Avec Twitch, ce n'est ni le football ni la Ligue

La ligue espagnole se tourne vers les youtubers pour attirer le jeune public qui préfère les sports en ligne et, accessoirement, améliorer l'audience d'une compétition dévalorisée
El entrenador del Real Madrid, Zinedine Zidane, centro, habla con su equipo durante una sesión de entrenamiento 

AP/MARTIN MEISSNER  -   L'entraîneur du Real Madrid, Zinedine Zidane, au centre, parle à son équipe lors d'une séance d'entraînement.

D'abord Josep Maria Bartomeu et maintenant Florentino Perez. Le Real Madrid et le Barcelone ont ouvert la voie au football espagnol, car les chiffres ne les quittent pas. Ni avant la pandémie ni, encore moins, maintenant. Leur équilibre n'est pas mauvais, mais il peut être meilleur. Les données des spectateurs leur permettent de voir une forêt d'arbres à laquelle pendent des millions d'euros. L'UEFA ne négocie pas et menace les joueurs si leurs clubs jouent en Superliga, mais la réalité est tenace. 

La répression de la ligue espagnole a de nombreux protagonistes. Les deux locomotives qui veulent créer la Super Ligue des clubs. Le public qui a disparu des tribunes à cause de la crise sanitaire. Le public qui avait déjà du mal à aller au football avant la pandémie. L'enchevêtrement d'horaires et de compétitions auquel les fans doivent faire face. La faible audience télévisuelle des matches qui ne sont pas du Real Madrid ou du Barça. Le manque de signatures des médias. Le départ de joueurs comme Neymar ou Cristiano Ronaldo ou, qui sait, si Messi. À cela, il faut ajouter le dangereux fossé qui commence à s'ouvrir avec les eSports. Le jeune public est devenu accro au football virtuel et à l'écoute des récits de chanteurs comme Ibai Llanos, Ander Cortés ou Ulises Prieto.

AFP/RFEF/PABLO GARCIA  -   Los jugadores del Athletic Bilbao celebran después de ganar la final de la Supercopa de España de fútbol entre el FC Barcelona y el Athletic Club Bilbao en el estadio de La Cartuja en Sevilla, el 17 de enero de 2021  

La vache du sport 

LaLiga est l'organisation qui gère le football de première et de deuxième division en Espagne. Ceux qui sont chargés de traire la vache du sport roi pour en tirer le plus grand profit possible. Ils n'ont pas vu d'ennemi dans eSports. Au contraire. Ils ont ouvert un canal sur Twitch qui compte déjà 2,5 millions d'adeptes, ils ont fait la promotion de ligues virtuelles, de défis, de campagnes de promotion, ils ont même permis à des équipes de former une division de joueurs professionnels pour affronter la FIFA dans le monde entier. Les années passent et ils ne peuvent pas accepter que le football soit un produit destiné à un public de plus de 40 ans. 

La bataille pour l'audio des matchs a commencé il y a plus de dix ans. Le SER était la seule option pour écouter les matchs, car le football appartenait à PRISA. Au fil des ans, le reste des diffuseurs ont réussi à obtenir leurs narrations, également dans les différentes langues officielles, et même le Real Madrid s'est battu pour avoir son propre son. Dans leur cas, ils affirment être les seuls à savoir comment raconter objectivement les exploits de leur équipe (et les seuls à toujours trouver quelqu'un à blâmer pour leurs défaites). 

Voici maintenant LaLigaCasters, où les meilleurs influenceurs, youtuber ou streamers de la scène nationale narreront un match par jour. Twitch est une plateforme de streaming appartenant à Amazon où l'on peut voir comment d'autres personnes jouent à des jeux vidéo en direct, à des jeux d'autres sports, à un programme du salon d'une maison ou au carillon, où Llanos lui-même a eu une audience plus importante que le duo de mauvais goût de Chicote et Pedroche. 

Pedro Bonofiglio est l'un des meilleurs narrateurs de football en Espagne. Il a donné la parole à de grands matchs nationaux et internationaux à esRadio, Punto Radio, Onda Madrid, à la radio argentine TyC Sport... Sa facette la plus connue est celle d'être le porte-parole du Real Madrid en basket-ball depuis 12 ans. Une anecdote : Ettore Messina, entraîneur du Real Madrid de 2009 à 2011, l'a remercié pour son retour miraculeux grâce à sa façon de faire participer le public. 

Cette capacité à interagir avec le public lui a permis de passer d'annonceur de football et de basketball à lanceur eSport. La radio et la télévision meurent telles que nous les connaissons. Le changement n'a pas été facile, "à l'époque, je pensais que ce n'était pas pour moi, parce que je n'avais jamais joué à des jeux vidéo de sport. Quand je suis tombé sur ce produit, j'étais sur le point de fermer la porte par peur. Mais j'ai sauté pour voir ce qui s'est passé et maintenant je suis dans une pièce avec trois moniteurs, des écouteurs, une table de mixage, une capture vidéo...". 

Depuis sa chaîne Twitch, il raconte les matchs de la FIFA ou le basket-ball en direct avec les commentaires d'autres spécialistes. Sa voix est aussi celle des petits clubs sportifs qui veulent toucher leurs fans en diffusant leurs matchs en continu. "C'est un monde différent. Ce sont des marionnettes virtuelles. Quand j'ai commencé à faire des reportages à la radio espagnole, j'étais attaché parce que j'étais entouré de grands noms, d'un public nombreux, de spécialistes... et je devais me contenir. C'est ainsi que j'ai travaillé pendant de nombreuses années. Quand je trouve ce monde, je ne change pas, je redeviens moi. Je ris, je fais des blagues, des plaisanteries... Je fais un spectacle, un spectacle. C'est ce que je faisais en Argentine avant de venir en Espagne". 

LaLiga veut que les stars du streaming racontent leurs matchs. C'est la seule façon d'attirer les jeunes téléspectateurs vers leur produit. Ils sont entrés dans une dangereuse spirale de manipulation du football. Nous avons considéré que la campagne d'image avant et après le jeu allait de soi. Les journalistes ont permis que des questions soient posées lors de la dictée du concours lui-même et ils acceptent les conséquences d'une erreur de script. C'est maintenant au tour d'influencer le jeu avec une caméra spéciale pour les fans, où il est conseillé aux joueurs d'aller en premier pour fêter les buts.

AFP/RFEF/PABLO GARCIA  -   Los jugadores del Athletic Bilbao celebran después de ganar la final de la Supercopa de España de fútbol entre el FC Barcelona y el Athletic Club Bilbao en el estadio de La Cartuja en Sevilla, el 17 de enero de 2021  
AFP/RFEF/PABLO GARCIA - Les joueurs de l'Athletic Bilbao font la fête après avoir remporté la finale de la Super Coupe d'Espagne entre le FC Barcelone et l'Athletic Club Bilbao au stade de La Cartuja à Séville, le 17 janvier 2021.  
Augmenter la cote d'écoute 

Les nouvelles locutions des allumettes qui font les youtuber ou les banderoles de tour devraient augmenter les audiences. Et ces données devraient donner une valeur au football espagnol de sorte que la prochaine vente de droits en 2022, au moins, soit égale à ce qui a été payé. Il est impossible de dépasser le milliard de Premier ministre, car le niveau du football espagnol a baissé. Et cela n'est pas réglé par la technologie, mais par les bons signes. Mais il y aura toujours des contractions. Amazon diffuse déjà sur ce réseau social un match de Premier League par semaine, pour lequel il a payé environ 100 millions d'euros pour 60 matches. 

Le Real Madrid et le Barcelone sont les équipes dont dépend le football espagnol. Leur présence dans un stade signifie que le nombre de téléspectateurs qui sont mis devant la télévision est quadruplé. Un match Alavés-Séville totalise 207 000 spectateurs. Un Osasuna-Real Madrid atteint 862.000. Le dernier Valladolid-Elche a eu 48.000 spectateurs. Si nous retirons les deux grands de l'équation, il nous reste un Atlético-Séville avec 600 000 fans qui regardent ce match en milieu de semaine. En novembre 2020, Movistar LaLiga a recueilli 0,5 % de parts de marché en regardant des matches de football où il n'y a pas de public et d'audio intelligent ; la FIFA ne séduit plus de la même manière. 

Dans la RFEF a vu clair le jeu de la nouvelle Supercopa. Un tournoi où le Real Madrid et le Barcelone sont toujours, car cela leur assure plus d'un million de téléspectateurs, s'il est diffusé par une plateforme de paiement, et jusqu'à sept fois plus d'audience, si une télévision gratuite est en mesure de payer et d'amortir ces matchs. La finale de 2021 a été suivie par 1 400 000 téléspectateurs pour la finale entre le Barça et l'Athletic. Un million de personnes ont vu la demi-finale perdue par le Real Madrid face à l'équipe basque. 

À ces chiffres et habitudes, il faut ajouter la force de frappe du lanceur. Ibai Llanos a près de cinq millions d'adeptes sur sa chaîne Twitch. Et dans ses flux en direct de plus de deux heures, il peut en avoir environ 700 000. La grande question est de savoir si ces types s'adaptent au public qui regarde le football. S'ils doivent se couper ou aller jusqu'à la limite, comme ils le font habituellement, c'est le piment de leur vie. Jures, insultes, disqualifications... tout cela est très hooligan. S'ils sont restreints et censurés pour soigner cette fausse image du football moderne, ils n'arriveront pas à Pâques. 

LaLiga sait que le football traverse une période de transition. La technologie fait déjà partie du roi des sports et est la seule qui puisse attirer de nouveaux fans. Mais ce ne sera plus du football, ni de la Liga.