Alerte maximale en mer Égée pour l'escalade des tensions entre la Turquie et la Grèce

Ankara prévoit d'envoyer un navire de recherche dans la zone économique exclusive grecque pour effectuer des prospections pétrolières ; tandis qu'Athènes se prépare à réagir en cas d'incident
El buque perforador turco Yavuz en el mar Mediterráneo oriental frente a las costas de Chipre

REUTERS/MURAD SEZER  -   Le navire de forage turc Yavuz en Méditerranée orientale au large de Chypre

L'exploration gazière turque en Méditerranée orientale dans les zones économiques exclusives (ZEE) de la Grèce et de Chypre, la présence militaire accrue de la nation eurasienne au large des côtes libyennes et la pression migratoire qu'Ankara exerce sur la frontière grecque sont quelques-uns des facteurs qui ont motivé les relations entre la Turquie et la Grèce ces derniers temps. Aujourd'hui, un nouvel épisode de tension intrinsèquement lié aux précédents menace de déclencher un nouveau conflit avec le bassin de la Mare Nostrum comme toile de fond qui, étant donné l'instabilité de la région, fondamentalement causée par la guerre civile en Libye, pourrait avoir des conséquences à la fois imprévisibles et destructrices.

En mer Égée - la partie de la Méditerranée entre les deux pays - les chasseurs grecs ont intercepté des avions de chasse F-16 turcs, en particulier au-dessus de l'île de Kastellorizo, selon ItaMilRadar. « Un couple de chasseurs F-16 turcs est entré dans l'espace aérien grec à 14h23 et a survolé les îlots de Strongyli et Megisti près de Kastellorizo à une altitude de 12 500 pieds », a rapporté l'analyste Vassilis Nedos dans le média local Kathimerini. 

L'activité de la base navale turque d'Aksaz s'est accrue et les forces armées grecques ont augmenté leur niveau d'alerte. Mardi, le site de surveillance a également enregistré comment les Bayraktar Tactical UAS de l'armée de l'air turque - des drones de reconnaissance - effectuaient une mission de patrouille près de la côte grecque.  

En outre, « des dizaines de navires turcs ont été stationnés dans la ZEE grecque » et également près de Lesvos ces derniers jours, selon les informations recueillies par la Chambre de commerce italienne à Thessalonique. L'analyste Nic Athens a révélé que ce mercredi ou dans les prochains jours, le navire de recherche turc Oruc Reis devrait se rendre dans la zone où Ankara a annoncé qu'il effectuerait de nouvelles explorations pétrolières, qui se trouvent sous la ZEE grecque, avec une autorisation considérée comme illégale par Athènes et délivrée sous forme de NAVTEX (NAVigational TEXt Messages). « L'Oruc Reis a besoin d'environ 20-24 heures pour atteindre la zone qui a été définie à partir du golfe d'Antalya, où il se trouve maintenant », a déclaré l'expert. 

Ses sources lui ont également dit qu'« une concentration de forces spéciales turques (SAT) a été identifiée dans la zone turque de Kas au large de l'île grecque de Kastellorizo, alors que 17 à 19 autres navires de guerre attendant d'accompagner le Reis d'Oruc ont déjà été placés, avec d'autres unités navales, dans les eaux de la mer Égée », en provenance de la base d'Aksaz, située sur la côte sud-est à Marmaris, Mugla.  

A ce stade, il convient de rappeler que ce mardi, les autorités d'Ankara ont émis une NAVTEX par le service hydrographique turc pour « enquêter et forer pour trouver du pétrole dans la ZEE grecque dans la zone entre l'île de Crète et l'île de Kastellorizo du 21 juillet au 2 août ». Le même jour, une douzaine de navires de la marine turque ont quitté Aksaz pour le sud.  

Cela a amené la Grèce à mettre ses forces armées en état d'alerte et le chef d'état-major de la défense (GEETHA), Konstantinos Floros, à accélérer son retour de Chypre, où il était stationné. « Nous sommes prêts à déployer encore plus de navires de guerre dans la zone élargie dès que nous aurons reçu les instructions nécessaires », a prévenu un officier grec dans le quotidien local Pentapostagma, qui a également souligné que « le moral des équipes de la Flotte est élevé ». « Le temps est venu », a-t-il insisté, expliquant que si la Turquie persiste dans ses activités et envoie l'Oruc Reis, le gouvernement d'Athènes prévoira une réponse en franchissant la « ligne rouge » représentée par Kastellorizo. La source a également révélé que, depuis plusieurs semaines, le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, et le ministre des affaires étrangères, Nikos Dendias, travaillent sur un document qu'ils ont déjà envoyé à leurs « amis et allié ».

« Le comportement de la Turquie en Méditerranée orientale étant de plus en plus provocateur, la Grèce se prépare à une possible augmentation des tensions, dans la crainte que les responsables turcs se plient aux menaces de lancer des explorations d'hydrocarbures sur les îles de Crète ou de Kastellorizo », explique Kathimerini. 

En effet, mardi, lors d'une rencontre entre le chef du gouvernement grec et le ministre allemand des affaires étrangères Heiko Maas dans la capitale grecque, le premier a accusé la Turquie de « tenter d'envahir sa plate-forme continentale » et a déposé une plainte auprès des Nations unies, du Conseil de sécurité, de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) - dont Ankara et Athènes sont alliées - et de l'Union européenne. « Nous demandons à la Turquie de cesser immédiatement ces actions illégales qui violent nos droits souverains et sapent la paix et la sécurité dans la région », peut-on lire dans la déclaration. Le chef du gouvernement grec a également déclaré que si Ankara ne faisait pas marche arrière, l'imposition de nouvelles sanctions par Bruxelles « pourrait être inévitable ».

El primer ministro griego Kyriakos Mitsotakis se reúne con el ministro de Asuntos Exteriores alemán Heiko Maas en Atenas, Grecia, el 21 de julio de 2020
REUTERS/Costas Baltas - Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis rencontre le ministre allemand des affaires étrangères Heiko Maas à Athènes, en Grèce, le 21 juillet 2020

L'Allemagne et les États-Unis ont tous deux exigé que la nation dirigée par Erdogan ces dernières heures cesse ses activités de prospection énergétique. « Si Ankara cesse ses provocations, les relations tendues de l'UE avec elle pourraient s'améliorer », a souligné Maas lors de sa rencontre avec Mitsotakis. « Nous avons une position très claire : le droit international doit être respecté », a insisté le fonctionnaire allemand, qui a également souligné la nécessité de « garder les canaux de dialogue ouverts avec la Turquie, un pays stratégiquement important par rapport à l'OTAN et aux problèmes d'immigration ». 

Pour sa part, un porte-parole du Département d'Etat américain a révélé à Spoutnik que son pays a demandé à Ankara de « suspendre ses plans de prospection sismique dans les eaux territoriales grecques pour éviter des mesures qui augmenteraient les tensions en Méditerranée orientale ». « Nous demandons instamment aux autorités turques de mettre fin à tout plan d'opération », a déclaré la source.  

En Grèce, le principal chef de l'opposition, Alexis Tsipras, a tenu une réunion d'urgence avec des conseillers à la défense et d'anciens fonctionnaires du ministère, tels que l'ancien ministre Evangelos Apostolakis et l'ancien chef des forces armées, Christos Christodoulou, pour discuter des dernières actions turques avec l'émission NAVTEX. Il a été question de « l'escalade continue des provocations turques, tant avant qu'immédiatement après le sommet de l'UE, où les sanctions contre la Turquie n'ont finalement pas été discutées », selon des sources à Kathimerini. Il faut rappeler que le 13 juillet, une réunion des ministres des affaires étrangères s'est tenue à Bruxelles sur la nation eurasienne à la demande de la France à propos d'un incident avec Ankara dans les eaux de la Méditerranée. Paris, avec le soutien d'Athènes, cherchait à imposer des sanctions, mais n'y est pas parvenu.

En Turquie, une réunion d'urgence du Conseil de sécurité, présidée par Erdogan et à laquelle participent le ministre des affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, et de hauts responsables de l'armée, est prévue tout au long de la journée. Selon Nic Athens, la réunion a été convoquée pour répondre à la diffusion par la Grèce et Chypre d'un « anti-NAVTEX avec exactement les mêmes coordonnées que celui émis par la Turquie », qui empêcherait les navires de la nation eurasienne de commencer leurs opérations.  

Pourquoi ce mouvement turc maintenant ? 

« Le choix du Kastellorizo [par la Turquie] ne devrait pas être surprenant. C'est le moment où les arguments turcs semblent plus légitimes aux yeux de l'opinion publique internationale par rapport à d'autres régions comme la Crète ou Rhodes. Et la période de temps est pleine de symbolisme historique. C'est l'anniversaire de l'invasion de Chypre en 1974 et de la signature du traité de Lausanne en 1923, que le président turc Recep Tayyip Erdogan veut tellement renverser », explique l'analyste Angelos Syrigos dans la presse locale. Ce dernier traité, il faut le mentionner, a délimité les frontières de la Turquie moderne et a établi les frontières européennes de la Grèce et de la Bulgarie.