PUBLICIDAD

Iberdrola

Bashagha se rend en Turquie pour débloquer la crise politique en Libye

L'homme politique libyen cherche le soutien d'Erdoğan dans sa lutte politique contre Dbeibé pour la direction du pays
PHOTO/REUTERS  -   El exministro del Interior libio, Fathi Bashagha, designado nuevo primer ministro por la Cámara de Representantes

PHOTO/REUTERS  -   L'ancien ministre de l'Intérieur libyen Fathi Bashagha nommé nouveau Premier ministre par la Chambre des représentants

Fathi Bashagha, premier ministre désigné de la Chambre des représentants de Tobrouk, a effectué une visite surprise en Turquie mercredi. L'homme politique libyen se serait rendu dans le pays après avoir reçu une invitation officielle, selon Asharq al-Awsat. Il s'agirait de sa deuxième visite à Ankara dans le cadre de ses fonctions.

Son objectif est de chercher le soutien du président turc Recep Tayyip Erdoğan dans sa lutte politique avec Abdul Hamid Dbeibé, Premier ministre du Gouvernement d'union nationale libyen reconnu par l'ONU.

AFP/GREGORIO BORGIA  -   El primer ministro libio Abdul Hamid Dbeiba
AFP/GREGORIO BORGIA - Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeiba

Le GNU est le gouvernement intérimaire issu du processus de paix mené par les Nations unies après la signature d'un cessez-le-feu fin 2020. Cet accord a mis fin aux hostilités entre les forces loyales au Gouvernement d'entente nationale de Fayez al-Sarraj, basé en Tripolitaine, et l'Armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Haftar, associé lui-même à la Chambre des représentants, présidée par Aguila Saleh, tous deux basés en Cyrénaïque.

Tous se battaient pour combler le vide créé par la chute du gouvernement de Mouammar Kadhafi en 2011, dans le contexte de ce que l'on appelle le printemps arabe et déclenché par une intervention internationale sanctionnée par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Ce conflit a été fortement internationalisé. Le Qatar et la Turquie ont soutenu Al-Sarraj, qui avait des liens avec les Frères musulmans, tandis que les Émirats arabes unis, la France, l'Égypte et la Russie ont soutenu Haftar et Saleh.

PHOTO/ AFP / PRESIDENCIA DE TÚNEZ - Combinación de imágenes del Primer Ministro de Libia Fayez al-Sarraj y del mariscal libio Khalifa Haftar
PHOTO/ AFP / PRESIDENCE DE LA TUNISIE - Combinaison d'images de l'ancien Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj et du maréchal libyen Khalifa Haftar.

Le processus de paix visait à mettre en place un gouvernement d'unité démocratique, à rompre la confrontation entre l'est et l'ouest du pays et à mettre fin à un conflit de 11 ans. Selon l'accord conclu par les parties, les élections présidentielles et législatives auraient dû avoir lieu en décembre 2021. Cependant, le manque de volonté politique des principaux acteurs du pays a empêché la tenue de ces élections

AP/MANU BRABO  -   En esta foto de archivo del 22 de septiembre de 2016, combatientes de las fuerzas libias afiliadas al gobierno de Trípoli descansan y recargan armas durante una ofensiva contra militantes del Estado Islámico, en Sirte, Libia
AP/MANU BRABO - Sur cette photo d'archives du 22 septembre 2016, des combattants des forces libyennes affiliées au gouvernement de Tripoli se reposent et rechargent leurs armes lors d'une offensive contre les militants de l'État islamique, à Syrte, en Libye.

Face à l'impasse politique, le 10 février dernier, la Chambre des représentants basée à Tobrouk, élue lors des élections législatives de 2014, auxquelles l'ouest du pays a participé faiblement, a proposé de nommer Bashagha au poste de Premier ministre.

Bashagha, ancien ministre de l'Intérieur du Gouvernement d'entente nationale, s'est allié à la fois à Haftar et à Saleh, ainsi qu'à une coalition de plusieurs milices tripolitaines, le Stabilisation Support Apparatus, tous anciens rivaux, qui ont néanmoins uni leurs forces en vue de prendre le pouvoir

REUTERS/COSTAS BALTAS - El presidente del Parlamento de Libia localizado en Tobruk, Aguilah Saleh
REUTERS/COSTAS BALTAS - Le président du Parlement libyen basé à Tobrouk, Aguilah Saleh.

Dbeibé, pour sa part, a condamné cette décision et a déclaré qu'il resterait Premier ministre jusqu'aux élections nationales, qu'il prévoit d'organiser le 30 juin.

Les Nations unies n'ont pas reconnu l'élection de Bashagha, mais ont déclaré qu'il s'agissait d'une "décision souveraine" du pays. Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé toutes les parties à continuer de préserver la stabilité, soulignant la nécessité d'organiser des élections nationales dès que possible.

PHOTO/MARK GARTEN/ONU  -   El secretario general de las Naciones Unidas, Antonio Guterres
PHOTO/MARK GARTEN/ONU - Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres

La lutte politique a atteint son paroxysme en avril dernier, lorsque les forces militaires alliées à Dbeibé sont entrées dans Tripoli pour s'opposer à l'ascension de Bashagha. Peu avant l'élection de Bashagha, Dbeibé aurait été la cible d'une tentative d'assassinat. Ces mouvements menacent de rétablir une bicéphalie en Libye sur la base de la division est-ouest et mettent en péril la fin du cessez-le-feu après un peu plus d'un an.

Depuis, Bashagha tente de faire pencher la balance en sa faveur et d'obtenir un soutien extérieur, un contexte dans lequel s'inscrit la visite à Ankara, l'un des principaux acteurs de la guerre civile libyenne.

AFP/MAHMUD TURKIA - Graduados militares libios leales al Gobierno de Acuerdo Nacional (GNA) realizan maniobras durante a su graduación, resultado de un acuerdo de entrenamiento militar con Turquía, en el campamento Omar Mukhtar en la ciudad de Tajoura, al sureste de la capital Trípoli el 21 de noviembre de 2020
AFP/MAHMUD TURKIA - Des diplômés militaires libyens fidèles au gouvernement d'entente nationale (GNA) effectuent des manœuvres pendant leur remise de diplômes, résultat d'un accord de formation militaire avec la Turquie, au camp Omar Mukhtar dans la ville de Tajoura, au sud-est de la capitale Tripoli 21 novembre 2020.

La Turquie est intervenue dans le conflit en faveur du Gouvernement d'entente nationale en 2019, à un moment d'extrême faiblesse, avec les forces d'Haftar aux portes de Tripoli. Ankara a réussi à renverser les combats en fournissant aux forces tripolitaines des armes, des soldats et des entrepreneurs syriens, et est intervenu directement par le biais de ses drones, notamment le désormais célèbre Bayraktar TB2, forçant Haftar à se retirer de Tripoli. 

AFP/BIROL BEBEK  -   Dron turco del modelo Bayraktar TB2
AFP/BIROL BEBEK - Le drone turc Bayraktar TB2.

Pendant l'intervention, Bashagha s'est positionné comme l'un des principaux alliés de la Turquie dans le pays, établissant une relation qu'il espère maintenant utiliser pour obtenir le soutien de la Turquie. "Ma relation avec la Turquie est forte et nous avons une amitié solide", a déclaré Bashagha dans une interview à Alwasat TV. "Nos relations avec l'État turc n'ont jamais été affectées", a déclaré Bashagha.

Toutefois, pour la Turquie, qui a jusqu'à présent évité de prendre position sur la controverse politique malgré ses solides relations avec le gouvernement de Dbeibé, l'alliance de Bashagha avec Haftar, son rival libyen acharné, qui est également proche de Moscou, d'Abu Dhabi et du Caire, pourrait être difficile à assimiler pour la Turquie. 

PHOTO/OFICINA DE PRENSA PRESIDENCIAL TURCA  -   El presidente turco Recep Tayyip Erdogan
PHOTO/BUREAU DE PRESSE DE LA PRESIDENCE TURQUE - Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Mais depuis la fin des hostilités, Ankara a cherché à établir des contacts avec les acteurs de l'est du pays, comme en témoigne la rencontre de son ambassadeur avec Saleh en vue de la réouverture du consulat turc à Benghazi, capitale de la Cyrénaïque, qu'il a également visitée, et le rétablissement de liaisons aériennes directes entre l'est de la Libye et la Turquie, sept ans plus tard.