PUBLICIDAD

Iberdrola

Barham Saleh : "La stabilisation de l'Irak serait un pas en avant dans la lutte contre le terrorisme"

Depuis l'Irak, ils sont optimistes et espèrent une grande union entre les pays du Moyen-Orient
Atalayar_Barham Saleh

PHOTO/AMEER AL-MOHAMMED  -   Le président irakien Barham Saleh

Après de nombreuses années d'instabilité en Irak, l'espoir est de s'asseoir pour négocier et trouver des accords. Pas seulement de la part des pays concernés, bien sûr. L'aide de toute la communauté internationale est essentielle pour mettre fin à un conflit qui pèse sur l'État irakien. "Le monde entier devrait s'intéresser tout particulièrement à une transition fructueuse en Irak", a déclaré le président irakien Barham Saleh. Il l'a fait le deuxième jour de la semaine de conférences organisée par Brookings Foreign Policy intitulée "Le Moyen-Orient et la nouvelle administration américaine", qui a commencé à cette occasion par une analyse de la situation tendue qui règne depuis des années dans la région qui comprend entre autres l'Irak, la Syrie et l'Iran. 

La menace terroriste est une constante depuis un certain temps au Moyen-Orient, et surmonter le danger auquel la population est soumise entourée de groupes armés comme Al-Qaida ou l'État islamique autoproclamé devrait être une tâche commune à tous les pays, et pas seulement à ceux qui la vivent le plus étroitement. Et cela devrait être le cas parce que la menace existe partout sur la planète, et pas seulement dans cette région. Vaincre le potentiel d'organisations terroristes aussi dangereusement préparées que celles-ci est une tâche impossible pour un groupe de pays spécifique.  Comme l'a clairement indiqué le président irakien : "Si l'ensemble de la société internationale n'agit pas de concert, il sera impossible de mettre fin à la menace terroriste". 

Atalayar_Embajadores europeos

Pour soutenir cette lutte contre le terrorisme, Barham Saleh a souligné l'importance de retrouver la stabilité dans le pays qu'il préside : "L'Irak est un pays essentiel pour changer la situation de risque extrême que traverse le Moyen-Orient". Et il ne fait pas seulement référence à la menace terroriste qui, bien sûr, est une préoccupation majeure. Il fait également référence au nombre inquiétant de conflits qui continuent à faire rage dans la région - en prenant la guerre au Yémen comme exemple le plus évident - et qui, selon lui, doivent être résolus par chacun en faisant sa part. Pour cela, le président ouvre les portes de son pays comme lieu de rencontre et de médiation entre tous les pays pour mettre fin une fois pour toutes aux problèmes qui affligent toute la région : "L'Irak peut et veut être le centre où tous les pays du Moyen-Orient peuvent parler et négocier en paix".

Il a également voulu faire référence à l'importance de la jeunesse dans son pays, qui, selon M. Saleh, exige déjà qu'une nouvelle génération de jeunes dirigeants politiques change la situation qu'ils vivent depuis des années. C'est pourquoi l'éducation est un pilier essentiel de la future reconstruction de l'Irak, même si le président précise qu'elle ne servira à rien si ces pays n'atteignent pas leur objectif fondamental, qui est de créer des emplois et d'accroître leur puissance économique. Mais pour ce dernier, l'État irakien compte sur l'aide vitale des États-Unis, car, comme il le dit, "nous savons que Joe Biden sera là pour aider notre pays". 

Atalayar_Presidente Irak

Mais la confiance du président Barham Saleh dans les États-Unis ne sera pas vaine. C'est du moins ce que pense Gregory Meeks, un membre de la Chambre des représentants des États-Unis du 5e district du Congrès de New York. Il soutient qu'il ne peut y avoir de garantie que la stabilité viendra à tout moment car il y a de nombreux intérêts dans chacun des pays impliqués dans un conflit. C'est pourquoi il estime que "s'asseoir pour négocier avec l'Iran est nécessaire si nous voulons que la situation actuelle s'améliore". C'est la stratégie à laquelle l'administration Biden croit fermement depuis son arrivée à la Maison Blanche. La solution aux nombreux conflits auxquels ils doivent faire face sera diplomatique ou pas du tout. Les premiers pas ne se sont pas fait attendre : d'une part, l'arrêt des ventes d'armes à l'Arabie Saoudite pour la guerre au Yémen, et d'autre part, la fin de la considération de la milice houthi comme organisation terroriste. Le juge Meeks lui-même loue la difficulté de prendre ces décisions car "il est plus facile de décider d'aller à la guerre que de décider de ne pas y aller".

Les États-Unis savent qu'ils doivent assumer un rôle important de médiateur dans cette série de conflits, comme celui qui a historiquement uni leur allié, Israël, et la Palestine. Et ce n'est pas tout : différents secteurs démocratiques réclament une plus grande implication en termes d'aide humanitaire. Le fait de ne pas entretenir de bonnes relations avec la Palestine ne doit pas être une raison pour ne pas contribuer à atténuer les terribles conséquences subies par la population : "c'est une question d'humanité", a déclaré Gregory Meeks. Bien qu'il ait également critiqué Israël car il estime qu'ils devraient être plus impliqués et faire plus de leur côté s'ils veulent vraiment résoudre leurs différends avec le pays dirigé par Mahmoud Abbas : "La solution du conflit palestinien devrait être l'affaire de tous les deux". 

Atalayar_Nasser Bourita

Nasser Bourita, ministre des affaires étrangères du Royaume du Maroc, était un peu plus proche de la position d'Israël. Son pays a considérablement accru ses relations diplomatiques avec le pays dirigé par Benjamin Netanyahu, car, selon Bourita, il peut être l'une des bases fondamentales du soutien au conflit avec la Palestine : "Le Maroc peut aider Israël et la Palestine à parvenir à un accord", a-t-il déclaré. Il a également souligné les liens historiques qui ont toujours uni son pays avec Israël, et qui devraient maintenant servir à trouver la voie du dialogue et à obtenir un plus grand consensus : "Nous avons reconnu Israël alors qu'il était encore tabou d'en parler". 

Mais il ne voulait pas seulement faire référence au conflit qui oppose le peuple de Netanyahu à la Palestine, il voulait aussi parler de l'important processus pro-démocratique qui se déroule en Libye : "La transition libyenne doit être faite par nous tous ensemble. C'est un bon moment pour parier sur eux", a déclaré M. Bourita. Après le Forum de dialogue politique libyen organisé à Genève, le processus vers une véritable démocratie se poursuit et la ratification des nouvelles composantes du gouvernement libyen n'est que le préambule des élections prévues pour la fin de cette année, plus précisément le 24 décembre. 

Atalayar_Gregory MeeksDe nombreux conflits doivent être abordés au Moyen-Orient, mais la coopération de l'Occident nous rend optimistes quant à la résolution de la plupart d'entre eux, sinon de tous. C'est ce qu'ont également exprimé certains représentants européens lors de la conférence organisée par Brookings, comme Emily Harber, l'ambassadrice d'Allemagne aux États-Unis, qui a déclaré que "tous les Européens devraient avoir les mêmes objectifs au Moyen-Orient". "Ce n'est pas le moment de chercher des intérêts particuliers dans des régions qui traversent des moments difficiles", a convenu l'ambassadeur italien aux États-Unis. Une situation géopolitique clé à un moment d'une importance vitale pour l'avenir de l'ordre international et qui, peu à peu et avec la collaboration de tous les pays, commence à entrevoir un avenir aussi optimiste que tous ceux de la mémoire récente.