AUKUS : Un accord au-delà de la coopération en matière de sécurité

Les conséquences du nouveau pacte auront un impact sur la structure même de l'OTAN
putin-xi-jinping

 -  

Officiellement, la guerre froide a pris fin avec la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989. C'est en tout cas le tournant de la disparition de la barrière invisible mais de fer qui divisait le monde en systèmes capitaliste et communiste, avec pour seul fil conducteur un téléphone rouge qui reliait directement Washington à Moscou.

Trente-trois ans après la chute du Mur, les cendres de l'ancienne Union soviétique soutiennent la Fédération de Russie sous la direction de M. Poutine, qui, dans son premier discours, a souligné que "la Russie a été fondée comme un État supercentralisé dès le début. Cela est inhérent à notre code génétique, à nos traditions et à la mentalité des gens. 

vladimir-putin

Le postulat selon lequel la guerre froide s'est terminée avec la chute du mur de Berlin est de plus en plus éloigné de la réalité si l'on considère l'ordre international actuel. Près de trois décennies plus tard, la distinction officielle entre le fait d'être dans une guerre froide ou non n'est rien d'autre que le nom. A cela s'ajoute l'émergence de la Chine comme acteur majeur sur le podium des puissances mondiales.

Avec l'incursion de la Chine, qui tisse discrètement mais efficacement une influence et un pouvoir énormes dans de vastes territoires mondiaux tels que l'Afrique ou les zones asiatiques, la Russie, une puissance qui perdait progressivement de son influence, a pu voir dans le géant asiatique une opportunité de continuer à maintenir sa position dans la compétition pour le pouvoir mondial. 

relaciones-eeuu-china

La Chine s'est, pour la première fois, imposée comme le principal rival des États-Unis, un pays qui, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, a développé un ensemble de doctrines et de politiques de politique étrangère qui ont souligné la présence quasi omniprésente des États-Unis en Amérique latine (avant les révolutions), en Europe et dans les principales régions géostratégiques d'Asie. 

Cependant, les États-Unis ont été disposés à s'éloigner de leurs politiques expansionnistes pour se concentrer sur l'"America First" récupéré par Donald Trump, du moins c'est ce qui semblait.

De nouveaux fronts après AUKUS 

Le dernier exemple en date de l'éternelle rivalité entre l'Occident et l'Orient a été la signature de l'accord AUKUS, un accord historique entre l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis visant à "préserver le tissu de l'engagement et de la dissuasion dans la région indo-pacifique". Biden a presque involontairement ramené le terme de "dissuasion", inventé dans le contexte de la guerre froide, pour encadrer un conflit qui existe et qui est loin d'être terminé. 

rueda-de-prensa-joe -biden
PHOTO/AFP  - Le président américain Joe Biden lors d'une conférence de presse conjointe avec les premiers ministres britannique et australien.

La dissuasion a pour but de dissuader un adversaire de déclencher un conflit majeur, et cette stratégie a été poursuivie dans de nombreux domaines, notamment ceux impliquant des armes nucléaires.

L'AUKUS engage les États-Unis à fournir régulièrement à l'Australie la technologie nécessaire à la construction et au développement de sous-marins à propulsion nucléaire. C'est la première fois depuis 1958 que les États-Unis fournissent un tel matériel pour la construction de sous-marins à propulsion nucléaire. 

portaaviones-roosevelt-eeuu

L'Australie deviendrait ainsi le septième pays à disposer de ce type d'armement, après les signataires de l'accord, la France, la Chine, la Russie et l'Inde. Ces pays ne sont pas négligeables compte tenu de la position géographique de l'Australie, bordée au sud et à l'ouest par l'océan Indien et à l'est par l'océan Pacifique.

"L'effort que nous lançons aujourd'hui contribuera à maintenir la paix et la stabilité dans la région indo-pacifique", a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué, soulignant encore les réticences de la Chine. 

Toutefois, cet accord n'a pas seulement suscité la colère de la Chine, l'un des pays les plus touchés. La France, qui avait un accord avec l'Australie pour la vente de 12 sous-marins d'une valeur de 50 milliards d'euros, a été directement touchée par le nouvel accord. 

submarino-nuclear-chino
REUTERS/JASON LEE  - Le sous-marin nucléaire Long 11 mars de la marine chinoise participe à une parade navale au large de la ville portuaire orientale de Qingdao.

Avec l'apparition de l'AUKUS, un accord qui, bien que nous le connaissions depuis quelques jours, est connu pour sa génération beaucoup plus ancienne, la France cesse d'être le protagoniste dans la vente des sous-marins de plusieurs millions de dollars pour voir la société française Naval Group remplacée par Lockheed Martin, la société chargée de la fabrication et de la vente des navires.

Après avoir été "une décision unilatérale, brutale, imprévisible, qui ressemble beaucoup à ce qu'a fait Trump", selon le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, Emmanuel Macron a maintenu un silence diplomatique qui a duré 24 heures : la France a rappelé ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie pour des actes "exceptionnellement graves", comme ils l'ont souligné. 

emmanuel-macron-francia
PHOTO/AFP  -  Emmanuel Macron, président de la France

Le rappel par un pays de ses ambassadeurs pour des consultations est l'étape préalable à une rupture officielle des relations, et la France l'a clairement indiqué par sa décision. A l'incrédulité de la France s'est ajoutée celle de l'Union européenne elle-même, qui a déjà confirmé avec les déclarations de Josep Borrell qu'elle n'était pas au courant de la mise en œuvre de cet accord. Des déclarations qui démontrent une fois de plus le rôle limité de l'Union européenne dans tout domaine de la politique étrangère. 

Méfiance à l'égard de l'Occident

Le pacte AUKUS a provoqué un tollé mondial car il est bien plus qu'un accord, c'est une déclaration et une représentation totale de la manière dont l'ordre mondial est organisé. 

Ainsi, des réactions ont également été émises par les pays du Golfe et du Moyen-Orient, récemment secoués par le retrait des troupes internationales de leur terrain. En outre, la région du Golfe reste tendue en raison de la menace que représente l'Iran, un rival évident des États-Unis, et le pacte lui-même a des répercussions sur l'orientation de la stratégie américaine dans la région. 

submarinos-australia

Des observateurs internationaux ont déjà affirmé que la France découvre, comme les États arabes du Golfe, que les États-Unis, quel que soit le président en exercice à ce moment-là, "privilégient leurs intérêts en tenant compte ou non de ceux de leurs alliés". En outre, ils soulignent que la France a ainsi découvert que "la nouvelle administration américaine poursuit ses intérêts" et que "l'affaire des sous-marins n'est qu'une façade pour d'autres batailles d'influence, notamment sur le continent africain".

En ce sens, l'AUKUS pourrait soutenir les efforts des États du Golfe pour renforcer leurs alliances avec l'Europe, et de la même manière, le Golfe pourrait parvenir à une atmosphère d'intérêt commun qui équilibre "sécurité et économie" dans la région. 

ned-price
REUTERS/CARLOS BERRIA - Ned Price, porte-parole du département d'État américain

Face à cette éventualité, les États-Unis ont cherché à l'anticiper en assouplissant les relations actuelles avec la France, déclarant que "la France est un partenaire vital et notre plus ancien allié, et nous accordons la plus haute valeur à notre relation", a déclaré le porte-parole du département d'État, Ned Price, dans un communiqué.

Cependant, ces paroles rassurantes ne sont pas suffisantes pour Paris. A Canberra, on regrette la décision de la France en raison de la haute estime dans laquelle on tenait les relations diplomatiques avec ce pays. En revanche, il n'y a pas eu de demande de consultation des ambassadeurs britanniques, car "nous n'avons pas besoin de consulter notre ambassadeur (britannique) pour savoir ce qu'il faut faire ou pour en tirer des conclusions", selon M. Le Drian. 

biden-johnson
AP/PATRICK SEMANSKY  -  Le président Joe Biden et le premier ministre britannique Boris Johnson lors d'une réunion bilatérale avant le sommet du G7, le 10 juin 2021, à Carbis Bay, en Angleterre.

Parallèlement, elle a déclaré dans un communiqué que "l'annulation du projet et l'annonce d'un nouveau partenariat avec les États-Unis sur la possibilité d'une future coopération sur les sous-marins à propulsion nucléaire constituent un comportement inacceptable entre alliés et partenaires". Elle a ajouté que les conséquences de l'accord "affectent directement notre vision de nos alliances et de nos partenariats, ainsi que l'importance de la région indo-pacifique pour l'Europe".

AUKUS a brisé la structure actuelle des relations pour créer encore plus de rivalités et de fronts ouverts. Dans ce nouvel accord, les États-Unis indiquent une fois de plus clairement que, quels que soient les autres pions, il n'y a finalement qu'un seul cheval gagnant.