ARCO et PhotoEspaña font irruption dans la Casa de América

L'artiste mexicaine Liza Ambrossio participe à l'initiative culturelle
Liza Ambrossio

 -   Liza Ambrossio

L'artiste mexicaine Liza Ambrossio vit en Espagne depuis cinq ans. C'est une artiste nomade qui a des racines en Italie et en France, mais aussi en Asie, notamment au Japon. La synthèse de tout cela, également imprégnée de ce qu'elle appelle mes "pesadillas lúcidas" (cauchemars lucides), s'incarne dans l'exposition " Naranja de sangre" (Orange sanguine), inaugurée à Casa de América, qui prend déjà sa vitesse de croisière dans l'organisation d'activités en face à face. 

L'artiste, infectée par l'esthétique de la contre-culture japonaise et les rituels aztèques de sacrifice humain comme forme de poétique, mêle dans son projet performance, intervention dans l'espace, vidéos, installations, pratiques de manipulation psychologique, science-fiction, eroguru et même sorcellerie.

Je soupçonne, explique Ambrossio, que pour être vraiment libre, il faut voir mourir son père et tuer sa mère. Ou bien est-ce le contraire ? Une partie de mon esprit reste dans l'obscurité. Tout me semble affectivement déconcertant, amorphe, étrange... Suis-je ensorcelée ? Ou suis-je la sorcière ? ". 

ARCO PhotoEspaña

Je lui demande l'origine de ces réflexions troublantes, capturées dans cette exposition, également parrainée par PhotoEspaña et la Casa de Velázquez, et elle la définit sans hésitation : "Il s'agit d'un portrait contemporain du chaos, qui fait appel à la sublimation de la mort émotionnelle que j'ai décidé de donner à toute ma famille pour me guérir de la haine, de la rage et de la tristesse que j'éprouvais pour l'orthodoxie machiste dans laquelle j'ai été éduqué". Et elle conclut en désignant son histoire artistique comme un exil nécessaire, qui l'a remplie d'obsessions liées à la rencontre et à la recherche de "mes démons".

Il s'agit d'une expérimentation à contempler à la lumière du jour, du portrait de l'enfant Indigo à la pièce sculpturale du poisson empaillé. Liza Ambrossio pratique la libre association en enquêtant sur son malaise dans la culture dû à divers conflits contemporains basés sur la terreur individuelle et l'hypothèse de la possession d'un trouble psychologique qu'elle appelle elle-même "psychose paranoïde du sommeil". Dans cette réminiscence pas du tout lointaine de Freud, il y a beaucoup d'arrière-plan de neuroscience et de neurophysiologie entremêlé avec l'histoire de l'art. 

ARCO PhotoEspaña
Rebeca Guinea, Mariano Meyer, commissaire de l'exposition, et Maribel López, directrice d'ARCO
Prelibros

Ayant assimilé l'impact émotionnel de l'exposition de Liza Ambrossio, la Casa de América a également rempli ses galeries Frida Kahlo et Torres García avec une autre exposition, dans le cadre d'ARCOmadrid, de plusieurs artistes d'Amérique latine. 

Parrainés par la Fondation Chili-Espagne et les ambassades du Mexique et du Chili, huit artistes participent à la section d'ouverture de la foire ARCOmadrid, offrant au public espagnol d'autres façons de faire exister leurs œuvres.

ARCO PhotoEspaña Prelibros

Juan Sebastián Bruno, Fernanda Laguna, Alejandro Leonhardt, Anna Mazzei, Andrés Pereira Paz, Liv Schulman, Juan Diego Tobalina et Johanna Unzueta exposent des pièces que le designer et pédagogue Bruno Munari a appelé Prelibros, une série d'éléments qui permettent aux personnes qui ne se sont jamais intéressées à "ces objets appelés livres" de commencer à le faire. Comme solution matérielle, il découvre des objets qui "ne sont que des stimuli visuels, tactiles, sonores, thermiques ou matériels".

Les pièces de Prelibros, envoyées par différents systèmes conçus pour partager des données et du courrier postal, explorent les variables de matérialisation et les procédures liées à la traduction ou au remake. Ces modes de reproduction constituent le point de départ matériel et conceptuel de Prelibros. L'ensemble des pièces qui en résulte favorise les formes de collaboration et, selon le commissaire Mariano Mayer, désarme les connotations de fixité associées au livre et expose une utilisation artistique en dehors des connotations narratives ou interprétatives. 

ARCO PhotoEspaña Prelibros

Rebeca Guinea, directrice de la programmation de Casa América, fait avec ces deux expositions, visibles jusqu'aux derniers jours de juillet, un pari aussi risqué qu'avant-gardiste en ces premiers et balbutiements de la post-pandémie.