibre pour ne pas disparaître de la société espagnole et continuer à régner en Europe. Les miettes de l'UEFA avec le nouveau format de compétition ne suffiront pas. Les 38 jeux de la compétition nationale et la roulette russe de la Coupe sont une pierre dans la chaussure. Une façon de gagner peu d'argent au détriment de l'écrasement des joueurs de haut niveau qui ne savent plus comment s'affronter sur les terrains du Segunda B. Qui ne veulent pas parier une blessure sur un adversaire qui n'a rien à perdre parce que le lendemain, ils se lèveront encore à 6 heures du matin pour aller travailler.  

Jony Niguez, del Alcoyano, en el centro, disputa el balón con Federico Valverde, del Real Madrid, a la izquierda, e Isco, del Real Madrid, durante un partido de octavos de final de la Copa del Rey de fútbol entre el Alcoyano y el Real Madrid
AFP/OSCAR DEL POZO - Le président du Real Madrid Florentino Pérez
#Tebas

L'histoire de Javier Tebas a changé au fil des ans. La Superliga est passée d'une conversation de bar à cinq heures du matin à une option qui devra passer le filtre de sa némésis, la RFEF, et, dernièrement, à se demander comment diable le Real Madrid et le Barça comptent jouer leurs matchs en Espagne. Avec une deuxième équipe ? LaLiga n'a pas pris de valeur au fil des ans. Il l'a perdu par le départ de joueurs comme Neymar ou Cristiano et peut être très touché si Messi part en juin. La crise, la pandémie, le Premier ministre ... une accumulation de facteurs imprévisibles ont fait une parfaite pince pour dévaloriser la Ligue espagnole. Tebas ne peut pas demander plus d'argent aux plateformes parce que leur produit n'en vaut pas la peine. Il fait chier le Real Madrid et le FC Barcelone depuis des années, mais cela les arrange tous d'avaler et de garder les formes. 

Javier Tebas, el presidente de la Liga española
AP/PAUL WHITE - Javier Tebas, le président de la ligue espagnole
#LaTransition

Le football traverse une période de transition qui a accéléré la crise sanitaire mondiale qui nous a frappés. Tout va changer et le sport des rois veut profiter de cette inertie pour secouer d'autres arbres d'où tomberont plus d'argent. Les locomotives du football savent qu'il est impossible de continuer ainsi. Le Barça est en faillite et le Real Madrid ne peut pas signer les étoiles auxquelles il s'est habitué avec le partenaire. Et ils commencent à perdre trop de choses. Leur éclat s'estompe et les équipes anglaises ou les équipes d'État mangent leur gâteau.  

L'histoire du nouveau football est née à Tolède, est passée par Alcorcón et est arrivée à Alcoy. Il n'y aura plus d'arrêts. Une équipe au moral d'acier a battu une autre au prestige. Le football est tel qu'il est et non tel que nous voulons qu'il soit.