Ambassadeur d'Arménie en Espagne : "La seule solution est de proclamer l'indépendance de la République d'Artsaj"

Vladimir Karmirshalyan déclare que le but de la Turquie dans cette guerre est d'éliminer toute trace du peuple arménien afin de poursuivre son "otomanisation" du Caucase du Sud
Ambassadeur d'Arménie en Espagne

PHOTO/ATALAYAR  -   Ambassadeur d'Arménie en Espagne

L'Azerbaïdjan est en mode de guerre totale. Il en va de même pour l'Arménie. Tous deux sont engagés dans les combats les plus intenses depuis le conflit initial du début des années 1990 sur le territoire du Haut-Karabakh (ou Artsaj), une enclave ethnique arménienne au sein de l'Azerbaïdjan.

Depuis 26 ans, la région connaît une trêve gelée, périodiquement interrompue par de violents spasmes.  Bakou, qui a averti au fil des ans que l'usage de la force serait le dernier recours si le processus de paix était épuisé, a utilisé en sa faveur les résolutions prises par le Conseil de sécurité en 1993 (822, 853, 874 et 884), qui appelaient les troupes arméniennes à quitter tous ces territoires. Cependant, le 27 septembre, selon le ministère arménien de la défense, il y a eu une attaque sur les colonies civiles du Haut-Karabakh, y compris sa capitale, Stepanakert. Son homologue azerbaïdjanais a affirmé que cinq membres de la même famille ont été tués par une frappe aérienne arménienne sur le territoire azerbaïdjanais.

Il est clair que le territoire du Haut-Karabakh constitue la République d'Artsaj, et bien qu'elle ait voulu maintenir qu'il s'agit d'un État indépendant, la Cour européenne des droits de l'homme de Strasbourg a décidé en 2015 que c'est à partir du gouvernement central d'Erevan que l'administration locale du Haut-Karabakh est contrôlée.

Personne ne s'accorde sur le statut du territoire ni sur l'identité de la personne qui a déclenché la dernière escalade de la violence. Pour certains, il s'agit d'une patrie proche de l'Arménie, pour d'autres, d'une enclave azérie. Entre-temps, le bilan de l'escalade du conflit s'élève déjà à plus de 250 morts, bien qu'aucun chiffre officiel n'ait été communiqué par les deux parties. 

Ce vendredi (quelques jours après cette interview), le Premier ministre arménien, Nikol Pashinián, a assuré qu'il n'y avait pas de solution diplomatique car Bakou ne veut qu'une solution militaire.

L'ambassadeur d'Arménie en Espagne, Vladimir Karmirshalyan, consul au Vietnam de l'Union soviétique, ambassadeur en Argentine et, depuis l'année dernière, ambassadeur d'Arménie en Espagne, ne voit qu'une seule solution au conflit : la reconnaissance de l'indépendance d'Artsaj.

Que s'est-il passé le 27 septembre dans le Haut-Karabakh ?

Ce jour-là, à 6 heures du matin, les Azéris ont commencé à entrer dans le territoire d'Artsaj avec des chars, de l'artillerie lourde, des drones - et ils ont attaqué non seulement le Haut-Karabakh, ni la frontière azerbaïdjanaise, mais aussi l'Arménie orientale. 

Et c'est ainsi qu'a commencé ce nouveau chapitre du conflit ?

C'est exact. Nous n'avions pas besoin d'une guerre. Il existait déjà une République, la République d'Arstaj, qui possédait tout ce dont un État indépendant a besoin : le pouvoir exécutif, législatif et judiciaire. Et il avait aussi des relations internationales, ce qui est essentiel pour un pays indépendant.  Je ne parle pas de relations diplomatiques, mais les représentants de la République d'Artsaj ont participé à des événements internationaux, et les délégués du Haut-Karabakh ont toujours été invités à présenter la vision de cette région. Elle a même son ministère des affaires étrangères, qui entretient des relations très étroites avec l'Arménie.

Le Haut-Karabakh, pour beaucoup, est une enclave, pour nous, c'est une patrie. Ce n'est pas seulement un territoire, c'est un endroit où les Arméniens ont vécu pendant des siècles.

Il s'agit d'un problème politique. Nous n'avons jamais eu de problèmes religieux ou ethniques contre les Azéris ou les musulmans.

Mais aucun pays, pas même l'Arménie, ne reconnaît la République d'Artsaj.

Oui, ni les Nations unies, ni même nous ne reconnaissons officiellement la République. Nous ne voulons pas le faire officiellement parce que nous essayons de négocier et de résoudre ce problème par des moyens diplomatiques par le biais du groupe de Minsk. Si nous reconnaissons cette partie, cela signifierait que nous ne voulons pas d'une solution pacifique avec l'Azerbaïdjan, et c'est ce que nous voulons, trouver la paix. 

En 1988, le peuple du Haut-Karabakh a voté pour l'indépendance et en 1991, avec la chute de l'Union soviétique, il a été établi comme une république indépendante - basée sur les lois qui existaient en URSS - mais cette indépendance n'a pas été reconnue et l'Azerbaïdjan s'est approprié ce territoire, que Staline avait donné à Bakou en cadeau.

Fuerzas enfrentadas en el conflicto
PHOTO/AFP-Les forces en conflit dans le conflit

90% de la population du Haut-Karabakh est chrétienne. S'agit-il d'un conflit ethnique, religieux ou politique ?

Il s'agit d'un problème politique. Nous n'avons jamais eu de problèmes religieux ou ethniques contre les Azéris ou les musulmans. Il y a plus de six millions d'Arméniens dans le monde, dans des pays comme le Liban ou l'Iran, et il n'y a jamais eu aucun problème. Ils l'ont fait.  A Stepanakert, la capitale, les Azéris ont détruit une église pendant une messe, alors que les gens priaient. Mais les 150 000 personnes qui vivent dans le Haut-Karabakh ne vont pas abandonner. Ils sont très forts et resteront là, ils ne l'abandonneront pas.

Ankara est impliquée parce qu'elle n'a pas pu terminer ce qu'elle a commencé en 1915 avec le génocide arménien. Ce qu'ils veulent, c'est nous achever. Nous, Arméniens, sommes le dernier obstacle chrétien sur la route de l'ottomanisation et de l'islamisation de la Turquie

Quel est le rôle de la Turquie ?

Le premier jour, le 27 septembre, des avions turcs ont déjà survolé la région. Pendant plusieurs semaines, l'armée turque a mené des entraînements militaires avec les forces armées azéries, et quelque 600 soldats turcs ont participé à ces exercices.

Ils ont déplacé l'armement turc pour ces exercices et une fois que les officiers turcs ont quitté la région, bien qu'un certain nombre d'entre eux soient restés au combat, l'Azerbaïdjan utilise cet armement pour la guerre. Pour Bakou, il n'y a qu'une seule solution, et c'est la force. L'autre jour, Erdogan, le frère aîné de l'Azerbaïdjan, a déclaré qu'il était avec ses frères azerbaïdjanais jusqu'à la fin. Mais nous savons très bien que toute guerre se termine à une table de négociation. Nous savons également, et cela a été démontré par des institutions telles que l'Observatoire syrien des droits de l'homme, que des mercenaires sont envoyés dans la zone de conflit. 

Quels sont les intérêts d'Erdogan ?

Le Haut-Karabakh est une région assez riche et donc la Turquie a des intérêts, mais aussi de nombreux pays européens comme la Grande-Bretagne et la Russie.

Ankara est impliquée parce qu'elle n'a pas pu terminer ce qu'elle a commencé en 1915 avec le génocide arménien. Ce qu'ils veulent, c'est nous achever. Nous, les Arméniens, sommes le dernier obstacle chrétien sur le chemin de l'ottomanisation et de l'islamisation de la Turquie. Erdogan veut être un empereur de cet empire ottoman du 21e siècle, et c'est pourquoi il doit lever cet obstacle, qui est l'Arménie. La Turquie est le seul pays qui non seulement ne reconnaît pas le génocide arménien, mais le nie. Ils ont essayé d'éliminer tout le peuple arménien.  Ils ont dit "pas d'Arméniens, pas de problème", alors un million d'Arméniens ont été massacrés.

Un hombre llora sobre la tumba de un compañero de lucha en Stepanakert
PHOTO/AFP- Un homme pleure sur la tombe d'un compagnon de combat à Stepanakert

Qu'en est-il de la Russie ? Elle a toujours été favorable à l'Arménie.

Con Moscú la situación es algo diferente porque tiene que mantener buenas relaciones con ambas partes. Rusia es uno de los tres países, junto con Estados Unidos y Francia, que conforman el Grupo de Minsk, y posee intereses estratégicos y económicos tanto con Armenia como con Azerbaiyán. Intenta equilibrar, pero hay que tener en cuenta que Armenia forma parte del Tratado de Seguridad Colectiva (OTSC), liderada por Rusia y si un tercer estado ataca a Armenia, los miembros de la OTSC intervendrían en el conflicto defendiendo a Armenia. Pero espero que no se llegue a esta situación, porque se transformaría en un conflicto regional. También hay que tener en cuenta la cercanía con Irán. Las batallas se están librando al lado de la frontera iraní, por lo que no conviene que se convierta en un conflicto regional.

Il y a une semaine, un cessez-le-feu humanitaire a été déclaré, mais aucune des deux parties ne l'a respecté.

Le 17 octobre, les ministères d'Arménie et d'Azerbaïdjan ont simultanément déclaré un cessez-le-feu humanitaire afin que les corps puissent être retirés des rues, mais l'Azerbaïdjan a refusé l'aide de la Croix-Rouge pour recueillir les corps des victimes et il y a encore de nombreux soldats dans les rues.

Le cessez-le-feu a été obtenu grâce au groupe de Minsk de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) et en grande partie grâce au travail du président français Emmanuel Macron. Les déclarations des représentants azéris selon lesquelles ils ne cesseront pas les hostilités avant la fin victorieuse de la guerre, accompagnées de celles du président turc, démontrent l'absence totale de volonté de respecter les engagements de paix. Quelques minutes après le cessez-le-feu humanitaire, les forces azéries ont repris leurs attaques et, le 18 octobre, ont lancé une attaque de grande envergure sur le front sud. 

L'Union européenne a appelé les deux parties à cesser les hostilités

Toutes les organisations internationales, l'ONU et le Conseil de sécurité, l'Union européenne, Josep Borrell en tant que haut représentant de la diplomatie européenne, ont appelé à une cessation des hostilités et à une solution pacifique. La chose la plus importante est le cessez-le-feu. La décision durable ne peut être que la proclamation de l'indépendance de la République d'Artsaj. Personne du Haut-Karabakh n'acceptera de vivre sous l'administration azerbaïdjanaise.