PUBLICIDAD

Iberdrola

AlDhabi AlMheiri au SIBF : "Je voudrais distribuer des livres aux enfants réfugiés"

AlDhabi AlMheiri est plus qu'une enfant, c'est une éditrice et une écrivaine ; sa première œuvre : "J'ai eu une idée", son rêve : distribuer des livres aux réfugiés ; elle le raconte à Atalayar à la Foire internationale du livre de Sharjah
PORTADA-aldhabi-almheiri-emiratos-feria-libro-sharjah

PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS  -   AlDhabi AlMheiri

Elle est petite, mais son cœur est grand et son esprit est privilégié. Avant même d'avoir huit ans, elle avait déjà publié son premier livre, " J'ai eu une idée ", en deux langues, ce qui fait d'elle la plus jeune auteure bilingue au monde à être inscrite au Guinness World Record Awards. Mais ce livre vient après une aventure passionnante en tant qu'entrepreneuse, puisque, avec le soutien nécessaire de ses parents, elle a fondé sa propre maison d'édition : Rainbow Chimney. Deux mots très importants dans la vie de cette petite fille, qui témoignent de sa passion pour les couleurs de l'arc-en-ciel et de son admiration pour la merveilleuse comédie musicale Mary Poppins et la chanson "Chim Chimney". Le début de tout cela est clair : son amour des livres.

Elle nous en parle dans la salle à manger de l'hôtel Sharjah où elle séjourne car elle participe à la Foire internationale du livre. Elle se tient devant l'étagère où sont exposés les desserts, trop nombreux et trop riches pour se décider du premier coup. Elle hésite, et nous profitons de ces secondes pour l'approcher. Elle sourit, quoique timidement. Un peu plus tard, son aisance et sa confiance lors de l'interview nous montrent la maturité de cette fille.

aldhabi-almheiri-emiratos-feria-libro-sharjah
PHOTO - AlDhabi  AlMheiri

Elle est accompagnée de ses parents. Sa mère, Mouza AlDarmaki, nous donne la permission de la photographier, de parler avec elle.  AlDhabi AlMheiri est clair sur ce qu'elle fait et ce qu'elle veut. Elle a rêvé et a réalisé son rêve. Elle sait que les désirs se réalisent, c'est pourquoi elle se bat, pour continuer à concrétiser ses pensées et ses rêves, comme celui de pouvoir apporter des livres aux enfants réfugiés, "parce que je sais que c'est difficile pour eux d'aller à l'école". Un esprit de solidarité qu'elle a déjà démontré avec les enfants autistes, malvoyants ou malentendants, souffrant du syndrome de Down... pour elle, ils sont très importants, c'est pourquoi sa maison d'édition prépare des boîtes de livres et de jeux spéciaux. "Je veux qu'ils se développent aussi, je veux qu'ils aiment lire des livres, s'exprimer et s'amuser comme moi. Il existe des livres écrits en braille qu'ils peuvent toucher pour en découvrir le contenu".

D'où vient ton idée ? Pourquoi ce livre ? Comme si elle prenait un départ en trombe, elle nous dit que "j'ai eu une idée", ce qui reflète la façon dont elle a lancé son projet d'éditrice, le besoin qu'elle avait de voir des enfants de 4 à 10 ans commencer à écrire, en arabe, en anglais. C'est pourquoi elle a également lancé une initiative intitulée "Des livres d'enfants pour les enfants". Elle veut que les enfants publient, sortent et écrivent leurs sentiments, ce qu'ils ont à l'intérieur. "Découvrir les talents des enfants à un stade précoce, afin qu'il y ait une nouvelle génération d'enfants écrivains", dit-elle, et elle est sûre de réussir.

Elle nous raconte également que ce n'est pas elle qui a pensé à l'édition, mais, étant la plus jeune éditrice des EAU, c'est le président de l'Association internationale des éditeurs, lors d'une conférence au salon de l'année dernière, qui l'a encouragée à écrire. "Alors j'ai écrit mon livre : J'ai eu une idée".

aldhabi-almheiri-emiratos-feria-libro-sharjah
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - AlDhabi  AlMheiri

À trois ans à peine, cette écrivaine lisait déjà ; sa mère y est sans doute pour beaucoup, car dès son plus jeune âge, avant le coucher et chaque soir, la lecture est devenue un autre compagnon. Elle dit qu'elle fixait les dessins ou faisait des bruits comme si elle imitait les personnages. Et puis, elle nous regarde et sourit, comme si ces premiers souvenirs de lecture lui revenaient, comme si elle était déjà grande.

Elle est devenue un personnage très populaire et important. Et que pensent tes camarades de classe, nous lui demandons. Elle répond qu'ils lui demandent généralement comment elle a fait et pourquoi, et elle leur répond toujours la même chose : pour encourager les enfants à lire et à écrire des livres, pour s'amuser. Amusant, oui, parce que pour elle, lire est amusant.

Dans un monde aussi technologique, où les plus jeunes ne rêvent que de portables, de jeux vidéo et de monde numérique, on est frappé par l'inquiétude d'AlDhabi AlMheiri et sa détermination à diffuser son amour de la lecture, une lecture qui ne se limite pas aux histoires pour enfants : "J'aime lire sur les mathématiques, la robotique, les étoiles, l'espace et notre environnement". Elle aime tout, c'est pourquoi elle n'hésite pas lorsqu'il s'agit de choisir entre les sciences humaines et les sciences : "Les deux m'inspirent", dit la jeune écrivaine, qui a encore beaucoup de chemin à parcourir avant de pouvoir décider de son avenir professionnel.

aldhabi-almheiri-emiratos-feria-libro-sharjah
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - AlDhabi  AlMheiri

L'aventure d'AlDhabi AlMheiri ne fait que commencer, mais il a déjà reçu beaucoup d'éloges et de joie. La route est longue, et elle ne manque pas d'enthousiasme et de force. Elle pense faire connaître son projet dans d'autres foires, dans d'autres pays, et être en contact avec d'autres personnes pour qu'elles puissent aussi réaliser leurs rêves. Et parmi ces projets pour l'avenir immédiat figure la Foire du livre pour enfants de Bologne (Italie), l'une des plus importantes du secteur.

Enfin, nous aimerions savoir si elle souhaite voyager, quels pays elle aimerait visiter. Elle réfléchit un peu avant de répondre. Son choix est Londres, et nous insistons sur l'Espagne. Elle répond par un sourire affirmatif.