PUBLICIDAD

Iberdrola

Ambassadrice du Maroc : "Je suis offensé quand on dit que le Maroc fait du chantage à l'Espagne, nous sommes un pays responsable".

Karima Benyaich souligne que la frontière avec Melilla "a été fermée à cause de la pandémie" et compte sur la visite de Sanchez pour entamer une nouvelle phase
Ambassadrice du Maroc : "Je suis offensé quand on dit que le Maroc fait du chantage à l'Espagne, nous sommes un pays responsable".

Ambassade du Maroc en Espagne  -   Karima Benyaich, Ambassadrice du Maroc en Espagne

L'ambassadrice du Maroc en Espagne, Karima Benyaich, a assuré, dans une interview à Europa Press, qu'elle était "offensée" par les déclarations qui accusent son pays de "faire chanter" l'Espagne, dans le domaine de l'immigration ou dans tout autre domaine, parce qu'elles donnent une image "peu réaliste" d'un pays que les Espagnols connaissent mal bien qu'ils soient voisins.

"Ce qui m'offense, ce sont les déclarations selon lesquelles le Maroc fait chanter l'Espagne, que nous sommes des opportunistes, nous ne le sommes pas. Cela m'offense en tant qu'ambassadrice de mon pays car avec ces déclarations, ils donnent une image qui n'est pas réaliste à l'opinion publique, qui ne connaît pas assez le Maroc, alors que nous sommes à quatorze kilomètres de l'Espagne", a-t-elle déclaré.

En outre, elle défend que le Maroc "est un pays responsable qui fait de grands efforts à tous les niveaux", avec sa région, avec ses voisins du nord et du sud et avec son propre développement économique, bien qu'elle ait reconnu qu'il y a encore du chemin à parcourir - et que le roi Mohamed VI est le premier à le souligner.

Mme Benyaich précise qu'il ne valorise les déclarations d'aucun parti politique et n'entre pas "dans le débat interne" en Espagne, car son rôle est de renforcer les relations "à tous les niveaux" et il précise qu'avec le gouvernement, elles sont "excellentes, il y a des décennies, et elles se renforcent tant avec le PSOE qu'avec le PP". 

"Notre relation a atteint un moment important de maturité et il n'y a pas de problèmes entre les deux pays. Lorsqu'une question se pose qui nous interpelle, nous optons pour le dialogue et la communication pour la résoudre et pour nous comprendre", souligne-t-il.

Ainsi, il exclut que certains problèmes ternissent le RAN, la réunion de haut niveau que les deux gouvernements vont tenir à Rabat le 17 décembre. Ce sera le moment de donner une nouvelle impulsion à la relation avec les différents accords car, comme il l'a souligné, la relation entre les deux pays va bien au-delà de la coopération contre le terrorisme ou les migrations, même s'il s'agit d'un "pilier important".

Embajadora de Marruecos en España

L'Espagne est le principal partenaire commercial du Maroc depuis sept ans et plus de 1 000 entreprises espagnoles opèrent au Maroc - le sommet sera accompagné d'un forum d'affaires. Mme. Benyaich estime que son pays devrait se faire mieux connaître en Espagne, car "le peuple marocain aime beaucoup les Espagnols et les connaît mieux que les Espagnols ne connaissent les Marocains".

Au Maroc, il y a 80 000 étudiants d'espagnol - entre le système éducatif et les Instituts Cervantes. Avec le million de touristes marocains qui visitent l'Espagne chaque année, elle a clairement fait savoir qu'elle était fière de la communauté marocaine en Espagne, même si parfois seuls les "problèmes" sont signalés. Elle est, selon elle, la deuxième plus importante et la première en termes de cotisations de sécurité sociale.

En outre, en raison de la valeur de la "stabilité" que le Maroc représente dans une région convulsée, de sa promotion d'un Islam ouvert et tolérant et de ses relations avec l'Afrique subsaharienne, où il est le premier investisseur "sans avoir ni gaz ni pétrole", comme il l'a souligné à plusieurs reprises. Elle est également le premier producteur d'automobiles sur le continent et possède le premier train à grande vitesse et 1 800 kilomètres d'autoroutes.

Embajadora de Marruecos en España

"Le Maroc a également une très forte pression migratoire"

En ce qui concerne la migration, il a souligné qu'"il n'est pas facile de lutter contre les mafias" et qu'en Espagne "personne ne parle du fait que le Maroc a également une très forte pression migratoire" et est déjà devenu un pays d'accueil, avec une politique de migration et d'asile.

"Nous avons régularisé des milliers de personnes parce que nous sommes attachés aux droits de l'homme, et Sa Majesté accorde une grande importance à ce que les femmes et les enfants puissent bénéficier de l'éducation, de la santé et de la possibilité de travailler légalement", explique-t-elle.

En outre, il affirme que le Maroc possède "3 500 kilomètres de côtes" et qu'il investit dans la lutte contre les mafias avec ses propres fonds. "Les mafias jouent avec ces gens, les jettent à la mer", dit-elle, et maintenant "ils ont baissé leurs tarifs" parce que la Méditerranée est plus contrôlée et l'Atlantique plus dangereux.

 "Le Maroc ne laisse pas ses citoyens"

"Nous sommes des partenaires responsables, nous collaborons avec l'Espagne et avec l'Europe", affirme Mme. Benyaich, qui voit dans les "patrouilles mixtes" la preuve de la "maturité" de la coopération. Il insiste cependant sur le fait que ce doit être "global" et pas seulement entre l'Espagne et le Maroc, car les migrants viennent d'autres pays et continuent leur chemin vers l'Europe.

Cependant, l´ambassadrice  n'a pas précisé si la récente visite du ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, avait abouti à un accord pour accélérer le rapatriement. "La seule chose que je peux vous dire est que nos relations sont excellentes et que le Maroc a toujours coopéré et ne laisse pas ses citoyens derrière lui".

Embajadora de Marruecos, Karima Benyaich con el presidente de la Junta de Andalucía, Jose Manuel Moreno
L'ambassadrice du Maroc, Karima Benyaich avec le président de la Junta de Andalucía, Juan Manuel Moreno

Fermer les frontières

Karima Benyaich a déclaré que la fermeture des frontières entre les deux pays, telles que les frontières terrestres avec Melilla et Ceuta depuis le 13 mars, "ont été fermées en raison de la pandémie, pour arrêter la propagation de Covid" et non pour une autre raison et que les flux commerciaux n'ont pas été interrompus. Il existe également des corridors sûrs pour le tourisme et plusieurs compagnies aériennes ont repris leurs vols.

"Le plus important maintenant, c'est la pandémie et ses incertitudes", dit-elle, espérant que la réunion de haut niveau (HLM), le sommet bilatéral que les deux gouvernements tiendront à Rabat le 17 décembre, servira à "ouvrir une nouvelle ère post-Covid", bien qu'aucun progrès n'ait été fait sur le moment où les postes frontières pourraient être rouverts alors que les chiffres actuels d'infection dans les deux pays persistent, en attendant aussi les résultats des campagnes de vaccination qui pourraient commencer dans quelques semaines.


Le Maroc travaille sur "un nouveau modèle de développement" car le précédent ne répondait pas aux attentes d'une nouvelle génération de jeunes formés, et l'adapte maintenant aux effets de la pandémie, explique-t-elle. Et elle ne pense pas que ce développement devrait déranger l'Espagne : "Quand nous avons construit le port de Tanger Med, il paraissait mal vu d'Espagne, mais aujourd'hui il a une collaboration extraordinaire avec le port d'Algésiras et les deux sont gagnants parce qu'il y a plus de flux".