Antony Blinken s'entretient avec Guaidó et s'engage à maintenir le soutien des États-Unis

Le secrétaire d'État américain a souligné l'importance du retour de la démocratie au Venezuela
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken

PHOTO/REUTERS  -   Le secrétaire d'État américain Antony Blinken

Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a promis mardi au chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaidó, que Washington considère comme le président intérimaire du Venezuela, le soutien du gouvernement de Joe Biden pour "faire pression" en faveur d'une "transition pacifique".

"Le secrétaire d'État Blinken a souligné l'importance du retour de la démocratie au Venezuela grâce à des élections libres et équitables", a déclaré le porte-parole du département d'État, Ned Price, dans un communiqué.

Au cours de la conversation, le chef de la diplomatie américaine a évoqué les efforts déployés par son pays avec des alliés tels que l'Union européenne, le groupe de Lima, l'Organisation des États américains (OEA) et le Groupe international de contact sur le Venezuela "pour accroître la pression multilatérale et pousser à une transition pacifique et démocratique", ajoute la note.

Les deux dirigeants "ont discuté des besoins humanitaires urgents au Venezuela qui ont forcé près de 5,5 millions de Vénézuéliens à émigrer, et la secrétaire d'État Blinken a applaudi les efforts pour trouver des solutions afin d'alléger leurs souffrances et a promis le soutien continu des États-Unis".

Le 23 janvier 2019, Guaidó a annoncé qu'il assumerait les pouvoirs de l'exécutif au Venezuela avant ce qu'il considérait comme une usurpation de la présidence de ce pays par le président Nicolás Maduro, qui reste au pouvoir.

Guaidó a été reconnu comme président intérimaire du Venezuela par le président américain de l'époque, Donald Trump, dont le mandat a pris fin le 20 janvier.

El líder de la oposición venezolana, Juan Guaidó, habla durante una rueda de prensa en Caracas, Venezuela, el 5 de diciembre de 2020
REUTERS/MANAURE QUINTERO - Le leader de l'opposition vénézuélienne Juan Guaidó s'exprime lors d'une conférence de presse à Caracas, Venezuela, le 5 décembre 2020.

Trump a mené depuis la Maison Blanche une stratégie lourde envers l'administration de Caracas, qui s'est traduite par des sanctions contre des entreprises ou des fonctionnaires, des parents et des proches de membres du gouvernement de Maduro, qui ont rompu les relations diplomatiques avec Washington.

Le 3 février dernier, les Etats-Unis ont anticipé qu'ils ne s'attendaient pas à établir un contact direct avec Maduro à "court terme", et ont indiqué qu'ils continuaient à reconnaître Guaidó comme leur interlocuteur.

"Nous n'attendons certainement aucun contact avec Maduro à court terme", a-t-il alors déclaré lors d'une conférence de presse Price, qui a qualifié le président vénézuélien de "dictateur".