PUBLICIDAD

Iberdrola

Anne Frank, affaire classée

Sa figure est devenue une icône et la Maison d'Anne Frank à Amsterdam en est le souvenir
Ana Frank

 -  

Il n'est pas difficile d'imaginer le choc qui a secoué le monde juif et tous ceux qui sympathisent avec leur cause, sans doute émus par la tragédie de l'Holocauste, l'élimination de six millions de Juifs par le régime nazi, un événement terrifiant qui a été résumé depuis par le terme "génocide" : l'anéantissement ou l'extermination systématique et délibérée d'un groupe social pour des raisons raciales, politiques ou religieuses. 

L'une des plus grandes icônes, sinon la plus grande, de cet épisode honteux et tragique de l'histoire humaine est la jeune fille juive Anne Frank. Cachée dans une mansarde d'Amsterdam avec sa famille, elle est découverte par les nazis en août 1944 et déportée au camp de concentration de Bergen-Belsen, où elle est soumise à des sévices, à la sous-alimentation et aux cruautés habituelles jusqu'à sa mort du typhus au printemps 1945. 

Ce qui a fait d'elle un personnage à part, c'est la découverte de son journal intime, dans lequel elle décrit avec les yeux attentifs et effrayés d'un enfant l'horreur et l'injustice de cette persécution infâme, l'élimination complète du peuple juif suite à la décision prise lors de la conférence de Wannsee, qui a convenu de la "solution finale", dont le 80e anniversaire, soit dit en passant, a lieu ce 20 janvier.

Il y a toujours eu de nombreux doutes quant à l'identité des dénonciateurs. Et bien qu'il y ait eu des soupçons selon lesquels il aurait pu s'agir d'autres Juifs, ceux-ci n'ont jamais été confirmés. Jusqu'à aujourd'hui, où une étude approfondie et concluante a déterminé que c'est un notaire juif, Arnold van den Bergh, qui a livré Anne Frank et sept autres membres de sa famille aux nazis. 

Grâce à des techniques médico-légales de pointe, une équipe d'une vingtaine d'historiens, de criminologues et d'agents du FBI a transformé en certitude ce qui n'était jusqu'alors qu'un soupçon fondé. Elle s'est basée sur une note qu'Otto Frank, le père d'Anne et survivant, avait reçue en 1946. L'original n'a jamais été retrouvé, et Otto ne l'a pas divulgué, apparemment en raison de l'antisémitisme persistant après la guerre, mais des chercheurs en ont trouvé une copie authentique, dont la découverte en fait la preuve définitive.

La frontière ténue entre le héros et le méchant

L'émotion et le choc de voir dissipés les doutes et les inconnus soulevés par l'histoire d'Anne Frank viennent de la prise de conscience que les Juifs, des personnes comme tout le monde, sont eux aussi touchés par la vérité philosophique selon laquelle l'homme est capable du pire et du meilleur, caractéristiques qui ne se manifestent dans toute leur crudité que lorsqu'il est soumis à des circonstances et à des pressions qu'il n'aurait jamais pu imaginer dans la routine de sa vie quotidienne. Ce n'est qu'à ces moments-là que le comportement différencie à jamais un héros d'un méchant dans l'histoire. 

C'est ce qui semble être arrivé à Arnold van den Bergh, notaire et membre fondateur du "Conseil juif", l'institution plus ou moins reconnue par les nazis allemands et les fonctionnaires néerlandais à leur service. C'est ce Conseil qui a négocié avec eux tant leurs conditions de survie que leurs déportations vers les camps de concentration, et qui a même désigné les membres de la communauté chargés des tâches humiliantes de réprimer et battre les plus frondeurs et de faciliter le bon ordre nazi vers l'exécution de leurs propres congénères. 

Van den Bergh, poussé par le désespoir d'avoir été privé de la protection de l'occupant allemand, et craignant pour la vie de sa femme et de ses trois filles, ainsi que pour la sienne bien sûr, aurait fini par livrer la famille Frank aux nazis. C'est la conclusion de l'agent du FBI Vince Pankoke, l'enquêteur clé dans la découverte d'une copie de la note susmentionnée dans les archives de la ville d'Amsterdam. Avec le prestige de vétéran que lui confèrent ses nombreuses années d'enquêtes réussies, Pankoke laisse néanmoins un minimum de place au doute : "Nous ne pouvons pas être absolument certains, mais je pense que notre théorie [accusant Van den Bergh] a plus de 85% de chances d'être juste, et je la considère personnellement comme acquise". 

Le Livre "Open Case", qui raconte toute l'histoire qui a permis de résoudre et de clore définitivement l'affaire Anne Frank, a été salué par la Maison d'Anne Frank, l'institution qui est la gardienne de la maison-musée de l'héroïne à Amsterdam et de son héritage. C'est ce qu'elle reconnaît dans sa déclaration officielle, qui laisse néanmoins la porte entrouverte pour que de nouvelles preuves viennent compléter l'histoire d'une trahison.