PUBLICIDAD

Iberdrola

Arménie et Azerbaïdjan : danger d'épidémie à la frontière du Haut-Karabakh

La région du Haut-Karabakh a vu une guerre longtemps dormante éclater à nouveau sur son territoire en 2020, au milieu d'une pandémie mondiale
Des soldats arméniens examinent une maison détruite par les tirs d'artillerie de l'Azerbaïdjan à Stepanakert, la région séparatiste du Haut-Karabakh, vendredi 6 novembre 2020.

PHOTO/AP  -   Des soldats arméniens examinent une maison détruite par les tirs d'artillerie de l'Azerbaïdjan à Stepanakert, la région séparatiste du Haut-Karabakh, vendredi 6 novembre 2020

Ces dernières années, la frontière a été caractérisée par une violation continue du cessez-le-feu, et malgré l'intervention de la Russie pour chercher à pacifier la zone, les positions entre les deux pays restent très éloignées. 

La région communément appelée "Haut-Karabakh" ou "Nagorny-Karabakh" est une région du Caucase du Sud. La région est actuellement connue sous le nom de République d'Artsakh, agissant comme un État séparatiste soutenu par l'Arménie, mais considéré internationalement comme faisant partie de l'Azerbaïdjan. En ce sens, elle peut être considérée comme ayant une double dualité, appartenant de facto à l'Azerbaïdjan, et de facto à la République d'Artsakh. 

Pour comprendre comment il est possible qu'il y ait des affrontements depuis des décennies, il faut remonter au début du XXe siècle, lorsque le gouvernement a désigné cette terre comme une région autonome de l'Azerbaïdjan soviétique, les anciennes violences restant sous contrôle grâce à la formation de l'Oblast autonome du Haut-Karabakh à l'intérieur des frontières de la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan1

Cependant, en 1988, un soulèvement a eu lieu dans la région, demandant l'unification avec l'Arménie2.  Cela a provoqué une guerre qui a duré plus de 6 ans et dans laquelle environ 30 000 personnes ont perdu la vie. Cependant, et malgré le cessez-le-feu de 1994, l'Arménie et l'Azerbaïdjan n'ont jamais cessé de s'affronter. 

El presidente de Azerbaiyán Ilham Aliyev
PHOTO/AP - Le président de l'Azerbaïdjan Ilham Aliyev

Chacun des acteurs opposés utilise ses propres arguments pour "convaincre" les autres qu'il est dans son bon droit. D'une part, l'Arménie invoque le référendum de 1991 au cours duquel la région du Haut-Karabakh a décidé de faire sécession de l'Azerbaïdjan3.  Il est très important de noter qu'environ 95 % des habitants de cette région sont des Arméniens de souche. D'autre part, l'Azerbaïdjan a recours aux résolutions des Nations unies qui stipulent que ce territoire fait partie du territoire de l'Azerbaïdjan4

À cet égard, le Conseil de sécurité des Nations unies a jusqu'à présent adopté quatre résolutions, dont aucune n'a été mise en œuvre5

  • Résolution 822. Adoptée après l'occupation de la ville de Karavachar. La résolution demande le retrait des forces arméniennes afin que l'occupation ne mette pas en danger la stabilité et la sécurité de la région. 
  • Résolution 853. Adoptée après l'occupation de la ville d'Agdam. La résolution appelle à un cessez-le-feu des deux côtés et au désengagement des forces arméniennes de la région. 
  • Résolution 874, adoptée à la suite de l'occupation des villes de Fuzuli, Cebrail et Qubadli. La résolution appelle à un cessez-le-feu et à des négociations de paix entre les deux parties. 
  • Résolution 884. Adoptée suite à l'occupation de la ville de Zengilan. La résolution exige que l'Arménie quitte immédiatement tous les territoires occupés6

On peut constater que si l'Arménie fait appel au sentiment d'appartenance et à l'ethnicité, l'Azerbaïdjan s'appuie sur la reconnaissance internationale. Aucune administration ne reconnaît la région du Haut-Karabakh comme étant arménienne. 

Depuis le début du conflit, des efforts ont été déployés pour trouver une solution, avec la création en 1994 du groupe de Minsk par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. Ce groupe, coprésidé par les États-Unis, la France et la Russie, a réussi à faire accepter aux deux régions un cessez-le-feu qu'elles ont ensuite violé7

El primer ministro de Armenia, Nikol Pashinian
PHOTO/AP - Le Premier ministre arménien Nikol Pashinian

Au milieu des années 2020, et au milieu d'une pandémie mondiale causée par le COVID-19, les affrontements entre les forces des deux acteurs se poursuivent, chacun s'accusant d'être le coupable. À cet égard, l'Arménie a été la plus touchée, car elle a vu comment l'utilisation par l'Azerbaïdjan d'une grande variété de systèmes aériens sans pilote a joué un rôle clé dans le conflit, aggravé par le manque de connaissance et d'intégration de cette technologie dans les rangs arméniens8

Un regard sur les capacités militaires de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan montre que la première est loin derrière en termes de ressources et de possibilités, occupant la 96e place dans le classement mondial de la puissance de feu, tandis que l'Azerbaïdjan est à la 52e place, 44e devant les Arméniens9.  En ce sens, il s'agit d'une guerre asymétrique dans laquelle l'Azerbaïdjan a tout à gagner.

Cette situation de confrontation permanente n'a pris fin que le 9 janvier avec le cessez-le-feu convenu entre les deux forces, aidé par la médiation de la Russie10, dans le but de mettre un terme à l'escalade de la violence en 2020, qui a connu quelque 5 700 manifestations et violences politiques et plus de 6 000 incidents ayant donné lieu à des combats11

Le fait qu'il ait fallu l'intervention de la Russie pour aider à "pacifier" la région est particulièrement intéressant, car derrière cette aide apparemment désintéressée, il doit y avoir autre chose.  

El presidente ruso Vladimir Putin
PHOTO/REUTERS - Le président russe Vladimir Poutine

La Russie n'était pas dans une position très confortable, car pour donner effet aux accords adoptés avec l'Arménie, elle devait lui fournir un soutien pour sa défense ; cependant, elle n'était pas en mesure de faire face à ces forces. Cela leur a donné l'image d'une certaine faiblesse, car ils étaient incapables de mettre fin au conflit, et ils ont donc décidé d'intervenir pour obtenir la paix, sachant que la capacité militaire de l'Arménie était insuffisante. 

Avec cet accord, la Russie est la seule puissance à pouvoir jouer le rôle de médiateur, laissant de côté la Turquie qui, bien qu'elle ne puisse pas déployer de personnel militaire pour maintenir la paix, comme le fera le Kremlin, a annoncé qu'elle enverrait des observateurs. La Russie a ainsi réussi à sauver les relations avec l'Arménie et l'Azerbaïdjan, bien que les Arméniens ne soient pas trop satisfaits de la résolution. 

En Arménie, l'accord a été perçu par la grande majorité de la population comme une capitulation, qui considère son président comme un traître. L'accord, qui autorise un déploiement militaire russe pour surveiller la paix, a une durée maximale de cinq ans, après quoi l'Arménie et l'Azerbaïdjan peuvent demander son retrait, moyennant un préavis de cinq mois avant l'échéance finale. En l'état actuel des choses, il semble difficile de parvenir à un accord durable qui garantirait la stabilité de la région. 

En outre, la signature du document autorise l'Azerbaïdjan à contrôler la région du Nagorny-Karabakh. En outre, il est indiqué qu'Erevan devrait céder sept zones adjacentes au Karabakh. En même temps, elle doit également céder les zones de Kalbajar et de Lauchin, le corridor de Lauchin restant toutefois sous contrôle russe12.  

La gente grita mientras irrumpe en el edificio parlamentario en protesta contra un acuerdo para detener los combates en la región de Nagorno-Karabaj
AP/DMITRI LOVETSSKY - Des personnes crient en prenant d'assaut le bâtiment du Parlement pour protester contre un accord visant à mettre fin aux combats dans la région du Nagorno-Karabakh.

Compte tenu de toutes ces concessions, dans lesquelles l'Arménie ne se voit accorder que la possibilité de continuer à contrôler de petites zones centrales du Haut-Karabakh, il est nécessaire de comprendre les motifs qui l'ont amenée à accepter cet accord. 

Tout semble indiquer que l'Arménie a été "forcée" de signer un accord en sachant qu'il est clairement préjudiciable à ses intérêts. Cependant, l'incapacité manifeste de l'armée à poursuivre les actions contestées a conduit à cette situation. On estime que l'armée arménienne a perdu plus de 5 000 soldats, soit 10 % de l'ensemble des forces armées. Le premier ministre arménien a reconnu que les militaires l'avaient pressé d'accepter l'accord, car les ressources humaines et matérielles avaient été épuisées. 

Bien que cet accord ait été exécuté, il ne semble pas que le règlement final soit même proche d'être atteint. Alors que l'Azerbaïdjan continue de revendiquer le territoire comme le sien, l'Arménie insiste sur l'indépendance de la République d'Artsakh. En outre, des questions importantes telles que la délimitation des frontières, le retour des réfugiés et les mesures en faveur d'une paix durable ne sont toujours pas résolues. Cette absence d'accord, ainsi que l'état de tension permanent, continuent de provoquer des affrontements, aggravés par la difficulté de mener à bien le processus de déminage de la zone, qui pourrait prendre plus de 20 ans.

L'Espagne, pour sa part, semble être clairement du côté de l'Azerbaïdjan, comme cela a été démontré en 2019 lorsque l'Espagne a exporté du matériel de défense d'une valeur de 63,6 millions d'euros vers l'Azerbaïdjan. Cela signifiait ignorer l'embargo imposé par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) qui demandait aux pays membres de ne pas vendre d'armes aux pays en conflit dans la région du Haut-Karabakh. Le gouvernement espagnol s'est défendu en affirmant que cet embargo était volontaire13.  L'ambassadeur arménien en Espagne a demandé l'arrêt des ventes d'armes par l'Espagne à l'Azerbaïdjan et à la Turquie. 

Edificio dañado tras un reciente bombardeo en la ciudad de Shushi (Shusha), en el curso de un conflicto militar sobre la región secesionista de Nagorno-Karabaj
PHOTO/REUTERS - Bâtiment endommagé après un récent bombardement dans la ville de Shushi (Shusha), au cours d'un conflit militaire concernant la région séparatiste du Nagorno-Karabakh.

De même, l'Espagne est clairement intéressée par des relations commerciales avec l'Azerbaïdjan, notamment dans le domaine des métaux précieux, des combustibles fossiles, des énergies renouvelables et des investissements14.

Malgré ces liens commerciaux, l'Espagne a à plusieurs reprises exhorté à un cessez-le-feu dans la région, même s'il est vrai qu'elle a refusé jusqu'à trois fois, la dernière fois en 2018, de reconnaître le génocide arménien. 

Le sentiment de désillusion et de colère que l'accord de paix a provoqué en Arménie, l'usure qu'il a causée à la fois à la Russie et à l'Azerbaïdjan, ainsi que le besoin de la Turquie de se montrer comme une alternative viable au contrôle russe, semblent indiquer qu'une solution au conflit est loin d'être atteinte. Il faudra rester très vigilant, car l'avenir de la région risque de se préciser dans les mois à venir. 

Enfin, la crise déclenchée par COVID-19 a fortement compliqué les relations déjà tendues entre les deux acteurs, rendant encore plus difficile et ardue une éventuelle solution. Cependant, tout semble indiquer que la seule alternative viable est la désoccupation par l'Arménie de la zone de conflit, conformément aux différentes résolutions des Nations unies, ainsi que son incapacité à affronter l'Azerbaïdjan.

Jairo Sánchez Gómez, criminologue et analyste du terrorisme international et collaborateur de l'Espace Terrorisme et Conflits Armés de Sec2Crime

Références bibliographiques :

1 - C. McLaughlin, E. “Deep-seated animosity paves way for Armenia, Azerbaijan violence”, CNN, 3 de abril de 2016. Disponible en: https://edition.cnn.com/2016/04/03/asia/armenia-azerbaiajan-nagorno-karabakh-explainer/index.html 

2 - M. Simmons, A. y Gauthier-Villars, D. “Armenia-Azerbaijan War: What is Happening in Nagorno-Karabakh?”. The Wall Street Journal, 11 de enero de 2021. Disponible en: https://www.wsj.com/articles/armenia-azerbaijan-conflict-11601325097 

3 - Ibíd.

4 - Schreck, C. y Jhonson, L. “Explainer: The Nagorno-Karabaj Conflict”. Eurasianet.org, 6 de agosto de 2014. Disponible en: http+s://eurasianet.org/explainer-the-nagorno-karabakh-conflict 

5 - Rehimov, R. “Las cuatro resoluciones del Consejo de Seguridad de ONU sobre la ocupación de Armenia al Alto Karabaj”, Agencia Anadolu, 29 de septiembre de 2020. Disponible en: https://www.aa.com.tr/es/mundo/las-cuatro-resoluciones-del-consejo-de-seguridad-de-onu-sobre-ocupación-de-armenia-al-alto-karabaj-/1990003 

6 - Ibíd.

7 - Nagorno-Karabaj Conflic. Council on Foreign Relations. Disponible en: https://www.cfr.org/global-conflict-tracker/conflict/nagorno-karabakh-conflict 

8 - Marín Delgado, J.A.” Guerra de drones en el Cáucaso Sur: lecciones aprendidas de Nagorno-Karabaj”. Documento de Opinión IEEE 21/2021. Disponible en: http://www.ieee.es/Galerias/fichero/docs_opinion/2021/DIEEEO21_2021_JOSMAR_DronesCau caso.pdf 

9 - Ibid.

10 - Ghaplanyan, V. “Armenia and Azerbaijan: High risk of cross-border violence in Nagorno-Karabaj despite ceasefire, ACLED, Febrero 2021. Disponible en: https://acleddata.com/2021/02/02/ten-conflicts-to-worry-about-in-2021/ 

11 - Ibíd.

12 - “Nagorno-Karabak, porqué los armenios se sienten traicionados por su presidente”, nuevo periódico, 11 de noviembre de 2020. Disponible en: https://nuevoperiodico.com/nagorno-karabaj-porque-los-armenios-se-sienten-traicionados-por-su-presidente/ 

13 - “España vendió equipamiento militar a Azerbaiyán el año pasado pese al embargo de la OSCE”, El independiente, 15 de noviembre de 2020. Disponible en: https://www.elindependiente.com/espana/2020/11/15/espana-vendio-equipamiento-militar-a-azerbaiyan-el-ano-pasado-pese-al-embargo-de-la-osce/ 

14 - MATIAS, C. “Karabaj es Azerbaiyán y España arriesga negocios millonarios en la zona”, ABC, 30 de septiembre de 2020. Disponible en: https://www.abc.es/internacional/abci-karabaj-azerbaiyan-y-espana-arriesga-negocios-millonarios-zona-202009291647_noticia.html